40 % de la population mondiale privée de toute couverture santé. Ce taux s’élève à 80 % dans 44 pays.

Source : ONU, http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33869#.VIc8gUuK-Uo

9 décembre 2014 – A l’échelle mondiale, 40% de la population est exclue de la protection sociale de la santé et ce taux s’élève à 80% dans 44 pays, notamment en Afrique de l’Ouest, au Burkina Faso, au Cameroun, en Guinée et en Sierra Leone, selon une étude de l’Organisation internationale du travail (OIT) publiée mardi.

L’étude intitulée « Résoudre la crise sanitaire mondiale: politiques universelles de protection de la santé » indique que les mêmes carences existent aussi en Asie. En Inde, par exemple, plus de 80% des habitants n’ont pas de couverture de protection en matière de santé. D’autres pays se caractérisent par d’importants écarts de couverture comme l’Azerbaïdjan, le Bangladesh, Haïti, le Honduras et le Népal.

La publication de l’étude coïncide avec la Journée de la couverture universelle de santé qui sera observée le 12 décembre.

« La protection universelle de la santé est fondamentale pour lutter contre la pauvreté, réduire les inégalités et alimenter la croissance économique », a déclaré le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, à l’occasion de la journée internationale.

L’étude de l’OIT dénonce un fort appauvrissement des populations lié aux dépenses privées en matière de santé qui font obstacle à l’accès aux soins de santé. Dans de nombreux pays, comme en Sierra Léone, 75% des dépenses totales de santé proviennent en effet de ressources privées.

Un autre facteur déterminant de cette crise mondiale de la santé concerne la pénurie des personnels de santé, souvent mal rémunérés. A l’échelle mondiale, l’OIT estime qu’il faudrait environ 10,3 millions de professionnels de santé supplémentaires pour combler la pénurie actuelle et assurer la fourniture de soins de santé universels. Dans des pays comme Haïti, le Niger, le Sénégal et la Sierra Léone, 10.000 personnes dépendent des services dispensés par cinq professionnels de santé, voire moins, tandis que dans un pays à haut revenu comme la Finlande, 269 professionnels sont au service de 10.000 habitants.

L’étude montre que 56% de la population mondiale vivant en zone rurale n’a pas accès à la couverture de la protection de la santé, contre 22% de la population urbaine.

« Depuis des décennies, les systèmes publics de santé ont été sous-financés et n’ont pas pu se développer correctement dans les pays à bas revenu ou à revenu intermédiaire. Des solutions ponctuelles comme les petits programmes verticaux (de vaccination par exemple) sont insuffisantes. Les pays ont besoin que l’on investisse dans des systèmes de santé universels », a affirmé Isabel Ortiz, Directrice du Département de la protection sociale de l’OIT.

Les plus fortes inégalités et disparités entre zones rurales et urbaines en terme de couverture ont été observées en Afrique et en Asie-Pacifique.

Les populations rurales sont aussi les plus affectées par la pénurie de professionnels de santé. Parmi les 10,3 millions de professionnels de santé qui font défaut à l’échelle mondiale, 7 millions manquent dans ces zones.

Depuis 2010, les politiques d’assainissement budgétaire ont bloqué voire inversé le mouvement enclenché vers une couverture universelle de santé en alourdissant le fardeau financier qui pèse sur les ménages, en réduisant les services de santé et en diminuant ou plafonnant les salaires des personnels de santé.

L’étude explique que pour surmonter la crise mondiale actuelle de la santé il faut s’orienter vers la protection universelle de la santé. L’investissement dans les systèmes de santé aboutit à une croissance économique soutenue, à une productivité accrue et au bien-être des populations. A titre d’exemple, en Thaïlande, l’introduction de la protection universelle de santé a généré des gains économiques représentant jusqu’à 1,2 fois l’investissement original.

……

protection universelle de la santé, politiques universelles de protection de la santé, Journée de la couverture universelle de santé, systèmes publics de santé

7 décembre 2014 : défilé de Noël à Saint-Lambert-de-Lauzon, au Québec.

7 décembre 2014

Le temps des Fêtes à Saint-Lambert-de-Lauzon.

Photos de Roger Martel

Saint-Lambert-de-Lauzon est une municipalité du Québec, née dans une région de colonisation au milieu des années 1850. Elle est située au sud de Lévis, si près de Lévis qu’elle et l’autre s’accolent tout le temps; elles font bon ménage, il va s’en dire. Elle comptait 6 454 habitants en 2013 (c’était 29 % de plus qu’en 1996, c’est digne de mention). Pour certains, le gentilé qui désigne ces citoyens ne fait penser à rien, pour d’autres il évoque des mœurs trop libres : les gens de Saint-Lambert-de-Lauzon sont des Lambertins et des Lambertines, tous et toutes accortes.

 

L’esprit des fêtes est bien vivant à Sain-Lambert. Il s’affiche partout.

St-Lambert CHOIX - 02

 

L’esprit des Fêtes s’affiche vraiment partout…

St-Lambert CHOIX - 03

 

 

Le défilé devrait se mettre en branle bientôt.

St-Lambert CHOIX - 05

St-Lambert CHOIX - 08

St-Lambert CHOIX - 07

St-Lambert CHOIX - 09

 

 

Le défilé commence ! Le père Noël… le père Noël est là!

Venez, les enfants!

St-Lambert CHOIX - 10

 


St-Lambert CHOIX - 01

 

 

Les petits et les grands citoyens sont au rendez-vous, joyeux!

St-Lambert CHOIX - 21

St-Lambert CHOIX - 20

St-Lambert CHOIX - 24

 

Saint-Lambert-de-Lauzon fait 107,13 km². Elle a 102 kilomètres de voies de circulation. Elle est traversée par la rivière Chaudière (les Abénakis disaient que la chaudière de ladite rivière était en étain). La Chaudière s’incline devant le fleuve Saint-Laurent et lui offre majestueusement ses eaux (est-ce de là qu’est née l’expression le majestueux Saint-Laurent?).

 

Bras chargés, tête chargée. Tout va bien!

St-Lambert CHOIX - 12

 

 

Une chorale en direct. Quelle bonne idée!

St-Lambert CHOIX - 14

 

 

Le père Noël est en forme, ça paraît!

St-Lambert CHOIX - 18

 

 

Il fait très beau à Saint-Lambert le dimanche 7 décembre 2014. Les mines sont réjouies.

St-Lambert CHOIX - 19

 

 Les Lambertines et les Lambertins, l’aimable jeune couple ci-dessous, n’ont pas craint d’affronter le grand froid pour voir passer le défilé devant chez eux.

St-Lambert CHOIX - 25

 

C’est pas pour rien que la municipalité de Saint-Lambert-de-Lauzon s’appelle ainsi : elle faisait partie autrefois de la seigneurie de Lauzon, concédée en 1636 à Simon Le Maître. Le Maître? Pourquoi Lauzon alors? C’est simple : Simon Le Maître était le prête-nom de Jean de Lauson. (Ça sent le manque de transparence, n’est-ce pas? Aujourd’hui, le manque de transparence ravage les sociétés, on le sait. Nombreux sont les élus du monde qui s’en accommodent. C’est bête de voter pour cette engeance du diable.) Et Lambert, lui? Lambert rappelle l’arpenteur Pierre Lambert, auteur en 1849 des plans de la ville d’Aubigny, future ville de Lévis.

 

Un membre du Club des randonneurs? Les Randonneurs sont établis à Saint-Lambert-de-Lauzon.

St-Lambert CHOIX - 23

 

L’église de Saint-Lambert-de-Lauzon, près de laquelle le défilé prendra fin.

St-Lambert CHOIX - 26

La chorale chante encore. Saura-t-elle s’arrêter?

St-Lambert CHOIX - 15

Défilé réussi, gens de Saint-Lambert-de-Lauzon!

Bravo et merci!

L’année 2014 a été dévastatrice pour les enfants, selon l’UNICEF.

Source (texte et photo): ONU, http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33865#.VIZHFUuK-Uo

 

8 décembre 2014 – Pour des millions d’enfants, l’année 2014 aura été marquée par la peur, le désespoir et l’horreur, à cause de conflits de plus en plus graves au cours desquels ils ont été exposés à la violence, recrutés de force et pris pour cible par des groupes armés, a affirmé lundi le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

« Cela a été une année dévastatrice pour des millions d’enfants », a déclaré Anthony Lake, Directeur exécutif de l’UNICEF. « Des enfants ont été tués alors qu’ils étudiaient dans une salle de classe ou qu’ils dormaient dans leur lit; ils ont perdu leurs parents, ils ont été enlevés, torturés, recrutés de force, violés et même vendus comme esclaves. Jamais dans l’histoire récente autant d’enfants n’ont été soumis à une telle brutalité ».

Environ 15 millions d’enfants sont victimes de conflits en République centrafricaine, en Iraq, au Soudan du Sud, dans l’Etat de Palestine, en Syrie et en Ukraine. On estime que 230 millions d’enfants au total dans le monde vivent actuellement dans des pays et des zones touchés par des conflits armés.

En 2014, des centaines d’enfants ont été enlevés alors qu’ils se trouvaient à l’école ou sur le chemin de l’école. Des dizaines de milliers d’autres ont été recrutés ou utilisés par des forces et groupes armés. Dans de nombreuses régions, les attaques menées contre des établissements scolaires ou de santé ont augmenté, de même que l’utilisation des écoles à des fins militaires.

Ainsi, en République centrafricaine, 2,3 millions d’enfants sont touchés par le conflit. Près de 10.000 d’entre eux auraient été recrutés par des groupes armés au cours de l’année écoulée, et plus de 430 enfants ont été tués et mutilés – trois fois plus qu’en 2013.

A Gaza, 54.000 enfants ont perdu leur foyer suite au conflit de 50 jours cet été. Pendant la même période, 538 enfants ont été tués, et plus de 3.370 ont été blessés.

En Syrie, plus de 7,3 millions d’enfants ont été touchés par le conflit, dont 1,7 million sont des réfugiés.

En Iraq, où environ 2,7 millions d’enfants sont touchés par le conflit, au moins 700 enfants auraient été mutilés, tués ou même exécutés cette année.

De plus en plus de jeunes voient leur avenir compromis à cause des crises dans lesquelles sont plongés des pays comme l’Afghanistan, le Nigéria, le Pakistan, la République démocratique du Congo, la Somalie, le Soudan et le Yémen.

 

fillettes du Liberia affiche sur eviter propagation d'Ebola

Des fillettes du Liberia consulte une affiche expliquant comment empêcher la propagation d’Ebola.

 

De nouvelles menaces à la santé et au bien-être des enfants sont apparues cette année, notamment l’épidémie d’Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, qui a fait des milliers d’orphelins et empêché quelques 5 millions d’enfants d’aller à l’école.

En dépit de l’insécurité, des obstacles posés à l’accès aux personnes qui ont besoin d’aide et des problèmes de financement, les organisations humanitaires, notamment l’UNICEF, ont travaillé de concert pour fournir une aide cruciale et d’autres services essentiels aux enfants comme l’éducation et un soutien psychologique.

« Il est triste et paradoxal à la fois qu’en cette année du 25e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant, alors que nous pouvons célébrer tant de progrès pour les enfants dans le monde, les droits de tant de millions d’autres aient été bafoués avec autant de violence », a déclaré M. Lake. « Le monde peut et doit redoubler d’efforts pour que 2015 soit une bien meilleure année pour chaque enfant ».

Le maire de Lévis, la cage de la Corriveau et la transparence

Lévis, jour de la Fête de l’Immaculée-Conception, 2014

Monsieur Gilles Lehouillier, maire

Ville de Lévis (Québec)

Monsieur le maire,

Je vous demande de me faire savoir :

1_Combien a coûté à la Ville de Lévis sa contribution à la préparation de l’exposition La Corriveau Au-delà de la légende et à sa présentation à la Gare intermodale de Lévis par la Société d’histoire régionale de Lévis, en 2013?

2_Combien a coûté à la Ville de Lévis sa contribution à la préparation de l’exposition La Corriveau Au-delà de la légende et à sa présentation au Centre de congrès et d’expositions de Lévis par la Société d’histoire régionale de Lévis, en 2013.

3_Combien a coûté à la Ville de Lévis, s’il y a lieu, sa contribution à la préparation et à la réalisation de toutes autres activités relatives à la « cage de la Corriveau » en 2013.

4_Combien a coûté à la Ville de Lévis, s’il y a lieu, sa contribution à la préparation et à la réalisation de toutes autres activités relatives à la « cage de la Corriveau » en 2014.

Je vous signale, Monsieur le maire, que le 12 juin 2014 j’ai envoyé au Service à la clientèle [sic] de la Ville un courriel dans lequel je demandais à la Ville de me dire, entre autres, combien lui a coûté sa contribution à la réalisation de l’exposition La Corriveau Au-delà de la légende présentée par la Société d’histoire régionale de Lévis à la Gare intermodale de Lévis en 2013 et quelle a été sa contribution à la réalisation de l’exposition sur la « cage de la Corriveau » tenue par la Société d’histoire régionale de Lévis au Centre de congrès et d’expositions de Lévis en 2013. La Ville n’a pas répondu à ce courriel, ce qui est tout à fait inacceptable!

La Ville de Lévis aide une société d’histoire qui répand une affirmation infondée et induit ainsi en erreur ses membres et la population, et vous pensez, Monsieur le maire, que les citoyens ne poseront pas de questions! Les dirigeants de la Ville et les dirigeants de la Société d’histoire régionale de Lévis seraient-ils complices? Les citoyens auront raison de se poser cette question, et d’autres, tant que des explications plausibles ne leur seront pas données par la Ville. Votre silence, dans cette affaire, vous disqualifie. On ne peut pas faire confiance à des dirigeants municipaux qui tolèrent qu’un organisme qu’ils aident par des subventions ou autrement trompe la population.

Je vous demande, Monsieur Lehouillier, de répondre à ma demande d’ici à jeudi prochain, 11 décembre 2014. Si vous décidez de rester muet comme un poisson, je recourrai à la Loi sur l’accès à l’information.

Dans le nouveau site Web de la Ville, Monsieur Lehouillier, vous parlez de « [votre] volonté d’être le plus transparent possible ». Qu’est-ce qui vous empêche d’être transparent dans le cas que je soulève? Si tout est beau, qui y a-t-il à craindre de la transparence?

Veuillez, Monsieur le maire, agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

P.-S. Ce message sera publié au lepasseurdelacote.com; la réponse du destinataire aussi, s’il répond.

Le directeur des Musées de la civilisation de Québec restera-t-il muet comme une carpe?

Lévis, jour de la Fête de l’Immaculée-Conception, 2014

Monsieur Michel Côté, directeur

Musées de la civilisation, Québec

Monsieur le directeur,

Me permettrez-vous de vous rappeler que vous n’avez pas répondu au courriel que je vous ai envoyé le 8 novembre 2014 et que, par conséquent, vous n’avez pas relever le défi que je vous lançais ce jour-là. Le passage suivant de mon courriel du 27 octobre dernier vous rappellera quel était ce défi :

Je vous prie aussi, Monsieur, d’essayer de relever le défi suivant :

tentez de démontrer que les Musées de la civilisation n’ont pas été associés à la présentation en 2013 d’au moins l’une des deux expositions au cours desquelles la Société d’histoire régionale de Lévis a diffusé une affirmation infondée importante concernant la « cage » dite de La Corriveau qui a induit en erreur ses membres, la population et les médias, ainsi que ses partenaires;

tentez de démontrer que l’aide apportée à la Société d’histoire régionale de Lévis par les Musées de la civilisation et par les autres parties associées à la présentation en 2013 d’au moins l’une des expositions susmentionnées, n’était pas essentielle à la réalisation et à la présentation des expositions susmentionnées par la Société d’histoire régionale de Lévis;

tentez de démontrer que les Musées de la civilisation ont fait les actions nécessaires pour s’assurer que les expositions susmentionnées allaient être réalisées et présentées conformément aux règles de l’art et de conduite intellectuelle;

tentez de démontrer que les membres suivants du comité scientifique mentionnés dans la présente* : Mme Claudia Mendez Ishii et M. Claude Genest, n’ont pas manqué de rigueur intellectuelle en soutenant que la « cage » trouvée par la première est l’authentique « cage » dite de La Corriveau;

tentez de démontrer que rien ne laisse penser ou craindre que le membre suivant du comité scientifique mentionné dans la présente : M. Clément Samson, pourrait être partial et favoriser la Société d’histoire régionale de Lévis;

démontrez que les Musées de la civilisation ont pris les moyens nécessaires pour :

a) informer les membres de la Société d’histoire régionale de Lévis et la population que l’affirmation concernant la cage dite de La Corriveau propagée lors de deux expositions par la Société d’histoire régionale de Lévis était infondée,

b) s’excuser auprès des citoyens de n’avoir pas su empêcher la diffusion de l’affirmation infondée.

Vous ne pouvez pas rester muet comme une carpe, Monsieur le directeur, quand vous constatez que l’aide que les Musées de la civilisation apporte à une personne ou à une organisation n’est pas employée d’une manière acceptable. J’attends donc votre réponse.

Monsieur le directeur, je vous concède qu’aucune loi ne vous obligeait à répondre à mes communications antérieures (mais dans quel monde vivrions-nous s’il n’y avait que des lois pour nous guider!). Pour quelle raison ne me répondriez-vous pas? Pour éviter de mentir? pour ne pas avoir à dire la vérité? pourquoi? Cette fois, il faudrait, me semble-t-il, que vous répondiez. Allez, tentez la chance de réussir à convaincre que vous êtes un directeur qui veille à ce que les fonds publics confiés aux Musées de la civilisation soient utilisés d’une manière acceptable.

Je vous prie, Monsieur le directeur, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, Lévis

*Il est question du comité scientifique dans l’extrait suivant du courriel que je vous ai envoyé, Monsieur Côté : « Parmi ceux qui démentent la SHRL, il y a les… Musées de la civilisation. L’une de leur conservatrice, Mme Sylvie Toupin, l’a fait (…). Les Musées eux-même ont contredit la SHRL d’une manière royale en créant un comité scientifique qui, selon l’historienne Catherine Ferland, a pour mission de réaliser une « analyse combinée de l’histoire, de l’archivistique, de la chimie et des techniques de forge anciennes » (). Évidemment, les Musées n’auraient pas créé ce comité scientifique s’ils avaient eu la preuve que la « cage de fer » trouvée aux États-Unis est un artefact authentique. Conclusion : la SHRL a commis une faute en faisant une affirmation infondée. »

P .-S. Ce message sera publié au lepasseurdelacote.com; la réponse du destinataire aussi, s’il répond.

Le maire de Lévis (Québec) peut-il rester muet comme un poisson?

Lévis, jour de la Fête de l’Immaculée-Conception, 2014

Monsieur Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Lévis (Québec)

Monsieur le maire,

Me permettrez-vous de vous rappeler que vous n’avez pas répondu au courriel que je vous ai envoyé le 27 octobre 2014 et que, par conséquent, vous n’avez pas relever le défi que je vous lançais ce jour-là. Le passage suivant de mon courriel du 27 octobre dernier vous rappellera quel était ce défi :

« JE DÉFIE LE MAIRE GILLES LEHOUILLIER DE ME RÉPONDRE PAR ÉCRIT. Je lui dis : « Si vous pensez que je me trompe ou que je mens, je vous mets au défi de le dire, je vous mets au défi de démontrer que l’affirmation* que je reproche à la Société d’histoire régionale de Lévis d’avoir faite est parfaitement fondée, de démontrer que la SHRL n’a pas tenu deux expositions financées entre autres par la ville de Lévis, la Caisse Desjardins de Lévis, les Musées de la civilisation de Québec et la Commission de la Capitale nationale du Québec qui ont abouti à diffuser une affirmation infondée qui a induit en erreur ses membres ainsi que la population de Lévis, du Québec et du Canada. Je vous défie de convaincre les Lévisiens qu’ils doivent accepter béatement que leur maire reste immobile et silencieux devant l’action malheureuse de la Société d’histoire régionale de Lévis. »

Vous ne pouvez pas rester muet comme un poisson, Monsieur le maire, quand vous constatez que l’argent des citoyens de votre ville n’est pas employé d’une manière acceptable. J’attends donc votre réponse.

Monsieur le maire, je vous concède qu’aucune loi ne vous obligeait à répondre à mes communications antérieures (mais dans quel monde vivrions-nous s’il n’y avait que des lois pour nous guider!). Pour quelle raison ne me répondriez-vous pas? Pour éviter de mentir? pour ne pas avoir à dire la vérité? pourquoi? Cette fois, il faudrait, me semble-t-il, que vous répondiez. Allez, tentez la chance de réussir à convaincre que vous êtes un maire soucieux de bien gérer l’argent des citoyens de sa ville, un maire comme on les aime, quoi!

Je vous prie, Monsieur le maire, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, Lévis

*Quelle affirmation? Le passage suivant du courriel que j’ai écrit pour vous le 27 octobre dernier, Monsieur Lehouillier, en parle : « il est faux de dire que la SHRL [Société d’histoire régionale de Lévis] a trouvé la cage « ayant servi à exhiber le corps de Marie-Josephte Corriveau », […] ceux qui font cette affirmation induisent tout le monde en erreur, les citoyens de Lévis et les autres Québécois. La SHRL a été contredite souvent, notamment par les Musées de la civilisation ainsi que par Dave Corriveau et Catherine Ferland […], auteurs d’un livre sur Madame Corriveau paru en 2014. »

 

Ce message sera publié au lepasseurdelacote.com; la réponse du destinataire aussi, s’il répond.

 

Musée du Collège de Lévis (58) A Laliberté_Le Sauvage et son diablotin

 

Le Sauvage et son diablotin, sculpture d’Alfred Laliberté sur laquelle Mgr Loïc Bernard a longtemps veillé en tant que conservateur du Musée du Collège de Lévis

Photo de Roger Martel