La ville de Lévis (Québec) affime que des miracles ont eu lieu dans l’une de ses chapelles… Lettre au maire Gilles Lehouillier.

Lévis, le 19 août 2016

Monsieur Gilles Lehouillier, maire

Ville de Lévis

Monsieur,

Vous savez sans doute que la ville de Lévis est cosignataire, avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL), d’un feuillet intitulé « Une chapelle miraculeuse. La chapelle Sainte-Anne » (ce lieu se trouve rue Saint-Joseph, à Lévis). Ce feuillet contient les textes suivants :

« Saviez-vous que : Deux miracles ont eu lieu dans cette chapelle lors de la fête de Sainte-Anne en 1893? »;

« Saviez-vous que : Suite à ces miracles, cette chapelle est devenue un lieu unique au Québec? »

Je n’avais jamais entendu dire, moi qui suis un citoyen de Lévis depuis plus de trente-cinq ans et qui ai été membre du conseil d’administration d’une société d’histoire lévisienne et principal artisan de la production de la revue de cette société pendant deux ans, que l’Église catholique avait reconnu que deux miracles avaient eu lieu dans la chapelle Saint-Anne. J’ai appelé le curé de la paroisse où se trouve la chapelle Sainte-Anne, Monsieur Paolo Maheux; il ne savait rien des prétendus miracles; c’est tout dire! Ne trouvez-vous pas incroyable, Monsieur Lehouillier, qu’on ait pu rédiger, et répandre à Lévis et probablement ailleurs au Québec un document publicitaire basé sur une affirmation infondée et trompeuse?

Permettez-moi de vous dire qu’il est tout aussi incroyable et scandaleux que la ville de Lévis soit l’un des signataires de ce feuillet qui trompe la population, un feuillet qui est une cause de honte pour les employés consciencieux et honnêtes de la ville, pour la population de Lévis, pour tous les Québécois.

Monsieur le maire, vous le comprendrez, votre devoir vous impose de prendre des mesures pour que la diffusion de ce feuillet cesse; il vous impose aussi de rétablir publiquement la vérité ainsi que de présenter des excuses à la population.

J’ai déjà soutenu qu’il faudrait que vous démissionniez, vous et les conseillers municipaux qui vous appuient. Vous comprendrez que l’affaire de la chapelle miraculeuse ne me fait pas changer d’idée.

Il est absolument nécessaire aussi que la ville de Lévis cesse de collaborer avec la Société d’histoire régionale de Lévis, il faut absolument qu’elle cesse de la subventionner. Le feuillet sur la « chapelle miraculeuse » n’est pas le premier document trompeur de la SHRL; l’affirmation concernant les miracles lévisiens n’est pas la première affirmation trompeuse de la SHRL. Qui comprendrait que la ville de Lévis continue de collaborer avec la Société d’histoire régionale de Lévis, et de la subventionner?

(Avertissement : la SHRL va changer de nom, elle sera rebaptisée Société d’histoire de Lévis; c’est le seul changement annoncé par la SHRL, malheureusement.)

Ce message sera publié au www.lepasseurdelacote.com; votre réponse aussi, Monsieur Lehouillier, si vous me répondez.

En pièce jointe vous trouverez le feuillet mensonger signé par la Société d’histoire régionale de Lévis, le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la ville de Lévis.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Roger Martel, citoyen de Lévis

 

chapelle-sainte-anne-miraculeuse SHRL brochure 2016a29062016

chapelle-sainte-anne-miraculeuse SHRL brochure miracle 2016b - Version 2

Voyons voir si le ministre de la Culture et des Communications du Québec croit qu’il y a une chapelle miraculeuse à Lévis.

Lévis, le 19 août 2016

Monsieur Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications

Cabinet du ministre
Ministère de la Culture et des Communications


225, Grande Allée Est, 1er étage, bloc A


Québec, G1R 5G5

Monsieur,

Ce mois-ci, j’ai trouvé à Lévis, au Bureau d’accueil touristique de Tourisme Lévis, près de la gare fluviale, un feuillet dans lequel apparaît la « signature » du ministère de la Culture et des Communications (MCCQ) ainsi que celles de la ville de Lévis et de la Société d’histoire régionale de Lévis. Les signataires de ce feuillet affirment que des miracles ont eu lieu en 1893, à Lévis, dans la chapelle Sainte-Anne de la rue Saint-Joseph. (Tourisme Lévis relève de la Direction du développement économique et de la promotion de la ville de Lévis. – La Société d’histoire régionale de Lévis a annoncé qu’elle sera rebaptisée Société d’histoire de Lévis.)

Pouvez-vous me dire sur quoi se base votre ministère pour dire qu’il est exact, démontré, indéniable, que des miracles ont eu lieu dans la chapelle Sainte-Anne?

La chapelle Sainte-Anne de la rue Saint-Joseph figure dans le Répertoire du patrimoine culturel du Québec; dans l’espace qui lui est consacré dans le site web de votre ministère, à l’adresse suivante : http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92531&type=bien#.V7ZS50uK_6g, il n’est pas question de miracles. Les responsables de la production du feuillet induisent-ils la population en erreur quand ils affirment que le MCCQ a cosigné le feuillet?

Pourriez-vous me dire aussi si le MCCQ juge conformes à la vérité les paroles des croyants qui affirment que des faits qui se sont ou se seraient produits sont attribuables à l’intervention d’un être supérieur, d’un dieu, d’un saint, d’un maître spirituel, et caetera?

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments distingués.

Roger Martel, citoyen de Lévis

Lettre au président du Mouvement Desjardins concernant une plainte contre la Caisse Desjardins de Lévis à laquelle l’ombudsman du Mouvement Desjardins ne répond pas.

NOTE : LA PLAINTE DONT IL EST QUESTION CI-DESSOUS PEUT ÊTRE LUE AU

https://wordpress.com/stats/insights/lepasseurdelacote.com

 

________________________________________________

Lévis, le 19 août 2016

 

Monsieur Guy Cormier, président et chef de la direction

Entreprise Mouvement Desjardins

100, rue des Commandeurs, Lévis, G6V 7N5

 

Monsieur,

En avril 2016 vous avez hérité du poste de Madame Monique F. Leroux. Malheureusement, cette dernière vous a légué une maison qui comporte des pièces dont l’entretien a été négligé.

Il y a trois mois – c’était le 17 mai 2016, j’ai envoyé à l’ombudsman de l’entreprise Mouvement Desjardins une plainte contre la Caisse Desjardins de Lévis*. Nous sommes le 19 août 2016, soit trois mois plus tard; je n’ai encore reçu aucune communication de l’ombudsman. Votre ombudsman est manifestement incapable de démontrer que les faits et les affirmations présentés dans ma plainte contre la Caisse Desjardins de Lévis sont inexacts; par son silence, votre ombudsman démontre qu’il ne parvient pas à prouver que les faits et les affirmations présentés dans ma plainte contre la Caisse Desjardins de Lévis sont inexacts, par son silence votre ombudsman fait plutôt comprendre de manière éclatante que les faits et les affirmations présentés dans ma plainte sont conformes à la vérité : s’il était capable de réfuter mes arguments, il le ferait! Mais que son impuissance ne le rende pas malade : le conseil d’administration de la Caisse Desjardins de Lévis est lui aussi incapable de réfuter mes arguments (il a toutefois cru trouver le talent nécessaire pour m’intimider en me disant – c’est le président du conseil d’administration, M. René Bégin, qui m’a écrit – qu’il pourrait m’expulser de la caisse).

J’oubliais : le 22 juillet 2016, ou vers le 22 juillet 2016, j’ai écrit ceci à votre ombudsman :

« Il y a donc de deux mois, je vous ai envoyé une plainte concernant la Caisse Desjardins de Lévis. Vous n’avez pas encore communiqué avec moi, Madame l’ombudsman. Votre code d’éthique vous autorise-t-il à ignorer des demandes légitimes des clients de Desjardins? Bien à vous. » Roger Martel, Lévis

Une machine de l’entreprise Mouvement Desjardins m’a répondu ceci :

Bonjour Monsieur Martel,

Nous vous remercions de votre visite sur le site Desjardins.

Nous avons bien reçu votre courriel et celui-ci a été transmis au secteur

concerné.

Veuillez accepter nos meilleures salutations,

L’équipe Internet

Services AccèsD – Solutions en ligne Desjardins

info@desjardins.com

 

Pour vous aider à faire dans votre entreprise le ménage qui s’impose, je vous donne une idée : offrez aux clients de l’entreprise Mouvement Desjardins la possibilité d’utiliser le services d’un ombudsman indépendant, impartial. Aujourd’hui, vos clients ne peuvent pas avoir la certitude que votre ombudsman, Madame Danielle Savoie, Adm. A., ASC., est indépendante, impartiale. Madame Danielle Savoie est une employée de l’entreprise Mouvement Desjardins depuis très longtemps : comme l’entreprise le dit elle-même dans le web, elle « possède de nombreuses années d’expérience à titre de cadre supérieur au sein du Mouvement Desjardins »; elle a peut-être passé toute sa vie professionnelle ou trois quarts de sa professionnelle dans cette entreprise, elle a probablement beaucoup de copains et de copines au sein de cette entreprise, qui sait? elle est peut-être une retraitée de cette entreprise et touche peut-être une pension, en plus d’une rémunération pour son travail d’ombudsman. Je n’accuse Madame Danielle Lavoie de rien, comprenez-moi bien, Monsieur Cormier. Mais force est de constater que Madame Danielle Lavoie a manqué à son devoir d’ombudsman en ignorant ma plainte. Un ombudsman indépendant, impartial, qui pratique la justice rigoureusement, aurait traité ma plainte correctement. Le comportement de Madame Danielle Lavoie n’est pas du tout celui d’un ombudsman indépendant, impartial, qui pratique la justice rigoureusement? Madame Danielle Lavoie est une administratrice; en quoi sa formation d’administratrice l’a-t-elle préparée à remplir avec compétence la fonction d’ombudsman? Et pourquoi les clients de l’entreprise Mouvement Desjardins auraient-ils tort de craindre que Madame Danielle Lavoie se soit improvisée ombudsman?

[Le code de déontologie des administrateurs agréés stipule que « L’administrateur agréé doit s’acquitter de ses devoirs professionnels avec intégrité et objectivité » (http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cr/C-26,%20r.%2014.1). Madame Danielle Lavoie est-elle toujours membre de l’Ordre des administrateurs agréés du Québec?]

I

La caisse Desjardins de Lévis encourage, prête main-forte, épaule, appuie, et ce, depuis de nombreuses années, la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL) : il lui arrive de jouer le rôle de grand partenaire auprès d’elle (elle l’a aidé beaucoup, par exemple, dans le « dossier » de la cage de la Corriveau, qui a vu la SHRL induire en erreur la population et les médias); elle lui donne de l’argent quand elle publie quatre fois par année, dans sa revue, une page publicitaire (qui déforme l’histoire de Lévis). Vous devriez, Monsieur Cormier, suggérer à la Caisse Desjardins de Lévis d’oublier la SHRL. Surtout que depuis quelque temps la SHRL affirme, dans un feuillet diffusé à Lévis (je l’ai trouvé dans un bureau d’information touristique de la ville de Lévis) et peut-être dans d’autres villes, que des miracles se sont produits en 1893 dans une chapelle de Lévis que l’administration municipale du maire Gilles Lehouillier confie à ses bons soins (avec de l’argent). Or, le curé de la paroisse dans laquelle se trouve la chapelle, avec qui j’ai communiqué, m’a dit ne pas être au courant de l’existence de ces miracles… (Pour vous faire rire, Monsieur Cormier, j’ajoute que la ville de Lévis est l’un des signataires du feuillet mensonger.) (Vous trouverez peut-être moins drôle l’information suivante : l’un des membres du conseil d’administration de la SHRL est un ancien président du conseil d’administration de la Caisse Desjardins de Lévis, Monsieur Clément Samson, probablement un objet de fierté pour l’entreprise Mouvement Desjardins depuis qu’il a été nommé juge à la Cour supérieure du Québec.) (Dernière heure : j’apprends que la Société d’histoire régionale de Lévis change de nom, qu’elle s’appellera Société d’histoire de Lévis. On devine pourquoi elle abandonne le nom Société d’histoire régionale de Lévis…)

II

Je ne sais pas pourquoi : j’ai l’impression qu’il y a des gens au Québec, dans les villes, dans les villages, qui semblent porter en eux un fort sentiment de surpuissance. Ce sentiment se développerait chez eux quand ils travaillent dans votre géante entreprise (ça doit arriver aussi dans d’autres géantes entreprises), et il les habiterait même après leur départ de l’entreprise. Forts de leur sentiment de surpuissance, ces gens se permettraient de faire des choses qui ne leur viendraient pas à l’esprit s’ils travaillaient ou avaient travaillé comme charcutier chez Saucisserie-Lévis-Plus, comme enseignant à l’École Pointe-Lévy, comme préposé aux bénéficiaires au Centre d’accueil Saint-Joseph-de-Lévis ou même comme diacre à Saint-Henri-de-Lévis. Trompés par leur sentiment de surpuissance, certains peuvent agir comme s’ils étaient invincibles, à l’abri de tout, et s’exposer, pour cette raison, à des dangers en entreprenant, par exemple, d’aller décrocher la lune pour leur amoureux ou leur amoureuse (aucune loi ne l’interdit) ou en faisant des actions que leur maman désapprouverait. Vous comprenez ce que je veux dire, Monsieur Cormier.

Vous avez compris, Monsieur Cormier, que vous devez essayer de faire oublier l’incurie et l’incivilité de votre ombudsman, votre employé. Vous avez compris, Monsieur Cormier, que vous devez tenter de convaincre les clients de l’entreprise Mouvement Desjardins que les faits et les affirmations présentés dans ma plainte contre la Caisse Desjardins de Lévis sont inexacts. J’espère que vous me répondrez. [Bien sûr, vous pouvez charger l’un de vos employés de me répondre. Si c’est ce que vous faites, j’aimerais que vous demandiez à la personne désignée de mentionner que la réponse qu’elle me transmet est la réponse officielle de l’entreprise Mouvement Desjardins ainsi que de signer sa communication. (On ne prend jamais trop de précautions, semble-t-il : cette semaine, la ville de Lévis a répondu à une demande que je lui avait soumise; le nom de l’auteur de la réponse, c’est-à-dire de l’employé qui assume la responsabilité de la communication, n’est pas donné.)]

Pour terminer, j’aimerais vous inviter à donner une devise à l’entreprise Mouvement Desjardins. Je vous en propose une : « Éloigne-toi du mal, et fais le bien ».

Je publierai cette communication, de même que votre réponse (si vous me répondez), au www.lepasseurdelacote.com.

Veuillez agréer, Monsieur le président et chef de la direction, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Roger Martel, citoyen de Lévis, client de la Caisse Desjardins de Lévis

 

Pièce jointe : plainte de Roger Martel contre la Caisse Desjardins de Lévis, soumise le 17 mai 2016 à l’ombudsman de l’entreprise Mouvement Desjardins.

 

* Composition du Conseil d’administration de la Caisse Desjardins de Lévis

René Bégin, FCPA, FCA, Président, Comptable professionnel agréé

Laurent Fallon, MBA, Premier vice-président, Directeur des sports

Claire Auger, Deuxième vice-présidente, Notaire

Jean-Paul Gaumond, Troisième vice-président, Retraité

Lily Vallée, Secrétaire, Guide accompagnatrice

Jean-Pierre Bernier, Administrateur, Retraité

Suzanne Bonnette, Administratrice, Coordonnatrice au développement

André Carrier, Administrateur, Retraité

Normand Deschênes, Administrateur, Retraité

Linda Goupil, Administratrice, Avocate et médiatrice, ancienne ministre de la Justice

Étienne Guay, Administrateur, Comptable professionnel agréé

Marie-Hélène Guité, Administratrice, Entrepreneure

Marie-Josée Montminy, Administratrice, Notaire

Geneviève Nadeau, Administratrice, Chiropraticienne

Mario Rancourt, Administrateur, Comptable professionnel agréé

Nicolas Lessard, Jeune dirigeant de la relève

Émilie Proteau-Coulombe, Jeune dirigeante de la relève

Note : Avocat, notaire, comptable, guide, entrepreneur, directeur des sports, chiropraticienne… Puis-je vous suggérer, Monsieur Cormier, d’inviter le Conseil d’administration de la Caisse Desjardins de Lévis à recruter une personne un peu ou très ferrée en éthique et complètement indépendante?

Plainte contre l’ombudsman du Mouvement Desjardins soumise à l’ombudsman du Mouvement Desjardins le 19 août 2016.

Lévis (Québec), le 19 août 2016

 

Madame Danielle Savoie, ombudsman

Bureau de l’Ombudsman du Mouvement Desjardins

Case postale 7, succursale Desjardins

Montréal (Québec) H5B 1B2

Objet : Plainte contre l’ombudsman du Mouvement Desjardins

 

Madame l’ombudsman,

 

Permettez-moi de porter plainte contre l’ombudsman du Mouvement Desjardins, Madame Danielle Savoie.

Au milieu de mai 2016, il y a donc plus de trois mois, j’ai soumis à Madame Savoie une plainte contre la Caisse Desjardins de Lévis. Madame Savoie ne m’a pas répondu, Madame Savoie ne m’a même pas expédié un accusé de réception. Le mois dernier, j’ai écrit de nouveau à Madame Savoie : « Il y a […] deux mois, je vous ai envoyé une plainte concernant la Caisse Desjardins de Lévis, ai-je rappelé à Madame Savoie. Vous n’avez pas encore communiqué avec moi, Madame l’ombudsman. Votre code d’éthique vous autorise-t-il à ignorer des demandes légitimes des clients de Desjardins? » Vous pensez sans doute, Madame Savoie, que Madame Savoie m’a répondu prestement. Détrompez-vous : je n’ai pas encore eu la joie de lire l’ombudsman du Mouvement Desjardins.

Pourtant… Pourtant, le code de déontologie du Mouvement Desjardins, que Madame Savoie devrait connaître, stipule ceci :

« Desjardins reconnaît que chaque personne est fondamentalement digne, libre et responsable. Partant de ce principe, les dirigeants et les employés de Desjardins s’engagent à : a) traiter chaque personne avec respect et courtoisie; b) observer strictement le devoir de confidentialité et de discrétion ; c) répondre aux besoins des personnes de la façon la mieux adaptée possible; d) fournir aux personnes une information exacte, utile et compréhensible pour prendre des décisions éclairées; e) agir de manière professionnelle en toute circonstance; f) éviter toute forme de harcèlement et discrimination. »

J’imagine que vous seriez d’accord avec moi, Madame l’ombudsman, pour dire que Madame Savoie ne m’a pas traité avec respect et courtoisie, qu’elle ne m’a pas fourni une information exacte, utile et compréhensible, etc.

Je suis sûr que vous accomplirez votre devoir, et que traiterez ma plainte honnêtement, avec impartialité, rapidement.

Veuillez agréer, Madame l’ombudsman, l’expression de mes sentiments distingués.

Roger Martel, citoyen de Lévis, client de la Caisse Desjardins de Lévis

Décaladez avec Amnistie Internationale !

POUR SA PREMIÈRE ANNÉE, REJOIGNEZ L’ÉQUIPE D’AMNISTIE POUR FAIRE DE LA DÉCALADE! Quest-ce que cest? C’est une activité qui consiste à descendre les parois verticales d’un immeuble – en étant évidemment bien attaché-e : vous le faites en marchant sur les murs, ou en sautant si vous êtes plus brave! Pour notre première descente, nous attaquons la Tour du Quai des Convoyeurs au Vieux-Port de Montréal: c’est 50 mètres de descente au-dessus de l’eau! Chaque participant devra collecter un minimum de 500$ pour soutenir au mieux la mission dAmnistie, qui comme vous le savez refuse toute subvention gouvernementale. Vous vous sentez téméraires? Vous voulez faire une toute nouvelle activité sautée? Alors rejoignez-nous!  N’oubliez pas de vous inscrire rapidement – les places sont limitées! Pour vous inscrire ou pour en savoir plus, contactez Laetitia Viard à sauterpourlaliberte@amnistie.ca

Source : Décaladez avec Amnistie!