Budget du Canada 2012 : une autre voie

2012 – Dix solutions pour un budget fédéral qui serve les intérêts de tout le monde

Source : http://www.policyalternatives.ca/sites/default/files/uploads/publications/National%20Office/2012/03/AFB%20Top%20Ten%20FRENCH.pdf

LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL a prévu cette année une austérité fiscale. Mais l’austérité tend à fragiliser l’économie, comme on l’a vu en Europe où son imposition a replongé les pays en récession, causé l’augmentation du chômage et creusé les déficits et les dettes des États. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral pro- pose un plan qui va à contre-courant de l’austérité pour miser plutôt sur les retombées des mesures suivantes : une relance économique durable, une productivité accrue, une stimulation de l’investissement privé et la création d’emplois à forte valeur ajoutée dans des secteurs qui augmentent la qualité de vie et réduisent les inégalités.

 

1 | Réduire la pauvreté et les inégalités

 

Les inégalités atteignent présentement un sommet au Canada : elles sont au niveau le plus haut en trente ans et augmentent désormais plus rapidement qu’aux États-Unis. Ces inégalités devraient préoccuper le gouvernement pour de multiples raisons : le 1% des Canadiens les plus riches accapare maintenant une part de la richesse aussi grande que durant les années 1920, la classe moyenne voit ses revenus stagner depuis près de 20 ans, son endettement prend des proportions inquiétantes et près de 10% des gens, dont de nombreux enfants, vit dans la pauvreté. Le taux de pauvreté est plus élevé chez les femmes et les minorités culturelles et les Premières Nations. L’Alternative budgétaire de cette année est fondé sur un plan de réduction de la pauvreté au Canada de 25% en cinq ans et de 75% en dix ans. Il consiste à rétablir le rôle du gouvernement fédéral dans le contrôle des inégalités en l’amenant à redistribuer la richesse produite. Ce plan solidifie le filet social et améliore les services publics.

 

2 | Rétablir une fiscalité plus progressive

 

Les coupures d’impôts et les échappatoires fiscales privilégiant les plus fortunés ont accru le déficit budgétaire du Canada, un déficit qui sert maintenant de prétexte pour sa- brer dans les services publics à la population. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral propose des réformes visant à rétablir une fiscalité plus juste et protéger les services publics. Il demande au 1% le plus riche de la population, qui bénéficie aujourd’hui des taux d’imposition les plus bas en 80 ans, de contribuer sa juste part au redressement de l’économie.

 

3 | Exiger des entreprises une juste contribution à l’impôt

 

Les baisses d’impôts consenties par le gouvernement Harper ont un prix très lourd : entre 2006 et 2013–14, elles coûteront au total 220 milliards de dollars au trésor fédéral. Cet argent pourrait pourtant servir à mettre hors de danger le système de santé et nos pensions de vieillesse. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral met fin à l’expérience ratée du gouvernement fédéral en matière d’imposition des entreprises. L’impôt des sociétés a chuté entre 2000 et aujourd’hui de 29% à 15%. Plutôt que de réinvestir les nouveaux profits comme ils l’avaient promis, les entreprises sont restées assises sur une montagne de liquidités qui atteint déjà 500 milliards de dollars.

 

4 | Étendre le système de santé public et créer un régime universel d’assurance

 

médicaments Le système de santé canadien est le programme social le plus populaire au Canada. Mais le gouvernement fédéral
doit s’assurer que tous les Canadiens et Canadiennes bénéficient d’un accès similaire aux services. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral montre comment il est possible d’améliorer le système de santé et de le développer davantage pour le rendre plus efficace et soutenable. Il met l’accent sur une réforme des soins primaires, tient compte du vieillissement de la population vieillissante et corrige les inégalités croissantes en santé. Il prévoit aussi la mise en place d’un régime universel d’assurance médicaments permettant un accès gratuit de la population démunie et un pouvoir de négociation ac- cru avec les entreprises pharmaceutiques.

 

5 | Couper dans les dépenses militaires

 

Le Canada est devenu l’un des pays de l’OTAN qui dépense le plus d’argent par habitant pour sa défense. En fait, les dépenses militaires canadiennes sont 19% plus élevées que ce qu’elles étaient à la fin de la Guerre froide et 42% plus élevées qu’après les attentats de septembre 2001. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral réduit considérablement les dépenses militaires canadiennes. Re- tourner au niveau d’avant septembre 2001 et stopper la croissance des services de sécurité nationale permettra d’économiser plus de 5 milliards de dollars par année d’ici trois ans.

 

6 | Protéger et améliorer les retraites publiques

 

L’actuel régime public de pensions du Canada n’est pas assez financé pour offrir un revenu décent à la retraite. Plus des deux tiers des travailleurs et travailleuses ne bénéficient pas d’un régime complémentaire de retraite fourni par leur employeur et seulement 26% des gens admissibles à un REER ont aujourd’hui les moyens d’y cotiser. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral pro- pose de doubler le Régime de pensions du Canada (RPC) et d’augmenter les prestations de Supplément de revenu garanti (SRG) et de Sécurité de la vieillesse (SV). Ces mesures aideraient à éliminer la pauvreté des personnes âgées, particulièrement chez les femmes. Le Alternative budgétaire montre comment le Canada peut améliorer son régime public de pensions par le biais de la fiscalité et sans repousser l’âge de prise de la retraite.

 

7 | Financer le logement social

 

Le gouvernement fédéral a, depuis quinze ans, considérable- ment abaissé sa participation au financement du logement social. Les villes et les villages en ont subi de graves conséquences. Les locataires connaissent des hausses de loyer très élevées et nombre de personne démunies éprouvent de graves difficultés à trouver un logement adéquat. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral propose que l’on investisse 2 milliards de dollars pour créer des logements sociaux. Non seulement ces logements bénéficieront-ils à ceux et celles qui les habiteront, mais leur construction sera une source d’emplois.

 

8 | Investir dans la qualité de vie des Première Nations

 

Les Premières Nations vivent dans des conditions inacceptables, bien en deçà de celles du reste de la population. La moitié des Autochtones sont des enfants ou des jeunes adultes. En l’absence de mesures immédiates, c’est une génération complète qui pourrait être abandonnée à la pau- vreté. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral pro- pose des changements fondamentaux pour améliorer le ni- veau de vie des Premières Nations. Il prévoit des investissements de grande envergure dans les infrastructures, en santé et en éducation. Le Alternative budgétairement aussi de l’avant l’élaboration d’une stratégie nationale visant à mettre fin aux violences faites aux femmes autochtones.

 

9 | Relever les défis environnementaux

 

Un environnement sain nous permet de rester en santé et d’améliorer notre qualité de vie. Le laxisme en matière environnementale aura non seulement des séquelles écologiques graves mais également des répercussions sociales et économiques. Les sables bitumineux et les énergies sales nous préparent un avenir bien sombre. L’environnement occupe une place centrale dans l’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral, qui propose de protéger notre eau potable et les espèces en voie de disparition, d’investir dans les énergies propres, d’appuyer la lutte aux changements climatiques dans les pays en voie de développement et de mettre fin aux subventions pour le développement des énergies fossiles.

 

10 | Réduire le chômage

 

Le marché de l’emploi canadien est morose. En décembre 2011, le taux de chômage réel au Canada était de 10,6% ce qui signifie que près de deux millions de personnes aptes au travail n’en ont aucun ou pas suffisamment. Pour les plus jeunes, la situation est de plus en plus critique : leur taux de chômage stagne au-dessus de 14% depuis 2009. L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral propose la création de nombreux emplois pour mettre fin à cette situation. Pour ceux et celles qui ne trouvent pas d’emploi, il propose la réduction à 360 heures, pour tous et toutes, de la quantité d’heures travaillées pour être admissible aux prestations d’assurance-emploi. 

 

 

www.policyalternatives.ca

 

 

Lutte contre l’augmentation des droits de scolarité au Québec, et lutte pour la gratuité scolaire

VICTOR-LÉVY BEAULIEU APPUIE LE MOUVEMENT ÉTUDIANT!

Trois-Pistoles, le 22 mars 2012. Victor-Lévy Beaulieu, qui se bat pour la gratuité scolaire depuis son adolescence, appuie sans réserve le mouvement étudiant dans ses revendications et dénonce l’action répressive des forces policières qui, si on en juge par les déclarations du maire de Montréal et tous les Claude Poirier qui maloeuvrent dans les médias, seront bientôt les seules à avoir le droit de manifester… casqués, masqués, portant bâtons, boucliers, bombes assourdissantes, gaz lacrymogènes et poivre de Cayenne!

 

Habitant dans le comté de Rivière-du-Loup où près du tiers des familles vit sous le seuil de la pauvreté, VLB comprend l’indignation des étudiants : l’augmentation des frais scolaires est une aberration, et particulièrement pour ceux qui sont des régions éloignées : quand vos parents ne gagnent même pas 25 000 $ par année, quel soutien pouvez-vous attendre d’eux si vous voulez entreprendre des études supérieures ? Quand votre mère est monoparentale et qu’elle travaille au salaire minimum, quel soutien peut-elle vous apporter? Aucun, et le taux élevé de décrochage scolaire en régions le prouve sans conteste. Les quartiers dits populaires des grandes villes québécoises souffrent de la même maladie! Égalité des chances pour tous? C’est rire du monde que de l’affirmer.

 

La gratuité scolaire concerne toutes les citoyennes et tous les citoyens du Québec. Notre appui aux étudiants ne doit pas être que symbolique, car la répression que les manifestants encourent ne l’est pas, elle! Les amendes de 499$ remises aux étudiants qui ont occupé le pont Champlain le démontrent sans équivoque.

 

C’est pourquoi Victor-Lévy Beaulieu paiera, au nom d’un étudiant démuni, l’amende de 499$ qu’il a reçue. VLB souhaite que son geste soit imité par celles et ceux qui croient à la gratuité scolaire et aux justes revendications des étudiants du Québec.

 

 

SOURCE : VICTOR-LÉVY BEAULIEU : 1 418 851 8888

Anne Frank – Une exposition présentée à Lévis (Québec)

Adolf Hitler, l’hostile aux Juifs, est au pouvoir, en Allemagne. La famille juive d’Anne Frank quitte l’Allemagne, se réfugie aux Pays-Bas. Quand les nazis envahissent les Pays-Bas, les occupent, Anne Frank se terre avec ses parents et avec d’autres personnes. C’est dans son lieu secret qu’elle écrit, pendant environ deux ans (1942-1944), son journal si célèbre, si lu.

Journal d’Anne Frank (De Dagboeken van Anne Frank), première édition, 1947

L’École Marcelle-Mallet de Lévis (Québec) présente l’exposition itinérante Anne Frank, réalisée par la Maison Anne Frank d’Amsterdam. Pour cette dernière, il est important que « les jeunes québécois puissent avoir la chance de discuter des thèmes de cette exposition, soit les dangers de la discrimination et l’importance de la tolérance face à l’autre ».

L’exposition est présentée dans l’ancienne chapelle de l’école. Cet établissement, fondé par les Soeurs de la Charité de Québec, portait autrefois le nom de Couvent Notre-Dame-de-Toutes-Grâces.

L’exposition prendra fin le 13 avril 2012. Elle est ouverte au grand public les mardis de 13 h à 15 h 30, les mercredis de 13 h à 15 h 30 et de 18 h 30 à 20 h 30 ainsi que les jeudis de 13 h à 15 h 30. Pour obtenir plus de renseignements et pour réserver, on compose le 418 833-7691 (poste 221). L’école Marcelle-Mallet, fondée en 1858, s’élève rue Déziel, à Lévis, près de la gare des traversiers. On peut aussi consulter le http://www.emm.qc.ca/exposition-anne-frank.

Anne Frank, née en 1929, morte dans l’horreur en 1945, a été victime du nazisme, comme beaucoup d’autres enfants, d’êtres humains. La souffrance qui frappe les êtres humains, les enfants, les animaux, est abominable. Pourtant, au moment même où ces lignes sont lues…

Photo : http://www.droitsenfant.com/guerre.htm

« deux milliards d’individus souffrent de la faim ou de carences alimentaires sévères »,

selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO). (source : http://www.chaireunesco-adm.com/spip.php?rubrique2)

Photo : http://www.droitsenfant.com/guerre.htm

Estimation du nombre d’enfants victimes de conflits armés durant la dernière décennie :

Nombre d’enfants soldats : 250 000, dont plus du tiers en Afrique

Nombre d’enfants victimes des mines anti personnel : 8 à 10 000 par an

Nombre d’enfants réfugiés ou déplacés dans le monde : 23 millions

Tués : 2 millions

Gravement blessés ou mutilés à vie : 6 millions

Sans abri : 12 millions

Orphelins ou séparés de leurs familles : plus de 1 millions

Traumatisés psychologiquement : 10 millions

20 pays sont inscrits sur la liste noire des pays en conflit utilisant massivement des enfants soldats : Afghanistan, Burundi, Colombie, Côte d’Ivoire, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Géorgie, Haïti, Iraq, Liban, Myanmar (ex Birmanie), Népal, Ouganda, Philippines, Somalie, Soudan, Sri Lanka, Tchad, Thaïlande et dans le Territoire palestinien occupé par Israël (source : rapport ONU 2010).

(source : http://www.droitsenfant.com/guerre.htm)

(Ce document a été créé par Roger Martel le 20 mars 2012.)

Des droits de scolarité au Québec ?

Augmentation des droits de scolarité au Québec

PACTE INTERNATIONAL RELATIF AUX DROITS ÉCONOMIQUES, SOCIAUX ET CULTURELS

(Le Québec est l’une des parties à ce pacte.)

Adopté et ouvert à la signature, à la ratification et à l’adhésion par l’Assemblée générale dans sa résolution 2200 A (XXI) du 16 décembre 1966

Entrée en vigueur: le 3 janvier 1976, conformément aux dispositions de l’article 27

Article 13

1. Les Etats parties au présent Pacte reconnaissent le droit de toute personne à l’éducation. Ils conviennent que l’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et du sens de sa dignité et renforcer le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Ils conviennent en outre que l’éducation doit mettre toute personne en mesure de jouer un rôle utile dans une société libre, favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux, ethniques ou religieux et encourager le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.

2. Les Etats parties au présent Pacte reconnaissent qu’en vue d’assurer le plein exercice de ce droit:

a) L’enseignement primaire doit être obligatoire et accessible gratuitement à tous;

b) L’enseignement secondaire, sous ses différentes formes, y compris l’enseignement secondaire technique et professionnel, doit être généralisé et rendu accessible à tous par tous les moyens appropriés et notamment par l’instauration progressive de la gratuité;

c) L’enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l’instauration progressive de la gratuité;

d) L’éducation de base doit être encouragée ou intensifiée, dans toute la mesure possible, pour les personnes qui n’ont pas reçu d’instruction primaire ou qui ne l’ont pas reçue jusqu’à son terme;

e) Il faut poursuivre activement le développement d’un réseau scolaire à tous les échelons, établir un système adéquat de bourses et améliorer de façon continue les conditions matérielles du personnel enseignant.

3. Les Etats parties au présent Pacte s’engagent à respecter la liberté des parents et, le cas échéant, des tuteurs légaux, de choisir pour leurs enfants des établissements autres que ceux des pouvoirs publics, mais conformes aux normes minimales qui peuvent être prescrites ou approuvées par l’Etat en matière d’éducation, et de faire assurer l’éducation religieuse et morale de leurs enfants, conformément à leurs propres convictions.

4. Aucune disposition du présent article ne doit être interprétée comme portant atteinte à la liberté des individus et des personnes morales de créer et de diriger des établissements d’enseignement, sous réserve que les principes énoncés au paragraphe 1 du présent article soient observés et que l’éducation donnée dans ces établissements soit conforme aux normes minimales qui peuvent être prescrites par l’Etat.

Source 19 mars 2012, Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme,

http://www2.ohchr.org/french/law/cescr.htm

« Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) représente l’engagement du monde envers les idéaux universels de la dignité humaine. La communauté internationale nous a confié un mandat unique, celui de promouvoir et protéger tous les droits de l’homme. »

On peut lire : Timothée Labelle – Étudiant au baccalauréat en relations internationales et droit international de l’UQAM 19 mars 2012 Éducation :

http://www.ledevoir.com/societe/education/345362/libre-opinion-derriere-les-etudiants-le-droit-international

Glanures de lectures 1 mars 2012

Comme dans un champ où on glane, on s’en va d’épi en épi, il s’en allait de chose en chose.

(C. F. Ramuz, Aimé Pache, 1911)

…………………………………………………………..

« HALTE-LÀ, ÇA SUFFIT ! » Dans un livre posthume, Danielle Mitterrand, résistante française, dit ce qu’elle n’accepte pas, elle dit entre autres ceci : « Le système a tellement exagéré dans la démesure, il a tellement pressuré non seulement la vie, les richesses humaines, mais aussi les richesses naturelles, qu’il existe aujourd’hui un mouvement qui dit : « Halte-là, ça suffit ! » Ce mouvement, j’y ai travaillé toute ma vie. Même quand François [François Mitterrand, son mari, président de la France de 1981 à 1995] était au pouvoir. Lorsque j’étais toute petite, ma mère me disait déjà : « Arrête de protester. » Aujourd’hui encore, on me dit : « Vous êtes un peu trop radicale. » Je réponds : « Il faut l’être. » Il faut toujours crier : « Vive l’avenir ! » ». – Danielle Miterrand (décédée le 22 novembre 2011 à l’âge de 87 ans), Ce que je n’accepte pas (livre d’entretiens avec Gilles Vanderpooten), Editions de l’Aube, 109 p., 2012.

JUGE « L’opinion de celui-là ne me plaît guère qui pensait, par la multitude des lois, brider l’autorité des juges, en leur taillant leurs morceaux. Il ne sait point qu’il y a autant de liberté et d’étendue à l’interprétation des lois qu’à leur façon » (Montaigne, Essais, L. III, Chap. XIII, « De l’expérience »; cité par Pierre Brunet, « Les juges européens au pays des valeurs », La Vie des idées, 9 juin 2009. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Les-juges-europeens-au-pays-des.html)

LA MORALE DES HOMMES

« La morale des hommes, tout simplement, c’est de ne pas faire ou laisser faire le mal, autant qu’il dépend d’eux. » (Pol Gaillard, Liberté et valeurs morales, Paris, Hatier, collection Profil, ©1978, p. 49)

PROVERBE

Ce que tu peux faire pour moi, si tu le fais sans moi, tu le fais contre moi. (Proverbe africain cité par Jean-Paul L’Allirer, ancien maire de Québec, rapporté par François Bourque dans Le Soleil, 13 février 2012, p. 5)

MINES CHINOISES EN TERRE QUÉBÉCOISE

Le Plan Nord québécois, qui semble être un instrument conçu d’abord et avant tout pour faire monter la popularité du politicien Jean Charest avant la prochaine campagne électorale, attire toutes sortes de monde, paraît-il, y compris des entreprises de l’État chinois. Comme il est bon de savoir comment se comportent les Chinois à l’extérieur de chez eux, je vous invite à lire ceci :

« Vent de révolte dans les mines de cuivre de Zambie. Depuis trois mois, les syndicats de mineurs de ce pays ont déclenché une vague de grèves pour protester contre leurs conditions de travail dans les mines exploitées par des entreprises d’Etat chinoises. Un rapport de l’ONG Human Rights Watch dénonçait en novembre dernier la violation des droits syndicaux, les horaires abusifs et les atteintes à l’hygiène et à la sécurité au travail. » (Texte paru dans la revue Alternatives économiques, février 2012, p. 94. Voir aussi ce site en anglais : http://www.hrw.org/reports/2011/11/03/you-ll-be-fired-if-you-refuse-0)

LES VALETS DE M. DESMARAIS

Le grand patron de la Caisse de dépôt et placement du Québec, M. Michael Sabia, et le premier minstre du Québec, M. Jean Charest, sont invités chez le richissime Paul Desmarais, homme d’affaires; ils vont chez M. Desmarais. Leur est-il déjà arrivé de décliner une invitation de M. Desmarais?

M. Desmarais appartient, on le voit, à une classe sociale privilégiée. Ce n’est pas un citoyen et un électeur comme un autre. Il a beaucoup, beaucoup, beaucoup plus de poids que vous et moi auprès de MM. Sabia et Charest, avec qui il peut discuter dans son salon, dans sa salle à manger, dans son écurie.

Les valets de M. Desmarais doivent savoir des choses intéressantes. On a hâte de lire leurs souvenirs.