Le mal et la lâcheté

Commission Charbonneau – Coupables par lâcheté

 Éditorial de Jean-Robert Sansfaçon

Source : Le Devoir, 30 janvier 2013, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/369562/coupables-par-lachete

Après l’entrepreneur Lino Zambito et l’ingénieur Michel Lalonde, non seulement il est devenu évident que la collusion et la corruption sont pratiques courantes dans l’industrie des travaux publics, mais on se demande s’il sera possible de briser ce moule compte tenu du fait qu’elles font partie des moeurs d’un grand nombre d’élus et de dirigeants d’entreprise.

(…)

Pendant des décennies, des dizaines de notables respectés, maires, conseillers, députés, ministres, entrepreneurs, fournisseurs, ont participé à cette escroquerie de fonds publics (ou en ont été témoins) sans trouver à y redire.

(…)

La question qui se pose n’est plus de savoir si Genivar, Dessau, Cima, SNC-Lavalin, BPR ont participé au complot puisque la réponse est connue, mais plutôt si ces firmes sont devenues à ce point puissantes et indispensables au monde politique qu’elles peuvent espérer s’en sortir indemnes ?

(…)

Comment se fait-il que nous soyons si tolérants à l’endroit des patrons d’entreprise, au point où ceux-ci ne trouvent rien d’anormal dans le fait d’agir en criminel ? Est-ce à cause de la rareté des moyens accordés aux organismes de contrôle et aux forces policières pour créer ce sentiment de peur dont bien des individus ont besoin pour respecter les règles de la vie en société ?

À l’évidence, le monde des affaires a autant besoin que tout autre groupe social de se savoir surveillé pour se comporter honnêtement. N’hésitons plus à lui fournir ce dont il a besoin !