La République centrafricaine, la loi du talion, le pape François

Le pape François doit dire haut et fort à ses ouailles…

Dans un texte publié dans le site web Chronique de Louis O’Neill, http://www.louis-oneill.com/?p=1454, ainsi que dans le journal Le Soleil le 27 avril 2014, M. Louis O’Neill rappelle qu’en République Centrafricaine « une minorité musulmane, en possession du pouvoir politique et militaire , a longtemps persécuté les chrétiens, majoritaires » et que les chrétiens, maintenant au pouvoir, « ont entrepris à leur tour de persécuter la minorité musulmane ». M. O’Neill termine son texte par ces mots : « À l’occasion de Pâques le pape François a prié pour qu’advienne la paix en République centrafricaine. Je souhaite que dans une intervention ultérieure il rappelle aux chrétiens de ce pays que la loi du talion ne peut remplacer l’Évangile. » Doit-on comprendre que le pape François n’a pas encore dit à ses ouailles de cesser d’exercer des représailles inhumaines?

Roger Martel (le Passeur de la Côte)

 

Jésus et la loi du talion

« Vous avez appris qu’il a été dit : ‘œil pour œil et dent pour dent’. Et moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Au contraire, si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre. À qui veut te mener devant le juge pour prendre ta tunique, laisse aussi ton manteau. Si quelqu’un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos. » Matthieu 5,38-4

………………………………

 

La loi du talion, texte de M. Louis O’Neill (auteur, ancien professeur à l’Université Laval, ministre du gouvernement du Québec de 1976 à 1979, prêtre)

Source : Site Chronique de Louis O’Neill, http://www.louis-oneill.com/?p=1454 vu le 28 avril 2014

 

……………………………………………….

Pape Francois_Foto Ufficiale1aPape François (photo du Vatican)

TWITTER @PONTIFEX_FR

28 avril 2014

Le manque d’équité est la racine des maux sociaux.

 

26 avril 2014

Personne ne peut se sentir dispensé du partage avec les pauvres et de la justice sociale (EG 201).

………………..

 

Violence en République centrafricaine

 

Source : Médecins Sans Frontières (MSF), http://www.msf.ca/fr/violence-en-r%C3%A9publique-centrafricaine vu le 29 avril 2014

 

Médecins Sans Frontières (MSF) apporte une assistance aux personnes qui ont été blessées et déplacées par la violence généralisée en République centrafricaine (RCA).

Depuis le 5 décembre 2013, la violence continue de sévir à Bangui, la capitale, qui accueille plus de 500 000 déplacés. Beaucoup vivent dans des camps surpeuplés où ils n’ont pas d’accès adéquat à de la nourriture, de l’eau ou des installations sanitaires.

À l’extérieur de la capitale, la situation reste tendue. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées. Bon nombre d’entre elles ont fui dans la brousse.

Les besoins humanitaires sont importants, mais il est difficile de fournir de l’aide en raison de la dégradation des conditions de sécurité. Beaucoup plus d’aide est requise.

Depuis début décembre, MSF a déjà donné plus de 43 000 consultations et traité plus de 3 000 blessés.

En plus de son intervention à Bangui, MSF gère des projets dans 10 autres localités du pays : Batangafo, Boguila, Bossangoa, Bouca, Bria, Carnot, Kabo, Ndéle, Paoua et Zémio. Des équipes mobiles d’urgence sont à pied d’œuvre à Bouar, Mbaiki et Yaloké.

MSF dispense des soins médicaux gratuits à quelque 400 000 personnes en RCA. Plus de 100 membres du personnel international et 1 100 agents locaux travaillent dans sept hôpitaux, deux centres de santé et 40 postes sanitaires à travers tout le pays. MSF est présente en RCA depuis 1997.

Greenpeace dénonce le projet de construction du terminal pétrolier de TransCanada à Cacouna

 

Texte de Greenpeace, avril 2014
Des activistes de Greenpeace sont actuellement à Cacouna pour dénoncer le projet de construction du terminal pétrolier de TransCanada dont les travaux préparatoires, des levés sismiques, posent des risques importants pour la population de bélugas du Saint-Laurent.
La région où se trouve Cacouna est un habitat critique pour la population de béluga, une espèce menacée. Les bélugas se retrouvent dans la région au printemps pour se nourrir et pour donner naissance à leurs petits.
Le terminal pétrolier de Cacouna, proposé par TransCanada, serait construit dans le but d’acheminer le pétrole sale des sables bitumineux vers les marchés internationaux. La construction de celui-ci n’est pas seulement un danger pour le climat et les millions de personnes qui sont et seront affectées par les changements climatiques, c’est aussi un danger pour l’écosystème marin de cette région et tous ceux qui en dépendent.
La résistance s’organise à Cacouna et elle a besoin de votre appui.

 

Cacouna Beluga Transcanada Greenpeace
Bélugas

Ce que vous pouvez faire :

Manifester dimanche 27 avril à 11 h à Cacouna à l’appel du groupe citoyen Stop Oléoduc;
Signer la pétition pour encourager la mairesse de Cacouna à refuser le projet (pour signer la pétition, on va au https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ghislaine_Daris_mairesse_de_Cacouna_Sauvez_les_belugas_dans_le_StLaurent/?copy;
Vous inscrire sur la liste d’envoi Halte au pipeline afin de recevoir les dernières infos sur l’enjeu des sables bitumineux, les mobilisations qui ont lieu et les moyens d’action.
Le projet Énergie Est de TransCanada inclut la conversion d’un gazoduc construit dans les années 1950, la construction d’un oléoduc de 1400 km de long et de deux terminaux pétroliers à Cacouna, au Québec, et Saint John au Nouveau-Brunswick. Ce « pipeline Frankenstein » deviendra ainsi le plus gros pipeline en Amérique du Nord et TransCanada prévoit acheminer 1,1 million de barils de pétrole brut des sables bitumineux par jour, principalement voué à l’exportation. Ce projet à été déposé le 4 mars 2014 en pré-application auprès de l’Office national de l’énergie chargé d’approuver ou non le projet.

 

Les travaux préparatoires ont déjà commencé au sein d’un habitat critique pour le béluga avec l’aide d’un permis émis par le ministère fédéral Pêches et Océans.

 

Il est important de se mobiliser maintenant pour contrer ce projet qui permettrait un accroissement considérable des émissions de GES du Canada à un moment où nous avons tous deséspérement besoin de diminuer notre empreinte. La mobilisation citoyenne est importante parce qu’elle donne des résultats, parce qu’elle est le dernier rempart contre l’expansion des sables bitumineux.

 

Vous n’êtes pas obligé de subir. Portez-vous à la défense de notre climat, des bélugas du Saint-Laurent et des communautés qui pourraient être directement touchées.

 

Ensemble, #StopponsTransCanada !
L’Équipe Greenpeace

 

Au Québec, combien d’élus comprendront le sens des deux serments qu’ils devront prêter bientôt ?

Au Québec, ces jours-ci, les candidats élus le 7 avril dernier seront assermentés par le secrétaire général de l’Assemblée nationale; ils n’ont pas le choix! Ils devront prêter les deux serments suivants :

le serment d’allégeance au roi ou à la reine du Canada :

« Je, (nom du député), jure [déclare solennellement] que je serai fidèle et porterai vraie allégeance à Sa Majesté la Reine Elizabeth II. »

le serment de loyauté envers le peuple québécois :

« Je, (nom du député), déclare sous serment que je serai loyal envers le peuple du Québec et que j’exercerai mes fonctions de député avec honnêteté et justice dans le respect de la constitution du Québec. »

(source : http://www.assnat.qc.ca/fr/abc-assemblee/fonction-depute/index.html#Assermentation)

 

Il faudrait qu’ils comprennent le sens de ces deux serments.

 

 

Roger Martel (le Passeur de la Côte)