Muhammad Yunus incite les jeunes à utiliser leur pouvoir et leur talent pour gagner beaucoup plus que de l’argent.

 

Et si les vraies affaires, c’était d’améliorer l’état du monde?

 

Muhammad Yunus incite les jeunes à utiliser leur pouvoir et leur talent pour gagner beaucoup plus que de l’argent.

 

Source : Le Devoir, http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/409383/revons-un-peu-et-si-les-vraies-affaires-c-etait-d-ameliorer-l-etat-du-monde vu le 28 mai 2014

Le Devoir, 28 mai 2014 |Mélanie Loisel | Actualités économiques

 

Muhammad Yunus : « Il est temps que les gens se demandent quels sont leurs véritables buts dans la vie. »

 

[ Muhammad Yunus est un économiste bangladais; il a fondé la Grameen Bank, qui a développé le microcrédit; il a reçu le prix Nobel de la paix en 2006. ]

 

Extraits – On trouve l’article au http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/409383/revons-un-peu-et-si-les-vraies-affaires-c-etait-d-ameliorer-l-etat-du-monde. Il est peut-être réservé aux abonnés du quotidien.

« Les plus jeunes générations ont des superpouvoirs », lance M. Yunus (…). « Elles sont très puissantes parce qu’elles ont accumulé des connaissances et maîtrisent parfaitement les technologies. Elles ont vraiment une force unique qui peut être utilisée pour aider à améliorer le sort du monde », dit-il.

Le fondateur de la Grameen Bank, qui a développé le microcrédit et a reçu le prix Nobel de la paix en 2006, était donc là pour les convaincre d’utiliser leurs « superpouvoirs » afin de créer des entreprises sociales dont le but n’est pas de faire le plus de profits, mais bien de résoudre des problèmes, que ce soit de santé, de logement ou d’environnement. En fait, il propose de créer autant des petites que des grandes entreprises où il n’y a ni perte ni dividende. Certes, les entreprises peuvent gagner de l’argent, mais leurs profits doivent être réinvestis afin d’améliorer l’accès, la qualité et le prix des produits offerts.

(…)

Si vous vous posez la question, Muhammad Yunus vous prévient déjà qu’avoir un bon emploi, une maison ou encore une voiture n’est pas un « but dans la vie. » « Si on veut avoir une bonne vie, être heureux, il faut oeuvrer à améliorer notre environnement pour qu’il soit sain », mentionne-t-il. Et tant que la pauvreté ne sera pas enrayée dans le monde, le Prix Nobel de la paix soutient que ce ne sera pas possible de l’être pleinement. « La pauvreté est la cause de tous les problèmes », lâche-t-il simplement.

 (…)

À son avis, il ne faut pas attendre après les gouvernements pour réussir à relever cet immense défi qui semble à première vue insurmontable.

« C’est aux gens à remettre en question et à changer les structures en place pour instaurer celles qu’ils désirent », indique-t-il. « Les plus jeunes générations se doivent de se débarrasser des vieilles façons de faire, des vieilles mentalités, si elles veulent créer un autre monde où il y aura moins de problèmes », ajoute-t-il.

Selon l’économiste bangladais, il devrait même y avoir un « point de rupture ». « Les jeunes vont devoir faire un grand saut s’ils veulent redéfinir leur vie et l’économie mondiale. S’ils essaient de faire les changements graduellement, ce ne sera pas possible, parce que les vieilles méthodes vont reprendre le dessus », pense-t-il.

 

Répondez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.