Fables, vérité, imposture

 

« Ah! s’il nous faut des fables,

 

que ces fables soient du moins l’emblème

 

de la vérité! 

 

J’aime les fables des philosophes,

 

je ris de celles des enfants,

 

et je hais celles des imposteurs. »

 

 

 

 

(Voltaire, L’ingénu, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 353)

 

Répondez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.