C’est assez : que la Société d’histoire régionale de Lévis mette fin à ses activités sans tarder! Qu’elle se saborde!

 

Je ne sais pas combien de membres compte aujourd’hui la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL). Ceux qui n’ont pas cessé de la fréquenter ne sont-ils pas étranges? Pourquoi? Ils peuvent être considérés comme étranges parce qu’ils se trouvent à accepter, selon toute apparence :

 

1 – que leur Société leur présente et présente à la population, depuis des mois, une affirmation infondée, et qu’elle continue de présenter publiquement cette affirmation même si elle sait maintenant, si elle ne l’a pas toujours su, qu’elle ne repose sur rien;

2 – que leur Société, conséquemment, les ait induits en erreur, eux et la population, par une ou des actions, et qu’elle continue d’induire en erreur des personnes en présentant toujours son affirmation dans son site web (et ailleurs, peut-être);

3 – que leur Société les traite d’une manière irrespectueuse, eux et la population.

 

L’affirmation infondée que la SHRL a répandue abondamment et avec des moyens puissants (grâce à l’aide que la ville de Lévis et la Caisse Desjardins de Lévis, entre autres, lui ont accordée) est la suivante: Nous avons retrouvé la cage de La Corriveau au Peabody Essex Museum aux États-Unis, c’est la cage qui a servi à exhiber le corps de Marie-Josephte Corriveau. CETTE AFFIRMATION NE REPOSE SUR RIEN; cette affirmation est contredite clairement par plusieurs, dont :

 

1 – les Musées de la civilisation du Québec;

2 – M. Dave Corriveau et Mme Catherine Ferland (docteure en histoire), auteurs d’un livre sur Marie-Josephte Corriveau paru en 2014 chez Septentrion;

3 – le quotidien Le Devoir qui a écrit : « nul ne sait avec certitude si le gibet a vraiment accueilli le corps refroidi de la Corriveau ».

 

Ce n’est pas tout! La SHRL ose continuer de répandre son information infondée, que je lui ai mise sous le nez et que j’ai dénoncée publiquement et nettement: en juin 2014, on trouve toujours cette affirmation tout à fait infondée dans son site web! La SHRL se croit-elle toute-puissante, pense-t-elle être appuyée par un ami tout-puissant qui lui assurerait l’impunité totale? On le dirait.

 

Comment la SHRL en est-elle arrivée à répandre une affirmation qui ne repose sur rien? Il semble que ce soit Madame Claudia Mendez Ishii qui ait péché la première, à l’époque où elle assumait la vice-présidence de la SHRL; pourtant, Madame Mendez Ishii aurait dû faire preuve de rigueur intellectuelle, elle qui posséderait un diplôme en sociologie. Monsieur Claude Genest a péché lui aussi; pourtant, Monsieur Genest aurait dû faire preuve de rigueur intellectuelle, lui à qui aurait été décerné un diplôme en histoire, qui a déjà présidé la SHRL et qui occupe depuis longtemps un poste d’historien à la Maison historique Alphonse Desjardins; Madame Évelyne Fortier a péché elle aussi; pourtant, Madame Fortier aurait dû faire preuve de rigueur intellectuelle, elle à qui a déjà été confié le poste de trésorière au conseil d’administration de la SHRL et qui travaille à la Maison historique Alphonse Desjardins, qui est le « musée de Desjardins ».

 

La SHRL n’aurait-elle pas dû se soucier de ne pas trahir la confiance de ceux qui l’aidaient financièrement à réaliser des activités, ou à participer à de telles activités, au cours desquelles elle diffusait son affirmation infondée. Ceux qui l’ont aidée ne sont pas des quantités négligeables; les principaux semblent avoir été : l’administration municipale de Lévis (l’argent qu’elle a sorti de ses goussets pour la SHRL provenait en partie des citoyens de Lévis), les Musées de la civilisation du Québec (l’argent qu’ils ont sorti de leurs goussets pour la SHRL provenait en partie des citoyens du Québec), la Caisse Desjardins de Lévis (l’argent qu’elle a sorti de ses goussets pour la SHRL provenait en partie de ses sociétaires et des citoyens du Québec). Il est à espérer que les généreux donateurs demanderont un jour à la SHRL des explications (on constate qu’ils ne sont pas pressés de le faire) et, pourquoi pas? le remboursement de leur contribution financière (qu’ils ne se gênent pas : la SHRL avait un compte intéressant chez Desjardins il y a une couple d’années).

 

Considérant ce qui précède, considérant que le lien de confiance entre les membres de la Société d’histoire régionale de Lévis et la direction de leur Société ne peut être que rompu, considérant que le lien de confiance entre la population de Lévis et la direction de la Société d’histoire régionale de Lévis ne peut être que rompu, je demande à la Société d’histoire régionale de Lévis* de mettre fin à ses activités, de se saborder sans attendre davantage.

 

Roger Martel (le Passeur de la Côte)

 

Membre de la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL) pendant environ vingt ans, membre du conseil d’administration de la SHRL pendant deux ans, responsable de la publication de huit numéros de la revue trimestrielle de la SHRL, membre des sociétés d’histoire suivantes depuis des années : Société d’histoire de Saint-Romuald, Société historique de Bellechasse, Société d’histoire de Montmagny, Société historique de Québec, Société d’histoire de la Côte-du-Sud; membre fondateur de la Société québécoise d’histoire de la pharmacie; membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) de 1981 à 2007.

 

* Je m’adresse aux membres du conseil d’administration de la SHRL : M. Vincent Couture, président; M. André Gaumond, vice-président; M. Pierre-Olivier Maheux, trésorier; M. Louis Hallé, secrétaire; M. Claude Genest; M. Clément Samson; M. Xavier Chambolle. (Source : http://www.shrl.qc.ca/conseil-dadministration/ consulté le 24 juin 2014)

La SHRL autrefois

 

Georges-Etienne Proulx, 2e pres. SHRL

Georges-Étienne Proulx, deuxième président de la SHRL

Edith Labarre, 1re pres. SHRL

Édith Labarre, première présidente de la SHRL

 

Répondez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.