Le monde regorge de beautés. Exemple : le beau qui agit en profondeur, qui redonne à l’homme dignité et espérance.

 

Source : http://www.congres-beaute.org/congres.php?na=3

 

Et si la beauté pouvait sauver le monde ?

… Une alternative au mythe du progrès.

 

Et si la beauté pouvait sauver le monde ? Quel monde me direz-vous ? Le nôtre, celui que nous refaisons si souvent dans nos conversations. Ce monde qui crie violence aux quatre coins de la planète. Notre monde, rationnel et organisé, déconcertant, ou décalé dirait-on, injuste autant que magnifique, contradictoire, que les spécialistes définissent comme ayant été moderne, et, devenu de nos jours postmoderne. On l’admire et on le déteste, il nous séduit et nous fait peur, cependant il nous envoûte. On voudrait le changer ce monde, qu’il soit écologique, équitable, en paix, que les pauvres ne soient plus pauvres, que s’arrête la frénésie du temps après lequel on court toujours, que le silence se fasse, un peu. On voudrait agir et on agit, et on s’agite et on s’épuise, on se sent impuissant. On travaille et on a, au fond de soi, le sentiment d’être voué à la rentabilité, à l’efficacité. Quel que soit l’environnement et les conditions apparemment idéales, il n’en faut pas moins produire toujours plus de richesses. On attend avec impatience nos temps libres, on aspire à débrancher comme on dit ! Mais encore là, impossible de sortir de cet engrenage. Pourtant, est-ce qu’on ne nous avait pas promis que la technique allait nous libérer, nous sauver ? On voudrait un peu d’air, briser cet espace étroit, angoissant du fini.

 

Et si tout commençait d’abord au-dedans ? Si nous pouvions être véritablement sujets des actes que nous posons plutôt qu’objets d’une société qui semble se jouer de nous ? Et si la beauté était bien plus profonde que l’esthétique ? Si c’était cette « chose » qui nous saisit parfois dans le plus banal de notre quotidien et ouvre jusqu’au plus profond de nous une brèche vers l’infini, nous engendre à notre être et à l’autre, aux autres, au monde ?

 

Et si les paroles de Dostoïevski étaient prophétiques ? Si la beauté pouvait sauver le monde ? Pas le changer, le sauver. Des pauvres il y en aura toujours, mais qu’est-ce que la pauvreté ? On la confond si souvent avec la misère. Et si la beauté prenait sa source dans nos pauvretés accueillies, traversées par la lumière ? Le beau et le don, qu’ont-ils en commun? Et le sacré ? Quelle place laissons-nous au symbole ? Et le temps ? Est-il possible de le créer, d’effacer les contours, d’entrer dans des espaces vibrants, de retrouver des rythmes profonds ? Et si c’était cela vivre l’instant présent ?

 

Blog du Congrès : http://blog.congres-beaute.org/

 

Et si la beauté pouvait sauver le monde ?
… Une alternative au mythe du progrès.

Congrès, Montréal 21-24 août 2014

…..

Répondez

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.