Pauvre Société d’histoire régionale de Lévis, dis-nous : À quand la prohibition pour supprimer les affirmations infondées?

Le jeudi 25 septembre 2014, la Société d’histoire régionale de Lévis a joué deux conférences dans la sacristie de l’église Notre-Dame, à Lévis, province de Québec. Pour entendre les conférenciers discourir sur la prohibition de l’alcool (la troupe comptait deux orateurs, l’un qui était venu de New York USA en avion rien que pour conter quelque chose dans le canton de Lévis, l’autre qui s’était transbahuté lui-même de la paroisse Christ-Roi PQ à la paroisse Notre-Dame PQ pour recevoir l’ombrage du conférencier étranger qui a volé le chaud et semé le froid, normal puisqu’il est en faveur de la baisse des thermostats dans les services gouvernementaux et para-gouvernementaux, y compris dans les hôpitaux*), je disais donc : pour entendre les conférenciers, les gens devaient trouver de l’argent dans leur poche, dix dollars étaient exigés des membres de la SHRL (drôles de personnes, qui ne trouvent rien à redire quand leur société d’histoire les induit en erreur), ou un gros billet de quinze dollars exigé des pauvres qui n’ont jamais sorti un sou de leur caisse pour devenir membres de la SHRL. Évidemment, les Lévisiens qui n’ont pas pu, faute d’argent, s’offrir un repas complet ce jeudi, n’ont pas eu les moyens d’aller entendre les deux conférenciers de la SHRL. Mais les Lévisiens mieux nourris qui l’ont voulu ont eu le bonheur d’entrer dans la sacristie, et ils ont pu, après les conférences, déguster le Vin et Fromage concocté par les administrateurs de la SHRL, et ce, même s’ils n’avaient pas faim (ils ont offert leur sacrifice aux affamés du monde).

 

Depuis que j’ai abandonné le biberon, j’encourage la consommation du vin. Pourquoi ? Parce que j’ai découvert très tôt dans ma vie de garçonnet, grâce à mes relations avec mon mon joyeux oncle Alphonse, que le vin est le meilleur sérum de la Vérité. Hier soir, messieurs Vincent Couture, André Gaumond, Pierre-Olivier Maheux, Louis Hallé, Claude Genest, Clément Samson et Xavier Chambolle, administrateurs de la SHRL (tiens! Il n’y a pas de femmes!) ont-ils porté une coupe ou deux ou trois à leur lèvre? L’un d’eux a-t-il bu assez pour se lever et confesser publiquement que la SHRL** avait induit en erreur ses membres et les Lévisiens en affirmant que la « cage » que Mme Claudia Mendez Ishii, ancien membre du conseil d’administration de la SHRL et rédactrice en chef aujourd’hui de la revue de la SHRL, dit avoir trouvée aux États-Unis est celle qui a servi à exposer l’exosquelette de Marie-Josephte Corriveau à Lévis au 18e siècle.

 

L’administrateur de la SHRL le plus susceptible de rétablir la vérité est certainement M. Clément Samson. Ce dernier n’aime peut-être pas le jus de la treille plus que les autres administrateurs de la SHRL, mais il est probablement celui qui goûte le plus la vérité. Pourquoi ? Parce qu’il a fonction de rendre la justice, en tant que juge à la Cour supérieure du Québec, et que la justice ne saurait trouver sa satisfaction dans les mensonges ou les affirmations infondées.

 

Quand donc les administrateurs de la SHRL avoueront-ils qu’ils ont répandu une affirmation infondée (c’est grave et impardonnable) et qu’au moins trois des membres de leur organisme : Claude Genest, administrateur aujourd’hui, président hier et porteur Ad vitam æternam du titre de membre honoraire, Claudia Mendez Ishii, ancien membre du conseil d’administration, Évelyne Fortier, ancien membre du conseil d’administration elle aussi, ont répandu cette affirmation infondée par écrit dans des périodiques ? Quand donc les administrateurs de la SHRL s’excuseront-t-ils d’avoir répandu une affirmation infondée? Quand donc les administrateurs de la SHRL s’excuseront-ils auprès de leurs partenaires d’avoir utilisé leur aide pour répandre une affirmation infondée dans le cadre de deux expositions en 2013? Quand donc les administrateurs de la SHRL s’excuseront-ils auprès des citoyens de Lévis d’avoir profité de fonds publics municipaux pour répandre dans la ville une affirmation infondée et de les avoir ainsi induits en erreur?

 

J’ai dit que l’administrateur de la SHRL le plus susceptible de rétablir la vérité était certainement M. Clément Samson. Je crains de me tromper. M. Samson n’est peut-être pas l’homme qu’il faut : ancien président de la Caisse Desjardins de Lévis, candidat défait en 2008 dans la course à la direction du Mouvement Desjardins (c’est Mme Monique Leroux qui l’a emporté), il hésitera peut-être à tenter de convaincre la SHRL d’admettre publiquement son erreur ou sa faute, M. Claude Genest et Mme Évelyne Fortier étant des employés de Desjardins, et Mme Mendez la conjointe de l’un d’eux.***

 

 

* Le conférencier de l’étranger, M. Guy Sorman, « défend dans ses ouvrages une politique libérale (La Solution libérale, Fayard, 1984), passant par un État minimum (L’État minimum, Albin Michel, 1985) ». (http://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_Sorman). J’ignore si les administrateurs de la SHRL prônent tous l’affaiblissement de l’État, défenseur du bien commun; chose certaine, la SHRL aime beaucoup recevoir et engranger les subventions trop généreuses de la ville de Lévis (donc des citoyens de Lévis). En passant, qui a payé le billet d’avion de M. Sorman, venu « spécialement de New-York » (c’est la SHRL qui le dit au http://www.shrl.qc.ca/events-item/conference-sur-la-prohibition-perspectives-historiques-et-economiques/) pour prononcer sa conférence?

 

** En particulier, par leurs écrits, Claudia Mendez Ishii, Claude Genest et Évelyne Fortier.

 

*** Tout le monde conviendra qu’une personne ne peut pas défendre une valeur quand elle exerce une fonction et ignorer cette valeur quand elle en remplit une autre.

 

 

NOTE PAS DU TOUT AMUSANTE :

 

Selon l’affiche « La Corriveau Au-delà de la légende Une exposition de la Société d’histoire régionale de Lévis », les partenaires de la SHRL ont été :

Ville de Lévis

Tourisme Lévis

Musée de la civilisation

Commission de la capitale nationale

Musée canadien des civilisations

Musée national des Beaux-Arts du Québec

Musée Royal 22e Régiment

 

Qui a entendu ces partenaires reprocher à la SHRL de les avoir induits en erreur, qui les a entendus se plaindre de s’être fait avoir? Le silence des partenaires qui sont au courant de la diffusion de l’affirmation infondée de la SHRL est honteux, il témoigne de leur mépris de la population.

Le Passeur de la côte (Roger Martel, citoyen de Lévis)