L’exploitation de l’homme par l’homme? Plus jamais! – Le blogue de Léo-Paul Lauzon

Aie! Ça fera les leçons de politesse | Le blogue de Léo-Paul Lauzon.

 

Faudrait faire preuve de politesse envers ceux qui nous exploite?

Par Léo-Paul Lauzon – 1 octobre 2014

Source : Le Journal de Montréal, http://blogues.journaldemontreal.com/lauzon/politique/aie-ca-fera-les-lecons-de-politesse/

Extraits

 

L’Association canadienne de la paie, un organisme patronal, a mentionné que : «46% des salariés québécois vivent d’une paie à l’autre». (Journal de Montréal, 10 septembre 2014). En 2012, l’ONU a signalé qu’au Canada, il y avait 2 millions de personnes souffrant d’insécurité alimentaire et où tous les mois 900 000 personnes, dont de plus en plus de travailleurs, fréquentaient des banques alimentaires pour joindre les deux bouts. (La Presse, 10 mai 2012). La même année, l’ONU a critiqué le Québec et le Canada pour l’aggravation de la pauvreté infantile au cours des dix dernières années. (La Presse, 8 décembre 2012).

Tiens, il y a aussi cet autre titre d’article de journal du 31 juillet 2013 : «Un ménage sur huit ne mange pas à sa faim au Canada». Et celui-ci du 14 août 2014:«Les 86 plus riches au pays détiennent autant d’avoirs que les 11,4 millions les plus pauvres». Je pourrais continuer longtemps, mais terminons pour ces trois dernières :

-«OCDE. Au Canada, les inégalités de revenu se creusent, les plus riches accaparant une part disproportionnée(sic) de la richesse créée». (Le Devoir, 1er mai 2014)

[…]

Et il y a aussi Statistique Canada et d’autres qui nous disent que le salaire réel des travailleurs n’a pas augmenté au cours des trente dernières années: «Aucun gain salarial pour les travailleurs en 30 ans». (Le Devoir, 1er mai 2010). Ces inégalités ignobles et cette pauvreté odieuse, je suppose que ça découle de phénomènes tout à fait naturels et qu’il n’y a absolument personne de responsable de ces infamies. Et nos politiciens comme Harper et Couillard qui en rajoutent à ces inégalités par leurs politiques sociales et fiscales. […]

Couillard et sa gang qui, en grands effrontés qu’il sont, essaient de nous faire accroire que le Québec est en crise très sérieuse et qu’il faut par conséquent couper dans les services publics, taxer la classe moyenne et tarifier leurs programmes sociaux. […]

Crise mon œil. Le «Québec inc. touche les 300 milliards en Bourse». (La Presse, 30 octobre 2013). et aussi : «Québec inc. Un rendement à faire rougir d’envie les Américains». (La Presse, 27 mai 2014). Allô crise! Puis : «Entreprises québécoises. Des milliards conservés à l’étranger». (Le Presse, 30 août 2014). À l’étranger comme dans des paradis fiscaux, par exemple. Enfin : «Compétitivité fiscale. Le Québec se classe parmi les premiers, selon KPMG». (Le Devoir, 18 juin 2014). Gros profits, peu imposés au Québec, côtoient grosses inégalités économiques, pleins de pauvres et appauvrissement continue de la classe moyenne. […] Quand il n’y a pas d’enrichissement de la majorité, mais seulement d’une minorité, à quoi peut ben servir la croissance sans répartition équitable de la richesse qui est accaparée par le 1%?

Crise budgétaire aiguë selon monsieur Couillard et son trio de ministre économistes banquiers (Leitao, Daoust et Coiteux), mais ça n’empêche pas que:« Le nombre de millionnaires nettement en hausse au Québec». (La Presse, 21 septembre 2012) et «Les super-riches québécois s’enrichissent plus vite que leurs homologues canadiens». (Journal de Montréal, 22 novembre 2013). […]

Merde, les deux problèmes majeurs au Québec et au Canada sont le réchauffement climatique et la montée criminelle des inégalités sociales. Avez-vous déjà entendu Couillard et Harper promettent de s’attaquer à ces fléaux? Ben non, au contraire, leurs politiques viennent amplifier le réchauffement de la planète et les inégalités économiques par le biais, entre autres, de sauvages coupures en santé, en éducation et autres services publics. Des lâches au service des nababs et des sultans de la société. […]

POUR LIRE TOUT L’ARTICLE, ALLEZ AU HTTP://BLOGUES.JOURNALDEMONTREAL.COM/LAUZON/POLITIQUE/AIE-CA-FERA-LES-LECONS-DE-POLITESSE/.

Le pape François dit non à l’économie de l’exclusion et de la disparité sociale.

« Les revendications sociales qui ont un rapport avec la distribution des revenus, l’intégration sociale des pauvres et les droits humains ne peuvent pas être étouffées sous prétexte de construire un consensus de bureau ou une paix éphémère, pour une minorité heureuse. La dignité de la personne humaine et le bien commun sont au-dessus de la tranquillité de quelques-uns qui ne veulent pas renoncer à leurs privilèges. […] Non à l’économie de l’exclusion et de la disparité sociale. Une telle économie tue ».

(Pape François, Evangelii Gaudium (La joie de l’Evangile), cité par Léo-Paul Lauzon, Le Journal de Montréal, http://blogues.journaldemontreal.com/lauzon/politique/aie-ca-fera-les-lecons-de-politesse/)

 

Le pape François dit oui à une redistribution des revenus.

« La croissance dans l’équité exige quelque chose de plus que la croissance économique, bien qu’elle la suppose ; elle demande des décisions, des programmes, des mécanismes et des processus spécifiquement orientés vers une meilleure distribution des revenus, la création d’opportunités d’emplois, une promotion intégrale des pauvres qui dépasse le simple assistanat. »(Pape François, Evangelii Gaudium (La joie de l’Evangile), cité dans La Tribune, http://www.latribune.fr/actualites/economie/20131126trib000797883/le-pape-s-attaque-a-la-tyrannie-des-marches.html)