Le directeur des Musées de la civilisation de Québec restera-t-il muet comme une carpe?

Lévis, jour de la Fête de l’Immaculée-Conception, 2014

Monsieur Michel Côté, directeur

Musées de la civilisation, Québec

Monsieur le directeur,

Me permettrez-vous de vous rappeler que vous n’avez pas répondu au courriel que je vous ai envoyé le 8 novembre 2014 et que, par conséquent, vous n’avez pas relever le défi que je vous lançais ce jour-là. Le passage suivant de mon courriel du 27 octobre dernier vous rappellera quel était ce défi :

Je vous prie aussi, Monsieur, d’essayer de relever le défi suivant :

tentez de démontrer que les Musées de la civilisation n’ont pas été associés à la présentation en 2013 d’au moins l’une des deux expositions au cours desquelles la Société d’histoire régionale de Lévis a diffusé une affirmation infondée importante concernant la « cage » dite de La Corriveau qui a induit en erreur ses membres, la population et les médias, ainsi que ses partenaires;

tentez de démontrer que l’aide apportée à la Société d’histoire régionale de Lévis par les Musées de la civilisation et par les autres parties associées à la présentation en 2013 d’au moins l’une des expositions susmentionnées, n’était pas essentielle à la réalisation et à la présentation des expositions susmentionnées par la Société d’histoire régionale de Lévis;

tentez de démontrer que les Musées de la civilisation ont fait les actions nécessaires pour s’assurer que les expositions susmentionnées allaient être réalisées et présentées conformément aux règles de l’art et de conduite intellectuelle;

tentez de démontrer que les membres suivants du comité scientifique mentionnés dans la présente* : Mme Claudia Mendez Ishii et M. Claude Genest, n’ont pas manqué de rigueur intellectuelle en soutenant que la « cage » trouvée par la première est l’authentique « cage » dite de La Corriveau;

tentez de démontrer que rien ne laisse penser ou craindre que le membre suivant du comité scientifique mentionné dans la présente : M. Clément Samson, pourrait être partial et favoriser la Société d’histoire régionale de Lévis;

démontrez que les Musées de la civilisation ont pris les moyens nécessaires pour :

a) informer les membres de la Société d’histoire régionale de Lévis et la population que l’affirmation concernant la cage dite de La Corriveau propagée lors de deux expositions par la Société d’histoire régionale de Lévis était infondée,

b) s’excuser auprès des citoyens de n’avoir pas su empêcher la diffusion de l’affirmation infondée.

Vous ne pouvez pas rester muet comme une carpe, Monsieur le directeur, quand vous constatez que l’aide que les Musées de la civilisation apporte à une personne ou à une organisation n’est pas employée d’une manière acceptable. J’attends donc votre réponse.

Monsieur le directeur, je vous concède qu’aucune loi ne vous obligeait à répondre à mes communications antérieures (mais dans quel monde vivrions-nous s’il n’y avait que des lois pour nous guider!). Pour quelle raison ne me répondriez-vous pas? Pour éviter de mentir? pour ne pas avoir à dire la vérité? pourquoi? Cette fois, il faudrait, me semble-t-il, que vous répondiez. Allez, tentez la chance de réussir à convaincre que vous êtes un directeur qui veille à ce que les fonds publics confiés aux Musées de la civilisation soient utilisés d’une manière acceptable.

Je vous prie, Monsieur le directeur, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, Lévis

*Il est question du comité scientifique dans l’extrait suivant du courriel que je vous ai envoyé, Monsieur Côté : « Parmi ceux qui démentent la SHRL, il y a les… Musées de la civilisation. L’une de leur conservatrice, Mme Sylvie Toupin, l’a fait (…). Les Musées eux-même ont contredit la SHRL d’une manière royale en créant un comité scientifique qui, selon l’historienne Catherine Ferland, a pour mission de réaliser une « analyse combinée de l’histoire, de l’archivistique, de la chimie et des techniques de forge anciennes » (). Évidemment, les Musées n’auraient pas créé ce comité scientifique s’ils avaient eu la preuve que la « cage de fer » trouvée aux États-Unis est un artefact authentique. Conclusion : la SHRL a commis une faute en faisant une affirmation infondée. »

P .-S. Ce message sera publié au lepasseurdelacote.com; la réponse du destinataire aussi, s’il répond.