Le Prix à payer, documentaire sur les multinationales qui fuient l’impôt. Au Québec à compter du 13 mars 2015.

 Le Prix à payer

« Documentaire implacable sur ces multinationales qui fuient l’impôt »

En salle au Québec à compter du 13 mars 2015

Le Prix à Payer s’inspire du livre La Crise fiscale de Brigitte Alepin.

La finance offshore alliée aux empires de l’économie numérique gruge dangereusement les innovations sociales majeures du 20e siècle : l’impôt progressif, la classe moyenne et le filet de sécurité sociale. Le Prix à Payer montre comment les banquiers de la City de Londres ont créé dans les années ’50 un réseau complexe de paradis fiscaux qui, aujourd’hui, met hors de portée des finances publiques plus de la moitié du stock mondial d’argent. Aujourd’hui ces forces conjuguées redéfinissent l’État-nation, devenu État compétiteur dans une lutte à finir entre pays pour attirer investissement et emplois. La course à la baisse des impôts corporatifs alimente une inégalité des revenus inconnue depuis la grande Dépression, tandis que le poids de l’impôt se reporte sur la classe moyenne et les pauvres. Notre histoire est racontée par un ensemble exceptionnel d’anciens insiders de la finance et de la technologie qui ont repris leur droit de parole, ainsi que par des journalistes engagés et des militants de la justice fiscale. Tous craignent qu’à défaut de solutions globales cet engrenage pousse le monde occidental dans un mur.

 

Source : http://www.informactionfilms.com/fr/productions/le-prix-payer.php vu le 09 03 2015

 

…………………………

CRITIQUE

 

Documentaire implacable sur ces multinationales qui fuient l’impôt, mettant en danger la démocratie.

 

Par CHRISTOPHE ALIX, Libération, 3 février 2015

 

Source : Libération, http://next.liberation.fr/cinema/2015/02/03/le-prix-a-payer-pour-les-sans-domicile-fisc_1194911 vu le 09 3 2015

 

Extraits

« l’ouverture de cette fresque documentaire canadienne consacrée à l’évasion fiscale en traduit bien le caractère vertigineux. »

« Cette évasion fiscale pratiquée à très grande échelle par des multinationales devenues plus puissantes que la plupart des Etats est pourtant tout sauf virtuelle pour ceux qui la subissent, c’est-à-dire 99,9% de la population mondiale. En privant les Etats des recettes fiscales qui pendant des décennies ont financé l’Etat-providence et fondé son pacte social autour du socle, longtemps en expansion, de la classe moyenne, elle sape les fondements de nos démocraties. »

« Avec son écriture rythmée et une mise en scène haute en couleur et effets de style infographiques, le film réussit la gageure de ne jamais perdre son spectateur. Mieux encore, de le tenir en haleine malgré la grande complexité du sujet. «On l’a conçu comme un thriller et c’est vrai que la matière s’y prêtait, conclut Brigitte Alepin. L’idée était de trouver un ton qui puisse parler au plus grand nombre et de ne pas viser le top 1% des intellos qui connaissent déjà le problème.» Pari tenu, le Prix à payer est aussi percutant que le dit son affiche : un flingue chargé avec une liasse de billets. »

Le Prix à payer de Harold Crooks. Durée : 1 h 33.

____________

Site web de Brigitte Alpin, fiscaliste et spécialiste québécoise en politiques fiscales :

http://www.brigittealepin.com

 

Brigitte Alepin pratique la fiscalité principalement pour le bénéfice des petites et moyennes entreprises et leurs actionnaires dirigeants et elle agit à titre d’expert en politiques fiscales et en finances publiques pour le compte de gouvernements et de grandes organisations canadiennes et internationales.

Brigitte Alepin est connue pour son ouvrage Ces riches qui ne paient pas d’impôt et ses différentes interventions dans les médias canadiens. En 2010, elle écrit La Crise fiscale qui vient. Ce livre a inspiré le film Le Prix à payer (The price we pay) réalisé par Harold Crooks et coscénarisé par Harold Crooks et Brigitte Alepin.

Le Prix à payer figure sur le TOP10 du TIFF2014 et les critiques sont élogieuses. En France, premier pays où le film est sorti en salles, le Ministre des Finances Michel Sapin a accepté de commenter le film, avec Brigitte Alepin, à l’émission phare Le Grand Journal. Michel Sapin a dit « C’est un excellent documentaire, il est extrêmement solide et bien pensé. »