▶ Le monde regorge de beautés. Le jazz, par exemple.

▶ Coffret des 20 ans des « ptits loups du jazz » – Label « enfance et musique » – YouTube.

Pour célébrer

la Journée internationale du Jazz

offrons-nous un bon moment avec

Les Petits Loups du Jazz :

https://www.youtube.com/watch?v=nuVHOqQQBMk

Timbre Journée intern du jazz 2015

Timbres des Nations Unies commémorant la Journée Internationale du Jazz,

dont la quatrième édition a lieu cette année à Paris. Photo : APNU

La Journée internationale du Jazz célébrée à Paris, sous l’égide de l’UNESCO

Source : ONU, http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=34707#.VUJFw0uK-Uo

30 avril 2015 – A l’occasion de la quatrième Journée Internationale du Jazz, qui a lieu cette année dans la capitale française, la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a insisté sur le message de tolérance véhiculé par ce genre musical.

Célébrée chaque année le 30 avril, cette Journée vise à promouvoir le jazz en tant que vecteur de liberté d’expression, d’unité et de paix, dont la portée symbolique contribue à réduire les tensions entre communautés, favoriser l’égalité des sexes et renforcer le rôle des jeunes en faveur du changement social. La ville de Paris a été sélectionnée pour accueillir cette édition 2015, qui s’inscrit dans le cadre du 70ème anniversaire de l’UNESCO.

« Souvent désignée comme seconde patrie du jazz après les Etats-Unis d’Amérique, la France est, depuis un siècle, une terre privilégiée d’expression et de reconnaissance de cette musique, tant par le nombre de musiciens qu’elle compte sur son sol, natifs ou expatriés, que de manifestations culturelles dédiées au genre », précise les Nations Unies sur la page web dédiée à la Journée.

Dans un message rendu public pour l’occasion, la Directrice générale de l’UNESCO a insisté sur la pertinence des valeurs portées par le jazz dans le monde actuel.

« Le jazz, c’est la diversité sous sa forme la plus variée – du free jazz au latin jazz en passant par le swing et le jazz afro-cubain, l’indo jazz, l’acid jazz et le jazz rap… chaque style reflète un riche mélange d’influences locales, nationales et régionales », a déclaré Mme Bokova.

« Le jazz, c’est le dialogue, c’est aller au contact des autres, c’est s’allier le concours de tous. Le jazz, c’est le respect des droits humains et de la dignité de chaque femme et de chaque homme, quel que soit son milieu d’origine », a-t-elle poursuivi.

En cette période de changement et d’incertitude, la Directrice générale a ajouté que le monde avait plus que jamais besoin de l’esprit du jazz pour rassembler les peuples, en particulier les jeunes femmes et hommes, protéger la liberté et le dialogue, tisser de nouveaux liens fondés sur le respect et la compréhension, et encourager la tolérance et la coopération.

La célébration de la Journée devait s’ouvrir, jeudi 30 avril, sur une série concerts et de programmes d’éducation au jazz à Paris. En soirée, un grand concert au siège de l’UNESCO devait réunir des célébrités telles que Dee Dee Bridgewater (Etats-Unis), A Bu (Chine), Igor Butmzan (Russie), Herbie Hancock (Etats-Unis), Ibrahim Maalouf (Liban), Hugh Masekela (Afrique du Sud), Guillaume Perret (France), Claudio Roditi (Brésil), Dhafer Youssef (Tunisie) et de nombreux autres artistes.

______________

L’UNESCO salue les valeurs de liberté, de tolérance et de dignité humaine du jazz

Source : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=32486#.VUJG4EuK-Uo

30 avril 2014 – À l’occasion de la Journée internationale du jazz qui est célébrée le 30 avril, la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a salué la capacité de cette musique à brouiller les frontières entre les artistes et le public.

« Partout dans le monde depuis plus d’un siècle, les artistes se sont appropriés le jazz. Ils ont adopté sa spontanéité et sa liberté d’expression. Ils ont joué de sa capacité à décloisonner les genres et ses liens avec la peinture, la danse, le cinéma, la littérature, la photographie. Ils ont célébré son pouvoir à construire une musique participative et interactive », a déclaré Mme Bokova.

Selon elle, le jazz est bien davantage qu’une musique. C’est un style de vie, un outil de dialogue et même de changement social. L’histoire du jazz raconte le pouvoir de la musique à rassembler des artistes de cultures et d’horizons différents, comme levier d’intégration et de respect mutuel.

« C’est le jazz qui a rythmé le mouvement des luttes pour les droits civiques aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde. C’est à travers le jazz que des millions de gens ont chanté et chantent encore aujourd’hui leur envie de liberté, de tolérance et de dignité humaine », a affirmé la Directrice générale de l’UNESCO.

« C’est pour porter ces valeurs que l’UNESCO a créé la Journée internationale du jazz. Cette année encore, des centaines d’événements et de concerts seront organisés ou improvisés partout dans le monde, par les autorités, les écoles de musiques et les salles de spectacles », a-t-elle ajouté.

L’événement principal s’est tenue cette année à Osaka au Japon – ville où le jazz puise sa force dans une tradition qui remonte aux années 1920, et qui a conservé son énergie intacte jusqu’à aujourd’hui. Avec ses nombreux clubs de jazz et son concours annuel de renommée mondiale, Osaka est au centre du mouvement moderne du jazz.

En choisissant cette ville pour célébrer le jazz, l’UNESCO veut aussi mettre en valeur combien les influences culturelles et les interactions musicales tissent entre les cultures des liens qui dépassent les frontières et l’océan.

« Au nom de l’UNESCO, je veux saluer tous nos partenaires, au Japon et partout ailleurs, qui organisent des événements et s’investissent pour célébrer le Jazz et les valeurs que le jazz porte avec lui, avec notre Ambassadeur de bonne volonté Herbie Hancock et l’Institut du jazz Thelonius Monk qui nous accompagnent depuis le début. Je vous invite nombreux à vous joindre à nous pour diffuser le message d’énergie, de partage et de paix, à travers la culture et en musique », a indiqué Mme Bokova.

————————–