Élections partielles le 8 juin 2015 dans la circonscription de Chauveau. Marjolaine Bouchard, candidate de Québec solidaire.

Marjolaine Bouchard – Québec solidaire.

____________________________________________________________________________

COMMUNIQUÉS DE QUÉBEC SOLIDAIRE

Le Québec dépossédé de ses ressources naturelles

Val D’Or-11 mai 2015

Plus de 60 personnes ont assisté aux conférences données à Val-D’Or, Rouyn-Noranda et Amos, par monsieur Simon Tremblay-Pépin, chercheur de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS). La thèse développée par le collectif d’auteurs du livre Dépossession traite de l’histoire de l’exploitation de nos ressources naturelles (l’agriculture, la forêt, les mines, l’énergie et l’eau) et du peu de contrôle qu’ont les Québécoises et les Québécois sur l’exploitation de ces ressources. « Selon moi, il est clair que le cynisme grandissant de la population envers la politique nous vient de ce sentiment encore inachevé que, l’on n’est pas vraiment maitre chez nous », résume-t-il.

À Val-D’Or, la conférence de monsieur Tremblay-Pépin a été précédée d’une présentation de monsieur Jean-François Doyon d’Agnico Eagle concernant les bons coups de certaines entreprises minières en région et de l’importance de mettre des règles gouvernementales claires en matière d’environnement et de consultations publiques. « Le développement responsable, ça commence dès l’exploration et ça se poursuit jusqu’après la restauration », conclut-il. Toujours à Val-D’Or, monsieur Guy Leclerc, porte-parole Québec solidaire pour l’Abitibi-Témiscamingue, a insisté sur l’importance de la diversification de l’économie régionale et de la transformation locale ainsi que sur le levier que pourrait représenter la constitution d’un fonds régional à partir des redevances minières. « La région s’appauvrit chaque fois que les minéraux sortent du sous-sol de la région, il faut que la région puisse bâtir à long terme grâce à ces ressources non renouvelables », déclare le porte-parole.

Partout, les échanges ont permis d’identifier une sixième dépossession, celle de la démocratie, mère de toutes les dépossessions. Pour Québec solidaire, il faut que les citoyens et les citoyennes aient des lieux d’échanges, puissent faire valoir leur point de vue et être partie prenante des décisions. C’est pourquoi d’autres soirées solidaires seront organisées.

Source : http://www.quebecsolidaire.net/abitibi-est/articles/le-quebec-depossede-de-ses-ressources-naturelles/

___________________________________

11 mai 2015 — Communiqués de presse

Criminalisation des critiques à l’endroit du gouvernement israélien – Le gouvernement Harper s’en prend à la liberté d’expression

Manon Massé, députée de Québec solidaire et de Sainte-Marie-Saint-Jacques, est abasourdie d’apprendre que le gouvernement Harper souhaiterait utiliser les lois canadiennes encadrant la propagande haineuse pour museler les opposants pacifiques aux politiques israéliennes, notamment ceux qui appellent au boycott des produits israéliens. « Ce gouvernement aimerait pouvoir les accuser d’antisémitisme, alors qu’on parle de pressions économiques sur le régime politique israélien. Dans quel régime de censure vivons-nous? », questionne Mme Massé.

En 2005, était lancée une campagne internationale de « Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) », pour amener Israël à mettre fin au système d’apartheid auquel est soumis la population palestinienne. Québec solidaire fait partie des milliers d’organisations qui ont appuyé cette campagne à l’échelle internationale. Depuis des décennies, malgré les appels de l’ONU, d’Amnistie internationale, de Human Rights Watch et de nombreux récipiendaires du Nobel de la paix, dont Nelson Mandela, Israël refuse de se conformer au droit international.

« Si le gouvernement Harper est logique avec lui-même, il les accuserait tous d’être antisémites. Ça n’a aucun sens. Rappelons que si l’apartheid sud-africain est tombé, c’est notamment à la suite d’une campagne internationale de boycott des produits sudafricains, à laquelle la population canadienne a grandement participé. Nous voyons bien, avec le projet du gouvernement fédéral, que la campagne de boycott des produits israéliens atteint son but et en dérange plus d’un », continue Manon Massé.

La députée admet que critiquer Israël dans l’espace publique est une question épineuse. « Or, le propre de la démocratie est de débattre. Les critiques et désaccords sont normaux et souhaitables. En démocrates, nous défendrons de tout cœur cette liberté de débattre. Nous croyons aussi en ce moyen économique et pacifique que constitue un boycott. Criminaliser ces pratiques, en les qualifiant d’appel à la haine envers le peuple juif, est très grave », termine Mme Massé.

Source : http://www.quebecsolidaire.net/criminalisation-des-critiques-a-lendroit-du-gouvernement-israelien-le-gouvernement-harper-sen-prend-a-la-liberte-dexpression/