Le Mouvement Desjardins a perdu son âme, déplore Claude Béland, son président pendant plus de 10 ans.

«Desjardins a perdu son âme» | Le Journal de Montréal.

Extrait :

Journal de Montréal, Samedi, 2 mai 2015

http://www.journaldemontreal.com/2015/05/02/desjardins-a-perdu-son-ame

Un des piliers du Mouvement Desjardins, Claude Béland, considère que l’institution a «perdu son âme» en axant ses énergies sur les objectifs financiers plutôt que de s’occuper de ses membres.

«J’ai passé près du trois quarts de ma vie dans le mouvement coopératif, je ne peux pas croire que j’ai tout fait ça pour rien.

On s’en va carrément dans le sens contraire de ce que des milliers de gens ont bâti depuis 115 ans», se désole celui qui a été président de Desjardins de 1987 à 2000.

L’homme de 83 ans critique sévèrement l’administration actuelle qui ne considère ses membres que comme de simples clients.

«Jusqu’au début de l’an 2000, l’important pour Desjardins c’était le membre, mais aujourd’hui, ce qui est important c’est l’entreprise. Desjardins copie le fonctionnement des banques. Tout ce qui compte c’est le rendement», glisse-t-il.

Cette mentalité est, selon lui, diamétralement opposée à ce qu’il prônait et ce qui a été mis de l’avant avant lui au sein de la coopérative. Desjardins était basé sur les petits épargnants et sur le principe que chacun d’entre eux avait le même pouvoir.

«On servait tout le monde pareil. Si tu avais 10 000 $, tu avais le même taux que celui qui avait un million. Mais aujourd’hui, ce qui les intéresse, ce sont les clients payants, les autres, on ne les aide plus», dénonce-t-il.