Attention : Les dessous troublants du « Viagra rose ».

L’agence américaine du médicament autorise la commercialisation d’un produit supposé raviver le désir féminin, au terme d’une intense campagne de lobbying.

Source : journal Le Monde, Les dessous troublants du « Viagra rose »

La troisième tentative aura été la bonne pour la flibansérine, que le laboratoire américain Sprout commercialisera aux Etats-Unis à partir du 17 octobre sous le nom d’Addyi dans l’indication « traitement du trouble du désir sexuel hypoactif généralisé [HSDD, dans la terminologie psychiatrique américaine] chez la femme avant la ménopause ». L’autorisation de mise sur le marché (AMM) accordée le 18 août par la Food and Drug Administration (FDA) américaine fait en effet suite à deux rejets en 2010 et 2013, en raison d’une efficacité limitée et surtout d’effets secondaires sérieux (« baisse sévère de la tension artérielle » et syncopes).
Cette balance bénéfices/risques n’a pas changé. Pourtant, soumise au lobbying intense de Sprout et accusée par une partie des organisations féministes d’avoir précédemment refusé d’accorder son feu vert par sexisme, la FDA a fini par céder. Elle révèle ainsi sa « vulnérabilité », comme le titre un éditorial de Nature du 27 août. Comment expliquer ce revirement, synonyme de jackpot pour le laboratoire Sprout ?

Des chaînes humaines devant les écoles publiques le mardi premier septembre 2015.

Pour une troisième fois en quelques mois, des chaînes humaines se formeront autour des écoles publiques mardi, le 1er septembre, pour dénoncer les coupes budgétaires en éducation.

Source : Des chaînes humaines devant les écoles publiques | Le Devoir

La compassion à géométrie variable de Philippe Couillard | Le blogue de Jean-François Lisée

Source : La compassion à géométrie variable de Philippe Couillard | Le blogue de Jean-François Lisée

EXTRAIT :

Lucienne Robillard, qui touche 1100$ par jour pour venir nous dire ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Pourquoi il y en a de l’argent pour ces gens-là et qu’il n’y en n’a pas pour d’autres? 200 000$ d’indemnités versés aux deux députés qui quittent le bateau libéral, c’est 5 postes de technicien en éducation spécialisée dans les écoles publiques. Il y a de l’argent pour ces gens-là mais il n’y en n’a pas pour les élèves qui fréquentent l’école publique? Nous on n’achète pas ce discours-là !

Drame mondial – Crise des migrants : les drames se succèdent, sans réponse politique commune.

Source : Le Monde.fr – Actualité à la Une

Les pays européens peinent à s’accorder sur un plan d’action commun face à une crise dont la gravité prend de nouveaux tours dramatiques de jour en jour.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/#fXKs0idx4K6HcpUR.99

Il faut rebaptiser la « Gare de Lévis ». Message à la Société des traversiers du Québec.

gare de Levis 2015_0

 

Lévis, le 28 août 2015

M. François Désy, président du conseil d’administration

Société des traversiers du Québec

250, rue Saint-Paul

Québec (Québec), G1K 9K9

Monsieur,

Depuis quelques semaines s’élève à Lévis un bâtiment qui accueille les passagers des bateaux, avant l’embarquement ou après le débarquement, qui effectuent la traversée entre Québec et Lévis. Comme c’est votre organisation, la Société des traversiers du Québec, qui assure les déplacements entre les deux rives, j’imagine que c’est elle qui a baptisé le bâtiment Gare de Lévis, et c’est à elle, par conséquent, que je demande de donner un nouveau nom à la construction.

Le mot gare désigne, selon la Commission de toponymie du Québec, un « Emplacement où se trouvent les installations ferroviaires et les bâtiments nécessaires au transit des voyageurs et des marchandises » (http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/normes-procedures/terminologie-geographique/entite.aspx). Le Dictionnaire de l’Académie française définit ainsi le mot gare : « Ensemble des bâtiments et installations établis à chaque station d’une ligne de chemin de fer » (http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/gare). Dans un dictionnaire Larousse il est écrit qu’une gare est l’ensemble « des installations de chemin de fer permettant d’assurer les opérations relatives à la circulation des trains, au service des voyageurs et/ou des marchandises » (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/gare/36151). On peut multiplier les définitions du mot gare : « lieu de dépôt de marchandises, station d’embarquement et débarquement des voyageurs et des marchandises sur les chemins de fer » (http://dictionnaire.reverso.net/francais-definition/gare); « Bâtiments et installations d’embarquement et de débarquement pour les voyageurs et les marchandises sur une ligne de chemin de fer » (http://dictionnaire.tv5.org/dictionnaire/expression/gare); « Lieu de départ et d’arrivée des trains de chemins de fer : gare de voyageurs, de marchandises » (Petit Larousse illustré de 1906, http://www.mes-biographies.com/definition/gare.htm); enfin, dans un document de 2015 : « Bâtiment ou ensemble de bâtiments établis aux stations des lignes de chemin de fer » (http://tempsreel.nouvelobs.com/abc-lettres/gare/definition/dictionnaire.htm)..

Comme il serait inimaginable que l’on rebaptise navire traversier les bateaux de la Société des traversiers du Québec, pour la simple raison que les navires traversiers sont des navires « dont la route est perpendiculaire à celle que l’on suit » (http://www.cnrtl.fr/definition/traversier), il serait impossible de comprendre que l’autorité compétente refuse de changer le nom que porte aujourd’hui le bâtiment de Lévis qui accueille les passagers des traversiers qui font la navette entre Québec et Lévis, loin de toute voie ferrée. Le nom gare fluviale devrait remplacer gare. Gare fluviale est le nom utilisé par le quotidien Le Soleil (http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/transports/201506/22/01-4880200-la-gare-fluviale-de-levis-ouvre-ses-portes.php), par le quotidien Le Journal de Québec (http://www.journaldequebec.com/2015/04/10/du-retard-dans-le-chantier-de-la-gare-fluviale-a-levis), par Le Journal de Lévis (http://www.journaldelevis.com/1120/9255/Nouvelle_gare_fluviale_le_contrat_est_attribue.journaldelevis), par IciRadio-Canada (http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2013/12/20/003-nouvelle-gare-fluviale-levis.shtml), par Tourisme Chaudière-Appalaches (https://www.chaudiereappalaches.com/fr/actualites/2013/12/20/devoilement-du-concept-architectural-de-la-nouvelle-gare-fluviale-de-levis/). Étonnamment, Monsieur Désy, on trouve aussi le terme gare fluviale dans le site web de votre Société : « La traverse Québec – Lévis relie à longueur d’année les quartiers historiques des deux municipalités […]. Localisées à proximité de pistes cyclables sur les deux rives du Saint-Laurent, nos gares fluviales [de Lévis et de Québec] offrent en plus une liaison directe avec les réseaux de transport en commun » (https://www.traversiers.com/fr/nos-traverses/traverse-quebec-levis/accueil/). Permettez-moi, Monsieur Désy, de mentionner aussi que dans sa Liste complète des types d’entités et leurs définitions, la Commission de toponymie du Québec donne la définition suivante du terme gare maritime : « Bâtiment ou ensemble de bâtiments situé dans un port et destiné à accueillir les passagers des navires, avant l’embarquement ou après le débarquement. Notes. – 1. Il peut s’agir, notamment, des passagers d’un traversier, d’une navette ou d’un navire de croisière. 2. Le terme gare fluviale est employé lorsque la gare est située dans un port fluvial » (http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/normes-procedures/terminologie-geographique/entite.aspx).

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

P.-S. La présente sera publiée au lepasseurdelacote.com. Si vous me le permettez, je reproduirai votre réponse intégralement au lepasseurdelacote.com; si cette autorisation m’est refusée, je pourrai naturellement faire connaître les éléments les plus importants de votre réponse, ainsi que le résultat de ma démarche, aux lecteurs de lepasseurdelacote.com. – Le maire de Lévis, M. Gilles Lehouillier, recevra une copie de cette lettre.

Levis Nouvelle gare mar. 20-06-2015 - 1 - Version 2

Photos prises par Roger Martel

Indexation collaborative ou Saisir ou corriger des données bénévolement. Un travail qui pourrait vous intéresser.

Source : Indexation collaborative | Patrimoine, Histoire et Multimédia

Indexation collaborative
août 27, 2015 par Vicky Lapointe
Je participe à des projets d’indexation collaborative depuis quelques années. Comment ça fonctionne? Des documents, comme des actes de décès, des recensements, etc., sont présentés à des bénévoles qui s’occupent de saisir ou corriger certaines données ce qui permet ensuite de créer des bases de données et effectuer des recherches par mots-clés. Bien sûr, des logiciels permettent d’extraire des textes des images numérisées, mais la qualité varie énormément. Un article de journal publié en 1830 avec plusieurs taches d’encre sera plus difficile à convertir en texte qu’un PDF. D’où le fait que dans certains cas, une intervention humaine est souhaitée. Habituellement, les données indexées sont ensuite accessibles au grand public, gratuitement.