Supplique à Madame Caroline Simard, députée de Charlevoix–Côte-de-Beaupré.

Lévis, le 10 novembre 2015

Madame Caroline Simard, députée de Charlevoix–Côte-de-Beaupré, adjointe parlementaire du premier ministre (volets jeunesse et petite enfance et lutte contre l’intimidation), membre de la Commission de la santé et des services sociaux et membre de la Commission des relations avec les citoyens
Parlement du Québec

Simard_caroline

Madame Caroline Simard

Madame,

Que peuvent bien penser les femmes ordinaires qui sont victimes d’un attouchement sexuel, d’une agression sexuelle, maintenant qu’elles savent qu’une députée à qui un homme a pris un sein, se contente des excuses de cet homme, choisit de ne pas porter plainte à la police? N’est-il pas certain que bon nombre d’entre elles vont se dire : « Elle est députée, elle, elle est même adjointe parlementaire du premier ministre pour la lutte contre l’intimidation, par-dessus le marché elle a un gros salaire, dans son parti politique il y a des avocats qui pourraient la conseiller gratuitement, son parti est au pouvoir, et elle juge préférable pour elle de ne pas porter plainte! Pensez-vous que je vais porter plainte, moi, une rien du tout, je ne suis pas folle! »

Votre refus de porter plainte à la police, Madame Simard, n’aide pas les femmes, au contraire, il annonce des événements malheureux pour les femmes. Pensez-y, s’il vous plaît, Madame Simard.

Je vous prie, Madame, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel

P.-S. Je déplore vivement le geste inqualifiable dont vous avez été la victime. Il ne s’effacera jamais de votre mémoire, malheureusement; mais que son souvenir ne resurgisse que très rarement, et de plus en plus rarement!