Le long silence des Musées de la civilisation.

Lévis, le 23 février 2016

Les Musées de la civilisation à Québec et leur directeur général, M. Stéphan La Roche, n’on toujours pas répondu au soussigné, qui leur a écrit ceci, entre autres :

Les résultats du travail du « comité scientifique » formé par les Musées de la civilisation et la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL) pour s’occuper de l’expertise de la « cage de la corriveau » ne permettent pas à au moins deux membres du comité d’avoir la certitude que la structure trouvée par la SHRL est celle qui a reçu la dépouille de Marie-Josephte Corriveau. Les deux, mesdames Sylvie Toupin, conservatrice à l’emploi des Musées de la civilisation, et Catherine Ferland, historienne, utilisent en effet le conditionnel dans des déclarations publiées dans un site web de Radio-Canada le 9 novembre 2015; voyez :

MADAME SYLVIE TOUPIN, CONSERVATRICE

« Les expertises qu’on a menées convergent. C’est la juxtaposition et le croisement des informations qui nous permettent d’en arriver à la conclusion que ce serait effectivement le gibet qui aurait servi à exposer Marie-Josephte Corriveau. »

Madame Toupin, on le voit, n’a pas la certitude que la « cage » examinée est l’objet qui a servi à montrer Marie-Josephte Corriveau à la population. À Lévis aussi, en novembre dernier, devant les personnes qui remplissaient la salle L’Anglicane, elle a déclaré qu’elle n’avait pas la certitude que la « cage » examinée est l’objet dans lequel la dépouille de Marie-Josephte Corriveau a été exposée (elle répondait à une question que je lui avais posée).

MADAME CATHERINE FERLAND, HISTORIENNE :

« Quand on est capable de retracer le cheminement très précis d’un objet, par exemple par les articles de journaux, par les documents historiques, on se rend compte que dans le cas de la cage de la Corriveau, on est capable de faire ce tracé très facilement. […] Ça nous a permis de dire, oui, d’un point de vue historique, c’est très, très plausible et même presque certain que c’est bien la cage ».

Madame Ferland est aussi limpide que Mme Toupin, elle ne dit absolument pas qu’elle a la certitude que la « cage » examinée est l’objet qui a servi à montrer la dépouille de Marie-Josephte Corriveau aux habitants. Relisez sa déclaration, s’il le faut.

(Les déclarations de mesdames Toupin et Corriveau se trouvent dans une page Web de Radio-Canada datée du 9 novembre 2015; voici l’adresse de cette page : http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2015/11/09/006-expertise-cage-corriveau-authentification-musee-civilisation.shtml.)

Comme vous le savez, Monsieur LaRoche, les Musées de la civilisation et la Société d’histoire régionale de Lévis contredisent mesdames Toupin et Ferland et prétendent que la certitude recherchée a été acquise, ils déclarent que la « cage » trouvée par hasard par la Société d’histoire régionale de Lévis est la structure dans laquelle Marie-Josephte Corriveau à été montrée à la population. (Voici la déclaration exacte des Musées de la civilisation et de la Société d’histoire régionale de Lévis datée du 9 novembre 2015 : « Les résultats de l’expertise, juxtaposées les uns aux autres, ont […] tous convergé vers son authentification ».)

Je ne vous appendrai rien, Monsieur LaRoche, en vous disant qu’authentifier, c’est prouver. Le Trésor de la langue française informatisé donne cet exemple de l’emploi du verte authentifier : « Il a authentifié ce Géricault : il a prouvé que cette toile était due au pinceau du maître » (http://www.cnrtl.fr/definition/authentifier consulté le 7 décembre 2015). Le dictionnaire Lexis, de son côté, définit ainsi le mot authentique : « Dont la réalité, la vérité ou l’origine indiquée ne peut être contestée »; il illustre sa définition par la phrase suivante : « Le tableau authentique est au Louvre; celui-ci n’est qu’une copie » (Larousse de la langue française – Lexis, ©1977, page 130).

(…)

Pour terminer, je me permettrais de vous prier, Monsieur le directeur général, de bien vouloir me dire ce que vous pensez des déclarations de Mesdames Toupin et Ferland, membres du « comité scientifique » susmentionné, déclarations que vous avez pu lire ci-haut. J’aimerais aussi savoir si vous arrivez à concilier les déclarations de mesdames Toupin et Ferland concernant l’authenticité de la « cage » expertisée sous l’oeil des Musées de la civilisation et de la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL), et l’avis définitif des Musées de la civilisation et de la SHRL concernant la même question, deux déclarations et un avis qui se contredisent et qui ne peuvent pas coexister harmonieusement. Enfin, puisqu’il y a deux membres du « comité scientifique » (Mesdames Toupin et Ferland) qui ne sont pas d’accord avec les autres membres ou une partie des autres membres du « comité scientifique », pourriez-vous me dire, Monsieur LaRoche, si les Québécoises et les Québécois ont raison de penser qu’il suffisait que la moitié plus un des membres du comité déclarent le contraire de Mesdames Toupin et Ferland pour que les Musées de la civilisation et la Société d’histoire régionale de Lévis fassent savoir à la population, par une déclaration solennelle et publique, que la « cage » trouvée par hasard dans le Web par la Société d’histoire régionale de Lévis est incontestablement la structure qui a servi à exposer la dépouille de Marie-Josephte Corriveau?

Le conseil d’administration du Musée de la civilisation, présidée par Margaret F. Delisle, ne répond pas aux communications du soussigné.  N’a-t-il pas un code d’éthique qui lui enjoint de traiter les citoyens avec respect?

Les Musées de la civilisation à Québec n’ont-ils pas un code d’éthique qui leur enjoint de traiter les citoyens avec respect?

Roger Martel, citoyen de Lévis

Le texte suivant a été publié le 24 février 2016

Vérification faite, les administrations et les administrateurs des Musées de la civilisation, qui sont publics, sont assujettis au Règlement sur l’éthique et la déontologie des administrateurs publics1, dont l’article premier stipule ceci :

1.  Le présent règlement a pour objet de préserver et de renforcer le lien de confiance des citoyens dans l’intégrité et l’impartialité de l’administration publique, de favoriser la transparence au sein des organismes et entreprises du gouvernement et de responsabiliser les administrations et les administrateurs publics. (http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=%2F%2FM_30%2FM30R1.htm)

Les Musées de la civilisation et le conseil d’administration du Musée de la civilisation pensent-ils « préserver et (…) renforcer le lien de confiance des citoyens dans l’intégrité et l’impartialité de l’administration publique » en refusant de répondre à mes communications? Pensent-ils respecter la « règle de la transparence au sein des organismes et entreprises du gouvernement »? Pensent-ils respecter leur code de déontologie en restant muets quand je leur demande d’expliquer pourquoi ils ont accepté que la Société d’histoire régionale de Lévis (dont ils étaient les partenaires déclarés pour la réalisation d’expositions sur la « cage » de la Corriveau) dévoile la « cage de la Corriveau » au Musée de la civilisation en octobre 2013, avec la participation du Musée, elle qui affirmait catégoriquement depuis toujours, avant d’avoir vu la cage de ses yeux! avant que la cage n’ait été examinée par des experts! (quel incroyable manque de rigueur intellectuelle!) que ladite cage était la structure dans laquelle la dépouille de la criminelle Marie-Josephte Corriveau a été montrée à la population en 1763? Les Musées de la civilisation et le conseil d’administration du Musée de la civilisation pensent-ils respecter leur code de déontologie en restant muets quand je leur demande d’expliquer comment il se fait qu’ils aient accepté que des membres de la Société d’histoire régionale de Lévis qui avaient affiché plusieurs fois leur manque de rigueur aient été invités à faire partie du comité dit scientifique formé par le Musées de la civilisation et la Société d’histoire régionale de Lévis (!) pour tenter de prouver que la « cage » découverte aux « États-Unis est l’objet dans lequel s’est retrouvée la dépouille corps de Marie-Josephte Corriveau?

Roger Martel, citoyen de Lévis

  1. « Un membre du conseil d’administration est tenu de respecter les principes d’éthique et les règles de déontologie prévus par la loi, par le Règlement sur l’éthique et la déontologie des administrateurs publics adopté en vertu de la Loi sur le ministère du Conseil exécutif et par le présent code. En cas de divergence, les principes et les règles les plus exigeants s’appliquent. (Code d’éthique et de déontologie des membres du conseil d’administration du Musée de la civilisation, article 2, Rapport annuel 2014-2015 https://www.mcq.org/documents/10706/28705/rapport_annuel_14-15.pdf/4c03b61d-d28d-4f44-8c17-dff3136ee54d)