Docteur Frankestein, ministre de la santé du Québec ?

Source : Michel David, Docteur Frankenstein, Le Devoir, 30 avril 2016, p. A3, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/469610/docteur-frankenstein?utm_source=infolettre-2016-04-30&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s’était indigné le mois dernier quand Pierre Karl Péladeau l’avait qualifié de Tartuffe, mais c’est l’image qui vient immédiatement à l’esprit en l’entendant se lamenter sur les montants « très, très élevés » qui sont versés à certains spécialistes particulièrement voraces.

M. Barrette invite la FMSQ à une « réflexion » sur le sujet, alors qu’il est le premier responsable de l’explosion de la rémunération des médecins, qui est maintenant supérieure à ce que touchent leurs confrères en Ontario et en Colombie-Britannique, où le coût de la vie est notoirement plus élevé. Il se demande avec raison si certains de ses ex-confrères ne se concentrent pas sur les pratiques les plus lucratives, mais il trouve aberrant qu’on puisse remettre en question le mode de rémunération à l’acte.

Au même moment, son collègue de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, envisage de recourir au bâillon pour forcer l’adoption du projet de loi 70, qui permettra de diminuer l’allocation mensuelle de 623 $ qui est accordée aux bénéficiaires de l’aide sociale, s’ils manquent aux obligations imposées par le programme Objectif emploi. Cherchez l’erreur !

[…]

Que son ministre de la Santé soit un cowboy mal dégrossi est une chose, mais M. [le premier ministre Philippe] Couillard a le devoir de s’assurer qu’il ne cause pas de dommages irrémédiables. On ne donne pas un chèque en blanc à un homme de cet acabit. Tel le docteur Frankenstein, le premier ministre donne l’impression d’avoir créé un monstre dont il a complètement perdu le contrôle.


Les médecins du Québec. Des docteurs Frankenstein?

Source : Docteur Frankenstein | Le Devoir

Le projet de loi 92 qui vise à accroître les pouvoirs de la Régie d’assurance maladie est inutile puisque la fraude est un phénomène marginal chez les médecins, soutient la Fédération des omnipraticiens. Le pire est qu’elle a probablement raison : les médecins sont tout à fait capables de s’assurer des revenus scandaleusement élevés en toute légalité.

En revanche, la FMOQ a tort de penser que le projet de loi nuira à l’image des médecins en laissant croire à la population que des sanctions légales sont nécessaires pour les maintenir dans le droit chemin : ils n’ont besoin de personne pour ternir leur image.

(Michel David, Docteur Frankenstein, Le Devoir, 30 avril 2016, p. A3, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/469610/docteur-frankenstein?utm_source=infolettre-2016-04-30&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne)


Message à mon médecin

Les médecins du Québec, des docteurs Frankenstein? Vous n’êtes pas l’un d’eux, croyez bien que j’en suis convaincu, ma très chère docteure!

R. M.

«LuxLeaks»: les enjeux d’un procès explosif – Page 1 | Mediapart

Le procès des lanceurs d’alerte et du journaliste à l’origine du scandale « LuxLeaks » s’ouvre mardi au Luxembourg. Les trois Français sont jugés pour vol de documents, divulgation de secrets d’affaires et violation du secret professionnel. Les audiences démarrent alors que le pays tente de changer son image de marque, et que le sort des lanceurs d’alerte est désormais suivi de près par l’opinion publique.

Source : «LuxLeaks»: les enjeux d’un procès explosif – Page 1 | Mediapart

Le monde a besoin des lanceurs d’alerte. – Le procès des LuxLeaks s’ouvre à Luxembourg.

Trois Français, dont le lanceur d’alerte Antoine Deltour, sont accusés d’avoir fait fuiter des documents éclairant les pratiques fiscales de multinationales établies au Grand-Duché.

Source : Le procès des LuxLeaks s’ouvre à Luxembourg

Quelques semaines après les révélations des « Panama Papers », le procès des « Luxleaks » s’ouvre mardi 26 avril à Luxembourg, promettant de brasser plusieurs sujets brûlants d’actualité, du statut fragile des lanceurs d’alerte au scandale de l’évasion fiscale.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/04/26/le-proces-des-luxleaks-s-ouvre-a-luxembourg_4908549_3224.html#AkVADrH1WPi2JaQz.99

Au royaume de Roche. – Dans Charlevoix-Est, des hommages pour Marc-Yvan Côté, des cadeaux aux maires…

Source : Le Devoir, 20 avril 2016, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/468572/au-royaume-de-roche

[La firme de génie-conseil Roche devient «Norda Stelo». Elle s’ajoute ainsi aux entreprises rebaptisées après la commission Charbonneau (source : http://www.journaldemontreal.com/2015/12/14/roche-groupe-conseil-devient-norda-stelo-1)

LIBRE OPINION

Au royaume de Roche

Le Devoir, 20 avril 2016

Par Serge Gauthier – Président de la Société d’histoire de Charlevoix

Savez-vous qu’en 2008, la MRC de Charlevoix-Est décernait le titre de « parrain de la MRC » à Marc-Yvan Côté ? En 2011, j’ai conservé une photo sur laquelle se trouve notamment le préfet de la MRC remettant un tableau pour services rendus à… Marc-Yvan Côté. Ce dernier, qui n’était plus un élu, travaillait alors pour Roche et associés et il recevait des hommages parce qu’il « avait été à l’origine de tous les projets de développements de la MRC des dernières années ». Un parrain ? On aurait au moins pu utiliser un autre titre d’honneur !

Il est vrai que Roche et associés est née dans Charlevoix. Ce fut longtemps un fleuron de notre économie régionale, qui n’a jamais quitté Charlevoix en fait. Et l’on en était fier. Une connaissance me disait que son père, quelque peu engagé en politique alors, dénonçait déjà les pratiques de Roche durant les années 1960. Sans doute s’est-il senti bien seul. À ce moment, Roche obtenait presque tous les contrats municipaux dans Charlevoix et personne ne s’en offusquait. Et cela a perduré jusqu’à nos jours. Pas étonnant qu’un chroniqueur de Radio-Canada constatait encore il y a quelque temps que dans Charlevoix, l’influence de Roche a toujours été présente.

Durant la décennie 1990, alors que l’organisme pour lequel je travaillais logeait dans le sous-sol miteux de la MRC de Charlevoix, nos bureaux côtoyaient alors la salle de la réunion de la MRC et je discutais quelquefois avec la secrétaire de cet organisme. Ce jour-là, quelque part en décembre, elle me paraissait radieuse et je lui demandais pourquoi. Elle me dit avec un sourire aux lèvres : « Ce soir, à la réunion, les maires vont être de bonne humeur… car demain c’est le party de Roche où ils sont invités. » Elle me dit ensuite que c’était « un gros party » fort bien arrosé et que c’était un événement marquant dans l’année. Aujourd’hui encore, je ne peux oublier cette révélation.

Depuis, il y a eu bien des voyages de pêche offerts aux maires, bien des contrats accordés, bien des élections où l’influence occulte des firmes se fit sentir. Dans une réunion mondaine, j’ai vu une épouse de maire se promener avec un parapluie de Roche en vantant la compagnie… et quoi d’autre encore. Dans une région au caractère géographique accidenté, les contrats sont nombreux et exigeants. Nous avons ainsi une côte des Éboulements bien rénovée, mais la route nationale (138) possède encore deux voies comme à l’époque de Duplessis sur une longue section entre Baie-Saint-Paul et La Malbaie. Pourquoi ? La côte des Éboulements c’était bien plus lucratif… Je l’ai dénoncé à l’époque, et que de pressions j’ai subies : lettres de menaces anonymes, appels agressants de maires, harcèlement de policiers !

Faut-il donc se taire ? Moi aussi, j’ai été fier de Roche et associés. Et il y a bien d’autres firmes pas mieux intentionnées, elles aussi tournées vers le profit et les sombres calculs. Et dans bien des contrats, on pourrait trouver la trace de ces influences. Plusieurs furent dans l’actualité, le dossier de l’alimentation en eau de Saint-Irénée par exemple. Mais tout cela ne change vraiment jamais totalement. Ça revient. Il y a « un petit peu de nous autres là-dedans ». Il est vrai que Roche et associés est issue de l’histoire de Charlevoix. Marc-Yvan Côté est-il encore le « parrain de notre MRC » ? Qui sait ? Ne faudrait-il pas reconnaître publiquement que cela fut une erreur ? Rien ne vient. Aucun remords, aucun changement. Une montagne de Charlevoix en l’honneur de Marc-Yvan Côté un jour ?

J’ai honte juste à penser que deux accusés sur huit de l’UPAC proviennent de Charlevoix. Mais je crains que nous ne sachions trop comment changer tout cela, et je sais bien que je subirai à nouveau des représailles si jamais cette lettre paraissait quelque part.

Ce qu’il faut retenir des « Panama papers ».

Politiques, footballeurs, de nombreuses personnalités sont présentes dans les documents panaméens qui ont été à la base de l’enquête internationale sur l’offshore.

Source : Ce qu’il faut retenir des « Panama papers »