Les hommes ne sont pas des diables, mais des égoïstes.

« Souvenez-vous de La Religion dans les limites de la simple raison. Kant (Emmanuel Kant, philosophe allemand, 1724-1804) y explique que les hommes ne sont jamais méchants, qu’ils ne font jamais le mal pour le mal, ce qui serait diabolique, mais seulement pour un bien, pour leur bien; : les hommes ne sont pas méchants, mais mauvais; ce ne sont pas des diables, mais des égoïstes. Quand j’explique ce texte avec mes étudiants, ils m’objectent l’existence du sadique, qui fait le mal, disent-ils, pour le mal. Je leur réponds que non : le sadique fait du mal à l’autre parce que ça lui fait plaisir à lui! Or son plaisir, pour lui, c’est un bien… Un sadique, c’est donc simplement un égoïste (il met son plaisir plus haut que la souffrance d’autrui), doublé d’un pervers (qui jouit de cette souffrance), et c’est en quoi, bien souvent, il nous ressemble… Bref, je crois, avec Kant, que l’égoïsme est le fondement de tout mal. »

(André Comte-Sponville in André Comte-Sponville et Luc Ferry, La Sagesse des modernes. Dix questions pour notre temps, Paris, Éditions Robert Laffont. 1988, p. 67)