Ils travaillent, mais ils ont à peine le strict nécessaire pour subvenir à leurs besoins. Qu’on les paie convenablement !

GRÈVE DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS DE CENTRES D’HÉBERGEMENT AU QUÉBEC

levis greve travailleurs centres-d'hebergement 23-06-2016a

Grève à la résidence Les Marronniers de Lévis (rue Wolfe, à côté de l’Hôtel-Dieu)

Photo prise le 23 juin 2016 par Roger Martel.

Par Gérard Bérubé, Le salut par le salaire (Extraits)

(Le Devoir, 23 juin 2016, http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/474107/perspectives-le-salut-par-le-salaire.)

Et si la réponse à cette stagnation séculaire s’étendant à la planète économique, et à ce creusement des inégalités devenu épidémique, passait par une hausse musclée du salaire minimum ? La proposition ne vient pas de la gauche, mais bien du Fonds monétaire international (FMI).

Le FMI jette un regard plutôt lucide sur la réalité économique et sociale des États-Unis. Une petite lecture entre les lignes de l’analyse annuelle 2016 de la première économie mondiale nous rappelle que toutes les interventions traditionnelles tournent désormais à vide. L’assouplissement monétaire est poussé aux limites de l’imaginaire. L’endettement public paralyse l’intervention directe des gouvernements. Et les entreprises préfèrent rémunérer leurs actionnaires plutôt que d’utiliser leurs liquidités autrement oisives à des fins d’investissement productif face à une demande stagnante. Le FMI suggère de miser sur l’emploi, mieux rémunéré.

[…]

Un Américain sur sept vit dans la pauvreté. Pourtant, « 40 % d’entre eux travaillent », s’étonne l’institution de Washington. […]

Sur une base réelle, en dollars constants de 2013, le salaire minimum est resté au même niveau qu’en 1975, les hausses décrétées au fil de ces 40 ans n’ayant permis que de protéger le pouvoir d’achat tel que mesuré par l’indice des prix à la consommation. […]

Au Québec, il [le salaire minimum] est passé à 10,75 $ l’heure le 1er mai dernier, une hausse de 1,9 % sur un an couvrant à peine celle de l’indice des prix à la consommation. Sans compter la hausse des taxes et tarifs à absorber.


 

TRAVAILLER ET ÊTRE QUAND MÊME PAUVRE, ÇA N’A PAS D’BON SENS!

P.-S

Au Québec, les élus qui décideront dans les mois à venir d’augmenter sensiblement ou faiblement le salaire minimum

gagnent beaucoup plus que le salaire minimum, parfois cent fois plus ou davantage.

Nous pouvons donc être certains qu’ils comprendront qu’il est inacceptable que le salaire minimum, au Québec, soit seulement de 10,75 $ l’heure.

N’est-ce pas?

LIRE AUSSI, DANS LEPASSEUR DE LA COTE.COM, l’article Einstein avait raison, il faut réduire le temps de travail au https://lepasseurdelacote.com/2016/06/24/7279/