À Lévis (Québec), on a fait d’une gare deux gares.

À Lévis , on ne fait pas les choses à moitié (il le faut bien : Lévis est l’une des villes les plus populeuses du Québec…); par exemple, quand le conseil municipal trompe la population, il n’y a pas un, pas trois, il n’y a pas la moitié des conseillers municipaux élus par la population qui tentent de prouver à la population que la tromperie qui leur est reprochée n’est pas fondée, non! ce sont tous les membres du conseil qui se jugent incapables de prouver que la tromperie reprochée n’est pas fondée : tous se taisent!

Et quand arrive à Lévis un nouveau bâtiment destiné à accueillir des voyageurs, on ne lui donne pas un nom, on lui en donne deux, parce que ne lui en donner qu’un serait faire les choses à moitié, vous avez compris…

 

gare et gare-fluviale de Lévis 27-06-2016_b

Photo prise par Roger Martel le 27 juin 2016

Mais il y a un problème : le premier nom du bâtiment flambant neuf désigne une chose, le second désigne une autre chose, une chose très-très différente de l’autre. C’est comme si le gros Hôtel Hilton de Québec portait aussi le nom de Gîte touristique Hilton…1

Ayant appris que les autorités compétentes avaient décidé d’appeler Gare de Lévis le bâtiment en construction qui allait accueillir les utilisateurs des traversiers qui font la navette entre Québec et Lévis, je me suis adressé au président du conseil d’administration de la Société des traversiers du Québec, M. François Désy. Je lui ai écrit ceci : « Le mot gare désigne, selon la Commission de toponymie du Québec, un « Emplacement où se trouvent les installations ferroviaires et les bâtiments nécessaires au transit des voyageurs et des marchandises » (http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/normes-procedures/terminologie-geographique/entite.aspx). Le Dictionnaire de l’Académie française définit ainsi le mot gare : « Ensemble des bâtiments et installations établis à chaque station d’une ligne de chemin de fer » (http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/gare). Dans un dictionnaire Larousse il est écrit qu’une gare est l’ensemble « des installations de chemin de fer permettant d’assurer les opérations relatives à la circulation des trains, au service des voyageurs et/ou des marchandises » (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/gare/36151) ». Je lui ai aussi dit ceci : « Il serait impossible de comprendre que l’autorité compétente refuse de changer le nom que porte aujourd’hui le bâtiment de Lévis qui accueille les passagers des traversiers qui font la navette entre Québec et Lévis, loin de toute voie ferrée. Le nom gare fluviale devrait remplacer gare. Gare fluviale est le nom utilisé par les quotidiens Le Soleil et Le Journal de Québec, par l’hebdomadaire Le Journal de Lévis, par IciRadio-Canada, par Tourisme Chaudière-Appalaches2. Étonnamment, Monsieur Désy, on trouve aussi le terme gare fluviale dans le site web de votre Société : « La traverse Québec – Lévis relie à longueur d’année les quartiers historiques des deux municipalités […]. Localisées à proximité de pistes cyclables sur les deux rives du Saint-Laurent, nos gares fluviales [de Lévis et de Québec] offrent en plus une liaison directe avec les réseaux de transport en commun » (https://www.traversiers.com/fr/nos-traverses/traverse-quebec-levis/accueil/). Permettez-moi, Monsieur Désy, de mentionner aussi que dans sa Liste complète des types d’entités et leurs définitions, la Commission de toponymie du Québec donne la définition suivante du terme gare maritime : « Bâtiment ou ensemble de bâtiments situé dans un port et destiné à accueillir les passagers des navires, avant l’embarquement ou après le débarquement. Notes. – 1. Il peut s’agir, notamment, des passagers d’un traversier, d’une navette ou d’un navire de croisière. 2. Le terme gare fluviale est employé lorsque la gare est située dans un port fluvial » (http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/normes-procedures/terminologie-geographique/entite.aspx).

Le Société des traversiers du Québec m’a répondu franchement, me semble-t-il. « J’ai […] donné instruction, m’a écrit le président-directeur général de la STQ, M. Jocelyn Fortier, pour que, dorénavant, on prenne soin de n’utiliser que l’expression « Gare fluviale ». J’ai également demandé qu’on fasse l’inventaire des gares fluviales ne portant que le nom de « Gare », et qu’on prépare un plan de correction. La mise en œuvre de ce plan de correction sera évidemment sujette aux disponibilités budgétaires de la STQ. »

À mon avis, il faut que le nom Gare de Lévis, inscrit aujourd’hui sur le bâtiment, soit supprimé ou caché très vite. Parce qu’il est inacceptable d’utiliser un terme qui signifie ensemble « des installations de chemin de fer permettant d’assurer les opérations relatives à la circulation des trains » pour désigner un « Bâtiment ou ensemble de bâtiments situé dans un port et destiné à accueillir les passagers des navires ». Comme il serait inacceptable que l’on débaptise la Société des traversiers pour l’appeler Société des navires traversiers, les navires traversiers étant des navires « dont la route est perpendiculaire à celle que l’on suit » (http://www.cnrtl.fr/definition/traversier).

Une majorité de Lévisiennes et de Lévisiens seront heureux de voir disparaître ou voiler le nom Gare de Lévis tracé sur le bâtiment qui est une gare fluviale. Et le chef de gare fluviale ne risquera pas de devoir jouer des bielles3 devant des voyageurs furieux de découvrir une gare fluviale là où il s’attendait à pouvoir monter dans un train.

Roger Martel, citoyen de Lévis

NOTES

1 – Selon l’Office québécois de la langue française, le gîte est un « Établissement d’hébergement touristique d’un maximum de cinq chambres où le propriétaire occupant offre, pour un prix forfaitaire, le coucher et le petit déjeuner servi sur place », et l’hôtel est un « Bâtiment ou partie de bâtiment aménagé pour loger une clientèle de passage ou non ».)

2 – Sources – Le Soleil (http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/transports/201506/22/01-4880200-la-gare-fluviale-de-levis-ouvre-ses-portes.php); Le Journal de Québec (http://www.journaldequebec.com/2015/04/10/du-retard-dans-le-chantier-de-la-gare-fluviale-a-levis); Le Journal de Lévis (http://www.journaldelevis.com/1120/9255/Nouvelle_gare_fluviale_le_contrat_est_attribue.journaldelevis); iciRadio-Canada (http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2013/12/20/003-nouvelle-gare-fluviale-levis.shtml); Tourisme Chaudière-Appalaches (https://www.chaudiereappalaches.com/fr/actualites/2013/12/20/devoilement-du-concept-architectural-de-la-nouvelle-gare-fluviale-de-levis/).

3 – Jouer des bielles (jargon ferroviaire) : s’enfuir à toutes jambes.

 

Scène surprenante à Lévis

Levis Parcours-des-anses 28-06-2016 boxeurs-amis 2

 

Nous sommes devant la Gare de Lévis aussi appelée Gare fluviale. À gauche, le laudateur du nom Gare de Lévis; son adversaire arbore les couleurs du camp du nom Gare fluviale. Qui va gagner? Si l’on en juge par l’allure lourde et maladroite des antagonistes, l’affrontement sera très long. 

La scène s’est retouvée par miracle dans l’appareil photo de Roger Martel.