En 2012, l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) de La Pocatière a fêté ses cinquante ans.

– Texte publié en 2012 au https://macotedusud.wordpress.com/2012/06/15/nouvelles-de-la-cote-du-sud-15-juin-2012/. Repris au http://www.lepasseurdelacote.com le 19-07-2016. –

En 2012, l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) fête ses cinquante ans!

Le 13 juin 2012, Madame Ursule Thériault s’est adressée aux membres de la Société d’histoire et de généalogie de la Côte-du-sud réunis en assemblée générale. Elle leur a parlé de la célébration du cinquantenaire de l’Institut de technologie agroalimentaire.

Les GRANDES RETROUVAILLES DES ANCIENS DE l’ITA de La Pocatière auront lieu les 25 et 26 AOÛT 2012.

Source de renseignements :

Adresse du site web de l’Association des anciennes et des anciens de l’Institut de technologie agroalimentaire, campus de La Pocatière : http://www.anciensita.ca/lapocatiere/

Adresse du site web de l’Association des anciennes et anciens de l’Institut de technologie agroalimentaire, campus de Saint-Hyacinthe : http://www.anciensita.ca/saint-hyacinthe/

 

Le texte suivant se trouve au http://www.anciensita.ca/lapocatiere/mosaique/grands-moments-de-l’enseignement-agricole/ (site web de l’Association des anciennes et des anciens de l’Institut de technologie agroalimentaire, campus de La Pocatière).

1859 – Fondation de l’École d’agriculture de La Pocatière

L’École d’agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, première école du genre au Canada, fut fondée en 1859 sous l’égide de la Corporation du Collège de Sainte-Anne et de son supérieur l’abbé François Pilote. Les objectifs visés pas la création de l’École d’agriculture étaient de donner aux cultivateurs des moyens d’améliorer leurs terres usées par des méthodes de culture inadéquates et ainsi d’endiguer le phénomène d’émigration vers les États-Unis en provenance des régions rurales québécoises.

Pour ce faire, on dispense des cours sur les nouveaux procédés en agriculture. On forme aussi dans cette institution des professeurs et des agronomes. Une ferme modèle, annexée à l’école, soutient cet enseignement et un journal fondé en 1861, La Gazette des campagnes, propage les nouvelles connaissances.

Jusqu’en 1912, l’enseignement est de niveau moyen (professionnel) et est donné presque exclusivement par les prêtres du Collège.

1912

L’affiliation de l’École supérieur d’agriculture avec l’Université Laval en 1912 permettra l’ajout d’un cours, d’une durée de trois ans, qui conduit au baccalauréat en sciences agricoles.

1938

En 1938, l’École supérieure des pêcheries et le Service social économique sont créés. Toujours en 1938, l’école est intégrée à la Faculté des sciences et, deux en plus tard, la faculté d’agriculture. La formation y est d’une durée de quatre ans.

L’École d’agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière a joué un rôle prépondérant dans l’évolution des sciences agricoles de notre pays, dans la formation de cultivateurs et d’ouvriers agricoles compétents et dans la diffusion à grande échelle, par son journal, de procédés pour améliorer le rendement des terres. En constante recherche, cette institution permettra de perfectionner le drainage des terres, construira des aboiteaux, améliorera les races bovines, enseignera la fabrication du beurre et du fromage, élaborera un nouveau système de labour; le labour Richard, créera des stations de recherche et mettra sur pied des cours répondant aux besoins du jour comme l’enseignement ménager agricole, des cours de coopération et de sciences de la terre, l’École supérieure des pêcheries et le Service social économique.

1962 – Naissance de l’Institut de technologie agroalimentaire

La Faculté d’agriculture et l’École des pêcheries quittent La Pocatière et s’installent sur le campus de l’Université Laval, à Sainte-Foy. Le 30 mars 1962, le Gouvernement du Québec acquiert l’École supérieure d’agriculture et la ferme école en vue d’y établir un établissement d’enseignement agricole post-secondaire. Une formation de trois ans en technologie agricole sera dorénavant dispensée au Campus de La Pocatière.