Le bilan de l’Arabie saoudite en termes de droits humains est désastreux. 30 mai 2018.

https://amnistie.ca/sinformer/communiques/international/2018/arabie-saoudite/larabie-saoudite-doit-investir-droits

29/03/2018 Communiqué

 

Ces derniers mois, des gros titres surprenants, comme « L’Arabie saoudite va autoriser les femmes à conduire », « L’élan anticorruption en Arabie saoudite » ou « L’Arabie saoudite sur la voie de la réforme », sont apparus dans la presse internationale. Dans le même temps, lorsque le prince héritier Mohammed bin Salman Al Saud s’est rendu au Royaume-Uni dernièrement, son arrivée était annoncée par des pleines pages dans des journaux et des panneaux commerciaux installés dans les rues de Londres annonçant « Il apporte le changement en Arabie saoudite ». La visite s’est soldée par la signature d’un protocole d’accord d’une valeur de 10 milliards de livres avec BAE Systems pour la vente d’avions à l’Arabie saoudite. Pendant les premiers jours de la visite du prince héritier aux États-Unis, un protocole d’accord de vente d’armes d’une valeur de plus de 12,5 milliards de dollars aurait été conclu entre les États-Unis et l’Arabie saoudite.

 

À première vue, on pourrait penser que l’Arabie saoudite est en train d’entreprendre d’importantes réformes. Cependant, depuis la nomination du prince héritier, peu d’éléments laissent à penser que ses ouvertures sont plus qu’un habile exercice de relations publiques. En réalité, le bilan de l’Arabie saoudite en termes de droits humains est désastreux et la situation n’a fait qu’empirer depuis que Mohammed bin Salman Al Saud a été officiellement nommé héritier du trône en juin 2017.

 

Au lieu de dépenser des millions de dollars pour des campagnes de relations publiques annonçant des mesures qui ne représentent qu’une infime partie de la refonte dont le pays a besoin, voici ce que l’Arabie saoudite devrait faire :

Cesser de réprimer les militants, les journalistes, les universitaires et les dissidents

Mettre fin à la discrimination systématique à l’encontre des femmes

Cesser de persécuter la minorité chiite

Cesser d’avoir recours à la peine de mort et à la torture

Cesser de tuer des civils au Yémen

 

Lire la suite au https://amnistie.ca/sinformer/communiques/international/2018/arabie-saoudite/larabie-saoudite-doit-investir-droits

Mis à jour le mardi, 3 avril 2018

 

CAMPAGNES D’AMNISTIE INTERNATIONAL : https://amnistie.ca/campagnes

Promenade Samuel de Champlain : 400 visites à l’heure, beau temps mauvais temps, pluie pas pluie, hiver comme été, de nuit comme de jour. Impossible. 

Lévis, le 30 mai 2018

Léger

Québec

Madame ou Monsieur,

Le 3 mai 2018, un journaliste du quotidien Le Soleil de Québec, M. François Bourque, dit ceci :

« Le succès de la promenade De Champlain [à Québec] est suffisamment éloquent il me semble sans qu’il soit besoin d’embellir la réalité par des statistiques invraisemblables.

Selon une étude Léger menée pour la CCN [Commission de la Capitale Nationale], il y aurait eu 3,5 millions de visites à la promenade en 2017. Faisons ensemble le calcul : 3 500 000 visites, divisées par 365 jours, divisés par 24 heures. Cela donne 400 visites à l’heure, beau temps mauvais temps, pluie pas pluie, hiver comme été, de nuit comme de jour. Impossible. » (https://www.lesoleil.com/chroniques/francois-bourque/lart-dembellir-la-realite-06f7c54789d278200b60401a5ce1410f)

L’article de M. Bourque s’intitule « L’art d’embellir la réalité ». Si ses affirmations sont exactes, l’article aurait pu s’intituler « L’art de tromper le monde » ou « Comment réussir à dire une bêtise »

Léger voudra sans doute répondre au journaliste.

La présente sera publiée au www.lepasseurdelacote.com; votre réponse sera transportée au même endroit, si vous voulez bien répondre à son auteur.

Bon vent!

Roger Martel, citoyen de Lévis

 


Remarque percutante du maire de Québec, M, Régis Labeaume, destinée à M. François Bourque : « Promenade Samuel de Champlain : 400 visites à l’heure, beau temps mauvais temps, pluie pas pluie, hiver comme été, de nuit comme de jour. Impossible. T’as raison, François. C’est plutôt 1 400 visites à l’heure. »

Intervention du maire de la ville de Lévis, l’Honorable Gilles Lehouillier : « On aura beau dire ce qu’on veut à Québec : le Parcours des anses sera toujours le plus beau et le plus populaire !

Apparition de l’ancien maire de Montréal, M. Jean Drapeau : « Le plus beau joujou au monde, c’est la Ronde de l’Expo ! »

 

 

Des partisans du président de la Turquie vivant en France osent bafouer la liberté d’expression en France !

 

Journal Le Monde 

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/05/27/des-militants-pro-erdogan-font-retirer-une-affiche-de-l-hebdomadaire-le-point_5305412_3224.html

Des militants pro-Erdogan font retirer une affiche de l’hebdomadaire « Le Point »

Au Pontet, dans le Vaucluse, une dizaine d’hommes ont exigé vendredi qu’un kiosquier ôte la « une » de l’hebdomadaire, qui qualifie le président turc de dictateur.

 

À voir – VIDÉO : https://www.francetvinfo.fr/monde/turquie/turquie-la-une-du-point-sur-erdo-an-fait-polemique_2772682.html


En France, le ministère ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a écrit en avril 2018 :

« Nous sommes préoccupés par la condamnation hier de 14 journalistes et collaborateurs du quotidien turc Cumhuriyet. » (https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/turquie/evenements/article/turquie-q-r-extrait-du-point-de-presse-26-04-18)

Amnesty International a écrit en 2018 :

TURQUIE 2017/2018

De nouvelles violations des droits humains ont été commises dans le contexte du maintien de l’état d’urgence. Les dissidents ont fait l’objet d’une répression sans merci visant en particulier les journalistes, les militants politiques et les défenseurs des droits humains. Des cas de torture ont cette année encore été signalés, mais dans une moindre mesure qu’au cours des semaines ayant suivi la tentative de coup d’État de juillet 2016. L’impunité généralisée faisait obstacle à ce que des enquêtes dignes de ce nom soient menées sur les violations des droits humains commises par des représentants de l’État. Des groupes armés ont continué de se livrer à des atteintes aux droits humains, avec notamment deux attaques perpétrées en janvier. (https://www.amnesty.org/fr/countries/europe-and-central-asia/turkey/report-turkey/)

 

Nations Unies Pacte international relatif aux droits civils et politiques

Distr. générale 13 novembre 2012

Comité des droits de l’homme

Observations finales concernant le rapport initial de la Turquie, adoptées par le Comité à sa 106e session (15 octobre-2 novembre 2012)

1. Le Comité des droits de l’homme a examiné le rapport initial de la Turquie (CCPR/C/TUR/1) à ses 2927e, 2928e et 2929e séances (CCPR/C/SR.2927, 2928 et 2929), les 17 et 18 octobre 2012. À sa 2944e séance (CCPR/C/SR.2944), le 30 octobre 2012, il a adopté les observations finales ci-après.

[…]

Le Comité constate avec préoccupation que les défenseurs des droits de l’homme et les professionnels des médias demeurent exposés au risque d’être condamnés pour avoir exercé leur métier, en particulier à cause de l’incrimination de la diffamation à l’article 125 du Code pénal et de l’application excessive des articles 214, 215, 216 et 220 (protection de l’ordre public), ou 226 (publication et diffusion de matériel obscène), 285 (confidentialité des enquêtes), 228 (pouvoir judiciaire), 314 (appartenance à une organisation armée) et 318 (interdiction de critiquer l’armée), ce qui décourage la formulation de commentaires critiques ainsi que tout regard critique de la part des médias sur des questions d’intérêt public légitime et a un effet préjudiciable sur la liberté d’expression dans l’État partie.

(Source : http://www.ohchr.org/FR/countries/ENACARegion/Pages/TRIndex.aspx consulté le 28 mai 2018)

 

 

La justice en français au Canada… Merci au Centre de ressources en français juridique de l’Université de Saint-Boniface (Winnipeg, Manitoba) !

Centre de ressources en français juridique de l’Université de Saint-Boniface (Winnipeg, Manitoba) !

https://ustboniface.ca/centre-de-ressources-en-francais-juridique

Le Centre de ressources en français juridique, anciennement connu sous le nom Institut Joseph-Dubuc, se consacre à l’élaboration de documents de vulgarisation juridique tels que des mini-lexiques et des points de langue. Le groupe cible pour ces documents comprend principalement des juristes de la common law d’expression française de partout au pays (praticiens du droit, stagiaires, traducteurs juridiques, rédacteurs législatifs, auxiliaires de la justice, juges, professeurs de droit et étudiants en droit) sans toutefois se limiter à ces derniers. On peut consulter tous les outils confectionnés, y compris les capsules juridiques et les résumés d’arrêts, au cours des années dans notre site Web.

De plus, le Centre de ressources en français juridique élabore des ateliers de formation en français juridique à l’intention du personnel de soutien qui œuvre dans le domaine de la justice et il offre ces ateliers dans tout le pays, sauf en Ontario et au Québec.

Lire aussi : http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-185/Coll%C3%A8ge_universitaire_de_Saint-Boniface_au_Manitoba.html#.WwbCUSPhD7c

Roger Martel, autrefois membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTIAQ)