Le maire de Lévis et sa défense, et trois plaintes de harcèlement psychologique

Lévis, le 18 décembre 2018

Honorable Gilles Lehouillier, maire de Lévis et ancien membre de l’Assemblée nationale du Québec

Hôtel de Ville, Lévis (Québec)

Monsieur,

Le 30 août 2018 Radio-Canada communiquait à son public une information bouleversante :

« Le climat de travail au cabinet du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, est décrié par plusieurs ex-employées. Trois plaintes de harcèlement psychologique ont été déposées le mois dernier à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), qui a confirmé l’ouverture des dossiers à Radio-Canada. »

(Plaintes de harcèlement psychologique au travail contre Gilles Lehouillier, Radio-Canada, 30 août 2018, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1120811/plaintes-harcelement-psychologique-travail-contre-gilles-lehouillier?cid=rg_il-reg_txt_inf_infolettre-matinale_quebec-2018-08-31_0)

Le lendemain, le journaliste François Bourque écrivait ceci :

« Les colères, excès verbaux et impatiences du maire Gilles Lehouillier étaient connus. Ce qui ne l’était pas, c’était les dommages qui pouvaient en résulter. »

(François Bourque, Le côté sombre de la force de Lévis, Le Soleil, 31 août 2018, Le Soleil, https://www.lesoleil.com/chroniques/le-cote-sombre-de-la-force-de-levis-feb051453199158bdaecdb840f591664)

Le 30 août 2018, la journaliste Stéphanie Martin apprenait ceci à ses lecteurs :

« Aussitôt qu’il a su que Le Journal enquêtait sur des allégations de harcèlement psychologique le concernant, le maire de Lévis a préparé sa défense aux frais des contribuables »;

« Aux frais des contribuables de Lévis, il [le maire de Lévis] a envoyé des mises en demeure à d’anciennes employées »;

« M. Lehouillier a aussi fait appel à une firme de relations publiques, toujours aux frais des citoyens. »

(Stéphanie Martin, Plaintes de harcèlement: les fonds publics pour préparer la défense de Gilles Lehouillier, Le Journal de Québec, https://www.journaldequebec.com/2018/08/30/plaintes-de-harcelement-contre-lehouillier-pas-de-pouvoir-de-suspension-dit-la-ville)

Monsieur Lehouillier, je trouve très étrange (comme un grand nombre de Lévisiens, j’imagine) que vous utilisiez l’argent de la population pour préparer votre défense, pour vous défendre. Pourriez-vous dire à vos concitoyennes et concitoyens sur quelle loi, sur quoi, vous vous basez pour penser que vous avez le droit d’utiliser des fonds publics de la Ville de Lévis pour vous défendre dans une affaire de harcèlement psychologique, harcèlement dont les victimes seraient des membres du personnel de la Ville, des personnes qui entraient en contact avec vous dans le cadre de leur travail? Avez vous consulté la directrice des affaires juridiques de la Ville, Madame Annie Gaudreault, le directeur général de la Ville, M. Simon Rousseau, le vérificateur général de la Ville, M. Yves Denis, le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, un avocat du secteur privé? Si les maires ont le droit de se servir de fonds publics pour se défendre quand ils sont soupçonnés ou accusés de harcèlement psychologique, pourquoi leur interdirait-on de le faire quand il est leur reproché d’avoir administré une taloche, à l’intérieur de l’Hôtel de Ville, pendant leurs heures de travail, à un employé ou à une employée? Un maire qui endommage volontairement les ordinateurs de son cabinet sous le coup de la colère a-t-il le droit de piger dans la poche des contribuables pour se défendre? Une explication s’impose, Monsieur Lehouillier, ne trouvez-vous pas?

La présente et votre réponse, si vous me répondez, Monsieur Lehouillier, seront publiées au www.lepasseurdelacote.com

Veuillez, Monsieur, agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

P.-S. Rappel : Extrait de la Loi sur l’éthique et la déontologie en matière municipale :

« A. — Éthique

4. Le code d’éthique et de déontologie énonce les principales valeurs de la municipalité en matière

d’éthique; parmi ces valeurs, les suivantes doivent être énoncées:

1° l’intégrité des membres de tout conseil de la municipalité;

l’honneur rattaché aux fonctions de membre d’un conseil de la municipalité;

3° la prudence dans la poursuite de l’intérêt public;

le respect envers les autres membres d’un conseil de la municipalité, les employés de celle-ci et les

citoyens;

5° la loyauté envers la municipalité;

6° la recherche de l’équité.

Les valeurs énoncées dans le code doivent guider les membres de tout conseil de la municipalité dans

l’appréciation des règles déontologiques qui leur sont applicables. »

(Loi sur l’éthique et la déontologie en matière municipale, http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/pdf/cs/E-15.1.0.1.pdf)

 

GillesLehouillier