Aux musulmanes et musulmans du Québec, après la condamnation d’Alexandre Bissonnette à vivre en prison les quarante prochaines années

Aux lendemains de la condamnation d’Alexandre Bissonnette, qui, à Québec le 29 janvier 2017, a tué ou blessé de nombreux adeptes de l’islam, en plus d’endeuiller leurs proches, à vivre en prison les quarante prochaines années, la meilleure chose que l’on peut faire pour aider les musulmanes et musulmans du Québec qui trouvent la peine trop clémente est peut-être de leur rappeler cette parole de leur dieu :

« Le Seigneur dit :

« Mon châtiment atteindra qui je veux; ma miséricorde s’étend à toute chose»

(Coran, sourate VII, verset 156; traduction de Denise Masson)

 

Lire le témoignage suivant devrait aussi les aider :

(L’auteur du témoignage est le professeur Rusmir Mahmutčehajič, né en 1948, musulman, ancien doyen de la faculté de génie électrique de l’Université de Osijek (Croatie), ex-vice-président (1991-1992) du gouvernement de la Bosnie-Herzégovine, auteur de plusieurs livres scientifiques et sur la religion, en particulier de Le meurtre de la Bosnie consacré à la guerre qui, dans les années 1990, a ravagé son pays et s’est soldée par la mort de dizaines de milliers de musulmans, entre autres atrocités.)

« Plus d’un millier de leurs mosquées ont été détruites, plus de 150 000 personnes massacrées, plus de 50 000 femmes et jeunes filles violées, et plus d’un million de gens expulsés de leur maison. Les forces obscures du mal humain ont affecté tous les aspects de leur existence – d’où le danger que les souffrances subies par ces gens les radicalisent au point d’adopter le comportement des auteurs de ces crimes. L’autre option est de réaliser la vraie signification de la première image, la mosquée, et de s’y tenir en faisant face aux besoins immédiats d’affronter ce mal, de l’analyser et de l’identifier. L’image de la mosquée et la réalité des massacres offre une gamme de possibilités s’échelonnant de la plus haute – emprunter la voie verticale – à la plus basse : s’abandonner à la colère.’’

La réponse de Mahmutčehajič ? Suivre l’injonction du Coran :

« L’action bonne n’est pas semblable à la mauvaise. Repousse celle-ci par ce qui est le plus beau en bonté : tu verras alors celui qu’une inimitié séparait de toi devenir pour toi un ami chaleureux. C’est là une chose à laquelle n’atteignent que ceux qui exercent la patience, ceux qui ont reçu une faveur insigne. (Coran : 41, 34-35). »

Source : Tayeb Chouiref, Les enseignements du Coran sur la compassion, la paix et l’amour, 14 septembre 2009, https://oumma.com/les-enseignements-du-coran-sur-la-compassion-la-paix-et-lamour/

 

Tayeb Chouiref : docteur en islamologie, spécialiste de la mystique musulmane et des sciences du Hadith, auteur, traducteur.

Mahmutćehajić, Rusmir (1948-….)
Le meurtre de la Bosnie [Texte imprimé] / Rusmir Mahmutćehajić ; traduit du bosniaque par Mauricette Begić et Nicole Dizdarević. – Paris : Non lieu, DL 2008 (53-Lassay-les-Châteaux : Impr. EMD). – 1 vol. (199 p.-[20] p. de pl.) : cartes, couv. ill. ; 21 cm.
Titre original : Kriva politika : ćitanje historije i povjerenje u Bosni. – Précédemment paru sous le titre : « Une politique erronée : lecture de l’histoire et confiance en la Bosnie ».
ISBN 978-2-35270-039-5 (br.) : 18 EUR. – EAN 9782352700395.