Au Québec – Des enseignantes musulmanes défendent le projet de loi sur la laïcité.

Radio-Canada, 17 avril 2019, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1164904/enseignantes-musulmanes-non-voilees-projet-loi-laicite

EXTRAITS

Trois enseignantes musulmanes originaires d’Algérie et installées au Québec depuis plusieurs années se portent à la défense du projet de loi sur la laïcité de l’État (…)

Djamila Addar, Leïla Bensalem et Leïla Lesbet ont toutes les trois fui leur pays natal à la suite de la montée de l’intégrisme islamiste dans les années 80-90. Impliquées dans le milieu de l’enseignement, elles militent depuis plusieurs années pour l’interdiction des signes religieux dans les écoles (…)

« Je veux laisser les élèves libres de penser ce qu’ils veulent. Je respecte leur liberté de conscience. Pour moi, l’école n’est pas un lieu de culte, c’est un lieu d’apprentissage. » Leïla Bensalem, enseignante et militante pro-laïcité

(…)

« Je suis née musulmane. La foi n’est pas dans les apparences, elle est dans les gestes qu’on pose, et non pas dans un bout de tissu. » Djamila Addar, enseignante et militante berbère.

(…)

« Ce voile n’a jamais fait partie de notre culture et encore moins de notre religion », dit Mme [Leïla] Lesbet, qui précise être issue pourtant d’une famille « très pratiquante ». Selon elle, le foulard traditionnel « est apparu en réaction au colonialisme français […] mais toutes les filles qui allaient à l’école ou à l’université n’étaient pas voilées ».

(…)

Djamila Addar, quant à elle, soutient que le gouvernement Legault devrait aller plus loin, en incluant les écoles privées dans son projet de loi. « Il fallait aller plus loin que ça, dit-elle. Même les écoles privées doivent protéger les enfants non pas seulement du voile, mais aussi des enseignements religieux. »