l’humain n’a pas toujours mis tous ses atouts au service des siens.

https://boutique.lemonde.fr/hors-series/histoire-de-l-homme-edition-2020.html

Date de parution : février 2020.

L’Histoire de l’homme – Edition 2020

Une aventure de 7 millions d’années. Et après ?

Chantal Cabé, La Vie, Michel Lefebvre, Le Monde

Coopérer pour survivre

C’est la plus belle histoire qui soit, la nôtre. Celle d’une espèce très mobile. Une espèce capable de s’adapter ; l’homme a survécu dans pratiquement tous les milieux []

Plus que les autres grands singes, les humains ont besoin du groupe pour exister durablement. Les voilà donc obligés d’être coopératifs et solidaires s’ils veulent survivre. Il suffit de regarder nos nouveaux-nés. 

Une espèce singulière, fragile et forte à la fois, contrainte d’évoluer sans cesse. Avec comme constante, cette coopération sociale qui tisse les liens du groupe et garantit sa survie. […]

Depuis l’âge de pierre, les sociétés humaines se sont révélées incroyablement intelligentes, douées et habiles. […] une insatiable curiosité a permis à notre espèce de modifier à la fois son environne [] Après des millions d’années d’évolution et des millénaires d’histoire, le constat s’impose : l’humain n’a pas toujours mis tous ses atouts au service des siens, de sa planète ou pire, de lui-même. La cruauté de l’homme, son appétit de pouvoir et de territoires en font aussi l’espèce la plus prédatrice du monde vivant, devenue prisonnière et victime de ses propres dérives (dégradation de l’environnement, accroissement des inégalités, épuisement des ressources…).

« L’humanité qui devrait avoir 6 000 ans d’expérience retombe en enfance à chaque génération », constatait l’écrivain français Tristan Bernard (1886-1947). C’est pourquoi il nous faut sans cesse relire notre histoire. Cette nouvelle édition de L’Histoire de l’homme […] nous révèle l’humanité sous tous ses aspects, bons ou mauvais. Savoir d’où l’on vient pour décider où l’on va ? Une mise en perspective indispensable à l’heure où se pose la question de notre propre devenir et de celui de notre planète.

Le Monde : https://www.lemonde.fr/

Covid-19 – Inégalités : un déconfinement qui se lève tôt

LIBÉRATION, https://www.liberation.fr/france/2020/05/11/inegalites-un-deconfinement-qui-se-leve-tot_1788096

ÉDITORIAL Inégalités : un déconfinement qui se lève tôt

Par Laurent Joffrin, directeur de la publication du quotidien français Libération 11 mai 2020

cette triviale constatation – les travailleurs manuels vont travailler, les autres se protègent en travaillant à distance – met en cause, plus profondément, la légitimité des hiérarchies de prestige et de revenu qui organisent les sociétés modernes. Il est logique de rémunérer davantage ceux qui ont des compétences plus pointues, qui savent organiser le travail des autres, qui prennent les risques d’entreprise ou développent des innovations utiles. Mais à l’heure du danger, on s’aperçoit qu’ils ne peuvent rien faire sans ceux qu’ils dirigent. On constate que les travailleurs au contact des réalités matérielles sont la base réelle de la société, autant que ceux qui maîtrisent les abstractions, intellectuelles ou managériales.

Au regard de cette réalité, les inégalités de revenu sont-elles aussi légitimes que le sous-entend le discours des «premiers de cordée» ? Dans cette situation de pandémie, ceux qui gagnent le moins sont ceux qui prennent le plus de risques. N’est-il pas temps d’interroger, une nouvelle fois, mais concrètement cette fois, à la lumière de la crise, les écarts de revenu, parfois abyssaux, qui séparent dirigeants et dirigés, manuels et intellectuels, cadres et ouvriers ? Quand on entend les ministres du gouvernement Philippe expliquer qu’on ne saurait imposer plus les plus favorisés au risque de les décourager, on se demande s’ils ont compris le sens de la crise que nous traversons.

N’est-il pas temps, aussi, d’encourager ceux qui n’ont d’autre choix que d’être plus courageux que les autres face au virus, même si leur position sociale est moindre ? Ou, à tout le moins et dans l’immédiat, de leur garantir la gratuité des masques – qui finissent par coûter cher -, la stabilité de leur maigre revenu, une protection contre le chômage qui menace, une prime de risque qui traduirait leur exposition supérieure au virus ? Bref, de corriger par une action sociale – socialiste ? – les inégalités fonctionnelles qui naissent spontanément de la division du travail.

Laurent Joffrin

———————————————————————————————————————————-

Qu’arrivera-t-il si on augmente le salaire des aides-soignants, des employés d’entretien?

Attendons-nous à ce que d’autres réclament le même traitement, notamment les médecins qui jugent vitale la distanciation sociale…

Roger Martel,

citoyen de Lévis (Québec)