Islam – Méfions-nous des promoteurs de la charia qui jouent sur les mots. 

Éditorial de

Josée Boileau, Ne charrions pas ! Le Devoir, 14 décembre 2004,

https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/70700/ne-charrions-pas

Extrait

Chez les experts, on ne cesse de s’en étonner: que les Canadiens sont naïfs face à la mouvance islamiste! Les militants de l’islam ont beau jeu de les embobiner. Il faut pourtant se méfier des promoteurs de la charia qui jouent sur les mots. []

[] le président du Conseil musulman de Montréal, Salam Elmenyawi, se dit mal compris par Le Devoir, alors que nous faisions état samedi de ses démarches auprès du ministre de la Justice, Jacques Dupuis, pour créer un Conseil de la charia au Québec. Il n’est pas question d’un tribunal islamique, dit-il, mais de médiation. Et ce n’est qu’accessoirement qu’il en parlera au ministre, lorsqu’il le verra: il y aura tant d’autres sujets à discuter.

La couleuvre est grosse à avaler. Le Devoir a bien indiqué que le Conseil de la charia aurait deux volets: l’un sur les arbitrages commerciaux, l’autre sur la médiation familiale — notre Code civil empêchant d’avoir un tribunal d’arbitrage islamique en matière familiale. Il s’agit néanmoins de faire en sorte que les «conseils» donnés dans les mosquées — et largement défavorables aux femmes — aient littéralement droit de cité.

[]

Dans les deux provinces [Ontario et Québec], on [des musulmans malintentionnés] tente d’endormir la population en faisant valoir l’existence de tribunaux rabbiniques [juifs]. Comme si on pouvait comparer l’extrême marginalité des juifs ultra-orthodoxes qui ont recours à ces tribunaux avec la demande actuellement sur la table. La communauté musulmane est en pleine expansion au Canada, dans un contexte international où plusieurs de ses membres se radicalisent et sont en mission contre les «impies» [les non-musulmans]. Les musulmans modérés ont beau les dénoncer, des politiciens les écoutent et on voit même des féministes cogiter sur la faisabilité d’une charia à la canadienne…