Le monde regorge de beautés. Exemple : la transmission des comptines aux enfants sourds, grâce à la langue des signes française

Source : https://www.canal-u.tv/video/site_pouchet_cnrs/introduction.43645 vu le 18 juillet 2018

LSF = langue des signes française

MES P’TITS DOIGTS M’ONT DIT

Comptines en LSF

Les enfants sourds n’ont pas le plaisir de pouvoir partager des comptines dans leur langue, comme les enfants entendants. Si certains pédagogues sourds ont inventé des comptines en langue des signes, celles-ci restent confidentielles.

Alors, nous avons décidé de faire ce livre/DVD pour que ces enfants puissent aussi avoir leur livre et leurs comptines à partager, hors des murs de leurs établissements respectifs.

Mais des comptines en LSF….qu’est-ce que c’est ?

Ce sont des comptines dont les enfants sourds peuvent s’emparer d’emblée, sans frein dû à la langue, dans le plaisir et le jeu.

Ce sont des comptines qui répondent aux règles qui régissent les comptines en général mais appliquées aux spécificités de la LSF, ce ne sont pas des traductions.

Qui sommes-nous ?

Des professeures sourdes, une chercheuse du CNRS, et la coordinatrice du projet, orthophoniste-linguiste, réunies par le CNRHR R. Laplane pendant 2 ans pour adapter, modifier, créer ces comptines et leurs illustrations.

D’après une idée originale d’AGNÉS VOURC’H, maître d’œuvre et coordinatrice du projet,

Centre National de Ressources pour les Handicaps Rares Robert Laplane (CNRHR), Paris 13ème

 

Les prix de journalisme au Québec…

Lévis, le 4 juillet 2018

Monsieur Bryan Milnes, éditorialiste et directeur

Le Devoir

Monsieur,

Le 7 juin dernier, le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) a remis le Prix Jules-Fournier à Mme Mylène Moisan, chroniqueuse au quotidien Le Soleil de Québec. L’an dernier, l’un des journalistes du Devoir, M. Jean-François Nadeau, a reçu le même Prix; Le Devoir l’a souligné bellement le 23 mars 2017. Cette année, Le Devoir ne dit rien (je pense avoir bien fait ma recherche) de l’attribution du Prix à Mme Moisan. Pourtant, Le Devoir connaît la lauréate : elle a travaillé pour lui (mais pendant seulement trois ou quatre mois, et c’était il y a longtemps), et en 2013, quand la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) lui a donné le Prix Judith-Jasmin, réputé prestigieux par plusieurs, vous étiez, Monsieur Milnes, le président de la FPJQ. Pourquoi Le Devoir n’a-t-il pas félicité Mme Moisan cette année? (J’aimerais que vous disiez aux bons journalistes expérimentés du Devoir qui n’ont jamais reçu de prix de ne pas s’arracher les cheveux : l’oubli des jury ne signifie pas qu’ils sont moins méritants que Mme Moisan.)

Roger Martel, citoyen de Lévis

P.-S. Ce message sera publié au http://www.lepasseurdelacote.com, comme votre réponse, si vous voulez bien me répondre, Monsieur Milnes.

C’est Macron qui a ouvert les portes du Panthéon à Veil. Qu’en pensent ceux qu’il appelle « les gens qui ne sont rien » ?

Paroles d’Emmanuel Macron, président de la France, autrefois fille de l’Église catholique :

 

« Une gare, c’est un lieu où on l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien. » (29-06-2017)

 

 

https://www.ouest-france.fr/politique/emmanuel-macron/de-foutre-le-bordel-ceux-qui-ne-sont-rien-6-phrases-polemiques-d-emmanuel-macron-5293359

 

Simone Veil aurait préféré être accueillie par un rien du tout.

 

Roger Martel, citoyen de Lévis (Québec)

 

 

SIMONE VEIL, NÉE JABOB, ENTRE AU PANTHÉON LE PREMIER JUILLET 2018.

Paroles de Maurice Szafran, auteur de la biographie Simone Veil : destin :

« Quand vous connaissiez bien Simone Veil, vous constatiez vite qu’elle n’embrassait pas les gens, qu’elle serrait la main simplement. C’était tout à fait marquant. L’autre point essentiel c’est qu’après la déportation, elle qui vivra sur le camp politique plutôt avec le centre droit, elle ne se trompera jamais dans le combat pour les opprimés. Elle prendra toujours le parti des opprimés. Par exemple, pendant les pires moments de la guerre d’Algérie, elle était dans l’administration pénitentiaire et elle protégeait les militantes algériennes du FLN qui étaient traitées dans les prisons françaises de façon absolument scandaleuse, absolument barbare. Cela lui rappelait en partie, même s’il n’y a aucune comparaison à faire, le camp. Et elle obtiendra que les prisonnières du FLN soient transférées dans la région parisienne et soient emprisonnées dans des conditions beaucoup plus humaines. »

Source : https://www.francetvinfo.fr/societe/debats/pantheon/l-entree-de-simone-veil-au-pantheon-un-symbole-tres-fort-de-son-combat-pour-les-femmes-explique-son-biographe_2828989.html


Cet engagement de Simone Veil dont Macron n’a rien dit : son aide discrète aux résistants algériens

1 JUILLET 2018 PAR GILLES MANCERON BLOG : LE BLOG DE GILLES MANCERON

Le président de la République lors de la panthéonisation de Simone Veil a rappelé des aspects essentiels de sa vie et de ses engagements. Mais laissé de côté son combat discret mais efficace lors de la guerre d’Algérie pour défendre le sort des résistants algériens du FLN (Front libération nationale).

La suite au https://blogs.mediapart.fr/gilles-manceron/blog/010718/cet-engagement-de-simone-veil-dont-macron-n-rien-dit-son-aide-discrete-aux-resistants-algeriens

Front libération nationale

« Le Front de libération nationale est formé lors de l’insurrection du 1er novembre 1954, par la fusion du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques, 1946) – à l’exclusion de la fraction dissidente du MNA de Messali Hadj – , de l’UDMA (Union démocratique du manifeste algérien, 1946) de Ferhat Abbas, et de l’Association des ulémas (Ben Badis, 1935). Élément moteur de l’insurrection algérienne pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), il se transforme entre 1962 et 1964 en parti du Front de libération nationale (PFLN) et demeure pendant longtemps la principale formation politique de l’Algérie (parti unique très lié à l’armée et à l’État de 1963 à 1989, sous les présidences de Ahmed Ben Bella, Houari Boumediene et Chadli Bendjedid). »

Source : Larousse, http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/FLN/120458

 


https://www.franceculture.fr/histoire/simone-veil-au-pantheon-trois-choses-savoir-sur-cette-liturgie-republicaine

Simone Veil au Panthéon : trois choses à savoir sur cette liturgie républicaine

 


Cérémonie d’hommage aux Invalides, 2017

Le Chant des Marais pour accompagner le cercueil de Simone Veil

https://www.youtube.com/watch?v=UyViReIewSw

Source : http://www.calvados.gouv.fr/IMG/pdf/le_chant_des_Marais.pdf


Source : http://www.lavie.fr/actualite/france/pourquoi-le-chant-des-marais-est-chante-lors-de-l-hommage-a-simone-veil-29-06-2018-91190_4.php

Pourquoi le “Chant des marais“ est chanté lors de l’hommage à Simone Veil

SIXTINE CHARTIER publié le 29/06/2018

Dimanche 1er juillet, le cercueil de Simone Veil remontera jusqu’au Panthéon au son, notamment, du Chant des marais. Une œuvre composée par des prisonniers dans un des premiers camps de concentration nazi, qui devint un symbole de la résistance… et fut reprise par les mouvements scouts.

« Ô terre de détresse

Où nous devons sans cesse

Piocher »

(…)

Les paroles décrivent l’enfer de la vie quotidienne des prisonniers, sur un rythme qui reproduit la cadence infinie des coups de pioches. Le chant s’achève néanmoins sur une lueur d’espoir, comme en témoigne le dernier refrain :

« Ô terre enfin libre

Où nous pourrons revivre,

Aimer, aimer. »

Lisez le reste au http://www.lavie.fr/actualite/france/pourquoi-le-chant-des-marais-est-chante-lors-de-l-hommage-a-simone-veil-29-06-2018-91190_4.php

Voir aussi :

« Le chant des marais », « Die Moorsoldaten ».

Compléments pour les enseignants.

http://www.resistance-deportation18.fr/IMG/pdf/Le_chant_des_marais_complement_pour_les_enseignants.pdf


Une source très riche :

https://www.franceculture.fr/personne-simone-veil.html#biography

 


Simone Veil : « Nous ne sommes jamais sortis de la Shoah, nous vivons dans la Shoah »

https://www.franceculture.fr/histoire/simone-veil-nous-ne-sommes-jamais-sortis-de-la-shoah-nous-vivons-dans-la-shoah

 


Les génocides de masse du vingtième siècle

https://francearchives.fr/file/7bd0e1fa55a58a91aeb49f01d03cfccd3d465e94/dossier_de_presse_Genocides_du_XXe_siecle.pdf

 


SHOA, HOLOCAUSTE

Source : http://unesdoc.unesco.org/images/0025/002597/259701f.pdf

Le terme « Holocauste » (ou Shoah, qui signifie « catastrophe » en hébreu) désigne la persécution et le massacre de six millions de Juifs, organisés de manière systématique et bureaucratique, sous l’égide de l’État, par l’Allemagne nazie et ses collaborateurs.

Holocauste est un mot d’origine grecque qui signifie « sacrifice par le feu ». Le régime nazi, arrivé au pouvoir en Allemagne en janvier 1933, croyait que les Allemands appartenaient à une « race supérieure » et que les Juifs menaçaient l’existence de cette prétendue communauté raciale allemande.

Durant l’Holocauste, les autorités allemandes ont également pris pour cibles d’autres groupes en raison de leur prétendue « infériorité raciale », parmi lesquels les Roms (tsiganes), les personnes handicapées et certains peuples slaves (Polonais, Russes…). D’autres groupes encore ont été persécutés pour des raisons politiques ou idéologiques, ou leur comportement, notamment les communistes, les socialistes, les Témoins de Jéhovah et les homosexuels.

Qu’est-ce que l’Holocauste ?

Dans les premières années du régime nazi, le gouvernement national-socialiste a créé des camps de concentration pour y détenir, indéfiniment et en dehors de tout cadre judiciaire ou administratif, des opposants politiques et idéologiques réels ou imaginaires.

Après l’invasion de l’Union soviétique en juin 1941, des unités spéciales ont mené des opérations d’extermination massive des Juifs, des Roms et des cadres de l’État soviétique et du Parti communiste, derrière les lignes allemandes. Sur les territoires occupés, notamment l’Union soviétique et la Pologne, les SS, la police et les unités militaires allemands ont massacré plus de deux millions de Juifs, hommes, femmes et enfants, et des centaines de milliers d’autres personnes, sans considération de leur âge ou de leur sexe.

Entre 1941 et 1944, les autorités allemandes ont déporté près de trois millions de Juifs raflés en Allemagne, dans les territoires occupés et sur les territoires de certaines puissances de l’Axe qui étaient leurs alliées, vers des centres d’extermination où ils étaient gazés dans des installations construites à cet effet.

En 1933, l’Europe comptait plus de neuf millions de Juifs. En 1945, les Allemands et leurs collaborateurs en avaient massacré près des deux tiers dans le cadre de la « solution finale », nom donné par les Nazis à leur politique d’extermination des Juifs d’Europe.

Pour plus d’information, consulter l’encyclopédie en ligne du Musée du Mémorial de l’Holocauste (États-Unis) : https://www.ushmm.org/learn/holocaust-encyclopedia

Comment un État moderne, avec le concours de tous les segments importants de la société et des institutions de l’appareil étatique, a-t-il pu entraîner des millions de personnes dans toute l’Europe à participer, apporter leur soutien ou donner leur assentiment à une destruction ciblée et à une extermination de masse d’une telle ampleur ? Comment des fonctionnaires, des médecins, des juristes, des éducateurs, des ingénieurs, des journalistes et des citoyens ordinaires ont-ils pu, dans plusieurs pays, soutenir des politiques qui ont conduit au massacre systématique de leurs collègues et voisins ? L’enseignement de l’Holocauste porte non seulement sur la dimension historique de l’événement, mais aussi sur ces questions.

 


 

Carte de scolarité de Simone Veil :

https://www.franceculture.fr/histoire/ce-que-jai-pu-observer-en-allemagne-au-sujet-de-la-race-juive-le-temoignage-de-simone-veil

Un « dialogue » désespérant entre musulmans et non-musulmans à Lévis

Le 18 mai 2017, à Lévis, des citoyennes et des citoyens ont participé à une activité baptisée « Vivre-ensemble : Soirée d’échange avec la communauté musulmane », organisée par Le Tremplin Centre pour personnes immigrantes et leurs familles. L’imam de la Mosquée locale, M. Karim Elabed, et la porte-parole de la communauté musulmane de Québec, Mme Marie-Josée Coulombe (qui a dit être une Québécoise de souche convertie à l’islam), ont été les principaux protagonistes de cette soirée. M. Elabed (qui a mentionné avoir fait des études théologiques, sans toutefois préciser leur durée) a présenté sous un très beau jour ce qu’il a appelé « la charia »; il a déclaré que « la charia » est la voie qu’il faut suivre, la  loi des musulmans. Mais qu’est-ce que la charia au juste?

La charia est la « Loi canonique islamique régissant la vie religieuse, politique, sociale et individuelle», écrit Larousse1. Un spécialiste du droit dans les sociétés arabes et islamiques et chercheur à l’Institut français du Proche-Orient, M. Baudouin Dupret, précise que l’ « on a du mal à savoir ce que le terme « charia » recouvre précisément […] « charia » en finit par connoter des tas de choses, faute d’en dénoter aucune ».2 Un professeur de philosophie marocain, membre sénior de l’Institut universitaire de France, M. Ali Benmakhlouf, abonde dans le même sens que M. Dupret : « Il faut reconnaître que le mot [charia] n’est pas suffisamment clair et qu’il ne renvoie pas à un ensemble de normes connues de tous, pour que l’on puisse dire avec sérieux que la charia est appliquée ici ou là.3

Comme il existe beaucoup de charias dans le monde, on ne peut prôner l’application de « la charia » sur un territoire sans préciser ce que cette charia contiendrait; le 18 mai 2017, l’imam Elabed n’a pas décrit le contenu de « la charia » qu’il présentait sous un très beau jour.

Les Canadiens qui vantent « la charia » veulent-ils que :

Les Canadiennes musulmanes soient considérées comme des personnes mineures et placées sous la responsabilité d’un tuteur masculin, comme en Algérie?4 La mort par lapidation soit le châtiment réservé aux musulmanes et musulmans homosexuels du Canada?5 Un tribunal islamique soit instauré au Canada et puisse, par exemple, condamner à la peine de mort les Canadiennes et les Canadiens musulmans qui renoncent à leur religion, ce qui se fait en Arabie saoudite, au Brunei, en Jordanie, au Koweit, au Soudan, en Somalie, au Yémen?6

Les partisans canadiens de « la charia » veulent-ils qu’il soit possible un jour, au Canada, de punir de lapidation la Canadienne musulmane adultère (cette peine est infligée en Iran),7 de condamner à la prison les Canadiennes et les Canadiens musulmans qui déclarent leur athéisme, comme en Indonésie, d’obliger les Canadiennes musulmanes à obtenir l’autorisation d’un tuteur masculin pour voyager, se marier, accéder à des études supérieures?

Les Canadiens adeptes de « la charia » veulent-ils que le Canada évolue comme l’a fait l’Indonésie, qui « n’est certes pas un État islamique », mais qui « ne peut toutefois pas plus prétendre être un État laïque. La place de la foi islamique s’est bâtie par étapes, sur une succession de compromis, avec sa part d’échecs et de réussites. Les gouvernements ont tenté de trouver un équilibre entre les aspirations des partisans de la charia et la pluralité structurelle d’un pays qui reste multiconfessionnelle, multiethnique et multilingue ».8

Les Canadiens qui présentent la charia sous un très beau jour sont-ils d’accord avec l’article 12 de la Déclaration islamique universelle des droits de l’homme de 1981, qui se lit ainsi « Toute personne a le droit d’exprimer ses pensées et ses convictions dans la mesure où elle reste dans les limites prescrites par la Loi », c’est-à-dire la charia, comme le précise cette note d’explication de la Déclaration : « Le terme « Loi » signifie la shari’ah, c’est-à-dire la totalité des ordonnances tirées du Coran et de la Sunnah et toute autre Loi déduite de ces deux sources par des méthodes jugées valables en jurisprudence islamique. »9

À noter que c’est pendant la première partie de la « Soirée d’échange » que l’imam de Lévis a vanté « la charia ». Après la pause, il a cru bon de dire à l’assistance (lui avait-on conseillé de le faire?) qu’il n’était pas question d’imposer ladite charia aux Canadiennes et aux Canadiens. Rappelons qu’en 2005 l’Assemblée nationale du Québec a adopté à l’unanimité la motion suivante : « Que l’Assemblée nationale du Québec s’oppose à l’implantation des tribunaux dits islamiques au Québec et au Canada ».10

Le Canada et le Québec sont des sociétés laïques

Le 18 mai 2017, des personnes présentes à la « Soirée d’échange » ont rappelé à l’iman Elabed, après l’avoir entendu vanté « la charia », que le Canada et le Québec sont des sociétés laïques, c’est-à-dire des sociétés qui « visent à la neutralité réciproque des pouvoirs spirituels et religieux par rapport aux pouvoirs politiques, civils, administratifs ».11

Le Tremplin a choisi de ne pas parler de ces interventions dans les textes qu’il a publiés au sujet de la « Soirée d’échange » dans l’édition de juin 2017 de son journal; on peut trouver ça curieux. Le Tremplin n’a rien dit non plus de la déclaration de M. Elabed concernant sa grande admiration de « la charia »; on peut se demander pourquoi.

Le 18 mai 2017, Le Tremplin a choisi de ne donner la parole qu’à deux musulmans. Comme la Soirée d’échange devait servir à « démystifier la religion musulmane et la culture islamique », il aurait absolument fallu que des non-musulmans ayant des connaissances étendues sur l’islam participent eux aussi à la Soirée. Leur présence aurait probablement amené M. Elabed et Mme Coulombe à parler de sujets qui n’ont pas été abordés. Par exemple : adaptation de l’islam au temps présent; affirmation du Coran selon laquelle l’islam est la « Religion vraie » et qu’il faut « la faire valoir sur toute autre religion en dépit des polythéistes » (pour l’islam les chrétiens sont des polythéistes) (« l’islam ne se considère pas comme les autres religions et doit dominer », a dit en 2016 un docteur en théologie, François Jourdan12); séparation de la religion et de la politique dans l’islam; respect des droits des enfants, de la femme et de l’homme; interdiction faite aux chrétiens, dans plusieurs pays musulmans, de commémorer la naissance de Jésus; violence faite aux chrétiens au Moyen-Orient par les fondamentalistes islamistes : M. Jean Fahmy, qui écrit pour l’Association catholique d’aide aux chrétiens d’Orient, dans une revue publiée par l’archidiocèse de Québec, mentionne notamment que : « Des maisons et des commerces appartenant à des chrétiens sont […] détruits et les habitants de certains villages ou de certaines régions sont obligés de quitter leurs terres ancestrales par peur pour leur sécurité; Des jeunes filles sont régulièrement kidnappées, converties de force et mariées à de parfaits inconnus, notamment en Égypte; Les conversions au christianisme sont frappées d’interdit et peuvent mener à des peines sévères »13; tolérance à l’égard des adeptes des religions autres que la nôtre; compatibilité ou incompatibilité entre « la charia » et la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Le Tremplin ne doit pas faire comme s’il ne s’était rien passé d’inacceptable le 18 mai 2017

Considérant que l’activité « Vivre-ensemble : Soirée d’échange avec la communauté musulmane » devait servir à M. Karim Elabed et à Mme Marie-Josée Coulombe, selon Le Tremplin, à atteindre le but suivant : « démystifier la religion musulmane et la culture islamique, faisant le rapprochement entre les valeurs islamiques et les valeurs de la société québécoise »14;

considérant que Le Tremplin et son conseil d’administration ont commis une erreur en faisant appel à seulement deux musulmans pour accomplir une tâche complexe, et que l’auditoire ne pouvait pas savoir si ces personnes avaient la formation requise pour remplir leur mission convenablement et étaient capables de faire l’examen de leur religion et de leur valeurs, qu’ils vénèrent sans doute, sans les embellir; considérant que les protagonistes ont fait une présentation incomplète, inexacte, de ce qui a été appelé « la charia » et qu’ils ont moins visé à renseigner objectivement l’assistance qu’à influencer l’opinion;

il serait indiqué que Le Tremplin organise des activités consacrées aux points communs et aux divergences du christianisme et de l’islam ainsi qu’à des questions comme celles qui sont énumérées ci-dessus et qui ont été été ignorées le 18 mai 2017.

Le 18 mai 2017, les deux membres musulmans du conseil d’administration du Tremplin étaient au Patro de Lévis.

Pour terminer, je crois bon de dire que je ne manifeste pas d’hostilité à l’égard des étrangers et des adeptes de l’islam, et que des musulmanes et des musulmans le savent, comme Le Tremplin qui a appris à me connaître depuis mon entrée dans son groupe de bénévoles. Ce que sera demain? Je ne suis pas optimiste. Pour la raison suivante : sur la scène il y a deux acteurs dont le rôle est vraiment trop petit : la raison et la volonté de « satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique. » (Déclaration universelle des droits de l’homme, article 29)

Roger Martel, citoyen de Lévis

COMPLÉMENT

« Le Canada applique plus la charia que n’importe quel pays musulman. »

 

« Mahomet a instauré la laïcité. »

 

Ces phrases ont été prononcées par l’imam de Lévis, M. Karim Elabed, qui avait bien voulu être interrogé, à la radio, par M. Stéphane Gendron, ancien maire de Huntingdon, le 26 avril 2017. Écoutez-le :

https://soundcloud.com/commission-gendron/limam-karim-alkabed-charia-26-avril

(entendu le 29 juin 2018)

NOTES

1 https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/charia/14756 , consulté en 2018

2 La charia. Des sources à la pratique, un concept pluriel, Paris, La Découverte, coll. Cahiers libres, 2014, p. 27

3 Ce que la charia n’est pas, Courrier de l’UNESCO, https://fr.unesco.org/courier/ce-que-charia-n-est-pas, consulté le 25 juin 2018

4 https://www.franceculture.fr/religion-et-spiritualite/les-mondes-de-l-islam-410-les-applications-de-la-charia

5 France Culture, https://www.franceculture.fr/religion-et-spiritualite/les-mondes-de-l-islam-410-les-applications-de-la-charia

6 https://fr.wikipedia.org/wiki/Apostasie_dans_l%27islam (texte inspiré du livre Loi d’Allah, loi des hommes. Liberté, égalité et femmes en islam de Leïla Babès avec T. Oubrou, éditions Albin Michel, 2002)

7 Baudouin Dupret, Où et comment la charia est-elle appliquée dans le monde? Propos recueillis par Hélène Decommer, http://leplus.nouvelobs.com/contribution/326641-ou-et-comment-la-charia-est-elle-appliquee-dans-le-monde.html, publié le 24-02-2012

8 Ayang Utriza, La transformation du droit musulman en droit positif de l’État indonésien, in La charia aujourd’hui. Usages de la référence au droit islamique, ouvrage publié sous la direction de Baudoin Dupret, Paris, Éditions La Découverte, © 2012, p. 207

9 https://fr.wikisource.org/wiki/D(%C3%A9claration_islamique_universelle_des_droits_de_l%E2%80%99homme_de_1981

10 http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/assemblee-nationale/37-1/journal-debats/20050526/2773.html#_Toc104971753

11 http://www.toupie.org/Dictionnaire/Laicite.htm

12 Paul Sugy (journaliste), Père François Jourdan : « On ne peut pas faire comme si on ignorait ce qu’il y a dans le Coran ! », Le Figaro, 04/05/2018, http://www.lefigaro.fr/vox/religion/2018/05/04/31004-20180504ARTFIG00382-pere-francois-jourdan-on-ne-peut-pas-faire-comme-si-on-ignorait-ce-qu-il-y-a-dans-le-coran.php

13 Les chrétiens du Moyen-Orient: Présence millénaire, contribution essentielle, revue Pastorale-Québec publiée par l’Archidiocèse catholique de Québec, octobre 2017, https://www.ecdq.org/les-chretiens-du-moyen-orient-presence-millenaire-contribution-essentielle/

14 http://www.letremplinlevis.com/actualite-le-tremplin/communiques/soiree-d-echange-avec-la-communaute-musulmane-un-bilan-positif

 

 

 

N’allez surtout pas voir le film Un beau soleil intérieur, avec la pauvre Juliette Binoche.

Ce qu’en pensent des critiques professionnels :

aVoir-aLire.com par Virginie Morisson

Juliette Binoche cherche le grand amour dans un film que l’aura d’un Gérard Depardieu tardif ne sauve pas de l’ennui.

Le Figaro par La Rédaction

En gros, Binoche couche avec tout le monde et ne trouve pas le bonheur. Voilà qui est ballot. (…) Claire Denis remplit du vide avec des riens.

La Voix du Nord par Philippe Lagouche

Une comédie, dit-on ! Supposément drôle et fantaisiste, mais verbeuse, outrageante de banalité.

L’Express par Eric Libiot

Casting haut de gamme pour… Pas grand chose.

Studio Ciné Live par Laurent Dijan

Claire Denis a voulu se diriger vers un cinéma plus classique en brossant le portrait d’une quinquagénaire en quête d’amour. Un registre qui ne lui sied, hélas, pas du tout !

Critiques de simples cinéphiles

Claire Denis qui n’a jamais réalisé de film grandiose, voire mémorable, bénéficie de la bienveillance du petit milieu cinématographique parisien qui lui permet de rassembler une belle brochette d’acteurs et de bénéficier, malgré les énormes défauts de cet opus, d’un encensement quasi-général des « professionnels de la profession ». On serait mort d’ennui à l’écoute des dialogues de ce film (Au secours, Christine Angot était à la manœuvre !) ou en visionnant ces scènes répétitives de galère s’il n’y avait la lumineuse présence de Juliette Binoche (qui serait géniale même dans une pub de yaourt). Les acteurs semblent laissés à eux-mêmes, déroulant des improvisations (enfin, j’espère !) dignes du café du commerce. On devine la détresse de cette belle quinqua un peu perdue au début du crépuscule de sa vie amoureuse, mais il me semble qu’on peut faire plus simple. Je ne m’appesantirai pas davantage sur l’inutile quart d’heure depardien qui en fait des tonnes.

Comment peut-on écrire une bonne critique de ce navet (Voir les critiques de la presse)! On s’ennuie ferme, les dialogues sont insipides, voire imbéciles, et souvent improvisés, ça se voit! Les acteurs sont mal à l’aise tellement le scénario est inexistant. Certains (et c’est une mode française) articulent à peine, bafouillent, ce qui n’est pas grave car ce qu’ils disent n’a aucun intérêt. Sauf Depardieu marrant dans son discours d’extra-lucide. Bref, on s’ennuie ferme, et toute la salle était d’accord, n’en déplaise au(x) « Cahiers du cinéma » qui devrait aiguiser son sens critique. Film à éviter.à tout prix.

À mourir d’ennui du début jusqu’à la fin. Générique de fin, nous n’étions plus que 5 dans la salle. Seule Juliette Binoche, lumineuse, se laisse regarder avec plaisir. Impossible de rentrer dans le film tant les dialogues sont sans intérêt. Tout sonne faux

Le monde regorge de beautés. La musique, par exemple.

 

21 JUIN 2018     FÊTE DE LA MUSIQUE

 

Maurice Andre     Ave Maria          https://www.youtube.com/watch?v=fOqXfu8BJfE  https://www.youtube.com/watch?v=fOqXfu8BJfE

Sydney Bechet     Halle Hallelujah    https://www.youtube.com/watch?v=KPOD1kipnBM

Pauline Julien    Le rendez-vous     https://www.youtube.com/watch?v=g7W2QE65ZaY

Le Rêve du Diable     Le rêve du diable / Le sirop d’étable  https://www.youtube.com/watch?v=KL-YhguJRMk

France Bourque-Moreau     La laine des moutons     https://www.youtube.com/watch?v=iiKMYOWTV6wPumeza Matshikiza 

Pumeza Matshikiza    Mio Babbino Caro      https://www.youtube.com/watch?v=InJg5lYH20E

Marc Robine   Frère Jacques       https://www.youtube.com/watch?v=NZfoeKgdxwY