Pour la saison 2015-2016, les citoyennes et les citoyens de Lévis devraient donner environ 1 342 835 $ au Complexe 2 Glaces Honco pour la location de ses patinoires.

Le 31 août 2015 j’ai envoyé le texte suivant à l’adresse suivante de la Ville de Lévis : info@vile.levis,qc.ca :

« Dans un communiqué daté du 12 novembre 2014, le maire de Lévis, M. Gilles Lehouillier, informe les Lévisiens que la ville a conclu une entente avec les propriétaires du Complexe 2 Glaces Honco et qu’en vertu de cette entente « la Ville aura une priorité de location de 3 679 heures de glace par année pour les deux patinoires durant les plages horaires les plus demandées, et ce, pour une période de cinq ans, avec possibilité de renouvellement ». Pourriez-vous me dire quelle somme d’argent la ville prévoit remettre aux propriétaires du Complexe pendant la première période de cinq ans ? »

Aujourd’hui, 10 novembre 2015, M. François Bilodeau, directeur adjoint de la Direction de la vie communautaire de la Ville de Lévis, m’a répondu; je reproduis son courriel ci-dessous. Aujourd’hui ou demain, je vais remercier M. Bilodeau et lui faire savoir que je réagirai plus tard.

Roger Martel, citoyen de Lévis

Note

Le Complexe 2 Glaces Honco a été construit par trois entreprises privées : Honco, le Collège de Lévis et Camada. La Ville de Lévis a accordé des subventions pour la réalisation du projet.

____________________________________________

Courriel de la Ville de Lévis

Bonjour M. Martel,

 

Désolé pour le long délai à répondre à votre requête. Elle vient tout juste de m’être acheminée.

 

La ville louera effectivement un total de 3679 heures de glace au complexe deux glaces Honco au cours des prochaines années. Pour l’année en cours, le tarif horaire sera de 365 $.

 

Pour la saison 2015-2016, le coût de location des heures sur les deux patinoires sera de 1 342 835 $. Pour les saisons suivantes, ça devrait ressembler à ça également.

Des ajustements sont prévus en fonctions des besoins, de l’utilisation réelle, etc. Pour le premier cycle de 5 ans, en tenant compte de l’augmentation annuelle prévisible (indice des prix à la consommation, i.e. 2%), on parle d’un montant total de l’ordre de 7 millions $ pour la location des heures de glaces.

 

Espérant le tout à votre satisfaction,

 

Meilleures salutations

 

François Bilodeau |  Directeur adjoint

Direction de la vie communautaire

959, rue Nolin

Lévis (Québec) G6Z 2N8

Tel. : 418 835-4978 |  Téléc. : 418 839-2640

Incroyable! La Société d’histoire régionale de Lévis tente d’empêcher le Passeur de la Côte d’entrer dans la Maison historique Chevalier de Québec, qui ne lui appartient pas…

Que diriez-vous si vous entriez dans une épicerie, dans un restaurant, dans un musée, et qu’une personne vous aborde subito presto en vous disant de vous en aller? Vous vous demanderiez peut-être si vous rêvez, si votre gouvernement démocratique a été renversé et remplacé par une dictature, qui est l’hurluberlu qui veut vous chasser…

J’ai vite su qui préférait que je n’entre pas dans la Maison historique Chevalier, l’un des établissements des Musées de la civilisation à Québec dirigés par Stéphan La Roche. C’était la Société d’histoire régionale de Lévis, encore elle! Et l’hurluberlu qui ne se mêlait pas de ses affaires était l’un de ses membres, France Desjardins*.

À suivre!

Roger Martel (le Passeur de la Côte), citoyen de Lévis

*Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a pris la parole ce matin à la Maison historique Chevalier. Je ne sais pas quel âge mon maire donne à Madame Desjardins. Mais je crois bon de lui apprendre qu’il s’est trompé quand il a dit que Madame Desjardins est la fille de l’illustre Alphonse Desjardins, mort il y a environ 95 ans. Madame Desjardins est l’arrière-petite-fille de l’illustrissime fondateur des Caisses Desjardins. J’espère que ma correction fera plaisir à Madame Desjardins.

Divertissement musical (ouvrez la radio et regardez la photo)

Football_http::lebuzz.eurosport.fr

Fin de l’intermède.

La maison historique Chevalier recevait, ce matin, 9 novembre 2015, outre des personnes, la cage de la Corriveau.

 À suivre.

Courriel déjà envoyé à la présidente du Mouvement Desjardins, Madame Monique Leroux (réponse attendue).

Desjardins à Lévis (Québec) – Courriel à la présidente du Mouvement des caisses Desjardins, Madame Monique Leroux, expédié pour la première fois le 19 juin 2014

 LÉVIS, LE 19 JUIN 2014

 MADAME MONIQUE F. LEROUX, PRÉSIDENTE ET CHEF DE LA DIRECTION DU MOUVEMENT DES CAISSES DESJARDINS

MONTRÉAL OU LÉVIS (QUÉBEC)

 

MADAME,

 VOUS ME PERMETTREZ SANS DOUTE DE VOUS SUGGÉRER DE CHARGER L’UN DE VOS COMPAGNONS DE TRAVAIL D’ACCOMPLIR LES TÂCHES SUIVANTES :

 1 – PRENDRE CONNAISSANCE DES TEXTES QUE J’AI PUBLIÉS CES DERNIÈRES SEMAINES, ET MÊME AVANT, DANS MON SITE WEB (LEPASSEURDELACOTE.COM);

 2 – TROUVER PARMI LESDITS TEXTES CEUX DANS LESQUELS FIGURENT LE NOM DESJARDINS OU LES NOMS D’EMPLOYÉS OU D’ANCIENS EMPLOYÉS DE DESJARDINS;

 3 – DÉTERMINER COMBIEN DE FOIS LES LECTEURS PEUVENT CONSIDÉRER QU’IL EST AVANTAGEUX POUR DESJARDINS QUE CES NOMS APPARAISSENT DANS MES TEXTES;

 4 – DÉTERMINER COMBIEN DE FOIS LES LECTEURS PEUVENT CONSIDÉRER QU’IL EST DÉSAVANTAGEUX OU PEUT-ÊTRE DÉSAVANTAGEUX POUR DESJARDINS QUE CES NOMS APPARAISSENT DANS MES TEXTES;

 5 – ÉTABLIR UN RAPPORT SUR LE RÉSULTAT DE L’ACCOMPLISSEMENT DES TÂCHES PRÉCÉDENTES.

APRÈS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DU RAPPORT, MADAME, VOUS POURREZ DÉTERMINER, SI VOUS CROYEZ QUE C’EST NÉCESSAIRE, SI TOUT EST SAIN ET CONFORME À VOS VALEURS ET À CELLES DE VOTRE ENTREPRISE CHEZ DESJARDINS À LÉVIS.

L’EXERCICE DE CONTRÔLE QUE JE VOUS PROPOSE NE PEUT ÊTRE QUE BÉNÉFIQUE POUR DESJARDINS.

 

JE VOUS PRIE, MADAME, D’AGRÉER L’EXPRESSION DE MES SENTIMENTS LES MEILLEURS.

ROGER MARTEL, LÉVISIEN

P.-S. ASSUREZ-VOUS QUE LES AFFIRMATIONS QUE CONTIENNENT MES TEXTES SONT FONDÉES, EXACTES, PLEINES DE BONS SENS. METTEZ VOS MEILLEURES FEMMES LÀ-DESSUS!

Plainte en bonne et due forme d’un citoyen de Lévis contre le conseiller municipal Mario Fortier, faite de manière publique, envoyée au Service à la clientèle (sic).

Lévis, le sept novembre deux mille quinze

PLAINTE EN BONNE ET DUE FORME D’UN CITOYEN DE LÉVIS CONTRE LE CONSEILLER MUNICIPAL MARIO FORTIER, FAITE DE MANIÈRE PUBLIQUE, ENVOYÉE AU SERVICE À LA CLIENTÈLE (SIC)

Service à la clientèle (sic)

Ville de Lévis (Québec)

Objet : Décision du conseiller municipal Mario Fortier de ne pas répondre à un courriel qu’un citoyen de Lévis lui a envoyé le 8 septembre 2015

À qui de droit,

Je porte plainte contre le conseiller municipal Mario Fortier. Je déplore que M. Mario Fortier ait choisi de ne pas répondre au courriel suivant, d’avoir rejeté ce courriel sans donner la moindre explication :

Lévis (Québec), le 8 septembre 2015

M. Mario Fortier, conseiller municipal (secteur Saint-Étienne), Ville de Lévis (Québec)

Monsieur le conseiller municipal,

Le 12 mai 2015 j’ai publié le texte ci-dessous dans lepasseurdelacote.com (la partie principale de ce texte s’adresse directement au maire de Lévis, M. Gilles Lehouillier). Comme le maire nous montre, par son silence, qu’il est incapable de présenter des preuves et des raisonnement convaincants qui détruiraient mes affirmations et ma critique, je vous demanderais de bien vouloir tenter de l’aider en me répondant à sa place. Croyez bien que je vous lirais avec beaucoup d’attention (autant que le chef de votre parti, Lévis Force 10 Équipe Lehouillier, M. Gilles Lehouillier).

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

P.-S. Ce message et votre réponse seront publiés au lepasseurdelacote.com. –

La présente demande vous a été présentée le 13 juillet 2015; vous n’y avez pas répondu.

TEXTE TIRÉ DE HTTP://LEPASSEURDELACOTE.COM/TAG/GILLES-LEHOUILLIER/ :

Ce soir, le conseil municipal de Lévis se réunit; des citoyens iront l’écouter, certains lui parleront. Au début de la séance, le maire, l’honorable Gilles Lehouillier, invitera l’assistance à se recueillir (il serait aussi profitable, sinon plus, que le monde réfléchisse). J’aimerais qu’à cette occasion le maire lise à haute voix le texte suivant écrit par le célèbre et très-aimé Bernard Pivot :

Quia (à)

(locution adverbiale) Être à quia, c’est n’avoir rien à répondre, être dans l’impossibilité d’opposer des arguments. Réduire quelqu’un à quia, c’est le réduire au silence. L’expression vient du latin quia, qui signifie « parce que » : la réponse « parce que » sans autre explication est en effet un aveu de faiblesse ou d’impuissance. (Bernard Pivot, 100 mots à sauver, Paris, Albin Michel, 2004, p. 96-97)

Changement de propos, je rappelle que j’ai écrit au maire Lehouillier au sujet des deux expositions sur la « cage de La Corriveau » que la Société d’histoire régionale de Lévis a présentées en 2013 et qui lui ont donné l’occasion de diffuser une affirmation parfaitement infondée qui a trompé presque tout le monde, et ce, grâce à l’aide de nombreux partenaires : Tourisme Lévis et la Ville de Lévis, entre autres. Je reproduis ci-dessous des extraits de certains de mes messages (que le maire de Lévis a pu lire et auxquels il n’a pas répondu). Bonne lecture !

[]

Monsieur le maire,

Dans le nouveau site Web de la Ville, Monsieur Lehouillier, vous parlez de « [votre] volonté d’être le plus transparent possible ». Qu’est-ce qui vous empêche d’être transparent dans le cas que je soulève? Si tout est beau, qui y a-t-il à craindre de la transparence?

Les faits accablent des élus municipaux de Lévis, notamment le maire, M. Gilles Lehouillier.

Fait 1 : en 2013, la ville de Lévis aide financièrement la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL) à tenir à Lévis deux expositions accessibles à l’ensemble de la population.

Fait 2 : la raison d’être de ces expositions est la présentation au public et aux médias d’un objet que la SHRL affirme être la structure métallique dans laquelle la criminelle Marie-Josephte Corriveau a été montrée en public en 1763.

Fait 3 : l’affirmation de la SHRL est tout à était infondée, les Musées de la civilisation de Québec le montrent, eux qui créeront un « comité scientifique » pour déterminer l’authenticité de l’objet.

Fait 4 : j’informe la ville de Lévis, principalement par des courriels envoyés au maire, que les expositions avaient induit en erreur la population et les médias.

Fait 5 : le maire Gilles Lehouillier ne répond à aucun de mes messages, le conseiller Robert Maranda ne répond pas au courriel que je lui ai expédié, aucun élu ou travailleur de la ville ne répond à mes communications, aucun, à ma connaissance, n’a parlé en public de l’action blâmable de la SHRL. Les faits sont pourtant indéniables. [Note de Roger Martel datée du 7 novembre 2015 : récemment, le maire a donné une réponse à des questions sur le coût de la participation de la Ville aux expositions présentées en 2013 par la Société d’histoire régionale de Lévis. Cette réponse semble incomplète.]

Il est clair que le maire Lehouillier et les élus municipaux qui l’appuient se sont faits les complices et continuent de se faire les complices de la SHRL et de la diffusion de son affirmation infondée à Lévis et ailleurs au Canada. C’est une faute grave. Le maire Gilles Lehouillier et les élus municipaux qui l’appuient sont aussi coupables d’accepter l’utilisation inappropriée de fonds publics, c’est-à-dire d’argent appartenant aux seuls Lévisiens.

(Source : https://lepasseurdelacote.com/tag/gilles-lehouillier/)

Je demanderais au Service à la clientèle (sic) de bien vouloir me dire quel est le service auquel ma plainte serra transmise et quel est le nom du ou de la responsable de ce service. Je vous demanderais de bien vouloir me dire aussi quel est le service qui sera chargé de traiter ma plainte, et quel est le nom du ou de la responsable de ce service. Si aucun service de la Ville de Lévis n’est chargé expressément de traiter les plaintes des citoyennes et des citoyens, qui traitera ma plainte?

Je vous remercie par avance de votre attention et vous prie de recevoir l’expression de mes respectueuses salutations.

Roger Martel, citoyen de Lévis

Plainte en bonne et due forme d’un citoyen de Lévis contre la mairie de Lévis, faite de manière publique, envoyée au Service à la clientèle (sic).

Lévis, le sept novembre deux mille quinze

PLAINTE EN BONNE ET DUE FORME D’UN CITOYEN DE LÉVIS CONTRE LA MAIRIE DE LÉVIS, FAITE DE MANIÈRE PUBLIQUE, ENVOYÉE AU SERVICE À LA CLIENTÈLE (SIC)

Service à la clientèle (sic)

Ville de Lévis (Québec)

Objet : Décision de la mairie de ne pas répondre à une question d’un citoyen de Lévis soumise au Service à la clientèle (sic) de la Ville de Lévis le 31 août 2015 (requête 976501)

À qui de droit,

Je porte plainte contre la mairie de Lévis. Je déplore que la mairie ait choisi de ne pas répondre à la question suivante :

« Dans un communiqué daté du 12 novembre 2014, le maire de Lévis, M. Gilles Lehouillier, informe les Lévisiens que la ville a conclu une entente avec les propriétaires du Complexe 2 Glaces Honco et qu’en vertu de cette entente « la Ville aura une priorité de location de 3 679 heures de glace par année pour les deux patinoires durant les plages horaires les plus demandées, et ce, pour une période de cinq ans, avec possibilité de renouvellement ». Pourriez-vous me dire quelle somme d’argent la ville prévoit remettre aux propriétaires du Complexe pendant la première période de cinq ans ? »

J’ai soumis cette question au Service à la clientèle (sic) le 31 août 2015; le numéro de requête est 976501. Le Service à la clientèle (sic) a accusé réception de ma demande; il m’a écrit ceci :

Nous accusons réception de votre courriel et vous informons que nous l’avons transmis au service concerné qui en prendra connaissance et en assurera le suivi.

Pour une future référence, votre numéro de requête est le 976501.

Nous vous remercions d’avoir écrit à la Ville de Lévis.

Centre de service à la clientèle

Ville de Lévis

Je vous demanderais de bien vouloir me dire quel est le service auquel ma plainte serra transmise et quel est le nom du ou de la responsable de ce service. Je vous demanderais de bien vouloir me dire aussi quel est le service qui sera chargé de traiter ma plainte, et quel est le nom du ou de la responsable de ce service. Si aucun service de la Ville de Lévis n’est chargé expressément de traiter les plaintes des citoyennes et des citoyens, qui traitera ma plainte?

Je vous remercie par avance de votre attention et vous prie de recevoir l’expression de mes respectueuses salutations.

Roger Martel, citoyen de Lévis

Des failles importantes à la Ville de Lévis. Il faut assurer le bon fonctionnement du Service à la clientèle et du Bureau du vérificateur général.

Le 4 novembre 2015 la ville de Lévis a diffusé un communiqué qui porte sur son service à la clientèle et dans lequel la parole est donnée au maire, M. Gilles Lehouillier. Malheureusement, le maire ne dit pas toute la vérité à la population. En effet, M. Lehouillier affirme que la Ville, avec son Service à la clientèle, « offre une diversité de services répondant aux besoins des Lévisiennes et des Lévisiens », mais il ne mentionne pas que les citoyennes et les citoyens de Lévis ne sont pas du tout assurés de recevoir une réponse à leurs demandes quand ils s’adressent directement au Service à la clientèle ou quand ils passent par lui pour un obtenir un renseignement ou une explication, par exemple. J’en sais quelque chose : depuis de nombreux mois, à de nombreuses reprises il m’est arrivé de ne recevoir aucune communication de la Ville après l’envoi d’un courriel. Le vérificateur général de la Ville a pourtant prescrit un remède qui me semble très bon pour la maladie dont souffre le Service à la clientèle: « Le service à la clientèle, a-t-il écrit dans son rapport annuel 2012 (page 86), doit assurer rigoureusement les suivis et la prise en charge des plaintes en mettant en place un protocole de traitement des plaintes, tel que promis lors de son lancement en 2007 ». D’ailleurs, la Ville de Lévis sait depuis toujours qu’il est essentiel de doter son Service à la clientèle d’un protocole de traitement des plaintes puisque, comme le rappelle le vérificateur général, elle a promis (!) d’en créer un l’année de la naissance du Service à la clientèle (naturellement, elle aurait dû le créer avant le premier jour de travail du Service). L’année 2016 commencera bientôt frappe à nos portes et le personnel du Service à la clientèle doit toujours travailler sans le protocole recommandé par le vérificateur général (je ne blâme pas ce personnel : ce n’est pas lui le responsable de la maladie du Service).

Si les élus municipaux dirigés par Gilles Lehouillier ne mettent pas en œuvre la recommandation que le vérificateur général a proposée, ne serait-ce pas parce que ça fait leur affaire que le Service à la clientèle soit une organisation malade (ça faisait aussi l’affaire, semble-t-il, de l’équipe de la mairesse précédente, Danielle Roy Marinelli); voyez-vous une autre raison, lectrice, lecteur? De nos jours, les Lévisiennes et les Lévisiens peuvent se plaindre aussi souvent qu’ils le veulent : quand une plainte est embarrassante pour les responsables, ces derniers peuvent l’ignorer! Bonsoir la visite! Que nos élus municipaux se grouillent le popotin : qu’ils soignent le Service à la clientèle, ça presse!

Roger Martel, citoyen de Lévis

P.-S. Le maire Lehouillier doit savoir que les personnes qui ne sont pas trop trop scrupuleuses peuvent être tentées de profiter des lacunes d’un service qui traite les plaintes, comme elles peuvent être tentées de tirer des avantages du manque de ressources d’un vérificateur général municipal. En passant, la Ville ne donne pas à son vérificateur général le budget annuel dont il aurait besoin, c’est lui qui l’a dit en octobre 2015 : « Les besoins que j’ai recensés depuis mon arrivée justifient une force d’intervention plus grande et structurée, afin d’assurer l’efficacité et la pérennité de la fonction de vérificateur général » (Le Peuple Lévis, http://www.lepeuplelevis.ca/actualites/2015/10/5/un-rapport-qui-presente-des-orientations-pour-lavenir.html.) Élus municipaux, n’est-il pas de votre devoir de donner au vérificateur général les moyens dont il a besoin pour faire son travail correctement?

Cage de la Corriveau : Que le directeur général des Musées de la civilisation corrrigent les médias qui trompent leurs lecteurs.

COURRIEL ENVOYÉ LE 30 OCTOBRE 2015 À M. STÉPHAN LA ROCHE, DIRECTEUR GÉNÉRAL DES MUSÉES DE LA CIVILISATION À QUÉBEC.

————————————-

Lévis, le 30 octobre 2015

Monsieur Stéphan La Roche

Musées de la civilisation

Québec

Monsieur,

Le document que les Musées de la civilisation ont diffusé le 26 octobre 2015 et que Le Devoir a reproduit en partie dans son édition du 27 octobre 2015 (page B8) a été mal compris par Le Devoir, par Le Soleil et, peut-être, par d’autres médias.

Dans Le Soleil, quotidien de Québec, un journaliste non identifié a écrit: « La cage de fer confiée il y a deux ans à l’expertise des Musées de la civilisation et de la Société d’histoire régionale de Lévis est bel et bien celle ayant servi à exhiber le corps de Marie-Josephte Corriveau en 1763 » (édition du 28 octobre 2015, page 36). Le Devoir, quotidien de Montréal, a titré : « La célèbre cage de fer de la Corriveau est bel et bien authentifiée » (édition du 27 octobre 2015, une).

Dans leur document susmentionné, les Musées font plutôt savoir qu’ils n’ont pas la certitude que la « cage », après le « long et rigoureux processus de recherche » auquel ils l’ont soumise, est la structure qui a servi à montrer la criminelle à la population en 1763. Permettez-moi de vous rappeler le passage du document des Musées reproduit par les journalistes Isabelle Porter et Dave Noël dans Le Devoir : « Les résultats de ce long et rigoureux processus de recherche convergent tous vers la même conclusion : l’objet en question [la « cage de la Corriveau »] serait bien celui ayant servi à exhiber le corps de Marie-Josephte Corriveau, en 1763 ». Serait, est-il écrit, serait, pas est !

Si j’étais à votre place, Monsieur La Roche, je demanderais immédiatement aux médias qui se sont trompés (et qui ont induit en erreur leurs lecteurs) de publier rapidement un rectificatif.

Veuillez, Monsieur, agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

lepasseurdelacote.com

Ce courriel et votre réponse seront publiés dans l’espace lepasseurdelacote.com.