Les caisses scolaires Desjardins dans les écoles du Québec : inacceptable !

Lévis, le 18 janvier 2019

Monsieur Jean-François Roberge

Ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Cabinet du ministre

Édifice Marie-Guyart

1035, rue De La Chevrotière, 16e étage

Québec (Québec) G1R 5A5

Monsieur le ministre,

En 2012, un historien à l’emploi de l’entreprise Mouvement Desjardins a écrit ceci : « À partir du constat que LA CAISSE SCOLAIRE PEUT S’AVÉRER UNE ŒUVRE AUXILIAIRE DES PLUS UTILES POUR LA CAISSE POPULAIRE, [Alphonse] Desjardins fait sien cet écrit de l’économiste français Léon Say : « La caisse agit sur les adultes, mais son action devra être lente à raison même de la force de résistance des habitudes prises; tandis que de son côté l’épargne scolaire, elle, s’empare de l’enfance et la façonne dès le berceau [!] à cette vertu sociale de l’économie. […]            Par cette nouvelle activité, on préparera de nombreuses recrues qui viendront grossir plus tard les rangs des sociétaires des Caisses populaires. »

(Guy Bélanger, historien, employé de l’entreprise Mouvement Desjardins,

Alphonse Desjardins 1854-1920, Septentrion, p. 380).

« Malgré ce qui prend l’allure d’un empiètement, Alphonse Desjardins n’hésite pourtant pas à promouvoir l’épargne scolaire et intégrer ces petites caisses au mouvement coopératif. Sans désespérer de l’épargne adulte, il espère davantage de la relève des futurs épargnants que préparera la caisse scolaire. »

(Paul Morency, Alphonse Desjardins et le catéchisme des caisses populaires,

Québec, Les Éditions du Septentrion, 2000, p. 55).

« L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d’exploitation… »

Déclaration des droits de l’enfant adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies

https://www.humanium.org/fr/normes/declaration-1959/

Les Québécoises et les Québécoises ont raison de se demander ce que font l’entreprise Mouvement Desjardins et ses caisses scolaires dans les écoles du Québec fréquentées par des enfants de 4 à 12 ans. Apprennent-ils aux enfants à épargner ? Dans un document distribué à des écoliers en 2012, Desjardins dit : « Grâce à ce mode d’épargne [la caisse scolaire], les jeunes de niveau primaire s’habituent à épargner et apprennent des notions d’économie et de coopération »; dans le web, Desjardins admet que l’un des objectifs pédagogiques de ses caisses scolaires est de faire « connaître et comprendre » la « notion de coopération ». Le Mouvement Desjardins est fidèle à son fondateur : en 2013, il lorgne « la relève des futurs épargnants que préparera la caisse scolaire », comme le faisait consciemment, délibérément, Alphonse Desjardins il y a un siècle : « À partir du constat que la caisse scolaire peut s’avérer une œuvre auxiliaire des plus utiles pour la caisse populaire, a écrit en 2012 un historien à l’emploi de Desjardins, [Alphonse] Desjardins fait sien cet écrit de l’économiste français Léon Say : « La caisse agit sur les adultes, mais son action devra être lente à raison même de la force de résistance des habitudes prises; tandis que de son côté l’épargne scolaire, elle, s’empare de l’enfance et la façonne dès le berceau à cette vertu sociale de l’économie. […] Par cette nouvelle activité, on préparera de nombreuses recrues qui viendront grossir plus tard les rangs des sociétaires des Caisses populaires. » (Guy Bélanger, Alphonse Desjardins 1854-1920, Septentrion, p. 380). Vous pensez probablement comme moi, Monsieur le ministre : on ne doit pas accepter qu’un établissement financier, Desjardins ou n’importe quel autre, soit autorisé par le gouvernement et les commissions scolaires du Québec à s’installer dans les écoles pour « grossir plus tard les rangs des sociétaires des Caisses populaires » ou des clients des succursales d’une banque.

Vous avez compris, Monsieur le ministre, que je demande au gouvernement du Québec, à votre ministère, d’ordonner à l’entreprise Mouvement Desjardins de retirer rapidement ses caisses scolaires des écoles du Québec. Je ne crois pas qu’il y a beaucoup de Québécoises et de Québécois qui aiment que leurs enfants de 4 à 12 ans subissent l’influence de l’épargne scolaire qui « s’empare de l’enfance et la façonne dès le berceau [!] à cette vertu sociale de l’économie [la coopération] », ou qu’on expose leurs enfants aux vertus du capitalisme, du communisme ou de l’illibéralisme à l’école primaire, « dès le berceau » [!].

La présente et votre réponse seront publiées au www.lepasseurdelacote.com.

Je vous prie, Monsieur le ministre, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

Membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) de 1981 à 2007. Ancien employé du Bureau de la traduction du Gouvernement du Canada. Principal artisan (bénévole) de la publication de huit numéros de la revue trimestrielle de la Société d’histoire régionale de Lévis (2006-2008). Pendant douze ans (1986-1998), principal artisan (bénévole), après les élèves, du journal de l’école primaire Saint-Dominique de Lévis en qualité de père d’élèves, puis de parent d’anciens élèves. Membre fondateur de la Société québécoise d’histoire de la pharmacie. Travailleur bénévole au Tremplin Centre pour personnes immigrantes et leurs familles de 2013 à 2018. Libre d’antécédents judiciaires.

Post-scriptum

I_Rappel – Le 3 février 2012, le quotidien montréalais La Presse a écrit ceci :

« Pour avoir contrevenu à l’interdiction de faire de la publicité destinée aux enfants, le Mouvement Desjardins s’est fait taper sur les doigts par l’Office de protection du consommateur (OPC), a appris La Presse. Dans le matériel scolaire qu’il offre aux écoles, le Mouvement a « fait la promotion de Desjardins avec un certain appétit de faire de la publicité », a expliqué Nathalie Jackson, avocate à l’OPC.

« C’est une commission scolaire qui a porté plainte à l’OPC en 2010, jugeant que le matériel didactique offert en lien avec les caisses scolaires devenait hors de proportion. Il y en avait tant que « ça faisait un bon dictionnaire Robert de haut », a décrit Me Jackson. » (https://www.lapresse.ca/actualites/education/201202/02/01-4492114-desjardins-a-fait-de-la-pub-dans-les-ecoles.php)

II_« Parce que le droit est au service de la Justice il est fondamental pour le juge de ne jamais tolérer que l’homme aliène* l’homme, l’exploite** ou le trompe sous le couvert de la loi ou du contrat et de toujours rechercher les points d’équilibre des droits ou des intérêts qui s’affrontent. »

(Jean Chazal [président de Chambre à la Cour d’appel de Paris, président d’honneur de l’Association des Juges des enfants], Les Droits de l’enfant, Paris, Presses universitaires de France, coll. Que Sais-Je? © 1959, p.117)

* aliéner : « Soumettre quelqu’un à des contraintes, lui enlever son libre arbitre », https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/ali%C3%A9ner/2258

** exploiter : « Tirer abusivement profit »

http://www.cnrtl.fr/definition/exploiter



Membres de caisses scolaires, enfants de six ans ou plus.

Les meilleurs coopérateurs sont probablement les enfants qui déposent le plus d’argent.

Creusement des inégalités et érosion des programmes de sécurité sociale

Source : Guy Taillefer, Simplicité involontaire – Le Devoir, 27 décembre 2018 – ÉDITORIAL, https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/544331/retraites-simplicite-involontaire

EXTRAIT

Par Guy Taillefer, éditorialiste, Le Devoir
Dans l’empire de l’économie néolibérale qui tient le petit contribuable en laisse, le creusement des inégalités et l’érosion des programmes de sécurité sociale, là où ils existent, se sont accélérés en 2018, que les gouvernements pensent à droite ou qu’ils fassent semblant de pencher à gauche. […]
Moins médiatisée car plus éparpillée, cette exaspération s’est aussi manifestée cette année au sein d’une catégorie de citoyens qu’on ne voit pas souvent se mobiliser : les retraités. Leur courroux n’en est que plus éloquent.
De la France à la Russie en passant par le Nicaragua et l’Argentine, ils sont descendus dans la rue pour dénoncer des « réformes » promues par des gouvernements plus ou moins dysfonctionnels et déconnectés qui, de fait, se trouvent à approfondir la pauvreté des uns et à fragiliser les revenus de « classe moyenne » des autres au nom pratique d’impératifs budgétaires. Dans la dernière ligne droite de l’existence, trop de retraités — et de retraitées ! — deviennent, de force, des apôtres de la décroissance par simplicité involontaire. Dans le pire des cas, la religion du PIB à laquelle ils ont obéi toute leur vie les réduit à la mendicité.
[…]
Les programmes de sécurité sociale font partout débat, ici, là-bas. Mais il tombe sous le sens que lesdites réformes sont d’emblée injustes et que le dialogue social est inégal à partir du moment où ce sont les moins nantis qui paient la note et s’en trouvent davantage précarisés. Conçue pour les hautes castes, la réforme fiscale de Trump en est un cas grave en ce qu’elle creuse la tombe de programmes comme celui de la Social Security, le fonds finançant les retraites des Américains.
Comment peut-on parler de démocratie dans un monde où prospèrent les inégalités ? De plus en plus difficilement. Une solution radicale et salutaire consisterait évidemment à fermer les paradis fiscaux. Mais nos gouvernements en ont peu la volonté — ou n’y ont tout simplement pas intérêt. Le « vieillissement de la population » est une réalité qui continuera donc d’avoir le dos large. Et le pillage se poursuivra sur le dos de classes moyennes de plus en plus exsangues.

Propagande en faveur de l’islam dans un lieu catholique de Québec, le Montmartre? Qu’en pense l’archevêque Lacroix ?

Lévis, le 21 décembre 2018
Monsieur Gérald Cyprien Lacroix, archevêque
Archidiocèse catholique de Québec
1073, boulevard René-Lévesque Ouest
Québec (Québec), G1S 4R5
Monsieur,
Le 2 octobre 2018, je vous ai écrit (mon courriel est reproduit ci-dessous). Je pense qu’il serait important que vous me répondiez pour la raison suivante : des faits permettent de penser qu’il est vraisemblable que l’église catholique de Québec ait contribué à propager l’islam quand elle a ouvert les portes de son Montmartre, Centre de culture et de foi, le 18 mars 2018, afin que M. Mohamed Labidi (alors président du Centre culturel islamique de Québec) y prononce une conférence destinée en particulier, selon le conférencier lui-même, à démontrer que les musulmans et les catholiques sont « très proches », ce qui est faux comme une autre partie du présent envoi le démontre [selon le journaliste Philippe Vaillancourt, M. Labidi a déclaré à son auditoire : « Vous allez voir que nous sommes très proches » (http://presence-info.ca/article/pour-une-relance-du-dialogue-islamo-chretien-a-quebec].
Vous savez, Monsieur Lacroix, que l’islam proclame être la meilleure religion, vous avez lu ce que dit la Déclaration Islamique des Droits de l’Homme :
« … la Communauté islamique (oummah), la meilleure communauté que Dieu ait créée et qui a donné à l’humanité une civilisation universelle équilibrée, alliant la vie présente à l’au-delà, et la connaissance à la foi, et réaffirmant le rôle espéré que cette communauté devrait jouer aujourd’hui pour guider l’humanité plongée dans la confusion à cause de croyances et d’idéologies différentes et antagonistes, et pour apporter des solutions aux problèmes chroniques de cette civilisation matérialiste. » (La Déclaration Islamique des Droits de l’Homme Suivie de leurs spécificités dans la Charia Islamique, https://www.humanrights.ch/fr/droits-humains-internationaux/regionaux/arabe/ consulté le 18 mai 2018)
Dans le Coran (48, 28), vous avez lu, Monsieur Lacroix, que l’islam vise à devenir, doit devenir la religion dominante partout :
« C’est lui [Dieu] qui a envoyé son Prophète [Mahomet]
avec la Direction et la Religion vraie
pour la faire prévaloir sur toute autre religion. »
(Le Coran, traduction de Denise Masson, Folio Classique, tome II, p. 638)
Prétendre au Montmartre que les musulmans et les catholiques sont « très proches », c’est faire de la propagande, c’est chercher à propager l’islam, à faire accroire aux catholiques (en particulier à ceux qui, malheureusement, sont crédules ou ne connaissent pas ou très peu l’islam) qu’il n’y a presque pas de barrières à franchir pour passer du catholicisme à l’islam.
L’imam qui fait l’éloge au Québec de la charia (ou loi islamique) devant un auditoire composé principalement de catholiques ou de personnes ayant grandi dans une famille catholique, fait de la propagande (l’iman en question est celui de Lévis, M. Karim Elabed; il a prononcé son éloge le 18 mai 2017 au Patro, dans une chapelle dépouillée de son caractère sacré). [Des penseurs musulmans rejettent la charia. C’est le cas du célèbre islamologue, historien et professeur Mohamed Talbi : « Il n’y a que le Coran qui m’oblige », écrivait-il dans Penseur libre en islam (Albin Michel, 2002). « Je ne crois qu’au Coran et pas à la charia », déclarait-il à [la revue] Jeune Afrique en 2015. Le premier est l’œuvre de Dieu, la seconde n’est qu’une « production humaine » qui « n’a rien à voir avec l’islam » et dont les musulmans « doivent se délivrer », affirmait-il au Monde dès 2006. » [Le Monde, quotidien français] (https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/05/05/mohamed-talbi-l-eclaireur-du-coran_5123219_3212.html)
À mon avis, il est essentiel que vous disiez aux personnes qui habitent dans votre archidiocèse si l’idée du Montmartre de présenter la conférence de M. Mohamed Labidi était bonne, ou si le Montmartre a fait un faux pas.
La présente et votre réponse (si me me répondez) seront publiées au www.lepasseurdelacote.com.
L’appel téléphonique de M. Marc Pelchat, évêque auxiliaire à Québec, n’a pas répondu à ma question principale.
Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.
Roger Martel, citoyen de Lévis
Membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) de 1981 à 2007. Ancien employé du Bureau de la traduction du Gouvernement du Canada. Principal artisan (bénévole) de la publication de huit numéros de la revue trimestrielle de la Société d’histoire régionale de Lévis (2006-2008). Pendant douze ans (1986-1998), principal artisan (bénévole), après les élèves, du journal de l’école primaire Saint-Dominique de Lévis en qualité de père d’élèves, puis de parent d’anciens élèves. Membre fondateur de la Société québécoise d’histoire de la pharmacie. Travailleur bénévole au Tremplin Centre pour personnes immigrantes et leurs familles de 2013 à 2018. Libre d’antécédents judiciaires.
P.-S. Est-ce le Montmartre, Centre de culture et de foi qui a invité M. Mohamed Labidi ou le Centre culturel islamique de Québec à prononcer une conférence chez lui, ou est-ce M. Mohamed Labidi ou le Centre culturel islamique de Québec qui a pris l’initiative de louer une salle au Montmartre?


Lévis, le 2 octobre 2018

Monsieur Gérald Cyprien Lacroix, archevêque

Archidiocèse catholique de Québec

1073, boulevard René-Lévesque Ouest

Québec (Québec) G1S 4R5

Téléphone : 418 688-1211- Télécopieur : 418 688-1399 – Courriel : info@ecdq.org

Monsieur,

Le 10 septembre 2018, j’ai écrit au Montmartre, Centre de culture et de foi, qui est un élément de l’Église catholique de Québec, au sujet de la conférence prononcée au Montmartre le 18 mars 2018 par le président du Centre culturel islamique de Québec, M. Mohamed Labidi (mon courriel était adressé à M. Édouard Shatov). Le 12 septembre 2018, M. Marcel Poirier, supérieur provincial des Augustins de l’Assomption de l’Amérique du Nord, a accusé réception de mon courriel. Le 12 septembre 2018, j’ai demandé à M. Poirier si son accusé  de réception était la réponse du Montmartre à mon courriel? M. Poirier ne m’a pas répondu.

Vous trouverez ci-jointes les communications mentionnées ci-dessus.

Je vous demanderais de bien vouloir réagir aux courriels que j’ai envoyés à MM. Shatov et Poirier, ainsi qu’à la réponse de M. Poirier. Mon petit doigt me dit que vous ne ferez pas comme le supérieur provincial des Augustins de l’Assomption de l’Amérique du Nord : traiter ma demande comme une pub de McDo.

[…]

Être xénophobe n’est pas bien. Être islamophobe n’est pas bien. Il est bien de faire obstacle à la mauvaise foi, au mensonge, à l’hypocrisie, à la tromperie, à la dissimulation.

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel

Membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) de 1981 à 2007. Ancien employé du Bureau de la traduction du Gouvernement du Canada. Principal artisan (bénévole) de la publication de huit numéros de la revue trimestrielle de la Société d’histoire régionale de Lévis (2006-2008). Pendant douze ans (1986-1998), principal artisan (bénévole), après les élèves, du journal de l’école primaire Saint-Dominique de Lévis en qualité de père d’élèves, puis de parent d’anciens élèves. Membre fondateur de la Société québécoise d’histoire de la pharmacie. Travailleur bénévole au Tremplin Centre pour personnes immigrantes et leurs familles depuis 2013. Libre d’antécédents judiciaires.

6364, rue Fraser, Lévis, G6V 3S3

P.-S. La présente sera publiée au www.lepasseurdelacote.com, de même que la réponse que le destinataire voudra bien lui donner.


Lévis, le 10 septembre 2018

Père Édouard Shatov

Le Montmartre, Centre de culture et de foi

1679, chemin St-Louis, Québec (Québec), G1S 1G5

culture-foi@lemontmartre.ca

Monsieur,

Auriez-vous l’amabilité de transmettre la présente à la direction du Montmartre?

Le 18 mars 2018, Monsieur Mohamed Labidi, président du Centre culturel islamique de Québec, a prononcé une conférence au Montmartre canadien. Selon le journaliste Philippe Vaillancourt, M. Labidi a dit à son auditoire : « Vous allez voir que nous sommes très proches » (le pronom nous désigne ici les musulmans et les chrétiens). (http://presence-info.ca/article/pour-une-relance-du-dialogue-islamo-chretien-a-quebec)

Avant d’accepter que M. Labidi s’adresse à des chrétiens et peut-être aussi à des non-chrétiens dans son enceinte, le Montmartre s’était-il assuré que M. Labidi avait les qualités requises pour traiter du sujet qu’il semble avoir choisi lui-même : la similitude, réelle ou non, entre les musulmans et les chrétiens. Pour parler d’un tel sujet, je suppose qu’il faut avoir de bonnes connaissances en théologie chrétienne et en théologie musulmane. M. Labidi en a-t-il? M. Labidi est présenté comme un homme d’affaires qui aurait été aussi fonctionnaire (on ne sait pas quel poste il occupait, quel métier il exerçait dans la fonction publique).

Dans l’auditoire de M. Labidi, y avait-il une ou plusieurs personnes en mesure de discuter de la question de la similitude, réelle ou non, entre les musulmans et les chrétiens? Ces personnes ont-elles pu interroger, dialoguer avec M. Labidi? Quelle formation avaient-elles?

Le Montmartre a-t-il écrit et publié un compte rendu de la conférence de M. Labidi?

Le Montmartre loue des salles. M. Labidi ou le Centre culturel islamique de Québec, présidé par M. Labidi, aurait-il loué une salle au Montmartre pour traiter de la similitude, réelle ou non, entre les musulmans et les chrétiens?

Je demanderais à la direction du Montmartre de lire le texte reproduit ci-dessous, que j’ai écrit et publié au http://www.lepasseurdelacote.

Je vous remercie de votre aide, M. Shatov, et vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis

Membre de la Société des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ) de 1981 à 2007. Ancien employé du Bureau de la traduction du Gouvernement du Canada. Principal artisan de la publication de huit numéros de la revue trimestrielle de la Société d’histoire régionale de Lévis (2006-2008). Pendant douze ans (1986-1998), principal artisan, après les élèves, du journal de l’école primaire Saint-Dominique de Lévis en qualité de père d’élèves, puis de parent d’anciens élèves. Membre fondateur de la Société québécoise d’histoire de la pharmacie.


Réponse de M. Marcel Poirier reçue par Roger Martel le 12 septembre 2018

Monsieur Martel,

Nous accusons réception du document que vous avez envoyé au P. Édouard Shatov le 10 septembre dernier.

 Bonne journée !

Marcel Poirier, a.a.

Montmartre

 

Réponse de Roger Martel au courriel de M. Marcel Poirier daté du 12 septembre 2018

Bonjour, Monsieur Poirier.

L’accusé  de réception du Montmartre est-il sa réponse à mon courriel?

Bonne journée.

Roger Martel

M. MARCEL POIRIER N’A PAS RÉPONDU À CE COURRIEL.


LETTRE À M. MOHAMED LABIDI, PRÉSIDENT

CENTRE CULTUREL ISLAMIQUE DE QUÉBEC

Introduction

Depuis 2017, le spectacle La Perle est présenté aux Émirats arabes unis, à Dubai. Une soixantaine d’artistes provenant de plus de vingt pays y déploient leurs talents. Chacun a son bagage culturel; un certain nombre pratiquent une religion : islam, catholicisme… d’autres sont incroyants; dans les coulisses, on parle plusieurs langues. Leur spectacle est magnifique, dit-on. Leurs différences les ont-ils empêché de le créer? Non. Ensemble, ne forment-ils pas un instrument dont la justesse est bien réglée? On nous dit que oui. Plusieurs fois par semaine, ne parviennent-ils pas à ravir les spectatrices et les spectateurs? On nous dit que oui. La grande Terre des humains, immensément riche de beautés créées par ses habitants, pourrait être une plus belle scène, vous en conviendrez; les humains pourraient y jouer un plus beau spectacle, vous en conviendrez. Ces temps-ci, je parle de religions, surtout de l’islam et du christianisme; c’est parce que je compte sur les filles, c’est parce que je compte sur les gars, comme a dit le poète Paul Fort (Si tous les gars du monde, poème).

Roger Martel, citoyen de Lévis (Québec), août 2018

Lévis, le 30 août 2018

Monsieur Mohamed Labidi, président

Centre culturel islamique de Québec, Québec

Monsieur,

Le 18 mars 2018, vous avez prononcé une conférence au Montmartre canadien, propriété du Diocèse catholique de Québec que dirige le cardinal Gérald Cyprien Lacroix. Vous avez dit à votre auditoire : « Vous allez voir que nous sommes très proches » (le pronom nous désigne ici les musulmans et les chrétiens). (Philippe Vaillancourt, journaliste, http://presence-info.ca/article/pour-une-relance-du-dialogue-islamo-chretien-a-quebec)

Je ne comprends pas, pour une, deux ou trois raisons, comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches. Je ne comprends pas que vous puissiez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches quand le Centre que vous présidez affirme que Jésus n’était pas le fils de Dieu, que Jésus n’a pas été crucifié, que Jésus est monté vivant au ciel et que Judas Iscariote a été crucifié à sa place (Le Vatican en panique…, http://cciq.org/2014/05/22/le-vatican-en-panique-levangile-de-barnabe-annoncait-la-venue-de-mohammed-monotheisme-tolerant/). Avez-vous dit aux chrétiennes et aux chrétiens venus vous entendre au Montmartre canadien que le Centre que vous présidez soutient que Jésus n’était pas le fils de Dieu, que Jésus n’a pas été crucifié, que Jésus est monté vivant au ciel et que Judas Iscariote a été crucifié à sa place? Leur avez-vous dit que l’apôtre Paul est un imposteur selon la « bible » que l’on dit avoir été trouvée en Turquie et dont parle le Centre dans son texte Le Vatican en panique? Si Paul est un imposteur, l’Église abuse-t-elle autrui par des mensonges, de fausses promesses (voyez la définition du mot imposteur)?

AFFIRMER QUE JÉSUS N’A PAS ÉTÉ CRUCIFIÉ ET QU’IL EST MONTÉ VIVANT AU CIEL, DONC QU’IL N’A JAMAIS RESSUSCITÉ, CE N’EST PAS BANAL, OH QUE NON  :

« LA RÉSURRECTION DU CHRIST EST AU CŒUR DE LA FOI CHRÉTIENNE. SANS RÉSURRECTION, DIT SAINT PAUL (1 CO 15, 17), LA FOI EST VAINE : RIEN DU CHRISTIANISME N’EXISTERAIT. »

(Théo, L’encyclopédie catholique pour tous, Paris, Éditions Droguet-Ardant\Fayard, dépôt légal mai 1993, imprimatur Paris le 6 février 1989, M. Vidal, vicaire épiscopal, p. 678)

Je ne comprends pas comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : « Les pierres d’achoppement entre la religion musulmane et la religion catholique sont nombreuses. Qu’il s’agisse de la personne de Jésus, du dogme de La  Trinité, du concept de Révélation, de la liberté religieuse, de la prière, du statut de la femme etc. À la racine de toutes ces divergences, un rapport différent à nos « Écritures » respectives. » (Alain Feuvrier, jésuite et spécialiste de l’islam, Quelles différences entre l’islam et le christianisme? https://croire.la-croix.com/Definitions/Lexique/Islam/Quelles-differences-entre-l-islam-et-le-christianisme, 13 janvier 2015)

Je ne comprends pas, Monsieur Labidi, comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : (François Jourdan, islamologue et théologien eudiste, est l’auteur de Islam et Christianisme, comprendre les différences de fond publié en 2015; il répond ici à cette question de la journaliste Eléonore de Vulpillières : « Une fois que le concile Vatican II a « ouvert les portes de l’altérité et du dialogue », écrivez-vous « on s’est installé dans le dialogue superficiel, le dialogue de salon, faussement consensuel ». Comment se manifeste ce consensualisme sur l’islam? ») (Réponse  de F. Jourdan : « Par l’ignorance, ou par les connaissances vues de loin et à bon compte: c’est la facilité. Alors on fait accréditer que l’islam est « abrahamique », que « nous avons la même foi », que nous sommes les religions « du Livre », et que nous avons le « même » Dieu, que l’on peut prier avec les « mêmes » mots, que le chrétien lui aussi doit reconnaître que Muhammad est « prophète » et au sens fort « comme les prophètes bibliques » et que le Coran est « révélé » pour lui au sens fort « comme la Bible » alors qu’il [le Coran] fait pourtant tomber 4/5e de la doctrine chrétienne… Et nous nous découvrons, par ce forcing déshonnête, que « nous avons beaucoup de points communs »! C’est indéfendable. » (Islam et christianisme : les impasses du dialogue interreligieux, http://www.lefigaro.fr/vox/religion/2016/01/22/31004-20160122ARTFIG00344-islam-et-christianisme-les-impasses-du-dialogue-interreligieux.php, 22/01/2016)

Je ne comprends pas comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : « la charia est coranique, et l’islam doit supplanter toutes les autres religions (Coran 48,28; 3,19.85; et 2,286 récité dans les jardins du Vatican devant le Pape François et Shimon Pérès en juin 2014). D’ailleurs Boumédienne (président de l’Algérie (1932-1978), « il instaure un régime militaire qui provoque une opposition interne, réduite au silence (1967-1968) », écrit Larousse,) Kadhafi (Homme d’État libyen, 1942-2011) et Erdogan (homme d’état turc né en 1954), l’ont déclaré sans ambages ». (François Jourdan, islamologue et théologien eudiste, cité par la journaliste Eléonore de Vulpillières, http://www.lefigaro.fr/vox/religion/2016/01/22/31004-20160122ARTFIG00344-islam-et-christianisme-les-impasses-du-dialogue-interreligieux.ph,p, 22/01/2016)

Je ne comprends pas comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : « L’un des plus douloureux malentendus concerne […] la personne de Jésus. Musulmans et chrétiens le revendiquent. Mais peut-on affirmer qu’il s’agit de la même personne ? En islam, Jésus (Aïssa) est l’un des nombreux prophètes musulmans envoyés par Dieu pour rappeler le pacte primordial entre Dieu et sa création. À l’instar des nombreux prophètes musulmans des temps passés (Adam, Abraham, Noé, Moïse etc.), Jésus (Aïssa) est lui aussi un grand prophète musulman, mais juste en dessous de Mohammed. Comme ce dernier, Jésus est prophète-envoyé : il a apporté un livre, l’Évangile (al-Indjîl), dont les chrétiens se réclament, mais qu’ils ont falsifié ; cette terrible accusation induit que, pour connaître l’authentique figure de Jésus, on doit recourir au Coran, seule révélation crédible. » (Alain Feuvrier, 13 janvier 2015)

Je ne comprends pas, Monsieur Labidi, comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : « Enfin, le malentendu est redoublé puisque le Coran est, pour tout musulman, l’ultime Écriture donnée à Mohammed, sceau de toute prophétie. Or, il est impossible aux chrétiens de reconnaître Mohammed comme prophète, ni même comme l’exemple de toute fidélité à Dieu. Tout au plus peuvent-ils le voir comme un personnage des premiers âges de l’Ancien Testament, avant que la parole de Dieu n’ait policé les mœurs. Sur ce point, la distance entre chrétiens et musulmans est immense. Quant à Jésus, il est, entre chrétiens et musulmans, à la fois un lien très fort et « comme une pomme de discorde », écrit le penseur musulman Mohammed Talbi, qui poursuit : « L’islam le revendique et le glorifie. Mais, de ce fait, corollaire inévitable, Jésus est aussi un point focal des divergences qui opposent chrétiens et musulmans. Honnêtement, reconnaissons que nos divergences sont insurmontables. » (Alain Feuvrier, 13 janvier 2015)

Je ne comprends pas comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : « De cette relation radicalement (au sens de « racine ») différente à leurs Écritures respectives découle, entre chrétiens et musulmans, le malentendu concernant le dogme chrétien de la Trinité. […] Ne nous arrêtons pas aux polémiques, bien présentes dans le Coran, concernant la « triade » chrétienne (un dieu « père », un dieu « fils » et Marie) (Coran 5, 116). Force est de constater que c’est là un point d’achoppement majeur. Les musulmans s’estiment en effet les seuls monothéistes authentiques. Puisque le Coran interdit formellement d’« associer » à Dieu d’autres dieux, les chrétiens sont taxés, en toute bonne foi, de polythéistes. Et le polythéisme est, en islam, le seul péché impardonnable ! » (Alain Feuvrier, 13 janvier 2015)

Je ne comprends pas comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : « Pour les musulmans : Dieu ne peut pas être un en trois personnes (mystère chrétien de la Trinité). Par conséquent, Jésus ne peut pas être Dieu (mystère chrétien de l’Incarnation). Mais il est Verbe de Dieu, né de la Vierge Marie, Messie. Il n’est pas mort, on lui a substitué un sosie, il reviendra à la fin des temps. Dès lors, pas de salut en Jésus-Christ (mystère chrétien de la Rédemption); la notion de faute universelle et donc de Rédemption est d’ailleurs étrangère à l’islam; chacun sera jugé par Dieu selon ses oeuvres. Le Coran est l’expression définitive de la Révélation, la « récapitulation » et le « sceau » de toute prophétie; la Torah de Moïse  et l’Évangile de Jésus ne sont que l’expression de Révélations partielles, par surcroît déformées par les juifs et les chrétiens. » (Théo, L’Encyclopédie catholique pour tous, Paris, Éditions Droguet/Ardant, © 1992, Imprimatur Paris le 6 février 1989, p. 142)

Je ne comprends pas comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches. Je ne comprends pas parce « c’est […] avec la chrétienté latine, sous l’égide de Rome, que l’islam aura eu ses démêlés les plus durs et, hélas, les plus sanglants. » (Youakim Moubarac, Islam et arabité. Le dialogue islamo-chrétien. Les questions que le catholicisme se pose au sujet de l’islam*, http://youakimmoubarac.org/textes/12_-_YM_-_Les_questions_que_le_catholicisme_se_pose_au_sujet_de_l%27islam%5B,%20dossier%20h,%20p%20221.pdf – Y. Moubarac était un prêtre maronite libanais; il a écrit Les Musulmans : consultation islamo-chrétienne, paru en 1971)

Je ne comprends pas comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : « L’islam peut être […] considéré comme la plus grande tourmente qui se soit jamais abattue sur l’histoire de l’Église. » (Youakim Moubarac, La Pentalogie islamo-chrétienne, T. III, L’islam et le dialogue islamo-chrétien, Beyrouth, Cénacle libanais, 1972-73)

Je ne comprends pas, Monsieur Labidi, comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : « Nigeria : montée des tensions entre chrétiens et musulmans. Après des attentats qui ont visé les chrétiens le soir de Noël et qui ont fait 50 morts, les tensions au Nigeria entre chrétiens et musulmans semblent plus fortes que jamais. En ce mardi 3 janvier, les islamistes de la secte Boko Haram viennent d’ailleurs de poser un ultimatum aux chrétiens du nord du pays. Analyse de la situation avec Daniel Bach, directeur de recherche au CNRS et spécialiste du Nigeria.

Que se passe-t-il entre chrétiens et musulmans aujourd’hui au Nigeria ?

Les sources de conflits potentiels entre chrétiens et musulmans ont toujours été nombreuses au Nigeria, qu’il s’agisse des débats autour du champ d’application de la loi islamique (sharia), de la création de nouveaux Etats ou du statut des populations dites ‘non indigènes’. (propos recueillis par Matthieu Mégevand – publié le 03/01/2012, http://www.lemondedesreligions.fr/actualite/nigeria-montee-des-tensions-entre-chretiens-et-musulmans-03-01-2012-2159_118.php)

Je ne comprends pas comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches parce que : « Chrétiens en terre d’Islam : l’impossible cohabitation ? Flambées de violence au Nigeria, expulsions au Maroc, fusillades en Égypte, exode en Irak… Les conflits interreligieux et les persécutions contre les minorités chrétiennes se multiplient dans les pays musulmans. Enquête sur un phénomène planétaire inquiétant. (Elise Collette, revue Jeune Afrique, http://www.jeuneafrique.com/197831/societe/chr-tiens-en-terre-d-islam-l-impossible-cohabitation/, 30 mars 2010)

Je ne comprends pas, Monsieur Labidi, comment vous pouvez affirmer que les musulmans et les chrétiens sont très proches, je ne comprends pas parce que :  « Les relations entre les chrétiens et les juifs d’un côté, les musulmans de l’autre, traversent au Moyen Orient une phase critique et décisive. Critique parce que les tensions semblent s’intensifier. Les attaques meurtrières sont de plus en plus violentes, elles sont perpétrées au nom même d’une appartenance religieuse. Critique, mais aussi décisive en raison de la présence des chrétiens de plus en plus timide. Timide à cause des vexations et des dangers au quotidien. Timide également et surtout suite à la diminution numérique notable dans plusieurs pays. Dès qu’ils peuvent, les chrétiens quittent leur pays natal, pour trouver refuge dans des lieux plus sûrs, au moins sur le plan sécuritaire. C’est un des constats majeurs du synode spécial pour les chrétiens d’Orient qui souligne avec force cette réalité. » (Michel Younès, maître de conférences à l’université catholique de Lyon, Présence Mariste, N° 267, avril 2011,

http://www.presence-mariste.fr/Les-relations-des-chretiens-avec-les-Juifs-et-les-musulmans.html)

Les musulmans et les chrétiens ne sont pas très proches les uns des autres; on vient de le voir. Les musulmans eux-mêmes ne sont pas très proches les uns des autres. « Les musulmans sont divisés, en fait très divisés, écrit Jean Daniel (essayiste et créateur du magazine d’actualité Le Nouvel Observateur). On ne voit pas, a priori, comment, depuis leur sein, surgirait l’imagination d’une grande réforme qui entraînerait une fraternité réelle. En fait, comme il s’agit de ce fameux « vivre ensemble » à partager entre chrétiens, juifs et musulmans, la question ne peut échapper aux querelles théologales : dans quelle mesure les croyants des trois religions monothéistes pourraient-ils conclure des accords sans aggraver leurs propres désaccords ? C’est là un obstacle majeur, car mille difficultés peuvent surgir dès qu’il s’agit de sexe, d’héritage, ou de projets matrimoniaux. »  (Jean Daniel, A propos du débat avec l’islam : il faut savoir vivre ensemble, https://www.nouvelobs.com/edito/20180424.OBS5681/a-propos-du-debat-avec-l-islam-il-faut-savoir-vivre-ensemble.html, 25 avril 2018)

DERNIERS MOTS

Les musulmans refusent une religion réduite au for intérieur, ils refusent l’affirmation des droits de l’homme au détriment des droits de Dieu

« Ainsi ce qui distingue et oppose Christianisme et Islam, c’est d’abord l’affirmation de l’unicité divine et le refus de la divinité du Christ; le christianisme est sapé à sa base. C’est ensuite le refus des évolutions anthropologiques survenues en Occident, tant le refus d’une religion réduite au for intérieur, inimaginable en Islam, que le refus de l’humanisme. Ce qu’accepte l’Islam, c’est « une Déclaration de l’Homme musulman » d’après le Coran, mais certainement pas une Déclaration des Droits de l’homme à l’occidentale. De plus, dans le cas de l’Islam laïcité et sécularisation ne peuvent s’envisager sous la forme qu’elles ont revêtues contre l’Eglise catholique : l’Islam n’a pas de clergé sur lequel agir en le réduisant à des fonctions sans écho réel dans la société civile. Et s’il peut s’envisager des liens entre Christianisme et Islam, c’est peut-être, ou certainement, dans la direction de la spiritualité qu’on peut les établir – à condition que l’on n’insiste pas d’abord sur la spécificité de la mystique chrétienne. Ces diverses formes d’opposition entre les deux religions ne sont pas près d’être surmontées. »

(Bernard Chédozeau, Formes successives des conflits théologiques entre christianisme et islam, Académie des sciences et lettres de Montpellier, Séance du 21/06/2004, Conférence n° 3871. – Bernard Chédozeau est professeur d’université, agrégé de lettres, docteur ès lettres; il est l’auteur de La Bible et la liturgie en français : l’Eglise tridentine et les traductions bibliques et liturgiques, 1600-1789, Paris, Éditions du Cerf, 1990, 296 p.)

Les musulmans refusent une religion réduite au for intérieur, ils refusent l’affirmation des droits de l’homme au détriment des droits de Dieu. Cette situation présentera-t-elle un jour une issue favorable? Que répondez-vous, Monsieur Labidi?

Veuillez, Monsieur, agréer mes salutations distinguées.

Roger Martel, citoyen de Lévis (Québec)

FIN

Le voile est un moyen de contrôle du corps de la femme. Lettre ouverte à Catherine Dorion, députée.

Introduction

Une Québécoise musulmane s’exprime publiquement…

Il faut absolument que les non musulmans du Québec, du Canada, puissent entendre souvent la voix des musulmanes et des musulmans ordinaires, invisibles (et muets). Des musulmans déclarent être leurs porte-parole, mais qui les choisit? Ces porte-parole répandent des inexactitudes (pourrait-on dire mensonges?) : les musulmans et les catholiques sont très proches les uns des autres, par exemple; autre exemple : la charia (comme s’il n’y avait qu’une seule charia) est la plus belle voie à suivre. Ces porte-parole font tort aux autres adeptes de l’islam : comment faire confiance à des personnes qui s’écartent de la vérité! Il faut que les musulmans et musulmanes ordinaires qui sont favorables à l’adaptation de leur religion au contexte québécois, canadien, le montrent, le disent. Il n’y a pas qu’un seul islam, disent des penseurs musulmans (et non musulmans).

Roger Martel, citoyen de Lévis (Québec)


Auteure : Leila Lesbet, Citoyenne québécoise, Le Devoir, 18 décembre 2018, https://www.ledevoir.com/opinion/libre-opinion/543829/le-voile-est-un-moyen-de-controle-du-corps-de-la-femme

EXTRAITS

Dans votre vidéo qui porte sur le voile et que vous adressez « aux nouveaux curés », vous parlez d’une religion qui s’appelle islam. Mais plus je vous écoutais, plus je découvrais votre ignorance abyssale de cette religion dans les pays où elle est force de loi, et surtout du combat des femmes qui y vivent !

Avec cette vidéo, vous n’apportez rien de nouveau dans ce débat de société légitime et indispensable, si ce n’est de répandre des faussetés qui dénaturent ma religion et celle de mes parents. […]

Dans votre vidéo, vous intervenez en tant que députée et non comme auteure. En tant que députée, vous ne pouvez pas vous permettre de froisser une communauté. Ici, il s’agit de la communauté musulmane. Celle-ci, loin d’être monolithique, est traversée par plusieurs courants.

J’ai grandi dans une famille musulmane traditionaliste et pratiquante. Mon père était autodidacte, ma mère et ma grand-mère illettrées. Ce sont ces personnes qui m’ont appris l’islam et qui m’ont poussée à le lire, à le comprendre, mais surtout à ne pas m’arrêter à la lecture littérale […]

Il est vrai que toutes les religions n’offrent aux femmes que des strapontins. Et c’est aussi dans cette famille que j’ai appris à me servir de l’ijtihad (effort intellectuel qui est issu de la tradition islamique depuis de nombreux siècles) pour lutter contre les dogmes et les blocages dans l’interprétation du Coran.

Le voile fait justement partie de ces erreurs d’interprétation. Ainsi, le voile que des femmes portent sur la tête et que vous semblez trouver anodin, sachez qu’il n’a aucune existence dans le Coran.

Vous gagneriez à lire sur ce sujet que vous défendez au nom du droit à la différence. Le voile n’est pas musulman, c’est notre étoile jaune, à nous, femmes musulmanes et non islamistes. Il est imposé par l’islam dévoyé par l’alliance du politique et du religieux depuis près de 40 ans. C’est cette vision islamiste qui a fait que j’ai dû quitter mon Algérie pour me réfugier au Québec pour échapper à mon exécution, cette vision fondamentaliste que votre parti semble avoir adoptée en son sein sans même en comprendre les dangers.

Il n’y a aucun rapprochement à faire entre porter un piercing ou une tuque et porter un voile : ne pas les porter n’entraîne pas la mort pour les premiers, alors que déroger à une interprétation fondamentaliste de l’islam, comme c’est le cas pour le voile, peut mener la femme au fouet, à la prison, voire à la mort.

[…]

Chaque geste que vous poserez ici pour rendre l’islam politique acceptable fera reculer le combat de ces femmes et fera la joie des islamistes qui imposent ce voile dans les pays musulmans. Si vous étiez mère de deux filles comme je le suis, trouveriez-vous normal qu’elles doivent se cacher les cheveux pour qu’elles ne souillent pas la pensée des garçons qu’elles côtoient ? En fait, le voile n’est pas une question de modestie et de pudeur, mais bien un moyen de contrôle du corps de la femme.

[…]

Prenez le temps de lire Olfa Youssef, Ani Zonneveld, Fatima Mernissi, Mohammed Arkoun, Rachid Benzine, Soheib Bencheikh, Tahar Haddad, Chahla Chafiq, pour ne citer que ces quelques réformistes, qui sont de plus en plus nombreuses et nombreux et qui font face à l’islam politique commandité à coups de pétrodollars et relayé par la gauche communautariste.

[…]

Sophie Durocher et Le Journal de Québec/Montréal apportent des précisions à un article du quotidien Le Devoir

Le lundi 10 décembre 2018, le journal Le Devoir a honoré de sa une la 20e édition des Olivier (une remise hebdomadaire de prix à des humoristes qui la trouve toujours drôle). Dans ladite une, la reine des pages, on voit une très grande photo couleurs de Madame Maude Landry, humoriste. Comment se fait-il que je ne connaisse pas cette personne? me suis-je demandé, malheureux et en colère contre moi-même et furieux contre ma femme qui ne m’a jamais parlé de cette artiste. Le lundi 10 décembre 2018, je découvre Madame Sophie Durocher, dans Le Journal de Québec\Montréal, ainsi que son article intitulé Un Olivier dans la gorge. L’olivier étant un arbre qui porte des valeurs religieuses (ne le dites pas à François Legault !), je me dis que Sophie doit traiter de la Fête de Noël, de la naissance de Jésus sur une table, de quelque chose comme ça. Je jette un coup d’oeil sur le texte, je lis, et je n’en suis pas encore revenu : « La femme est pas cousue de la noune au cul, qu’elle est déjà sur Instagram ». Je ne suis pas sûr de comprendre ces paroles, mais je sens qu’elles sont vulgaires.

Le 10 décembre 2018, c’est au Gala des Olivier que Madame Durocher s’intéresse, elle dit à ses lecteurs qu’elle a Un Olivier dans la gorge. L’Olivier en question est le gala québécois sensé célébrer l’humour et « qui [en 2018] ne fait pas rire », selon Madame Durocher : « On n’a pas beaucoup ri pendant ce gala, mais par contre on a eu droit à une vaste panoplie de vulgarités, de sacres, et de blagues pipi, caca, prout, poil, vulve et compagnie. » Exemple : « On va faire ça vite parce que j’ai un petit problème de diarrhée. »; autre exemple : « La madame hait pas ça être pompette quand elle se fait pomper le cul. »

Quand Madame Durocher grandissait dans la maison de sa mère et de son père, ces derniers lisaient Le Devoir. À l’époque Le Devoir n’offrait pas sa une à des artistes qui comptent sur des vulgarités, des sacres et des blagues pipi, caca pour vivre.

Je remercie Madame Durocher d’avoir apporté des précisions à l’article du Devoir; elles s’imposaient.

Roger Martel, citoyen de Lévis

COMPLÉMENT

Les histoires sales sont le propre de l’homme.

Les propres, m’a dit un humoriste en aparté, ne remplissent pas les salles.

Est-il possible de faire naître un rire intelligent chez des spectateurs en leur montrant un personnage qui se gratte machinalement le postérieur? Oui! Démonstration par Jean Cazeneuve (1):

L’auteur des Oeufs de l’autruche [il s’agit d’André Roussin, auteur français, 1911-1987] avait imaginé, pour celui qui incarnerait le personnage du père irascible, un jeu de scène dont Pierre Fresnay [le comédien jouant le rôle du père irascible] ne comprenait pas bien l’utilité lorsqu’il accepta de jouer dans cette pièce appelée à un grand succès. Il demanda à l’écrivain de lui en faire la démonstration. » J’esquissai, dit André Roussin, le geste, délicat sans doute à exécuter, du personnage qui, dans une tirade emportée, se gratte machinalement le postérieur. Fresnay ne dit rien. Pendant deux ou trois répétitions, il sembla avoir oublié notre conversation. Je conclus que par son incongruité grossière ce geste le gênait (sa pudeur étant proverbiale) et je crus comprendre qu’il valait mieux ne plus en parler. Le quatrième jour, alors que je ne l’espérais plus, il fit son geste à un instant tellement inattendu, et avec une telle drôlerie dans le naturel que tous ceux qui étaient là, sur scène ou dans la salle, explosèrent de rire. Et le public en fit autant tous les soirs, car il ne le rata jamais. Une fois accepté le principe, il avait donc étudié ce geste, l’avait répété, placé, puis nous avait laissés y renoncer pour nous mettre tous dans la condition du public qui ne devait pas l’attendre non plus. Notre éclat de rire général lui prouva que son jeu de scène était au point. » (1) Le geste imprévu et grotesque, dans cette pièce, faisait rire parce qu’il était bien évidemment un jeu sans importance mais parce qu’en même temps il révélait dans le mécanisme du père irascible une espèce de distraction, de relâchement dans tout ce qui pouvait déterminer à la fois le caractère et la situation. C’est bien encore le vivant prenant sa revanche sur l’automatisme.

(1) Jean Cazeneuve, Le Mot pour rire, Paris, La Table Ronde, © 1984, p. 219-220

(2) André Roussin, Le Rideau rouge, Paris, Albin Michel, 1982, p. 51

Selon un homme, la députée Catherine Dorion s’habille comme la chienne à Jacques. Devrait-elle s’habiller comme la femme à François Legault

La nouvelle et jeune députée Catherine Dorion devrait-elle porter des vêtements Grande-Allée à l’Assemblée nationale et ne pas sortir de chez elle quand elle enfile ses accoutrements Saint-Sauveur? Devrait-elle, au moins à l’Assemblée, respecter les règles de la civilité?

Regardez la photo : moi, je la trouve très bien, Catherine. Sa tenue vestimentaire est tout à fait acceptable.

Catherine Dorion à l’Assemblée nationale du Québec, 2018

Mais, c’était inévitable, certains trouvent que Catherine et ses vêtements inspirent moins confiance que les grandes personnalités mondiales que les organes d’information nous montrent tous les jours. Je pense à :

Bachar al-Hassad, maître de la Syrie, avec Moscou, et quelques-uns de ses chimistes.

Tenue impeccable, pour ce diplômé en ophtalmologie qui ne rate presque jamais la cible.

 

Mohamed ben Salmane, prince héritier de l’Arabie saoudite, en compagnie de Vladimir Poutine, empereur de Russie. Le prince porte de merveilleux vêtements, mais il faut craindre qu’on lui impose une fouille de la tête aux pieds, à l’Assemble nationale du Québec, avant de l’autoriser à aller entendre le premier ministre François Legault parler d’audace et de sa position d’homme d’affaires : ses vêtements volumineux pourraient cacher une scie à découper.

 

Macron, Emmanuel, et Trump, David. Leurs contribuables leur donnent des milliers de dollars pour qu’ils s’achètent des vêtements conformes aux règles de bienséance, sauf aux règles sacrées des peuples porteurs de l’étui pelvien (Macron, Trump, d’éternels déviants!)

 

Rob Ford, premier ministre de l’Ontario, autre carte de mode. Ce n’est pas demain que François Legault l’invitera pas à prendre la parole en anglais à l’Assemblée nationale, mais quand il le fera, il n’ordonnera pas que le service de sécurité le fouille : Ford entrera comme une lettre à la poste à l’Assemblée nationale, avec sa bière ontarienne à prix réduit dissimulée dans une poche de son blazer Paul Smith.

 

Monsieur Martin Robert et sa magnifique tenue vestimentaire. On n’a jamais vu Philippe Couillard, ancien premier ministre du Québec et médecin ayant exercé au Québec et en Arabie saoudite, aussi bien équipé pour impressionner le peuple. Monsieur Robert peut rêver de devenir premier ministre. Il fréquente des endroits très chics et très chers que connaissent d’anciens premiers ministres vivants. Il y a quelques jours, Monsieur Robert a participé, à l’Hôtel Windsor, endroit des plus chics à la grandiose fête destinée à marquer grandiosement son mariage. S’il a décidé de passer à l’état de citoyen marié, c’est peut-être pour accroître sa respectabilité aux yeux des électeurs. Imaginez-le postulant le poste de chef du Parti libéral du Québec, habillé comme un député, et marié, et amoureux : la victoire est dans le sac Dior!

Malheureusement

Le 7 décembre 2018, la journaliste Denise Bombardier a écrit dans Le Journal de Québec : « Québec solidaire n’a pas besoin d’adversaires. Ses quelque députés (Madame Bombardier parle de Catherine Dorion et de Sol Zanetti) déguisés en « monde ordinaire » dans les lieux hautement symboliques de l’Assemblée nationale ont réussi en quelques semaines à caricaturer définitivement leur parti. Ces ados trentenaires mènent une «révolution » en s’accoutrant de vêtements et de chaussures dont ils croient qu’ils sont des armes idéologiquement efficaces » (https://www.journaldemontreal.com/2018/12/07/la-politique-des-apparences). Elle a dit aussi que l’Assemblée nationale est la « Maison du peuple »; c’est ce que croyaient nos ancêtres… Elle reproche à Madame Dorion de porter des bottines DR Martens, « les chaussures dont raffolent, selon la chroniqueuse, les voyous casseurs »; elle soutient, tenez-vous bien, qu’ « À l’Assemblée nationale, l’habit fait le moine ». Elle a pourtant lu le grand fabuliste français : « Garde-toi, tant que tu vivras, De juger les gens sur la mine » (Jean de La Fontaine). Madame Bombardier n’ignore pas non plus que « sous pauvre casaque peut se trouver un homme robuste » (expression espagnole).( La casaque est un vêtement.)

Si vous croisez Madame Bombardier, soyez bons, dites lui : « Décriez le programme de Québec solidaire tant que vous voulez, contestez haut et fort ses idées, mais ne haïssez pas ses députés et ses membres (quand on vous lit, on jurerait que vous les exécrez), ça ne fait de bien à personne, ça doit vous faire mal ». Demandez-lui si elle connaît des religions qui refuseraient l’entrée de leurs lieux de culte à Madame Dorion et à Monsieur Zanetti, vêtus de vêtements qu’ils portent à l’Assemblée nationale, quand ils vont visiter leur papa et leur maman, quand ils bercent leurs enfants.

J’espère que Madame Dorion, au Parlement, ne sera pas jamais soumise à une fouille à nu. Si jamais on lui en impose une, qu’elle l’accepte, et qu’une fois nue elle se réfugie à l’Assemblée nationale, dont la séance ordinaire deviendra extraordinaire…

Roger Martel citoyen de Lévis

COMPLÉMENTS

Françoise David

« L’ancienne députée et ex-porte-parole solidaire Françoise David s’étonne des vives réactions provoquées par l’attitude de QS. Elle fait remarquer que ce qui a permis l’ascension du parti est maintenant critiqué.

« Le plus drôle, c’est qu’on demande aux politiciens de ne pas parler la langue de bois, d’avoir un franc-parler, de ne pas avoir de cassette, mais la minute où on déborde, on nous reproche d’être provocateurs. Est-ce qu’on peut savoir ce qu’on veut ? » demande-t-elle.

(Améli Pineda, Dévêtir la politique de son élitisme, Le Devoir, 8 décembre 2018, p. B5 de l’édition papier, https://www.ledevoir.com/politique/quebec/543192/devetir-la-politique-de-son-elitisme)

Jean-François Nadeau

Pendant l’essentiel de l’histoire de l’humanité, il fut possible de distinguer la position sociale des gens en société simplement en regardant comment ils étaient habillés. Un paysan n’avait jamais l’air d’un mineur. Le salarié d’une usine ne ressemblait pas à celui qui possédait les outils avec lesquels il s’usait. Par le raffinement de ses vêtements, conçus pour danser et causer, l’aristocrate révélait qu’il n’avait pas à travailler. […]

Aux premiers temps du Parlement, on portait la perruque, la redingote et la chemise bouffante, le tout hérité des pratiques d’une aristocratie dont les intérêts — comme par hasard — coïncidaient la plupart du temps avec les affaires traitées en cette enceinte.

Le complet de l’homme d’affaires va en venir à constituer le nouvel uniforme de la classe dirigeante. […]

Le veston et la cravate ne sont pas tombés du ciel. Ils témoignent de positions sociales et politiques dominantes, celles occupées par le monde des affaires et de ses valets au sein de ces institutions.

[…] Mais en vertu de quelle perversion de l’esprit le costume de l’homme d’affaires doit-il être considéré comme seule tenue correcte ? […]

Le scandale au fond n’est-il pas de refuser, derrière ce paravent commode des vêtements, de se poser de vraies questions sur ce qui est en mesure de garantir la dignité de nos institutions contre les faux-semblants de respectabilité de tous les bandits cravatés ?

(Jean-François Nadeau, Le paravent des vêtements, Le Devoir, 10 décembre 2018, https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/543253/le-paravent-des-vetements)

Francine Pelletier

Remercions donc l’audacieuse députée de Taschereau, plus poétique encore que Gérald Godin et bien plus branchée sur les « vraies affaires » que François Legault, d’avoir défoncé le plafond de verre du Salon bleu, plein de dorures et de guirlandes celui-là, et, surtout, de démontrer un tel talent à faire de « la politique autrement ». Il en faudrait plus comme elle.

(Francine Pelletier, Le corps d’une femme, Le Devoir, 12 décembre 2018, https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/543377/le-corps-d-une-femme?utm_source=infolettre-2018-12-12&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne)

Antoine Robitaille

« … attention aux anticonformistes autoproclamés qui divisent le monde de manière manichéenne en deux camps : eux, les rebelles, et les autres, les méchants conformistes détenant le pouvoir. Mr Monopoly, aujourd’hui, porterait, à l’instar de bien des oligarques russes d’ailleurs, jeans et espadrilles mondialisés.

En somme, non seulement l’anticonformisme vestimentaire peut cacher un conformisme d’allure, voire d’esprit, il ne nous aide en plus aucunement à saisir plusieurs des vraies questions de notre temps.

(Antoine Robitaille, Attention aux rebelles autoproclamés, Le Journal de Québec, 11 décembre 2018, https://www.journaldemontreal.com/2018/12/11/attention-aux-rebelles-autoproclames

Les musulmans et les non-musulmans du Québec et d’ailleurs, le carré et le cercle

 

Lévis, le 19 novembre 2018

La semaine dernière je m’assois devant un grand écran pour regarder le film Le Grand Bain, auquel le journal français Le Monde a donné ce «sous-titre : Le ballet aquatique des bras cassés ».

Au début du film, un personnage qui n’est pas visible à l’écran dit qu’un carré n’entrera jamais dans un cercle. À la fin du film, on entend une voix hors-champ soutenir que « Pour peu qu’on en ait envie, un cercle peut entrer dans un carré. » C’est à ce moment-là que j’ai pensé à la cohabitation des musulmans et des non-musulmans dans mon pays, puis dans le monde entier.

Fou?

Roger Martel, citoyen de Lévis (Québec)