L’influence de l’environnement sur le comportement au Congo, au Québec, partout.

 

Tableau vu au cegep de Lévis-Lauzon le 2 sept. 2016. auditoire = salle de casse.

 auditoire = salle de casse.

 

la-vie-aux-auditoires-en-R.D.-Congo_cegep-Levis-lauzon_2 - Version 2

 

 

la-vie-aux-auditoires-en-R.D.-Congo_cegep-Levis-lauzon_3

 

L’influence de l’environnement sur le comportement.

 

Les sénateurs, députés, ministres, maires, conseillers municipaux, juges doivent absolument éviter d’adopter des conduites opposées aux normes morales de leur milieu; êtes-vous d’accord? 

Les sénateurs, députés, ministres, maires, conseillers municipaux, juges qui trompent la population, par exemple, exercent une influence malheureuse, désastreuse, sur les jeunes de leur milieu; êtes-vous d’accord?

 

Les sénateurs, députés, ministres, maires, conseillers municipaux, juges qui ont des conduites opposées aux normes morales de leur milieu doivent être dénoncés; êtes-vous d’accord?

 

 

De très bons moments passés à Montmagny (Québec) pendant le 28e Carrefour mondial de l’accordéon.

Montmagny a-la-rive interieur musicienne a 03-09-2016 - Version 4

 

CCI04092016

 

Montmagny-rue-st-jean-baptiste carrefour-accordeon 03-09-2016 s

La terrasse d’un restaurant de la rue Saint-Jean-Baptiste

Montmagny-rue-st-jean-baptiste carrefour-accordeon 03-09-2016 f

Rue Saint-Jean-Baptiste.

Montmagny-rue-st-jean-baptiste carrefour-accordeon 03-09-2016 i

Rue Saint-Jean-Baptiste.

Montmagny-rue-st-jean-baptiste carrefour-accordeon 03-09-2016 a

Le Carrefour, c’est pour les grands et pour les petits.

Montmagny-riviere-du-sud 03-09-2016

La rivière du Sud.

Montmagny-parc-de-la-mairie a 03-09-2016

Le Parc de la Mairie.

Montmagny-carrefour-accordeon ecole-L.-J.-Casault 03-09-2016bUn accordéoniste devant l’école Louis-Jacques Casault.

Montmagny joueurs de hockey d'ete 5 03-09-2016

Ces jeunes participeront peut-être à la veillée de danse du Carrefour.

Montmagny-rue-st-jean-baptiste_homme de 82 ans_ carrefour-accordeon 03-09-2016 c

Merveilleux et sympathique octogénaire de Montmagny (autrefois de Saint-Cyrille-de-Lessard), rencontré rue Saint-Jean-Baptiste.

Montmagny palindrome 3 03-09-2016

Le lieu que montre la photo a été baptisé Skate Parc par Montmagny. Les jeunes ne s’y amuseraient-ils pas autant s’ils portait son nom français : planchodrome ?

Montmagny-eglise carrefour-accordeon 03-09-2016 1

Église Saint-Thomas.

Montmagny-place-de-l'eglise panneau carrefour-accordeon 03-09-2016a

Place de l’église.

Montmagny-Carrefour-accordeon Ecole L.-J. Casault 03-09-2016

La veillée de danse du Carrefour.

 

Photos prises par Roger Martel le 3 septembre 2016.

La prétendue chapelle miraculeuse de Lévis et le maire de Lévis (Québec), Gilles Lehouillier.

Lévis, le 4 septembre 2016

Monsieur Gilles Lehouillier, maire de Lévis (Québec)

Hôtel de Ville, Lévis

Monsieur,

Le 19 août dernier je vous ai envoyé un courriel. Le 25 août 2016, c’est la conseillère Janet Jones qui m’a écrit en réaction à mon message, un message qui vous était destiné. Malheureusement, il semble qu’elle n’ait pas la compétence requise pour répondre à une demande comme celle que je vous ai envoyée : la plupart des grands élèves du cours primaire auraient compris mon texte; Madame Janet Jones a été incapable de le comprendre (se pourrait-il qu’elle ait fait semblant de ne pas le comprendre?).

Dans mon courriel du 19 août, je soutiens que LA VILLE DE LÉVIS TROMPE LA POPULATION quand elle affirme sans donner de preuves que « Deux miracles ont eu lieu dans cette chapelle [chapelle Sainte-Anne de la rue Saint-Joseph, à Lévis] lors de la fête de Sainte-Anne en 1893 » (cette tromperie se trouve dans un feuillet publicitaire disponible au BUREAU D’INFORMATION TOURISTIQUE TENU PAR LA VILLE situé près de la gare fluviale). Dans mon courriel du 19 août, je dis aussi que j’ai communiqué avec le curé de la paroisse dans laquelle se trouve la chapelle « miraculeuse » et que ce curé n’a pu que me dire qu’il allait devoir se renseigner pour déterminer si des miracles ont eu lieu ou non DANS SA PAROISSE (n’est-il pas curieux, très curieux, que le curé ne sache pas que sa paroisse doit des miracles à une intervention divine?); dans mon courriel du 19 août 2016, je dis également qu’il est incroyable et scandaleux que la ville de Lévis soit l’un des signataires de ce feuillet qui trompe la population; je vous dis aussi, Monsieur le maire, que vous devez prendre des mesures pour que la diffusion du feuillet cesse et que vous devez rétablir publiquement la vérité ainsi que présenter des excuses à la population.

Dans mon courriel du 19 août 2016, vous avez pu lire cet autre passage, Monsieur Lehouillier :

« J’ai déjà soutenu qu’il faudrait que vous démissionniez, vous et les conseillers municipaux qui vous appuient. Vous comprendrez que l’affaire de la « chapelle miraculeuse » ne me fait pas changer d’idée. »

Comme vous le voyez, j’ai dit beaucoup de choses dans mon courriel du 19 août 2016. QUELLE A ÉTÉ LA RÉPONSE SIGNÉE PAR LA CONSEILLÈRE JANET JONES? SA RÉPONSE TIENT EN QUATRE MOTS : « MERCI POUR VIS COMMENTAIRES » (Madame Jones n’a pas réussi à écrire quatre mots sans commettre une faute).

La « réponse » de la conseillère Janet Jones (votre porte-parole), membre de votre prétendu parti politique, Lévis Force 10, est inqualifiable.

La « réponse » de la conseillère Janet Jones est aussi la vôtre, Monsieur Gilles Lehouillier (vous n’auriez pas laissé la conseillère m’écrire librement, on s’en doute). Votre « réponse », monsieur le maire, n’est pas conforme aux règles morales de notre société; votre « réponse » est indigne d’un maire. Vous ne méritez pas de continuer de remplir la fonction de maire. Les conseillers municipaux qui vous appuient ne méritent pas de siéger au conseil municipal.

Le seul fait que vous ayez autorisé la conseillère Janet Jones à répondre à mon courriel du 19 août 2016 de la façon dont elle l’a fait vous disqualifie, monsieur Gilles Lehouillier.

Dans votre courriel signé par la conseillère Janet Jones, Monsieur Gilles Lehouillier, VOUS NE RÉPONDEZ À AUCUN ÉLÉMENT DE MON COURRIEL DU 19 AOÛT. Votre « réponse » est celle d’un homme qui est parfaitement conscient qu’il est incapable de prouver son innocence, qui sait être coupable d’avoir trompé ses concitoyennes et ses concitoyens. La situation est claire.

En pièce jointe vous trouverez le feuillet mensonger signé par la Société d’histoire régionale de Lévis, le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la ville de Lévis.

Ce message et votre réponse (si vous me répondez) seront publiés au www.lepasseurdelacote.com.

Bien à vous,

Roger Martel, citoyen de Lévis

 

CITOYENNES ET CITOYENS DE LÉVIS, DITES CE QUE VOUS PENSEZ AUX ÉLUS MUNICIPAUX.

Le conseil municipal de Lévis compte 16 membres : 

Un maire élu au suffrage universel 

15 conseillers et conseillères représentant autant de districts électoraux

 

Maire – Gilles Lehouillier gilles.lehouillier@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 1, Saint-Étienne – Mario Fortier mfortier@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 2, Saint-Nicolas – Clément Genest clement.genest@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 3, Villieu – René Fortin rfortin@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 4, Saint-Rédempteur – Réjean Lamontagne rlamontagne@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 5, Charny – Michel Patry michel.patry@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 6, Breakeyville – Michel Turner mturner@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 7, Saint-Jean – Guy Dumoulin gdumoulin@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 8, Taniata – Jean-Pierre Bazinet jpbazinet@ville.levis.qc.ca

Conseillère district 9, Saint-Romuald – Brigitte Duchesneau bduchesneau@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 10, Notre-Dame – Pierre Lainesse plainesse@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 11, Saint-David – Serge Côté scote@ville.levis.qc.ca

Conseillère district 12, Christ-Roi – Janet Jones jjones@ville.levis.qc.ca

Conseiller district 13, Bienville – Robert Maranda rmaranda@ville.levis.qc.ca

Conseillère district 14, Lauzon – Fleur Paradis fparadis@ville.levis.qc.ca

Conseillère district 15, Pintendre – Ann Jeffrey ajeffrey@ville.levis.qc.ca

 

LE FEUILLET MENSONGER

chapelle-sainte-anne-miraculeuse SHRL brochure miracle 2016b - Version 2

 

chapelle-sainte-anne-miraculeuse SHRL brochure 2016a29062016

Le monde regorge de beautés. L’une d’elles, québécoise, s’appelle Domaine Joly-De Lotbinière.

Le Domaine Joly-De Lotbinière, site historique

http://www.domainejoly.com/fr/accueil/

 

Le Domaine Joly-De Lotbinière, une entreprise engagée

Témoin remarquable d’une autre époque, le Domaine Joly-De Lotbinière est le principal acteur patrimonial et culturel de la MRC de Lotbinière (près de 400 000 visiteurs depuis seize ans). Il est aussi le deuxième attrait culturel d’importance de la région de la Chaudière-Appalaches et une destination touristique incontournable de la grande région de Québec.

Le Domaine Joly-De Lotbinière, c’est beaucoup plus qu’une entreprise touristique florissante. C’est une entreprise d’économie sociale engagée qui a à cœur le développement de sa région, de sa communauté, de sa culture et de son environnement. Le Domaine s’enracine dans son milieu d’une manière très particulière et souhaite partager avec le public les valeurs qui l’orientent. C’est pourquoi tout est mis en œuvre pour faire avancer les causes que nous défendons. Nos engagements et notre implication au niveau économique, culturel, social et environnemental démontrent un souci et une détermination à toute épreuve.

Le Domaine emploie annuellement 20 personnes, dont 4 personnes à temps complet, et 16 sur une base saisonnière. En partenariat avec le CRDI (Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement) de Chaudière-Appalaches, le Domaine offre depuis plusieurs années un milieu de travail à un jeune homme afin qu’il développe ses compétences et ses intérêts. Il soutient aussi à l’occasion des activités dont plusieurs personnes peuvent bénéficier, favorisant ainsi leur intégration dans la société et dans les milieux de travail. C’est avec passion que tous les membres de l’équipe de la Fondation s’efforcent de faire apprécier aux visiteurs les richesses de ce lieu privilégié d’éducation, d’interprétation et de découvertes pour tous les membres de la famille, tout en les sensibilisant au développement durable et à l’importance de la protection de l’environnement.

(http://www.domainejoly.com/fr/soutenez-le-domaine/le-domaine/ vu le 27 août 2016)

 

De 1846 à 1998

C’est en 1846 que Pierre-Gustave Joly achète les terres de la Pointe Platon. Il fait construire la résidence d’été « Maple House » en 1851, laquelle répond aux exigences architecturales et esthétiques du mouvement pittoresque alors en vogue. D’année en année, le Domaine prend de l’expansion et plusieurs autres bâtiments sont construits autour de la Maison : le Cottage des serviteurs en 1852, puis la Remise à voitures et le Poulailler et enfin, le Laboratoire.

De 1860 à 1967, le Domaine est la propriété des descendants de Pierre-Gustave : sir Henri-Gustave Joly de Lotbinière, Edmond-Gustave Joly de Lotbinière, Alain Joly de Lotbinière et finalement, Edmond Joly de Lotbinière.

En 1967, désireux d’étendre son administration sur la seigneurie et le Domaine, le gouvernement du Québec en acquiert les titres de propriété par expropriation. Ce passage des terres seigneuriales à la propriété publique met fin à un régime en vigueur depuis près de trois cents ans. Cette acquisition par le gouvernement québécois met fin à la gestion de l’une des dernières seigneuries du Québec.

À partir de 1984, les gens du milieu animent la Maison de Pointe Platon. Trois organismes se succéderont pour offrir les activités d’animation aux visiteurs sur le site : il s’agit de la Société du Domaine Joly-De Lotbinière (1984-1989), de la Société linnéenne du Québec (1990-1991) et finalement, du Conseil des monuments et sites du Québec, aujourd’hui Action Patrimoineexternal link, de 1992 à 1997.

En 1997, le gouvernement du Québec manifeste le souhait de se départir du Domaine et encourage les gens de la région à le prendre en charge. Une trentaine de personnes décident donc de se regrouper afin de créer un organisme à but non lucratif, la Fondation du Domaine Joly-De Lotbinière.

Le 30 mars 1998, la Fondation devient propriétaire du Domaine. Fière de cet héritage à partager, la Fondation du Domaine Joly-De Lotbinière poursuit depuis sa mission de préservation, d’éducation et de mise en valeur, afin d’assurer la pérennité de ce joyau du patrimoine national pour le bénéfice de la population actuelle et des générations futures.

(http://www.domainejoly.com/fr/soutenez-le-domaine/le-domaine/historique-du-projet/ vu le 27 août 2016)

 

Aperçu des beautés du Domaine Joly-De Lotbinière

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_40

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_44

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_35

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_39

 

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_30

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_32

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_20

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_24

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_25

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_27

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_8

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_14

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_15

 

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere 20-08-2016_17

 

ste-croix Domaine Joly-de-Lotbiniere 09-07-2011

 

ste-croix Domaine Joly-de- Lotbiniere 09-07-2011

 

Photos prises par Roger Martel le 20 août 2016, sauf les deux dernières, prises le 9 juillet 2011.

_________________________________________________________________

Ste-Croix_Domaine-joly-de-Lotbiniere plaque 20-08-2016_1

Le monde regorge de beautés. Il faut en prendre soin.

 

 

La ville de Lévis (Québec) affime que des miracles ont eu lieu dans l’une de ses chapelles… Lettre au maire Gilles Lehouillier.

Lévis, le 19 août 2016

Monsieur Gilles Lehouillier, maire

Ville de Lévis

Monsieur,

Vous savez sans doute que la ville de Lévis est cosignataire, avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la Société d’histoire régionale de Lévis (SHRL), d’un feuillet intitulé « Une chapelle miraculeuse. La chapelle Sainte-Anne » (ce lieu se trouve rue Saint-Joseph, à Lévis). Ce feuillet contient les textes suivants :

« Saviez-vous que : Deux miracles ont eu lieu dans cette chapelle lors de la fête de Sainte-Anne en 1893? »;

« Saviez-vous que : Suite à ces miracles, cette chapelle est devenue un lieu unique au Québec? »

Je n’avais jamais entendu dire, moi qui suis un citoyen de Lévis depuis plus de trente-cinq ans et qui ai été membre du conseil d’administration d’une société d’histoire lévisienne et principal artisan de la production de la revue de cette société pendant deux ans, que l’Église catholique avait reconnu que deux miracles avaient eu lieu dans la chapelle Saint-Anne. J’ai appelé le curé de la paroisse où se trouve la chapelle Sainte-Anne, Monsieur Paolo Maheux; il ne savait rien des prétendus miracles; c’est tout dire! Ne trouvez-vous pas incroyable, Monsieur Lehouillier, qu’on ait pu rédiger, et répandre à Lévis et probablement ailleurs au Québec un document publicitaire basé sur une affirmation infondée et trompeuse?

Permettez-moi de vous dire qu’il est tout aussi incroyable et scandaleux que la ville de Lévis soit l’un des signataires de ce feuillet qui trompe la population, un feuillet qui est une cause de honte pour les employés consciencieux et honnêtes de la ville, pour la population de Lévis, pour tous les Québécois.

Monsieur le maire, vous le comprendrez, votre devoir vous impose de prendre des mesures pour que la diffusion de ce feuillet cesse; il vous impose aussi de rétablir publiquement la vérité ainsi que de présenter des excuses à la population.

J’ai déjà soutenu qu’il faudrait que vous démissionniez, vous et les conseillers municipaux qui vous appuient. Vous comprendrez que l’affaire de la chapelle miraculeuse ne me fait pas changer d’idée.

Il est absolument nécessaire aussi que la ville de Lévis cesse de collaborer avec la Société d’histoire régionale de Lévis, il faut absolument qu’elle cesse de la subventionner. Le feuillet sur la « chapelle miraculeuse » n’est pas le premier document trompeur de la SHRL; l’affirmation concernant les miracles lévisiens n’est pas la première affirmation trompeuse de la SHRL. Qui comprendrait que la ville de Lévis continue de collaborer avec la Société d’histoire régionale de Lévis, et de la subventionner?

(Avertissement : la SHRL va changer de nom, elle sera rebaptisée Société d’histoire de Lévis; c’est le seul changement annoncé par la SHRL, malheureusement.)

Ce message sera publié au www.lepasseurdelacote.com; votre réponse aussi, Monsieur Lehouillier, si vous me répondez.

En pièce jointe vous trouverez le feuillet mensonger signé par la Société d’histoire régionale de Lévis, le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la ville de Lévis.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Roger Martel, citoyen de Lévis

 

chapelle-sainte-anne-miraculeuse SHRL brochure 2016a29062016

chapelle-sainte-anne-miraculeuse SHRL brochure miracle 2016b - Version 2

Voyons voir si le ministre de la Culture et des Communications du Québec croit qu’il y a une chapelle miraculeuse à Lévis.

Lévis, le 19 août 2016

Monsieur Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications

Cabinet du ministre
Ministère de la Culture et des Communications


225, Grande Allée Est, 1er étage, bloc A


Québec, G1R 5G5

Monsieur,

Ce mois-ci, j’ai trouvé à Lévis, au Bureau d’accueil touristique de Tourisme Lévis, près de la gare fluviale, un feuillet dans lequel apparaît la « signature » du ministère de la Culture et des Communications (MCCQ) ainsi que celles de la ville de Lévis et de la Société d’histoire régionale de Lévis. Les signataires de ce feuillet affirment que des miracles ont eu lieu en 1893, à Lévis, dans la chapelle Sainte-Anne de la rue Saint-Joseph. (Tourisme Lévis relève de la Direction du développement économique et de la promotion de la ville de Lévis. – La Société d’histoire régionale de Lévis a annoncé qu’elle sera rebaptisée Société d’histoire de Lévis.)

Pouvez-vous me dire sur quoi se base votre ministère pour dire qu’il est exact, démontré, indéniable, que des miracles ont eu lieu dans la chapelle Sainte-Anne?

La chapelle Sainte-Anne de la rue Saint-Joseph figure dans le Répertoire du patrimoine culturel du Québec; dans l’espace qui lui est consacré dans le site web de votre ministère, à l’adresse suivante : http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92531&type=bien#.V7ZS50uK_6g, il n’est pas question de miracles. Les responsables de la production du feuillet induisent-ils la population en erreur quand ils affirment que le MCCQ a cosigné le feuillet?

Pourriez-vous me dire aussi si le MCCQ juge conformes à la vérité les paroles des croyants qui affirment que des faits qui se sont ou se seraient produits sont attribuables à l’intervention d’un être supérieur, d’un dieu, d’un saint, d’un maître spirituel, et caetera?

Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments distingués.

Roger Martel, citoyen de Lévis