Le bilan de l’Arabie saoudite en termes de droits humains est désastreux. 30 mai 2018.

https://amnistie.ca/sinformer/communiques/international/2018/arabie-saoudite/larabie-saoudite-doit-investir-droits

29/03/2018 Communiqué

 

Ces derniers mois, des gros titres surprenants, comme « L’Arabie saoudite va autoriser les femmes à conduire », « L’élan anticorruption en Arabie saoudite » ou « L’Arabie saoudite sur la voie de la réforme », sont apparus dans la presse internationale. Dans le même temps, lorsque le prince héritier Mohammed bin Salman Al Saud s’est rendu au Royaume-Uni dernièrement, son arrivée était annoncée par des pleines pages dans des journaux et des panneaux commerciaux installés dans les rues de Londres annonçant « Il apporte le changement en Arabie saoudite ». La visite s’est soldée par la signature d’un protocole d’accord d’une valeur de 10 milliards de livres avec BAE Systems pour la vente d’avions à l’Arabie saoudite. Pendant les premiers jours de la visite du prince héritier aux États-Unis, un protocole d’accord de vente d’armes d’une valeur de plus de 12,5 milliards de dollars aurait été conclu entre les États-Unis et l’Arabie saoudite.

 

À première vue, on pourrait penser que l’Arabie saoudite est en train d’entreprendre d’importantes réformes. Cependant, depuis la nomination du prince héritier, peu d’éléments laissent à penser que ses ouvertures sont plus qu’un habile exercice de relations publiques. En réalité, le bilan de l’Arabie saoudite en termes de droits humains est désastreux et la situation n’a fait qu’empirer depuis que Mohammed bin Salman Al Saud a été officiellement nommé héritier du trône en juin 2017.

 

Au lieu de dépenser des millions de dollars pour des campagnes de relations publiques annonçant des mesures qui ne représentent qu’une infime partie de la refonte dont le pays a besoin, voici ce que l’Arabie saoudite devrait faire :

Cesser de réprimer les militants, les journalistes, les universitaires et les dissidents

Mettre fin à la discrimination systématique à l’encontre des femmes

Cesser de persécuter la minorité chiite

Cesser d’avoir recours à la peine de mort et à la torture

Cesser de tuer des civils au Yémen

 

Lire la suite au https://amnistie.ca/sinformer/communiques/international/2018/arabie-saoudite/larabie-saoudite-doit-investir-droits

Mis à jour le mardi, 3 avril 2018

 

CAMPAGNES D’AMNISTIE INTERNATIONAL : https://amnistie.ca/campagnes

Écrivez au roi Salman pour la libération de Raif Badawi et Waleed Abu Al-Khair.

Tous les enfants ont besoin de leur père. Écrivez un mot au Roi Salman pour la libération de Raif Badawi et Waleed Abu Al-Khair

Source : Écrivez à Raif Badawi et Waleed Abu Al-Khair

Raif Badawi, blogueur saoudien, a été condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour avoir critiqué l’Arabie saoudite.
Waleed Abu Al-Khair, avocat, a été condamné à 15 ans de prison pour avoir défendu des gens comme Raif Badawi.
Raif Badawi a trois enfants qui vivent avec leur mère, Ensaf Haidar, à Sherbrooke. Najwa, Doodi et Miryam qui n’auront pas vu leur papa depuis près de 4 ans.
Waleed Abu Al-Khair n’a jamais vécu avec sa petite fille Joud, née alors qu’il était déjà emprisonné.
Demandez au Roi Salman de les libérer pour la fête des pères. Les enfants ressentent cruellement l’absence de leur père.
Écrivez avec courtoisie un petit mot au Roi Salman et nous lui ferons parvenir par le biais de l’ambassadeur d’Arabie saoudite à Ottawa.
Chaque message sera validé avant la publication.

De l’Arabie saoudite aux émirats, les monarchies mirages.

De l’Arabie saoudite aux émirats, les monarchies mirages

Source : De lArabie saoudite aux émirats, les monarchies mirages

« Manière de voir » #147, juin – juillet 2016

Zone de tensions, Etats à risque : les monarchies du Golfe représentent un enjeu stratégique mondial en raison de leurs importantes réserves pétrolières et gazières. Tiraillées entre fanatisme identitaire et choc de la modernité, elles redoutent la puissance de l’Iran dans la région et s’alarment des hésitations de la politique américaine.