Le monde regorge de beautés. Il n’en manque pas au Domaine de-la-Pointe-de-Saint-Vallier, au Québec.

Domaine de-la-Pointe-de-Saint-Vallier – 116, chemin Lemieux, Saint-Vallier, Québec, G0R4J0

https://www.pointedesaintvallier.com/

Site patrimonial du Domaine-de-la-Pointe-de-Saint-Vallier

Origine et signification

Le site patrimonial du Domaine-de-la-Pointe-de-Saint-Vallier est situé au 114, chemin Lemieux, à Saint-Vallier, en Chaudière-Appalaches. Il comprend une maison, une grange, une maison de villégiature et un vaste terrain cultivé et boisé.

Le site patrimonial du Domaine-de-la-Pointe-de-Saint-Vallier est constitué le 13 juillet 1998 par la Municipalité de Saint-Vallier, puis est devenu un site patrimonial cité lors de l’entrée en vigueur de la Loi sur le patrimoine culturel en 2012. Pour plus de détails, consultez la fiche consacrée à ce bien patrimonial dans le Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Source : MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS. Répertoire du patrimoine culturel du Québec, [En ligne], 2016 [www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca]


 

PHOTOS PRISES LE 14 OCTOBRE 2018 PAR ROGER MARTEL

 

 

 

 

 

Le fleuve Saint-Laurent

 

Des oies

 

 

Plantes rares et uniques

 

 

 

 

 

Plantes menacées ou vulnérables

Manoir

 

Arbre tourmenté

Le même arbre

 

 

 

 

Le monde regorge de beautés. Exemple: les mots d’amour quand ils sont dits avec les yeux.

 

Mon amant de Saint-Jean, chantée par Patrick Bruel

https://www.youtube.com/watch?v=_qQeJLSYz_M

 

ou chantée par Lucienne Delyle

https://itunes.apple.com/us/album/mon-amant-de-saint-jean/203642445

 

« Mon amant de Saint-Jean est une chanson française de 1942 qui connut un immense succès. Chanson réaliste relatant les amours sans lendemain d’une jeune fille pour un séducteur, les paroles sont de Léon Agel et la musique d’Émile Carrara sur un rythme de valse musette. » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mon_amant_de_Saint-Jean)

Le monde regorge de beautés. Exemple : la transmission des comptines aux enfants sourds, grâce à la langue des signes française

Source : https://www.canal-u.tv/video/site_pouchet_cnrs/introduction.43645 vu le 18 juillet 2018

LSF = langue des signes française

MES P’TITS DOIGTS M’ONT DIT

Comptines en LSF

Les enfants sourds n’ont pas le plaisir de pouvoir partager des comptines dans leur langue, comme les enfants entendants. Si certains pédagogues sourds ont inventé des comptines en langue des signes, celles-ci restent confidentielles.

Alors, nous avons décidé de faire ce livre/DVD pour que ces enfants puissent aussi avoir leur livre et leurs comptines à partager, hors des murs de leurs établissements respectifs.

Mais des comptines en LSF….qu’est-ce que c’est ?

Ce sont des comptines dont les enfants sourds peuvent s’emparer d’emblée, sans frein dû à la langue, dans le plaisir et le jeu.

Ce sont des comptines qui répondent aux règles qui régissent les comptines en général mais appliquées aux spécificités de la LSF, ce ne sont pas des traductions.

Qui sommes-nous ?

Des professeures sourdes, une chercheuse du CNRS, et la coordinatrice du projet, orthophoniste-linguiste, réunies par le CNRHR R. Laplane pendant 2 ans pour adapter, modifier, créer ces comptines et leurs illustrations.

D’après une idée originale d’AGNÉS VOURC’H, maître d’œuvre et coordinatrice du projet,

Centre National de Ressources pour les Handicaps Rares Robert Laplane (CNRHR), Paris 13ème

 

Le monde regorge de beautés. La musique, par exemple.

 

21 JUIN 2018     FÊTE DE LA MUSIQUE

 

Maurice Andre     Ave Maria          https://www.youtube.com/watch?v=fOqXfu8BJfE  https://www.youtube.com/watch?v=fOqXfu8BJfE

Sydney Bechet     Halle Hallelujah    https://www.youtube.com/watch?v=KPOD1kipnBM

Pauline Julien    Le rendez-vous     https://www.youtube.com/watch?v=g7W2QE65ZaY

Le Rêve du Diable     Le rêve du diable / Le sirop d’étable  https://www.youtube.com/watch?v=KL-YhguJRMk

France Bourque-Moreau     La laine des moutons     https://www.youtube.com/watch?v=iiKMYOWTV6wPumeza Matshikiza 

Pumeza Matshikiza    Mio Babbino Caro      https://www.youtube.com/watch?v=InJg5lYH20E

Marc Robine   Frère Jacques       https://www.youtube.com/watch?v=NZfoeKgdxwY

Le monde regorge de beautés. Les numéros extraordinaires, sensationnels, des comédies musicales, par exemple.

 

https://youtu.be/Qy6wo2wpT2k

America, from West Side Story (1957)

This is the real deal: a perfect number in which Sondheim’s lyrics, Leonard Bernstein’s score and Jerome Robbins’s choreography exhilaratingly combine with the skirt-shaking elan of the dancers. Bernstein said he was fired up by a dance rhythm he heard in Puerto Rico called huapango. This becomes the excuse for a verbal battle between two women. “I like the city of San Juan,” sings Rosalia. “I know a boat you can get on,” retorts Anita. (This routine was re-scored in the film, above, making it into a male-female sparring battle.) A routine that makes you giddy with delight.

 

https://youtu.be/ETFs83_UPCQ Conga

Conga, from Wonderful Town (1953)

Ruth, a writer in 1930s Greenwich Village, is sent to interview a group of young Brazilians just off the boat. Unfortunately, they have only three words of English, one of which is “conga”, so Ruth is forced to lead them on a merry dance through the streets of Manhattan. Again, this shows Leonard Bernstein’s embrace of Latin American rhythms and yields extraordinary performances. When Simon Rattle conducted the piece at the Proms in 1999, he had cast and audience snaking their way through the Albert Hall. I also heard Mark Elder conduct the Halle in a revival at the Lowry, Salford, in 2012 that had spectators jumping out of their seats.

 

https://youtu.be/3rmAme3WciA

Sit Down, You’re Rockin’ the Boat, from Guys and Dolls (1950)

I know this induces ecstasy because I’ve actually danced it at the London Palladium. As part of a concert to commemorate the Daily Mail’s Jack Tinker, the London theatre critics formed the chorus of sinners in a restaging of the number from Richard Eyre’s fabulous National Theatre production. But you don’t have to dance it to enjoy it: merely to see and hear a group of Times Square crap-shooters joyously singing Frank Loesser’s revivalist number is be taken out of yourself and ushered into another world.

 

Disque Columbia, This is Broadway’s Best 20 Showstoppers, B2WS 1

Le monde regorge de beautés. Exemple : les moments de la vie avec nos petits anges avec nous dans le grand lit.

Extrait du ivre  Les plaisirs et les jeux. Mémoires du Cuib et du Tioup, oeuvre de Georges Duhamel (1884-1966), médecin et écrivain qui souhaitait « instaurer le « règne du coeur »  en morale, en politique et en philosohie » (Le petit Robert 2, Paris, Le Robert, 1989).

Paris, Mercure de France, XXVI, rue de Condé, XXVI. Copyright by Mercure de France, 1922. Printed in Canada. Cette édition a été imprimée en vertu d’une entente entre Les Éditions Variétés de Montréal et Le Mercure de France, Paris, France.- La présente édition a été achevée d’imprimer pour LES ÉDITIONS VARIÉTÉS le cinq juin, mil neuf cent quarante-six à Montréal, Canada en vertu d’une entente privée avec Mercure de France)

 

[ « Comme il serait agréable d’avoir les petits anges avec nous dans le grand lit ! » ]

 

«… Cela trouble la cervelle tendre des enfants, de les esveiller le matin en sursaut, et de les arracher du sommeil, auquel ils sont plongés beaucoup plus que nous ne sommes, tout à coup et par violence. » C’est Montaigne qui parle et j’aime cette sollicitude chez celui qui doute de tout. Il ajoute, et il s’agit de son père : « Il me faisait esveiller par le son de quelque instrument et ne fus jamais sans homme qui m’en servist. »

 

A ma honte, j’avoue qu’il ne m’ arrive jamais de prendre ma flûte pour éveiller les petits hommes. Endormis dès sept heures du soir, ils gazouillent avec le jour. Ce n’est pas nous qui les éveillons en musique; c’est le concert de leurs chansons et de leurs rires qui, dès l’aube, nous tire du sommeil, nous, les travailleurs du soir.

 

Le matin, nous pensons donc, chacun par devers soi : « Comme il serait agréable d’avoir les petits anges avec nous dans le grand lit ! » Parfois, le désir est trop fort, il s’exprime et, d’un commun accord, nous crions :

— Envoyez-nous les petits anges !

 

Ils arrivent, angéliques en vérité. Ils se glissent dans le grand lit : c’est une faveur, ils ne l’ignorent point. Et, immédiatement, la lutte s’engage. Les petits anges sont de petites bêtes fauves.

 

Ils nous arrachent les cheveux, nous fourrent leurs pieds dans la bouche, explorent, d’un index aventureux, nos oreilles et nos narines, nous appliquent d’énergiques coups de genoux aux endroits les plus sensibles, s’abattent comme des masses sur nos poitrines et surtout là, au creux de l’estomac. Ils s’amusent au jour et à la nuit en manipulant sans lassitude le commutateur électrique; ils organisent des campements sous la tente, des combats d’oreillers. S’ils construisent des navires, nous sommes l’océan, des maisons, nous sommes le sol, des trains, nous sommes la voie, des usines, nous sommes la matière première, des moulins, nous sommes le blé, des batteuses, nous sommes toujours ce qui est battu, des machines à écraser les cailloux, c’est nous qui figurons les cailloux, bien entendu.

 

La rémunération est faible. De temps en temps, nous embrassons, au vol, une petite nuque; nous caressons un pied, un bras, au péril de notre œil ou de notre nez. L’opération se solde, en définitive, par un nombre si considérable de meurtrissures, d’ecchymoses et de points de côté que vaincus, contus, courbatus, nous prenons la fuite, abandonnant le grand lit aux fauves triomphants.

 

L’expérience est un leurre. Demain, dimanche, réveillés dès la pointe du jour par nos jeunes musiciens, nous penserons, tous deux : « Comme ce serait agréable d’avoir nos petits anges avec nous dans le grand lit ! » Le désir grandira, finira par s’exprimer. On nous apportera les petits anges et… Prière de se reporter quelques lignes plus haut.

 

Peinture de Frederick Morgan (1847-1927)

 

On trouve Les plaisirs et les jeux au https://archive.org/stream/oeuvresd04duha/oeuvresd04duha_djvu.txt