Islamophobie, islam liberticide… Lettre au président de la Ligue des droits et liberté, M. Christian Nadeau

Lévis, le 15 mai 2019

Monsieur Christian Nadeau, président

Ligue des droits et libertés

516, rue Beaubien Est
, Montréal, H2S 1S5

info@liguedesdroits.ca

Monsieur,

Depuis longtemps les organes d’information du Québec transmettent beaucoup de nouvelles concernant l’islamophobie dont se rendraient coupables des Québécois et, depuis quelques semaines, à propos du projet de loi 21 sur la laïcité. Je m’étonne de ne pas les voir traiter aussi souvent de quelques autres questions concernant la religion, très importantes, selon moi.

Je pense en particulier à l’obligation que l’islam fait aux enfants musulmans, donc issus d’hommes musulmans, et ce, même si la mère n’est pas musulmane), de mémoriser tout le Coran, les centaines de pages du très-très long Coran. L’islam ne viole-t-il pas la liberté de conscience des enfants? (Je dis oui.) L’islam ne prive-t-il pas les enfants d’une partie de leur enfance? (Je dis oui.) L’islam ne met-il pas en danger la santé mentale des enfants? Des experts vous le diraient, Monsieur Nadeau; interrogez-les.

Je pense aussi aux femmes musulmanes auxquelles l’islam interdit de se marier avec un non-musulman. Trouveriez-vous, dans notre LDL, des membres favorables à cet interdit? (Curieusement, Monsieur Nadeau, vous le savez, l’islam autorise les hommes musulmans à demander la main d’une ou plusieurs non-musulmanes.)

Cette autre question me tourmente elle aussi : l’islam a-t-il le droit, au Canada, d’interdire aux musulmanes et aux musulmans de renoncer à leur religion. Je suis sûr, Monsieur Nadeau, que vous trouvez cet empêchement liberticide tout à fait inacceptable. Pourquoi la LDL n’inviterait-elle pas les gens du Québec à manifester avec elle en faveur de sa suppression?

En mai 2017, l’imam de Lévis, M. Karim Elabed, a déclaré devant quelques dizaines de Lévisiennes et Lévisiens qu’il trouve la Charia merveilleuse, la Charia, une loi divine, la voie que les musulmanes et musulmans doivent suivre absolument, a dit M. Elabed. Comme l’islam ne sépare guère politique et religion, comment un adepte de l’islam canadien peut-il obéir à la Charia, qui souvent n’est pas conforme aux lois canadiennes? C’est là une autre question dont j’aimerais voir nos organes d’information parler à leurs lectrices et lecteurs, nos organes d’information et aussi la LDL, Monsieur Nadeau.

Je ne vous retiens pas davantage.

Je publierai ce courriel au www.lepasseurdelacote.com, de même que votre réponse.

Recevez, Monsieur, mes sentiments les meilleurs.

Roger Martel, citoyen de Lévis