Le secteur financier est «sous-taxé», selon le Fonds monétaire international (FMI)

Le Devoir, 1 février 2013 | Agence France-Presse | Actualités économiques

http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/369777/le-secteur-financier-est-sous-taxe-selon-le-fmi

Washington  —
Le secteur financier est « sous-taxé » et doit payer une « part équitable » de la crise, a estimé jeudi un porte-parole du Fonds monétaire international, à l’heure où l’Europe prépare une taxe sur les transactions financières.
« Le secteur financier est sous-taxé et doit payer une part équitable afin d’atténuer le coût de la crise actuelle et contribuer à limiter le coût de toute crise future », a estimé ce porte-parole, Gerry Rice, lors d’une conférence de presse à Washington, apportant son soutien à l’initiative européenne. « Une taxe sur les transactions est une façon d’y parvenir », a-t-il ajouté.
Onze pays européens, dont la France et l’Allemagne, se sont mis d’accord pour mettre en place une taxe sur les transactions entre institutions financières qui pourrait rapporter entre 30 et 35 milliards d’euros par an. Selon le ministre français de l’Économie, Pierre Moscovici, elle ne devrait toutefois pas voir le jour au mieux avant la fin 2014.
Selon M. Rice, le FMI défend également l’instauration d’une taxe sur « l’activité financière » et non pas simplement sur les transactions.

(Article enrichi d’une illustration par le Passeur de la Côte.)

defile de porteuses d offrandes

Porteuses allant porter bénévolement des offrandes à des banquiers réunis pour banqueter dans le secteur financier de la planète Terre, pendant la première Grande Crise des années 2000.

D’en arrière en avant :  Lise Tremblay, (prénom inconnu) Reshmi, Snejana Hristoskov, Irina (nom inconnu), Nadina Zhang.

Pourquoi faut-il que les États payent 600 fois plus cher que les banques ?

LE MONDE, 2 janvier 2012

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/01/02/pourquoi-faut-il-que-les-etats-payent-600-fois-plus-que-les-banques_1624815_3232.html#xtor=EPR-32280229-%5BNL_Titresdujour%5D-20120103-%5Btitres%5D

par Michel Rocard, ancien premier ministre, et Pierre Larrouturou, économiste

La Réserve fédérale a secrètement prêté aux banques en difficulté la somme de 1 200 milliards au taux incroyablement bas de 0,01 %.

Ce sont des chiffres incroyables. On savait déjà que, fin 2008, George Bush et Henry Paulson avaient mis sur la table 700 milliards de dollars (540 milliards d’euros) pour sauver les banques américaines. Une somme colossale. Mais un juge américain a récemment donné raison aux journalistes de Bloomberg qui demandaient à leur banque centrale d’être transparente sur l’aide qu’elle avait apportée elle-même au système bancaire.

Après avoir épluché 20 000 pages de documents divers, Bloomberg montre que la Réserve fédérale a secrètement prêté aux banques en difficulté la somme de 1 200 milliards au taux incroyablement bas de 0,01 %.

Au même moment, dans de nombreux pays, les peuples souffrent des plans d’austérité imposés par des gouvernements auxquels les marchés financiers n’acceptent plus de prêter quelques milliards à des taux d’intérêt inférieurs à 6, 7 ou 9 % ! Asphyxiés par de tels taux d’intérêt, les gouvernements sont « obligés » de bloquer les retraites, les allocations familiales ou les salaires des fonctionnaires et de couper dans les investissements, ce qui accroît le chômage et va nous faire plonger bientôt dans une récession très grave.

Est-il normal que, en cas de crise, les banques privées, qui se financent habituellement à 1 % auprès des banques centrales, puissent bénéficier de taux à 0,01 %, mais que, en cas de crise, certains Etats soient obligés au contraire de payer des taux 600 ou 800 fois plus élevés ? « Etre gouverné par l’argent organisé est aussi dangereux que par le crime organisé », affirmait Roosevelt. Il avait raison. Nous sommes en train de vivre une crise du capitalisme dérégulé qui peut être suicidaire pour notre civilisation. Comme l’écrivent Edgar Morin et Stéphane Hessel dans Le Chemin de l’espérance (Fayard, 2011), nos sociétés doivent choisir : la métamorphose ou la mort ?

Allons-nous attendre qu’il soit trop tard pour ouvrir les yeux ? Allons-nous attendre qu’il soit trop tard pour comprendre la gravité de la crise et choisir ensemble la métamorphose, avant que nos sociétés ne se disloquent ?

POUR LIRE LE RESTE DU TEXTE, ALLEZ AU http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/01/02/pourquoi-faut-il-que-les-etats-payent-600-fois-plus-que-les-banques_1624815_3232.html#xtor=EPR-32280229-%5BNL_Titresdujour%5D-20120103-%5Btitres%5D

NOTES

Les auteurs sont Français.

BLOOMBERG – « Bloomberg L.P. est un groupe financier américain spécialisé dans les services aux professionnels des marchés financiers et dans l’information économique et financière aussi bien en tant qu’agence de presse que directement, via de nombreux médias (télévision, radio, presse, internet et livres) dont les plus connus sont probablement ses propres chaînes de télévision par câble/satellite.» (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bloomberg_LP#Articles_connexes)

Réserve fédérale américaine : banque centrale des États-Unis.