Une fonction publique efficace au service de toute la collectivité, c’est vital pour toute société.

LA NOBLE CAUSE DU SERVICE PUBLIC

Journée pour la fonction publique : l’ONU célèbre la « noble cause » du service public

Source :

Organisation des Nations Unies (ONU), http://static.un.org/french/newscentre/pdf/2015/23062015Fr.pdf

23 juin – A l’occasion de la Journée des Nations Unies pour la fonction publique, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé mardi les jeunes du monde entier à contribuer à la construction d’un futur digne pour tous en se consacrant à la noble cause qu’est le service public.

« Nous célébrons aujourd’hui le dévouement dont font preuve les fonctionnaires du monde entier, qui s’emploient sans relâche à faire en sorte que chacun puisse bénéficier de services efficaces », a déclaré M. Ban dans un message.

La Journée célèbre chaque 23 juin la valeur et la vertu du service public pour la communauté, souligne sa contribution dans le processus de développement, reconnaît le travail des fonctionnaires et encourage les jeunes générations à poursuivre une carrière dans la fonction publique. Pour cette édition 2015, le Forum des Nations Unies sur le service public et la cérémonie de remise de prix de la Journée pour la fonction publique auront lieu à Medellin, en Colombie, du 23 au 26 juin 2015.

À une époque où le monde doit relever des défis sociaux, économiques et environnementaux immenses, le Secrétaire général a jugé « absolument indispensable » de pouvoir compter sur un service public responsable et sur des fonctionnaires à la hauteur de la tâche qui leur est confiée.

Rappelant cette année 2015 sera placée sous le signe d’une action concertée de la communauté internationale, M. Ban a évoqué les conférences des Nations Unies sur le financement du développement et l’adoption de nouveaux objectifs de développement durable qui se tiendront en juillet et en septembre, ainsi que la Conférence de Paris sur les changements climatiques qui aura lieu en décembre.

Le chef de l’ONU a affirmé que ces différents évènements sont susceptibles d’encourager le développement de l’esprit d’initiative dans la fonction publique.

« En effet, alors que les objectifs du Millénaire pour le développement font place aux objectifs de développement durable, tous les gouvernements vont devoir se doter de stratégies novatrices et intégrées promouvant le changement d’orientations, la coordination inter-institutions, la prise de décisions participative et la prestation, dans le respect du principe de responsabilité, de services efficaces, rapides et accessibles à tous », a expliqué M. Ban.

« Cette année, le Prix des Nations Unies pour la fonction publique récompense vingt-deux institutions publiques qui ont fait preuve d’innovation et d’esprit d’initiative », a-t-il déclaré, ajoutant que ces deux éléments permettent de fournir des services de meilleure qualité dans le respect du principe de responsabilité.

C’est notamment le cas, a poursuivi le Secrétaire général, des groupes marginalisés qui assistent à la manifestation organisée à Medellín, en Colombie, pour célébrer cette Journée internationale.

« Je saisis cette occasion pour remercier tous les fonctionnaires des efforts qu’ils déploient au quotidien pour faire oeuvre utile et j’invite les jeunes du monde entier à contribuer à la construction d’un futur digne pour tous en se consacrant à la noble cause qu’est le service public », a dit M. Ban.

——————————————-

LETTRE

Quand la rigueur devient austère et discriminatoire

Le Devoir, 18 juin 2015 | | Québec

Par Marcel Perron, Neuville, 17 juin 2015

Récemment, M. Coiteux [Ministre du Québec responsable de l’Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et Président du Conseil du trésor] reprochait à PKP [Pierre-Karl Péladeau, chef du Parti québécois] d’appuyer les infirmières en revêtant un sarrau.

Il affirmait qu’un gouvernement doit représenter l’ensemble de la population. Pourquoi ce tout inclusif exclut-il les 650 000 employés et employées de l’État ?

Quelle réalité se cache derrière ces offres financières patronales (0 %, 0 %, 1 %, 1 % et 1 %), soit 3 % pour une durée de cinq ans ? De deux choses l’une : ou bien l’austérité va se prolonger pendant cinq ans, ou bien le secteur public va devenir le dindon de la farce de la reprise économique éventuelle.

Au minimum (c’est là où se situe le maximum gouvernemental…), les offres devraient s’aligner sur la projection de l’inflation pour les années à venir.

La CAQ [Coalition Avenir Québec, parti politique] devrait appuyer cette clause d’appauvrissement zéro. M. Legault [chef de la CAQ] clame ce principe d’indexation chaque fois que le gouvernement annonce des hausses de tarifs.

Les services publics sont donnés par des personnes respectables que l’on ne respecte pas dans cette négociation. Nous ne sommes plus dans la rigueur, l’attitude austère de ce gouvernement frôle le harcèlement envers ses employés et employées qui ne méritent pas un tel acharnement.

J’invite donc les Québécois et les Québécoises à revêtir le sarrau des travailleurs de la Santé, à partager la patience et l’engagement des enseignants et enseignantes et à apprécier le professionnalisme de tous ces employés et employées qui travaillent pour le bien-être de l’ensemble la population : oui, le secteur public est inclusif.

(Lettre parue dans le quotidien Le Devoir le 18 juin 2015, p. A6)

———————–

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) forment un plan approuvé par tous les pays du monde et par toutes les grandes institutions mondiales de développement. Ils ont galvanisé des efforts sans précédent pour répondre aux besoins des plus pauvres dans le monde. L’ONU travaille avec les gouvernements, la société civile et les différents partenaires pour exploiter la dynamique dégagée par les OMD et poursuivre un programme ambitieux pour l’après-2015. (ONU, http://www.un.org/fr/millenniumgoals/)

OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Des progrès considérables ont été enregistrés pour atteindre la réalisation des OMD [objectifs du Millénaire pour le développement]. La pauvreté continue de diminuer à travers le monde, les enfants scolarisés en primaire n’ont jamais été aussi nombreux, les décès d’enfants ont diminué de façon spectaculaire, l’accès à l’eau potable a été très élargi et les investissements axés sur la lutte contre le paludisme, le sida et la tuberculose ont sauvé des millions de vies.

Les OMD font une vraie différence dans la vie des gens et avec une responsabilisation et un leadership massifs, ces progrès peuvent être étendus dans la plupart des pays du monde d’ici à l’échéance de 2015. Au-delà de 2015, les efforts engagés pour atteindre un monde de prospérité, d’équité, de liberté, de dignité et de paix seront poursuivis sans relâche.

Avec la conclusion des OMD à la fin de l’année 2015, les dirigeants du monde ont appelé à la mise en place d’un programme ambitieux et de long-terme pour améliorer la vie des populations et protéger la planète pour les générations futures. Ce programme de développement pour l’après-2015 abordera de nombreuses problématiques : mettre fin à la pauvreté et à la faim, améliorer la santé et l’éducation, bâtir des villes plus durables, combattre les changements climatiques et protéger les océans et les forêts.

Les gouvernements sont actuellement en pleines négociations et la société civile, les jeunes, l’industrie et tous les autres prennent part à la conversation mondiale. Les dirigeants mondiaux devraient adopter le programme lors du Sommet spécial sur le développement durable à New York en septembre 2015.

(http://www.un.org/fr/millenniumgoals/beyond2015.shtml)

————————

Centre d’actualités de l’ONU – L’ONU établit le bilan des Objectifs du millénaire pour le développement à l’approche de la date butoir de 2015

 

 » Il est indispensable que ce programme s’attaque aux défis urgents dont la lutte contre la pauvreté et les inégalités », a indiqué M. Sajdik en affirmant qu’il est indispensable que les modes de consommation et de production soient parties intégrantes des objectifs de développement durable.  »

 

 

New York, 7 juillet 2014

À l’approche de la date butoir des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), le Secrétaire général des Nations Unies, Ban, a présenté lundi un rapport sur l’état de réalisation des objectifs, dont plusieurs ont été réalisés ou sont près d’être réalisés, en appelant à l’adoption d’un nouveau cadre d’objectifs ambitieux et inclusifs.

 

À 550 jours de la date butoir, M. Ban Ki-moon a souligné aux participants d’une réunion de haut-niveau du Conseil économique et social que le monde se trouve à un moment historique après que plusieurs étapes importantes ont été franchies.

 

Selon le rapport sur les OMD de 2014, le monde a d’ores et déjà atteint l’objectif de réduire de moitié le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté ainsi que de ceux n’ayant pas accès à une source d’eau améliorée, l’objectif de réduire les disparités entre filles et garçons et il s’est félicité de l’amélioration des conditions de vie des populations urbaines qui vivent dans des bidonvilles.

 

« Des réalisations remarquables dans le domaine de la lutte contre le paludisme et la tuberculose ont été atteints et d’autres objectifs importants, tel que l’accès universel au traitement du VIH et l’élimination des substances nuisibles à la couche d’ozone peuvent être atteints dans les temps », a expliqué M. Ban.

 

« Les OMD ont aidé à unir, inspirer et transformer et l’action combinée des gouvernements, de la communauté internationale, de la société civile et du secteur privé peut faire la différence », a-t-il ajouté.

 

Le rapport indique cependant que des retards sont accusés pour la réalisation d’autres objectifs, tel que la réduction de la mortalité infantile et maternelle et l’amélioration de l’accès universel à l’assainissement.

 

M. Ban a jugé indispensable un cadre de développement d’après 2015 qui s’appuie sur ce qui n’a pu être réalisé, mais intègre aussi des domaines non couverts par les huit OMD. Il a souligné que le monde avait beaucoup changé depuis 2000 et que le développement, la paix et la sécurité et l’état de droit n’avait jamais été aussi connecté. Notant que la bonne gestion de l’environnement est de plus en plus importante pour garantir un développement économique et social durable, le Secrétaire général a jugé urgent de limiter l’augmentation de la température mondiale et de renforcer la résilience au climat.

 

De son côté le Président du Conseil économique et social, M. Martin Sajdik a dit que la Communauté internationale doit prendre conscience des opportunités qui s’offrent lors de la phase finale de la détermination du programme de développement d’après 2015. Il a souhaité que ce nouveau programme soit centré sur les gens et s’appuie sur les objectifs inachevés des Objectifs du Millénaire pour le développement 2000-2015.

 

« Il est indispensable que ce programme s’attaque aux défis urgents dont la lutte contre la pauvreté et les inégalités », a indiqué M. Sajdik en affirmant qu’il est indispensable que les modes de consommation et de production soient parties intégrantes des objectifs de développement durable.

 

« Vous devez prouver l’importance de l’ECOSOC pour favoriser l’intégration harmonieuse des trois piliers du développement durable » a lancé M. Sadjik aux États membres en rappelant que le programme d’après 2015 exige un engagement de haut niveau et une action collective.

 

Le Président de l’Assemblée générale, John Ashe, a estimé que ces délibérations seront essentielles pour déterminer notre vision de l’avenir du développement durable. Il a dit l’importance d’assurer le contrôle du programme de développement d’après 2015 en jugeant indispensable que la Forum soit en mesure d’établir des partenariats avec les agences des Nations la société civile et les autres partenaires pertinents.

 

M. Ashe a déclaré que l’objectif visant à parvenir à un développement inclusif est lourd à relever, mais que le débat de haut niveau de la session de 2014 du Conseil économique et social et de la réunion ministérielle de trois jours du Forum politique de haut niveau sur le développement durable aidera à avancer.