Éducation : prenons les jeunes au sérieux !

Prendre la jeunesse au sérieux

 

Louis Cornellier, le Devoir, 2 décembre 2017

http://www.ledevoir.com/culture/livres/514379/prendre-la-jeunesse-au-serieux

 

On veut les divertir, même à l’école, mais les jeunes méritent mieux et plus que ça. Souvent, sous le prétexte qu’ils sont encore à l’âge de l’insouciance, on ne leur réserve que des nourritures intellectuelles insignifiantes. Les choses sérieuses, croit-on, viendront bien assez vite.

 

Alors qu’on refuse de laisser les enfants se gaver de n’importe quoi en avançant l’idée qu’ils doivent bien se nourrir pour croître sainement, on tolère, on encourage même, leur consommation de produits culturels commerciaux et insipides. Pourtant, la croissance intellectuelle est certainement aussi importante que la croissance physique, et les jeunes, avant d’être corrompus par la malbouffe culturelle, restent ouverts à des stimulations plus substantielles. Il suffit parfois de leur en offrir pour constater qu’ils aiment ça.

 

À une époque où l’on a érigé l’estime de soi en culte, il est étonnant qu’on ne se rende pas compte des pouvoirs de la culture à cet égard. Avoir des connaissances, être cultivé, nous permet de mieux lire notre environnement, nous donne une prise sur le monde qui nous entoure, et cela rend fier et fort, en nous fournissant une armature intellectuelle inébranlable.

Dans les écoles du Québec, des toilettes attrayantes pour augmenter la rétention des élèves.

« Le lab-école: un mépris de la profession d’enseignant. » – Éclairons vite le ministre de l’éducation.

Source : Le Devoir, http://www.ledevoir.com/societe/education/495621/le-lab-ecole-un-mepris-de-la-profession-d-enseignant

LETTRE

Le lab-école: un mépris de la profession d’enseignant

Le Devoir, 5 avril 2017 | Gérard Lévesque

Notre sympathique ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a décidé d’investir dans les travaux de trois vedettes, elles aussi fort bien intentionnées, qui offrent leurs services pour repenser nos écoles et en faire des milieux modernes et stimulants de réussite scolaire. Ces vedettes du monde culinaire, sportif et architectural ont présenté leur participation particulière à ce projet à l’émission 24/60 du lundi 3 avril. Pierre Thibault, architecte, se chargera de l’environnement physique de l’école moderne et des meilleures stratégies pour construire des écoles. Pierre Lavoie, de l’éducation physique des élèves, et Ricardo Larrivée, de leur alimentation à la cafétéria des écoles. Toutes ces intentions, certes louables, sont néanmoins étrangères aux conditions favorables au développement du désir de connaître, au fondement de l’apprentissage et de la réussite scolaire. C’est comme si on croyait que la réussite de la relation amoureuse d’un couple dépend de la beauté de leur appartement, de l’apparence physique des partenaires et de la qualité de leur alimentation. Cette façon de procéder s’inscrit dans le paradigme habituel et suranné du ministère de l’Éducation, qui croit que, pour parler sainement de l’éducation des élèves, il vaut mieux s’en remettre à ceux qui y sont étrangers. Le ministre de l’Éducation serait beaucoup mieux avisé de confier la réflexion aux praticiens qui s’acharnent sur le terrain avec l’insuffisance des moyens que son gouvernement leur alloue.

– – – –

Source : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/495584/quebec-inc-la-plaie

Québec inc., la plaie

Le Devoir, Francine Pelletier, 5 avril 2017

S’il y a une vache sacrée au Québec, elle se promène en veston cravate et s’appelle Québec inc. Depuis 50 ans que nous sommes maîtres chez nous, nous avons toujours salué bien bas les entrepreneurs qui ont contribué à rapatrier notre économie et à rehausser notre estime de soi. Jusqu’à dimanche dernier, du moins, alors que 200 manifestants ont craché sur le fleuron de la Couronne, l’intouchable Bombardier. À la suite des augmentations obscènes chez ses dirigeants, la mèche est désormais plus courte face aux bonzes qui se croient tout permis.

[…]

Bien sûr, il n’y a pas que Bombardier dans cette galère. Je pense ici à Pierre Lavoie, Ricardo Larrivée et l’architecte Pierre Thibault, qui ont récemment été adoubés par le ministre de l’Éducation pour « repenser » l’école. Grande et noble mission pour « trois vedettes » qui n’ont rien à voir avec l’école proprement dite, outre des prestations hypermédiatisées à l’occasion, qui ne savent pas ce qui s’y fait (vraiment), mais qui arrivent auréolés par l’entrepreneuriat avec un grand E, le marketing à gogo, le branding tous azimuts et la page Facebook qui explose. Les attributs du Québec inc., en veux-tu, en v’là !

« Ils vont venir nous dire que ça prend des écoles mieux aménagées, ouvertes sur la nature, où on crée des espaces de collaboration. On le sait, tout ça », disait cette semaine le président de la Fédération autonome des enseignants, Sylvain Mallette, en soulignant l’insulte faite ici à tous les professionnels de l’éducation qui ont beaucoup plus d’idées sur la question, qui ont longuement réfléchi sur ce que devait être la mission de l’école, mais qui n’ont aucunement été conviés par le ministre.

On boude les véritables artisans, les vrais producteurs de contenu, au profit du béton, des infrastructures et de la poudre aux yeux.

– – – –

CONTRIBUTION DU PASSEUR DE LA CÔTE

Au lieu de gaspiller de l’agent pour orner le pont Laporte d’ampoules, de lampions, de je ne sais quoi,

qu’on cherche donc des idées pour illuminer (éclairer, si vous préférez) le ministre de l’Éducation du Québec.

Que les vedettes choisies par le ministre Sébastien Proulx n’oublient pas les toilettes!

Ça ne prend pas grand-chose pour rendre des toilettes attrayantes; le besoin d’uriner, par exemple. Mais les vedettes du ministre Proulx devraient quand même plancher fort sur la façon de faire des toilettes scolaires l’un des principaux facteurs de rétention des élèves.

Une belle porte peut faire aimer l’école.

 

Un message drôle au-dessus d’un urinoir peut tout changer. L’humour fait aimer l’école.

 

Roger Martel

Ces enfants qu’on ne peut pas se payer. L’état de l’éducation au Québec.

Nos enfants ont commencé l’école. Un peu d’anxiété habite les tout-petits et la colère gronde chez les parents.

Source : Ces enfants qu’on ne peut pas se payer | JDM

Par Françoise David (Québec solidaire)

Parents et enfants remarqueront bientôt l’empreinte des compressions du ministre Blais. Le dernier budget libéral a choisi d’infliger au milieu scolaire les pires compressions en vingt ans, soit un manque à gagner pour cette année seulement, de 350 millions de dollars.

Rentrée des classes 2015 au Québec – Connaissez-vous Allô prof ?

Si vous avez un enfant à l’école primaire ou à l’école secondaire au Québec, vous aimerez probablement savoir qu’ALLÔ PROF existe.

Si vous fréquentez une école primaire ou une école secondaire au Québec, vous serez probablement heureux de savoir que vous pourrez demander l’aide d’une organisation comme ALLÔ PROF, au besoin.

Un écolier pose une question : ALLÔ PROF, C’EST QUOI ?

Né en 1996, Allô prof est un organisme de bienfaisance qui offre gratuitement de l’aide aux devoirs à tous les élèves du primaire et du secondaire du Québec.

Pour appuyer sa mission, Allô prof met donc à ta disposition 8 services (un service téléphonique, un service texto et 6 services en ligne) impliquant une équipe d’enseignants qualifiés et une communauté virtuelle composée d’élèves aidants, de parents et d’acteurs de l’éducation.

Tous nos services sont gratuits!

(Source : http://www.alloprof.qc.ca/Pages/A-propos.aspx)

Site web ALLO PROF : http://www.alloprof.qc.ca/Pages/Accueil.aspx

Allô prof constitué d’un consortium de plusieurs organismes issus surtout du milieu de l’éducation.

LE CONSORTIUM ALLÔ PROF

Association des cadres scolaires du Québec

Association des directeurs généraux des commissions scolaires du Québec

Association montréalaise des directions d’établissement scolaire

Association québécoise du personnel de direction des écoles

Association des retraités de l’enseignement du Québec

Centrale des syndicats du Québec

Commission scolaire de Montréal

Fédération des comités de parents du Québec

Fédération des commissions scolaires du Québec

Fédération québécoise des directrices et directeurs d’établissement d’enseignement

Télé-Québec

—————————-

MISE À JOUR DU SITE ALLÔ PROF – VERSION 2.0

Après plusieurs mois de travail, nous sommes heureux de vous présenter une nouvelle mouture de notre site.

Voici les principaux changements

– Interface d’accueil allégée.
- Réduction du nombre de tuiles.
- Outil de recherche amélioré : plus rapide et plus personnalisé si l’utilisateur est connecté.
- Nouveaux répertoires de révision permettant de mieux se préparer aux examens.
- Bibliothèque virtuelle revampée.
- Lors de l’inscription, des modèles améliorés et plus personnalisés selon le niveau scolaire.
- Les fonds d’écran du site se trouvent maintenant dans le profil.
- Déplacement du bouton « Modifie ton profil » dans la zone de connexion.
- Une foule de nouveaux contenus dans la bibliothèque virtuelle déjà en place ou à venir au cours des prochaines semaines.
- Les nouvelles zones Capsules vidéo et Exercices seront en ligne d’ici peu également.

_________________________

LES SERVICES GRATUITS D’ALLÔ PROF

Rendez-vous au http://www.alloprof.qc.ca/Pages/A-propos/Mission/Les-services-Allô-prof.aspx.

La compassion à géométrie variable de Philippe Couillard | Le blogue de Jean-François Lisée

Source : La compassion à géométrie variable de Philippe Couillard | Le blogue de Jean-François Lisée

EXTRAIT :

Lucienne Robillard, qui touche 1100$ par jour pour venir nous dire ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Pourquoi il y en a de l’argent pour ces gens-là et qu’il n’y en n’a pas pour d’autres? 200 000$ d’indemnités versés aux deux députés qui quittent le bateau libéral, c’est 5 postes de technicien en éducation spécialisée dans les écoles publiques. Il y a de l’argent pour ces gens-là mais il n’y en n’a pas pour les élèves qui fréquentent l’école publique? Nous on n’achète pas ce discours-là !

Un rapport de l’Organisation internationale du travail souligne le lien entre travail des enfants et chômage des jeunes.

Centre dactualités de lONU – Un rapport de lOIT souligne le lien entre travail des enfants et chômage des jeunes.

Extrait :

Le rapport, intitulé « Rapport mondial de l’OIT sur le travail des enfants », présente des données empiriques sur la façon dont le travail des enfants, quand il est combiné à une éducation limitée, conduit à une vulnérabilité accrue des jeunes et à de plus grandes difficultés à trouver un bon emploi, a déclaré l’agence de l’ONU dans un communiqué de presse.

Les conclusions du rapport se basent sur une collecte de données permettant l’analyse des trajectoires suivies par les jeunes pour entrer dans le monde du travail dans 28 pays à revenus faibles et moyens à travers le monde.

(…)

L’ensemble des données présentées dans le rapport attestent du fait que les défis auxquels sont confrontés les jeunes dans la recherche d’un travail décent ne sauraient être dissociés des défis posés par l’élimination du travail des enfants plus tôt dans le cycle de vie.

Le rapport conclut ainsi que l’élimination du travail des enfants doit être un objectif politique fondamental et un point de départ nécessaire pour la réalisation du travail décent pour tous.

A ce rythme, l’éducation pour tous restera un vœu pieux, selon l’ONU.

 

source : ONU, http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=34087#.VL24BUuK-Uo

 

19 janvier 2015 – Environ 63 millions d’adolescents âgés de 12 à 15 ans sont privés de leur droit à l’éducation, indique un nouveau rapport élaboré conjointement par deux agences de l’ONU et rendu public lundi à l’occasion du Forum mondial de l’éducation (FME), qui rassemble des Ministres de l’éducation du monde entier à Londres, au Royaume-Uni, jusqu’au 21 janvier.

Coréalisé par l’Institut statistique de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (l’UNICEF), ce nouveau rapport, intitulé « Fixing the Broken Promise of Education for All: Findings from the Global Initiative on Out-of-School Children », révèle qu’un adolescent sur cinq n’est pas scolarisé, alors que pour les enfants en âge d’aller à l’école primaire la proportion n’est que de un sur dix.

Par conséquent, les adolescents sont deux fois plus susceptibles d’être déscolarisés que les enfants plus jeunes, explique le rapport. Il démontre également que plus les enfants grandissent plus le risque qu’ils ne soient jamais scolarisés ou qu’ils abandonnent leurs études augmente.

Au total, 121 millions d’enfants et d’adolescents ne sont jamais allé à l’école ou ont renoncé à leur scolarité, et ce en dépit de la promesse de la communauté internationale de réaliser l’Education pour tous d’ici à 2015, poursuit le rapport. Les données présentées montrent qu’il n’y a presque pas eu de progrès réalisés dans ce domaine depuis 2007. En outre, les enfants vivant en situation de conflit, les enfants qui travaillent et ceux qui font face à la discrimination fondée sur l’appartenance ethnique, le sexe et le handicap sont les plus touchés.

« Le maintien du statu quo quant aux stratégies habituelles fondées sur plus d’enseignants, plus de salles de classe et plus de manuels scolaires n’est pas suffisant pour atteindre les enfants les plus défavorisés », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova dans un communiqué de presse à l’occasion de la sortie du rapport. « Nous avons besoin d’interventions ciblées pour atteindre les familles déplacées par les conflit, les filles forcées de rester à la maison, les enfants handicapés et les millions d’enfants obligés de travailler. Mais ces politiques ont un coût. Ce rapport sert de prise de conscience pour mobiliser les ressources nécessaires afin de garantir une éducation de base pour tous les enfants, une bonne fois pour toutes ».

Alors que les discussions sur le programme de développement pour l’après-2015 sont en cours, le rapport indique que si les tendances actuelles se poursuivent, 25 millions d’enfants – 15 millions de filles et 10 millions de garçons – sont susceptibles de ne jamais mettre les pieds dans une salle de classe.

Selon le rapport, les taux les plus élevés de déscolarisation ont été constatés en Erythrée et au Libéria, où 66% et 59% des enfants, respectivement, ne vont pas à l’école primaire. Dans de nombreux pays, les taux de déscolarisation sont plus élevés pour les adolescents, surtout les filles. Au Pakistan, notamment, 58% des adolescentes âgées de 12 à 15 ans ne sont pas scolarisées, contre 49% des garçons.

« Pour réaliser la promesse de l’éducation universelle pour tous les enfants, nous avons besoin d’un engagement mondial dans trois domaines : scolariser plus d’enfants à l’école primaire ; aider plus d’enfants, les filles en particulier, à rester scolarisés durant le secondaire ; et améliorer la qualité de l’apprentissage qu’ils reçoivent tout au long de leur scolarité », a déclaré le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake.