Des conseils pour les parents modernes

Extrait de Georges Heuyer : L’Enfance, Paris, Presses universitaires de France, © 1971, p. 191-192 [Georges Heuyer était membre de l’Académie de Médecine (France) et professeur honoraire à la Faculté de Médecine de Paris] :

Le livre de Mme Hélène Brûlé, inspectrice générale, Parents modernes pour enfants modernes [Paris, Hachette, 1956], résume bien les principes conformistes et rationnels qui étaient à la base de l’instruction plus que de l’éducation et qui préoccupaient les instituteurs du « primaire ».

Votre enfant, cet inconnu. Vous pouvez aider ce petit être inconnu à devenir lui-même et à trouver sa place dans le petit monde de demain.

– Le bonheur de votre enfant est compromis, si vous ne lui assurez pas :

– une vie bien réglée,

– un climat d’affection et de sécurité;

la liberté de manipuler les choses qui l’entourent et d’exprimer ce qu’il éprouve.

À l’école maternelle, l’enfant de moins de six ans trouve des petits camarades de son âge; son esprit s’éveille; ses dons créateurs se révèlent à la faveur d’activités bien choisies.

Apprendre è bien lire est le premier travail de l’écolier. C’est aussi le plus important pour les études à venir et pour l’aptitude à s’instruire et à rédiger.

Pour profiter pleinement de ce que l’école lui offre, l’enfant a besoin :

de repos, de sommeil, de bonne nourriture;

d’une vie familiale heureuse et calme;

d’une bonne entente entre ses parents et ses maîtres.

Si votre enfant est un brillant élève, ne gâtez pas son caractère par des louanges excessives. S’il est seulement passable,

soyez attentif à ses mérites et ne l’humiliez pas.

Les erreurs d’une éducation peuvent retentir sur toute une existence.

Le genre de vie, le cadre, les habitudes comptent autant et plus que les bonne paroles.

Tous ces conseils sont excellents. La vie quotidienne, dans la famille et à l’école, montre qu’il est difficile de les satisfaire.

Hommes et femmes politiques, ne mêlez pas vos enfants à vos histoires d’adultes.

Véronique Hivon, qui aspire à devenir la chef du Parti québécois, dit vouloir réinventer sa formation. Il semble toutefois qu’elle va faire sa campagne comme les vieux politiciens : en tenant son enfant par la main : aujourd’hui (10 mai 2016), le quotidien Le Soleil publie une photo de la famille de la députée : Madame Hivon marche avec son mari, entre eux leur fillette. Plus ça change, plus c’est pareil?

Hommes et femmes politiques, laissez donc vos enfants tranquilles, ne les mêlez pas à vos histoires d’adultes. Les assiettes r’volent chez vous, votre couple se brise, votre famille s’effondre, vous recourez à la médiation familiale, vous divorcez? N’allez pas en parler devant un million de téléspectateurs. Et si jamais vous quittez la politique, ne dites pas que c’est pour le bien de vos enfants: il sera difficile de vous croire.

Roger Martel

 

veronique-hivon pq candidate sa fille son mari 05-2016_c - Version 3

Photo de Graham Hughes, La Presse Canadienne

Un enfant attend.

Le 19 avril 2012, à la télé, un reportage sur le Soudan et le Soudan du Sud, et dans ce reportage une image bouleversante :

 

 Qu’est-ce qu’il a dans la tête, cet enfant ? Sans force, sans mots, il doit se demander ce que nous attendons pour l’aider, vous et moi.

 

POUR VOIR LE REPORTAGE, ALLEZ AU
http://www.radio-canada.ca/util/postier/suggerer-go.asp?nID=1011511