Oh Bonne Mère ! Vous avez vu le drapeau européen ? On est obligé de supporter ça ?

« Le drapeau européen est le symbole non seulement de l’Union européenne, mais aussi de l’unité et de l’identité de l’Europe dans un sens plus large. Le cercle d’étoiles dorées représente la solidarité et l’harmonie entre les peuples d’Europe. […]  Les douze étoiles disposées en cercle symbolisent les idéaux d’unité, de solidarité et d’harmonie entre les peuples européens.» (http://publications.europa.eu/code/fr/fr-5000100.htm)

 

DRAPEAU EUROPÉEN

 

Le 20 juin 2017, en France, un nouveau député découvre l’Assemblée nationale et demande aussitôt, pointant le drapeau de l’Europe  : « On est obligé de supporter ça ? » Il ajoute : « C’est la République française ici, c’est pas… la Vierge Marie. » Ce député est Jean-Luc Mélenchon, chef du parti La France insoumise.

Explication :

Le drapeau européen a été conçu par Arsène Heitz. En 1989, Ce dernier révèle que « la petite médaille miraculeuse qui orne son cou est sa première source d’inspiration. L’objet – bien connu des fidèles de la chapelle Notre-Dame de la Médaille miraculeuse, lieu d’apparitions mariales situé rue du bac, à Paris – montre la Sainte Vierge couronnée d’un cercle d’étoiles qu’évoque l’Apocalypse de saint Jean. Arsène Heitz a aussi déclaré avoir été touché par un texte de la liturgie de la solennité de l’Assomption, célébrée le 15 août : « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. » (Sophie Lebrun, Drapeau européen et Vierge Marie : pourquoi Mélenchon a raison, La Vie, 21/06/2017, http://www.lavie.fr//debats/histoire/drapeau-europeen-et-vierge-marie-pourquoi-melenchon-a-raison-21-06-2017-83038_685.php)

 

Le drapeau européen été adopté en 1955 par le Conseil de l’Europe, le jour de la fête de l’Immaculée Conception… Depuis 1986, il représente aussi l’Union européenne.

 

Pas toujours facile de réaliser la nécessaire séparation de la religion et de l’État…


 

Levons notre chapeau à la reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande, et du Canada,  Elizabeth II, qui n’a pas peur d’afficher ses couleurs.

Elizabeth II  en juin 2017

(Photo : https://mobile.twitter.com/MirrorPolitics/status/877487416050896896/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.bfmtv.com%2Finternational%2Froyaume-uni-le-chapeau-de-la-reine-elizabeth-aux-couleurs-de-l-europe-fait-reagir-1191900.htm)

Roger Martel, sujet d’Elizabeth II

Joseph Stiglitz : La dette est « l’assurance de la prospérité future, quand elle finance des investissements clés ».

Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie, estime que les Européens ont oublié que  La dette est « l’assurance de la prospérité future, quand elle finance des investissements clés ».

Source : Joseph Stiglitz : « L’Union européenne est en train de détruire son avenir »

Pourfendeur des politiques d’austérité en Europe, le Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz travaille depuis des années sur les causes des inégalités économiques aux Etats-Unis et sur leurs conséquences, à la fois politiques et sociales. Le 2 septembre, il publie un nouvel ouvrage sur le sujet, La Grande Fracture, aux éditions Les liens qui libèrent. Rencontre.

Vous expliquez dans votre ouvrage que les inégalités sont à l’origine de la crise de 2007. Pourquoi freinent-elles aujourd’hui la reprise ?

D’abord, parce qu’elles sont souvent le résultat de rentes et de monopoles paralysant l’économie. Mais, surtout, parce que les inégalités forment un terrible piège. Pour les Américains des classes populaires disposant d’une mauvaise couverture santé et qui ont difficilement accès à l’éducation, l’ascenseur social ne fonctionne plus. Ils ont peu de chance de voir leurs revenus augmenter. Or, sans hausse des revenus, il n’y a pas de hausse de la consommation, ce qui affaiblit la croissance.

Avant la crise des subprimes, les dépenses des ménages américains étaient artificiellement — et dramatiquement — gonflées par le crédit. Maintenant que ce levier a disparu, nous constatons les ravages provoqués par les inégalités. Elles sont incompatibles avec une croissance saine.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/09/01/joseph-stiglitz-l-union-europeenne-est-en-train-de-detruire-son-futur_4742246_3234.html#Vjdlf1YRR5h5oXVj.99

Une fonction publique efficace au service de toute la collectivité, c’est vital pour toute société.

LA NOBLE CAUSE DU SERVICE PUBLIC

Journée pour la fonction publique : l’ONU célèbre la « noble cause » du service public

Source :

Organisation des Nations Unies (ONU), http://static.un.org/french/newscentre/pdf/2015/23062015Fr.pdf

23 juin – A l’occasion de la Journée des Nations Unies pour la fonction publique, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé mardi les jeunes du monde entier à contribuer à la construction d’un futur digne pour tous en se consacrant à la noble cause qu’est le service public.

« Nous célébrons aujourd’hui le dévouement dont font preuve les fonctionnaires du monde entier, qui s’emploient sans relâche à faire en sorte que chacun puisse bénéficier de services efficaces », a déclaré M. Ban dans un message.

La Journée célèbre chaque 23 juin la valeur et la vertu du service public pour la communauté, souligne sa contribution dans le processus de développement, reconnaît le travail des fonctionnaires et encourage les jeunes générations à poursuivre une carrière dans la fonction publique. Pour cette édition 2015, le Forum des Nations Unies sur le service public et la cérémonie de remise de prix de la Journée pour la fonction publique auront lieu à Medellin, en Colombie, du 23 au 26 juin 2015.

À une époque où le monde doit relever des défis sociaux, économiques et environnementaux immenses, le Secrétaire général a jugé « absolument indispensable » de pouvoir compter sur un service public responsable et sur des fonctionnaires à la hauteur de la tâche qui leur est confiée.

Rappelant cette année 2015 sera placée sous le signe d’une action concertée de la communauté internationale, M. Ban a évoqué les conférences des Nations Unies sur le financement du développement et l’adoption de nouveaux objectifs de développement durable qui se tiendront en juillet et en septembre, ainsi que la Conférence de Paris sur les changements climatiques qui aura lieu en décembre.

Le chef de l’ONU a affirmé que ces différents évènements sont susceptibles d’encourager le développement de l’esprit d’initiative dans la fonction publique.

« En effet, alors que les objectifs du Millénaire pour le développement font place aux objectifs de développement durable, tous les gouvernements vont devoir se doter de stratégies novatrices et intégrées promouvant le changement d’orientations, la coordination inter-institutions, la prise de décisions participative et la prestation, dans le respect du principe de responsabilité, de services efficaces, rapides et accessibles à tous », a expliqué M. Ban.

« Cette année, le Prix des Nations Unies pour la fonction publique récompense vingt-deux institutions publiques qui ont fait preuve d’innovation et d’esprit d’initiative », a-t-il déclaré, ajoutant que ces deux éléments permettent de fournir des services de meilleure qualité dans le respect du principe de responsabilité.

C’est notamment le cas, a poursuivi le Secrétaire général, des groupes marginalisés qui assistent à la manifestation organisée à Medellín, en Colombie, pour célébrer cette Journée internationale.

« Je saisis cette occasion pour remercier tous les fonctionnaires des efforts qu’ils déploient au quotidien pour faire oeuvre utile et j’invite les jeunes du monde entier à contribuer à la construction d’un futur digne pour tous en se consacrant à la noble cause qu’est le service public », a dit M. Ban.

——————————————-

LETTRE

Quand la rigueur devient austère et discriminatoire

Le Devoir, 18 juin 2015 | | Québec

Par Marcel Perron, Neuville, 17 juin 2015

Récemment, M. Coiteux [Ministre du Québec responsable de l’Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et Président du Conseil du trésor] reprochait à PKP [Pierre-Karl Péladeau, chef du Parti québécois] d’appuyer les infirmières en revêtant un sarrau.

Il affirmait qu’un gouvernement doit représenter l’ensemble de la population. Pourquoi ce tout inclusif exclut-il les 650 000 employés et employées de l’État ?

Quelle réalité se cache derrière ces offres financières patronales (0 %, 0 %, 1 %, 1 % et 1 %), soit 3 % pour une durée de cinq ans ? De deux choses l’une : ou bien l’austérité va se prolonger pendant cinq ans, ou bien le secteur public va devenir le dindon de la farce de la reprise économique éventuelle.

Au minimum (c’est là où se situe le maximum gouvernemental…), les offres devraient s’aligner sur la projection de l’inflation pour les années à venir.

La CAQ [Coalition Avenir Québec, parti politique] devrait appuyer cette clause d’appauvrissement zéro. M. Legault [chef de la CAQ] clame ce principe d’indexation chaque fois que le gouvernement annonce des hausses de tarifs.

Les services publics sont donnés par des personnes respectables que l’on ne respecte pas dans cette négociation. Nous ne sommes plus dans la rigueur, l’attitude austère de ce gouvernement frôle le harcèlement envers ses employés et employées qui ne méritent pas un tel acharnement.

J’invite donc les Québécois et les Québécoises à revêtir le sarrau des travailleurs de la Santé, à partager la patience et l’engagement des enseignants et enseignantes et à apprécier le professionnalisme de tous ces employés et employées qui travaillent pour le bien-être de l’ensemble la population : oui, le secteur public est inclusif.

(Lettre parue dans le quotidien Le Devoir le 18 juin 2015, p. A6)

———————–

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) forment un plan approuvé par tous les pays du monde et par toutes les grandes institutions mondiales de développement. Ils ont galvanisé des efforts sans précédent pour répondre aux besoins des plus pauvres dans le monde. L’ONU travaille avec les gouvernements, la société civile et les différents partenaires pour exploiter la dynamique dégagée par les OMD et poursuivre un programme ambitieux pour l’après-2015. (ONU, http://www.un.org/fr/millenniumgoals/)

OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Des progrès considérables ont été enregistrés pour atteindre la réalisation des OMD [objectifs du Millénaire pour le développement]. La pauvreté continue de diminuer à travers le monde, les enfants scolarisés en primaire n’ont jamais été aussi nombreux, les décès d’enfants ont diminué de façon spectaculaire, l’accès à l’eau potable a été très élargi et les investissements axés sur la lutte contre le paludisme, le sida et la tuberculose ont sauvé des millions de vies.

Les OMD font une vraie différence dans la vie des gens et avec une responsabilisation et un leadership massifs, ces progrès peuvent être étendus dans la plupart des pays du monde d’ici à l’échéance de 2015. Au-delà de 2015, les efforts engagés pour atteindre un monde de prospérité, d’équité, de liberté, de dignité et de paix seront poursuivis sans relâche.

Avec la conclusion des OMD à la fin de l’année 2015, les dirigeants du monde ont appelé à la mise en place d’un programme ambitieux et de long-terme pour améliorer la vie des populations et protéger la planète pour les générations futures. Ce programme de développement pour l’après-2015 abordera de nombreuses problématiques : mettre fin à la pauvreté et à la faim, améliorer la santé et l’éducation, bâtir des villes plus durables, combattre les changements climatiques et protéger les océans et les forêts.

Les gouvernements sont actuellement en pleines négociations et la société civile, les jeunes, l’industrie et tous les autres prennent part à la conversation mondiale. Les dirigeants mondiaux devraient adopter le programme lors du Sommet spécial sur le développement durable à New York en septembre 2015.

(http://www.un.org/fr/millenniumgoals/beyond2015.shtml)

————————

L’austérité est une histoire d’horreur ! Le vendredi 31 octobre 2014, on manifeste contre le massacre.

L’austérité est une histoire d’horreur ! Le 31 octobre, on manifeste contre le massacre « Coalition opposée à la tarification et la privatisation des services publics.

L’histoire de l’austérité est une histoire d’horreur ! La richesse existe, nous avons les moyens de faire autrement !

Source : http://www.nonauxhausses.org/2014/10/08/lausterite-est-une-histoire-dhorreur-manifestons-le-31-octobre-contre-le-massacre-a-la-liberale/ vue 21 octobre 2014

Des coupures dans les programmes d’aide à l’emploi pour les personnes vivant avec un handicap ou un problème de santé mentale, des programmes pour les enfants de milieux défavorisés amputés, des budgets dans les écoles qui passent au tordeur, des coupes à l’aide sociale, des difficultés financières et des suppression d’activités dans les organismes communautaires, des factures d’électricité encore plus salées, des compressions dans la protection de la faune, des coupures de postes en santé, des compressions records dans les universités… L’histoire de l’austérité est une histoire d’horreur! 

Pour ajouter à l’horreur, on maintien les baisses d’impôt et les cadeaux fiscaux aux personnes les plus riches et aux grosses entreprises, ce qui nous prive collectivement de revenus majeurs et augmente les inégalités sociales.

Même si la très grande majorité de la population subit déjà de plein fouet cette austérité, le gouvernement va plus loin et annonce un grand « ménage ». Cet automne, deux «commissions» auront comme mandat de trouver des millions $ et de revoir la fiscalité du Québec ainsi que l’ensemble des programmes. Considérant les experts choisis pour siéger à ces commissions, et leur mandat très orienté, la population doit s’attendre à un véritable massacre de ses services publics et de ses programmes sociaux !

D’ailleurs, avant même que les travaux des commissions sur la fiscalité québécoise et sur la révision des programmes ne soient avancés, les annonces de coupures et des impacts de celles-ci continuent de se succéder.  Le ministre des finances, Carlos Leitao, reconnait que les services pourraient passer à la trappe, et le premier ministre, Philippe Couillard, qu’il pourrait annoncer des refontes majeures dès la mi-septembre.

La richesse existe, nous avons les moyens de faire autrement !

L’austérité n’est pas une fatalité. D’autres choix sont possibles ! Nous proposons d’ailleurs un ensemble de solutions fiscales pour mieux redistribuer la richesse. Au moins 10 milliards $ de plus par année permettraient de financer les services publics et les programmes sociaux sans porter atteinte à la justice sociale.

Comment réussir son programme d’austérité

 » pour réussir la démarche austère,

il ne faut pas se préoccuper des inégalités.

Tel est le message de l’économie dominante. « 

 

(Claude Béland*, Austérité, solidarité, inégalités, in Ensemble, 8 octobre 2014, http://www.journalensemble.coop/article/2014/10/austerite-solidarite-inegalites/715 vu le 21-10-2014)

 

* Claude Béland a présidé le Mouvement Desjardins.

 

«Les politiques publiques profitent aux nantis», titre El Watan le 13 juillet 2013

Rapport de la Banque africaine de développement sur l’Afrique du Nord : «Les politiques publiques profitent aux nantis»

El Watan (journal égyptien) le 13.07.13 – http://www.elwatan.com//economie/rapport-de-la-bad-sur-l-afrique-du-nord-les-politiques-publiques-profitent-aux-nantis-13-07-2013-220853_111.php

Le rapport de la BAD [sur l’Afrique du Nord en 2013] note que les pays d’Afrique du Nord ont assez bien résisté à la crise financière internationale de 2009, celle-ci a eu cependant des effets néfastes au niveau microéconomique, en particulier pour les PME.

[…]

Mais, mal ciblées, les politiques publiques ont continué à bénéficier essentiellement aux plus nantis, accentuant ainsi les inégalités et les vulnérabilités induites.

………………..

NOTE IMPORTANTE

Le mot POLITIQUE « recouvre autre chose que l’art d’harmoniser des intérêts divergents :

la politique vise à procurer à l’ensemble des citoyens les conditions matérielles et morales concrètes

dans lesquelles chacun pourra vivre humainement, librement.

Ce sont ces conditions qu’on désigne sous le nom de BIEN COMMUN ».

(Thomas Suavet, Dictionnaire économique et social, 2e édition, Paris, Les Éditions Ouvrières, ©1962, p. 312)

Le Passeur de la Côte

 

La bourse et la politique des États

« LA POLITIQUE NE SE FAIT PAS À LA CORBEILLE »,

a déclaré Charles de Gaullle, président de la France, en 1966.

Qu’a-t-il voulu dire?

Le président Nicolas Sarkozy dirait-il la même chose aujourd’hui?

En 1962, les hausses boursières ont été très importantes en France; en 1966, la bourse plongeait sérieusement. Le mot corbeille employé par de Gaulle désigne un « espace circulaire ou ovale, entouré d’une rampe, situé au centre du parquet et autour duquel les agents de change se font leurs offres et demandes (comme vous le voyez, nous sommes à la bourse). En 1966, ce que le président français a tenu à dire, c’est que: « La bourse n’a pas pour rôle de déterminer les politiques de l’État! »

Aujourd’hui, la zone euro est assujettie aux marchés financiers, soutiennent bien des spécialistes. Démocratie, où es-tu?

« La bourse n’a pas pour rôle de déterminer les politiques de l’État! »