Ceux de Varsovie : ils s’aiment comme nous.

Jacqueline DULAC interprète « Ceux de Varsovie » chanson lauréate du concours « La rose de France »

Source : Jacqueline Dulac « Ceux de Varsovie » – Vidéo Ina.fr

———–  ————–   —————   ————

Source : http://fr.lyrics.wikia.com/wiki/Jacqueline_Dulac/Ceux_de_Varsovie

La chanson « Ceux de Varsovie » a été interprétée par Jacqueline Dulac et apparaît sur l’album Ceux de Varsovie (1966). Paroles écrites par Eddy Marnay.

 

De Liverpool ou bien d’ailleurs

Ceux de l’Italie

Du nouveau monde ou bien d’ailleurs

Ils chantent comme nous

Ils s’aiment comme nous

Ils ont la même faim de vivre

Ceux qui n’ont jamais

Connu les neiges du printemps

Ceux qui n’ont jamais

Connu le bleu des océans

Ils marchent comme nous

Ils savent comme nous

Le prix des larmes ou bien des rires

Qu’ils n’aient pas les mêmes yeux

Qu’ils n’aient pas la même peau

Il faut bien un jour qu’ils meurent

Ou qu’ils naissent

Ceux de Varsovie

De Liverpool ou bien d’ailleurs

Ceux de l’Italie,

Du nouveau monde ou bien d’ailleurs

Ils sont pareils à nous

Ils sont au fond de nous

Ils sont du même sang que nous

Qu’ils n’aient pas les mêmes yeux

Qu’ils n’aient pas la même peau

Il faut bien un jour qu’ils meurent

Ou qu’ils naissent

Ceux de Varsovie

De Liverpool ou bien d’ailleurs

Ceux de l’Italie

Du nouveau monde ou bien d’ailleurs

Ils chantent comme nous

Ils s’aiment comme nous

Ils cherchent comme nous cherchons l’amourI

Les hommes ne sont pas des diables, mais des égoïstes.

« Souvenez-vous de La Religion dans les limites de la simple raison. Kant (Emmanuel Kant, philosophe allemand, 1724-1804) y explique que les hommes ne sont jamais méchants, qu’ils ne font jamais le mal pour le mal, ce qui serait diabolique, mais seulement pour un bien, pour leur bien; : les hommes ne sont pas méchants, mais mauvais; ce ne sont pas des diables, mais des égoïstes. Quand j’explique ce texte avec mes étudiants, ils m’objectent l’existence du sadique, qui fait le mal, disent-ils, pour le mal. Je leur réponds que non : le sadique fait du mal à l’autre parce que ça lui fait plaisir à lui! Or son plaisir, pour lui, c’est un bien… Un sadique, c’est donc simplement un égoïste (il met son plaisir plus haut que la souffrance d’autrui), doublé d’un pervers (qui jouit de cette souffrance), et c’est en quoi, bien souvent, il nous ressemble… Bref, je crois, avec Kant, que l’égoïsme est le fondement de tout mal. »

(André Comte-Sponville in André Comte-Sponville et Luc Ferry, La Sagesse des modernes. Dix questions pour notre temps, Paris, Éditions Robert Laffont. 1988, p. 67)