Françoise David se prononce : contre l’islamophobie, pour un Québec tolérant.

Source : Françoise David | Facebook

Je n’accepte pas de vivre dans un Québec intolérant. La question du niqab se réglera en Cour suprême, mais la question des rapports entre la majorité au Québec et ses minorités, dont la minorité musulmane, ça doit se régler au Québec en dehors d’une campagne électorale. L’immense majorité de nos concitoyens et concitoyennes de confession musulmane ne veulent qu’une chose : vivre en paix au Québec, en intégrant les valeurs québécoises d’égalité entre les hommes et les femmes.

Rendez-vous Solidaire – Discussion avec Françoise David, à Québec le mercredi 11 février 2015

 

Les Rendez-vous solidaires sont de retour en 2015! Celui du mois de février met en vedette la députée solidaire Françoise David. Elle nous parlera de son expérience à l’Assemblée nationale depuis l’automne dernier et abordera les enjeux de l’actualité. Une rencontre inspirante pour les militantEs!

Chaque Rendez-vous se veut un espace d’échange et de prise de parole. C’est aussi l’occasion de faire la connaissance des membres de notre association locale, de réseauter et de se mobiliser.

Venez rencontrer votre co-porte-parole solidaire et discuter avec elle. Conviez vos amiEs !

*Et profitez-en pour casser la croûte. Le Babylone offre un menu succulent, créatif, dont plusieurs assiettes végétariennes.*

 

Évènement Facebook: http://www.facebook.com/events/319261768270687/

 

Café Babylone 181, rue St-Vallier Est, Québec, G1K 3P2

 

(Source : http://www.quebecsolidaire.net/taschereau/evenements/rendez-vous-solidaire-discussion-avec-francoise-david/)

Françoise David, coporte-parole de Québec solidaire, à Tout le monde en parle le 9 mars 2014

Pour voir et entendre Françoise David, cliquez sur le lien suivant :

La Zone Audio • Vidéo | Radio-Canada.ca.

 

Quebec solidaire_Francoise David Quebec 2012-08-24

Françoise David sur le parvis de l’église Saint-Jean-baptiste, à Québec, en août 2012 (Photo de Roger Martel)

Hommage à Louise Laurin, une grande souverainiste progressiste

Blogue de Françoise David

http://www.quebecsolidaire.net/francoise-david/

Hommage à Louise Laurin, une grande souverainiste progressiste

Aujourd’hui, j’ai déposé une motion à l’Assemblée nationale pour rendre hommage à Louise Laurin, une grande souverainiste progressiste qui s’est éteinte le 7 janvier dernier.

Des membres de la famille et des proches de Mme Laurin étaient présents pour l’hommage de même que Jean Dorion, ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et ancien député bloquiste, ainsi que Nicole Boudreau, elle aussi ex-présidente de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

Voici les quelques mots que j’ai prononcés pour l’occasion :

L’Assemblée nationale rend un hommage mérité à une grande dame. Louise Laurin a milité, toute sa vie durant pour des causes justes et progressistes.

Mme Laurin aura été une figure marquante de l’histoire du Québec. Son parcours, allant de l’enseignement de l’histoire à celui de directrice d’école, est celui d’une humaniste engagée. En 1993, elle fonde la Coalition pour la déconfessionnalisation des écoles, projet qui aboutira à un amendement de la Constitution canadienne et donc à l’instauration des commissions scolaires linguistiques.

Active au sein des Partenaires pour la souveraineté, Louise Laurin se voulait résolument rassembleuse autour de l’idéal d’un Québec souverain.

Reconnue pour sa défense d’une citoyenneté québécoise inclusive et ouverte, elle a été honorée du titre de Patriote de l’année en 2005 par la Société St-Jean-Baptiste de Montréal. En 1998, elle disait : «J’ai toujours transmis le message que la souveraineté doit se faire pour le peuple et par le peuple. Je garde toujours l’espoir».

Au nom de Québec solidaire, je puis assurer que cet espoir est encore vivant. Merci madame Laurin.

À lire : Louise Laurin (1935-2013): une vie consacrée aux jeunes, au http://www.lapresse.ca/actualites/passages/201301/14/01-4611045-louise-laurin-1935-2013-une-vie-consacree-aux-jeunes.php

Budget de dépenses 2013-2014 du Québec : « Où est passée la solidarité promise ? » – Françoise David

Source : http://www.quebecsolidaire.net/budget-de-depenses-2013-2014-ou-est-passee-la-solidarite-promise-francoise-david/

6 décembre 2012

Budget de dépenses 2013-2014 : « Où est passée la solidarité promise ? » – Françoise David

« Contrairement aux prétentions du gouvernement, les nombreuses coupures annoncées aujourd’hui dans son budget de dépense toucheront directement les services aux citoyennes et aux citoyens. On leur demande de payer plus, mais pour recevoir moins de services », a analysé Françoise David, députée de Gouin et porte-parole parlementaire de Québec solidaire.

Mme David a énuméré des coupures qui toucheront des services destinés aux populations les plus vulnérables :

Au ministère des Affaires municipales, l’aide au logement social, communautaire et abordable est réduite de 35%, une perte de budget de 118 millions $

Au ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale, les mesures d’aide à l’emploi sont coupées de 22 millions $ et le budget d’aide à l’action communautaire réduit de 12% (1,06 million $)

Au ministère des Transports, l’enveloppe dédiée au transport adapté aux personnes handicapées est comprimée de 14%, soit 12 millions $;

Au ministère de la Santé et des Services sociaux, le Curateur public perd 4% de son budget

«Où est passé le gouvernement de la solidarité promis par Mme Marois dans son discours inaugural? Alors que les guignolées battent leur plein au Québec, que nous sommes plus que jamais conscients des problèmes de pauvreté, ces compressions laissent un goût amer », lance-t-elle.

Compressions majeures dans la recherche et l’innovation

Québec solidaire s’inquiète des coupures de 140 millions que devra absorber le réseau de l’enseignement supérieur. « Il va falloir que le ministre nous explique combien de cours devront être annulés pour arriver à ces compressions », a lancé Françoise David.

L’élue solidaire attire l’attention sur le recul marqué des crédits alloués à la recherche et l’innovation. En effet, le budget de dépenses 2013-2014 annonce des compressions de 32 millions $ (19%) dans le programme de Soutien à la science, à la recherche et à l’innovation et de 31,1 millions $ (16%) dans l’enveloppe pour les organismes dédiés à la recherche et à l’innovation.

« Sabrer la recherche, ça peut donner des économies rapides, mais c’est une mesure à courte vue qui hypothèque la capacité du Québec à innover » , estime Amir Khadir.

La Santé

L’augmentation des budgets d’environ un milliard $ à la Santé ira pour la moitié dans la rémunération des médecins souligne pour sa part Amir Khadir, député de Mercier, et lui-même médecin spécialiste. « Faites le calcul : 500 millions pour 20 000 médecins, ça fait une moyenne de 25 000$ par médecin. 500 millions pour 8 millions de Québécois et Québécoise, c’est 62$ par personne. Ce gouvernement ne met pas ses priorités à la bonne place », se désole-t-il.

Élections au Québec, 4 septembre 2012, 22 h 30

Amir Khadir a été réélu député, Françoise David entre à l’Assemblée nationale.

Les membres et les sympathisants de Québec solidaire espéraient que les élections du 4 septembre 2012 rendent leur parti plus fort; leur espoir s’est concrétisé. Ils continueront travailler, encore plus vigoureusement.

Le Passeur de la Côte (Roger Martel)

Voterez-vous pour un parti qui vous ment effrontément?

Nouveau billet – Blogue de Françoise David – Une grosse menterie!

30 août 2012

Texte tiré de http://www.quebecsolidaire.net/francoise-david/

Qu’est-ce qu’on peut lire en ce moment dans plusieurs stations du métro de Montréal? Une grosse menterie péquiste. Il faudrait, dit ce parti, un gouvernement majoritaire péquiste pour abolir les droits de scolarité universitaires. Faux! Un simple décret ministériel suffirait.

Il faudrait aussi cette majorité pour abolir la loi spéciale. Faux: l’article 36 de cette loi mentionne que « Les dispositions de la présente loi cesseront d’avoir effet le 1er juillet 2013 ou à la date ou aux dates antérieures fixées par le gouvernement. » Cet article met dans les mains du Conseil des ministres d’un gouvernement, majoritaire ou minoritaire, la possibilité de mettre fin à la loi spéciale.

Je suggère vigoureusement aux militants-es sincères du Parti québécois d’exiger de leur direction qu’elle cesse de propager ces menteries qui nuisent à la crédibilité-même de leur parti.

En cette fin animée de campagne, je propose que nous demeurions sur le terrain des idées, des projets, des visions pour un Québec prospère pour tous-tes, vert, souverain.

Françoise David

La pub en question :

Françoise David, coporte-parole de Québec solidaire, et le bien commun

Extrait du livre Bien commun recherché écrit par Françoise David et publié en 2004 chez Écosociété.

Mais qu’est-ce que le bien commun?

Le philosophe français Jean-Paul Jouary écrivait, dans la revue Virtualités : « Le bien commun le plus précieux, c’est le fait d’agir en commun pour dépasser ensemble ce qui fait obstacle au progrès de tous et à l’épanouissement de chacun ».

Il y a là tout un programme! Ce qui me paraît intéressant dans cette affirmation, c’est qu’elle n’oppose pas la recherche du bonheur individuel à la nécessaire recherche de justice sociale. M. Jouary nous convie à une réflexion sur notre indépendance, notre appartenance à une communauté et les responsabilités qui en découlent. Comment, en effet, atteindre l’épanouissement du potentiel de chacune et chacun d’entre nous sans le soutien des autres, sans la générosité et la solidarité des autres?

Plus avant, cette définition du bien commun nous force à analyser ce qui fait obstacle « au progrès de tous et à l’épanouissement de chacun ».

[…] ll nous faut donc questionner les choix politiques, économiques et sociaux qui empêchent une société d’atteindre un plein épanouissement de toute la population. Et ne pas s’en remettre, comme on nous y invite, à la « main invisible » du marché. L’économie doit être au service de la population, dans une perspective de progrès social, de justice et de lutte contre les inégalités.

[…] Rechercher le bien commun, c’est s’appuyer aussi sur les conventions, chartes et déclarations internationales qui consacrent des droits humains fondamentaux individuels et collectifs. C’est s’assurer du maintien et de l’amélioration de nos institutions démocratiques. C’est soutenir les citoyennes et les citoyens de tous les milieux qui veulent participer à la vie démocratique de leur région, de leur province, de leur pays. La recherche du bien commun valorise l’activité humaine solidaire, gratuite ou à but non lucratif et la reconnaît comme une composante fondamentale de la vie en société. Parce que nous avons besoin les uns des autres, nous devons ménager des espaces d’entraide et de développement socio-économique en dehors d’une logique purement marchande.

Oui, il est exigeant de souscrire à ces valeurs si éloignées du « confort et de l’indifférence ». Cette vision se fonde sur l’utopie assumée d’un monde meilleur, plus juste et plus humain. On criera sans soute à la naïveté mais étaient-ils naïfs ceux et celles qui, au début du XXe siècle, réclamaient l’abolition du travail des enfants en Amérique du Nord, soulevant l’ire des entreprises et l’épouvantail des faillites? Étaient-ils naïfs les esclaves qui revendiquaient leur liberté? Les mouvements féministes qui se battaient pour le droit de vote des femmes?

Par ou commencer?

Le changement commence « entre les deux oreilles », par une nouvelle façon de voir le monde. Par le développement d’un esprit critique et constructif. Par la recherche de propositions alternatives à la société purement mercantile que l’on nous propose insidieusement.

(Françoise David, Bien commun recherché, Montréal, Les Éditions Écosociété, 2004, p. 33-36)

Vous voulez connaître davantage Françoise David? Vous pouvez consulter les sites suivants :

http://www.quebecsolidaire.net/francoise-david/

http://www.facebook.com/FrancoiseDavid.QS

http://twitter.com/FrancoiseDavid

http://www.quebecsolidaire.net

On peut écouter une allocution de Madame David au http://www.quebecsolidaire.net/blogue/articles/external-videos/lancement-de-colere-et-despoir-discours-de-francoise-david/.

On peut lire des extraits du dernier livre de Françoise David – De colère et d’espoir (Éditions Écosociété, 2011) au http://www.ledevoir.com/politique/quebec/334319/extraits-du-nouveau-livre-de-francoise-david-de-colere-et-d-espoir (journal Le Devoir).

………

Le texte suivant provient de http://www.quebecsolidaire.net/equipe/francoise-david/ :

Françoise David est la présidente et la porte-parole de Québec solidaire. Quarante années d’engagement social et politique n’ont pas altéré ses idéaux: faire du Québec un pays de projets, un pays du bien commun et de l’égalité, un pays vert à l’économie sociale et solidaire, démocratique, où l’on vit en français.

Rigoureuse et intègre, Françoise David a développé, à travers ses responsabilités et ses engagements, une fine compréhension des enjeux politiques québécois. Lors des budgets et de commissions parlementaires, elle a confronté nombre de ministres et de premiers ministres sur leurs politiques économiques et sociales.

Organisatrice communautaire de formation, Françoise David a aussi été au cœur de la mise sur pied de la Marche mondiale des femmes, un évènement qui a vu le jour au Québec et qui a lieu dans une centaine de pays. Il a rassemblé des centaines de milliers de personnes.

Françoise David est aussi une mère, une travailleuse, une femme engagée qui connaît bien les défis que représente la conciliation de toutes les activités de la vie d’aujourd’hui. Avec son fiancé François, elle habite depuis plus de 30 ans le quartier de la Petite-Patrie à Montréal dans la circonscription électorale de Gouin.

Femme de principes possédant une passion contagieuse, elle désire mettre son engagement et son expérience au service des citoyennes et citoyens de Gouin en rejoignant à l’Assemblée nationale Amir Khadir et une équipe de solidaires qui se tiendront debout pour le Québec.

……….

Françoise David au débat des chefs, le 19 août 2012

Le texte suivant provient de http://www.quebecsolidaire.net/francoise-david-se-distingue-au-debat-des-chefs-et-demontre-lutilite-dune-equipe-de-solidaires-a-lassemblee-nationale/) :

Françoise David se distingue au débat des chefs et démontre l’utilité d’une équipe de Solidaires à l’Assemblée nationale

À travers ce que Madame David a nommé « un combat de coq », elle a su faire preuve de sincérité et de respectabilité lors de son premier débat des chefs. Françoise David avec son calme et sa détermination a démontré toute la pertinence et l’utilité d’une équipe de Solidaires à l’Assemblée nationale.

« Françoise David s’est démarquée ce soir. Il est maintenant clair que le 4 septembre prochain, il n’est nul besoin de voter pour le moins pire, le Québec peut choisir le meilleur parti: Québec solidaire», affirme Amir Khadir, porte-parole de Québec solidaire.

Tout au long du débat, Madame David a su nommer les choses par leur nom. « Je crois que les Québécois ont découvert une voie essentielle ce soir. Québec solidaire est le seul parti qui a mis de l’avant la lutte à la pauvreté, l’arrimage entre l’économie, l’écologie ainsi que l’égalité entre les hommes et les femmes », conclut Amir Khadir, porte-parole de Québec solidaire.

…………

La solidarité avec les travailleurs

Mot de Françoise David – Toute une campagne!


Ainsi donc, le Parti québécois prend racine chez Quebecor. Ce parti entreprend une campagne publicitaire dans le 24 heures, un journal gratuit propriété de Quebecor. Or le 24 heures vient de congédier la moitié des employés de sa salle de rédaction. Formidable, non? Désormais beaucoup d’articles seront écrits par des employés de l’agence QMI, celle-là même qui a été mise sur pied par Pierre-Karl Péladeau, patron de l’empire, pour faire échec à la lutte des journalistes du Journal de Montréal. Et une partie du montage du 24 heures est faite à Ottawa.

Les députés-es du PQ qui sont mis de l’avant au cours de cette campagne ne ressentent-ils aucun malaise à faire campagne ainsi chez Quebecor? N’ont-ils gardé aucun souvenir de la dure lutte des journalistes à la rédaction et des employés-es aux petites annonces du Journal de Montréal? Le Parti québécois a beau se dire social-démocrate, les gestes parlent.

Nous apprenons au même moment que Pauline Marois consentirait à ouvrir le code du travail pour moderniser les dispositions antibriseurs de grève en autant que l’on ouvre aussi d’autres articles pour satisfaire les attentes des employeurs. « C’est toujours une question d’équilibre » dit-elle, citée par le Devoir. D’équilibre? Et moi qui croyais que les employeurs avaient bien assez de pouvoir au Québec! Vous avez vu les fermetures des Couche-Tard? Difficile de se syndiquer au Québec même si des lois sont censées protéger ce droit social.

Pour moi, pour nous à Québec solidaire, la solidarité avec les travailleuses et les travailleurs doit être davantage qu’un discours. Elle doit s’incarner dans des gestes concrets. Voilà pourquoi nous ne solliciterons pas les journaux de l’empire Quebecor pour une campagne publicitaire.

Françoise David

De chose en chose, 16 novembre 2011

Le texte suivant, signé Françoise David, est tiré de http://www.francoisedavid.com/2011/11/plus-colonise-que-ca…/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+FrancoiseDavid+%28Françoise+David%29

PLUS COLONISÉ QUE ÇA…!

15 novembre 2011

Ainsi donc la Caisse de dépôt et de placement du Québec, fleuron de notre économie, embauche des cadres supérieurs unilingues anglophones. Les comités d’investissement du groupe immobilier Ivanhoé Cambridge, filiale de la Caisse, se passeraient généralement en anglais.

Nous pensions que seul Stephen Harper avait le culot de choisir des juges unilingues anglophones à la Cour suprême? Détrompons-nous, l’embauche de cadres unilingues à la Caisse de dépôt, ça se passe au Québec et ce sont des Québécois qui procèdent à ces embauches. On me dit que cette situation existe aussi dans de grandes entreprises québécoises, mondialisation oblige (disent-elles!).

On s’étonnera après cela que des jeunes Québécois veuillent être bien certains de parler couramment anglais lorsqu’ils se préparent à entrer dans les milieux de travail! On se demandera pourquoi des immigrants-es francophones se mettent à apprendre l’anglais!

La connaissance de l’anglais, comme de d’autres langues, est une richesse pour quiconque. Mais je m’indigne devant ces entreprises qui exigent l’anglais à l’embauche même lorsque cela n’est pas nécessaire. Je m’insurge devant ces cadres unilingues anglophones, incapables de communiquer en français avec leurs employés. Voyez les propositions de Québec solidaire sur le français langue de travail à : http://tinyurl.com/3t7thnf

Le combat de la langue est plus que jamais nécessaire. Parce que le français, c’est notre passeur de culture. Parce que la culture québécoise est riche, variée, qu’elle nous rassemble au sein de la nation. Parce que le peuple du Québec se bat pour sa survie depuis 400 ans et veut durer au coeur d’un continent anglophone. Parce que la planète vibre d’identités diverses et que l’homogénéité culturelle, dominée par l’anglais actuellement et par la culture américaine, pourrait nous faire perdre cette diversité culturelle.

J’espère que l’enquête menée par l’Office de la langue française à la Caisse de dépôt va déboucher sur des correctifs réels et immédiats. J’espère que nous serons nombreux à protester!

Françoise David, Québec solidaire

ESPACES WEB FORT INTÉRESSANTS:

(Alternatives. La solidarité en action) http://www.alternatives.ca/

(Presse-toi à Gauche) http://www.pressegauche.org/index.php

(Vigile) http://www.vigile.net/

(Alternatives Économiques) http://www.alternatives-economiques.fr/

(Alternatives économiques. Mondialisation) http://www.alternatives-economiques.fr/mondialisation_fr_01_98.html

(Dehors Harper) http://dehorsharper.wordpress.com/

(Cahiers du socialisme) http://www.cahiersdusocialisme.org/

(Réseau du Forum social de Québec Chaudière-Appalaches) http://www.reseauforum.org/grille-calendrier/

(Canadian Centre for Policy Alternatives – Centre canadien de politiques alternatives) http://www.policyalternatives.ca/

(The Canadian Centre for Policy Alternatives is an independent, non-partisan research institute concerned with issues of social, economic and environmental justice. Founded in 1980, the CCPA is one of Canada’s leading progressive voices in public policy debates.)

LIVRE GRATUIT DANS LE WEB

LA SOLUTION, PAR RENÉ LEVESQUE, ANCIEN PREMIER MINISTRE DU QUÉBEC ET CHEF DU PARTI QUÉBÉCOIS – Le programme du Parti québécois présenté par René Lévesque. (1970)

http://classiques.uqac.ca/collection_documents/parti_quebecois/la_solution/la_solution.html

VIENT DE PARAÎTRE :

OUR SCHOOLS/OUR SELVES: FALL 2011. INSTRUMENTS OF SOCIAL CHANGE

by Erika Shaker

November 15, 2011 – Price: $15

Le texte suivant a été extrait de http://www.policyalternatives.ca/publications/ourschools-ourselves/our-schoolsour-selves-fall-2011

(espace web du Canadian Centre for Policy Alternatives – Centre canadien de politiques alternatives)

The fall 2011 issue of Our Schools/Our Selves asks: « If schools are truly to be instruments of social change, how we can ensure that the change we build together is inclusive, empathetic, just and empowering; that it serves students, educators and communities; that it broadens horizons rather than narrowing them; and finally, that its “strings” connect and engage rather than bind and limit? »

« The violin is a powerful image — strings and bridges evoke the act of making connections between students and their classrooms, and between schools and wider communities — and is a useful starting point into an exploration of what we must help schools do in order to build progress in a range of areas: gender equity; creating sustainable communities; media education and analysis; a school system that values experience, and cultural and social relevancy over standardization and evaluation; social justice, and accountable public institutions. »