Pourquoi taxer les entreprises?

Source : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/466648/perspectives-la-part-des-entreprises

Extrait d’un article d’Éric Desrosiers publié le 26 mars 2016

La part des entreprises

… toute cette histoire d’impôt sur les profits est une fiction, affirment certains. Les compagnies ne sont que des coquilles légales. Ceux qui payent vraiment sont soit les actionnaires, par des rendements moindres, soit les employés, par des conditions de travail moindres. Plus une entreprise est mobile et plus cela risque d’être les employés.

Alors, pourquoi continuer d’essayer de taxer les entreprises ? pourrait-on demander.

D’abord peut-être parce qu’Ottawa aurait bien du mal à se priver cette année de près de 40 milliards de revenus et Québec, d’un peu moins de 7 milliards, sans compter les dizaines d’autres milliards en taxes et charges sociales.

Aussi, et peut-être surtout, parce que, aussi fictives soient-elles physiquement, les compagnies ne pourraient pas faire, bien concrètement, sans les lois, les routes, l’eau, les tribunaux, la police, les soins de santé, les écoles, les garderies, la paix sociale, la culture, les coins de nature et toutes ces autres choses largement payées par les autres contribuables faits de chair et d’os. Cela s’appelle fournir sa part d’efforts.

 

L’incorporation fait économiser des impôts aux médecins, au Québec.

L’incorporation fait économiser des impôts aux médecins | ICI.Radio-Canada.ca.

 

EXTRAITS

Vérification faite : en se regroupant en société, les médecins économisent en effet beaucoup d’argent en impôts.

D’abord, parce que le taux d’imposition des revenus des sociétés est de 22 %, alors qu’il est de 48 % pour les individus. Deux sociétés de gestion en placements pour les médecins estiment que les professionnels incorporés économisent, en moyenne, jusqu’à 20 000 $ en impôts annuellement.

En outre, les médecins peuvent attribuer des revenus de leur société à d’autres membres de leur famille, réduisant davantage le montant d’impôts à payer.

(…)

C’est le premier ministre Philippe Couillard, lui-même médecin, qui a permis l’incorporation des médecins alors qu’il était ministre de la Santé.

 

 

La répartition de l’impôt

Taxer les riches, avec leur bénédiction (extraits)

LE MONDE | 16.08.2011 à 18h01 • Mis à jour le 08.09.2012 à 19h07

http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/08/16/taxer-les-riches-avec-leur-benediction_1560049_3234.html

1. Qui a déclaré : « Mes amis milliardaires et moi-même avons trop longtemps été gâtés. Nous, les mégariches, continuons de bénéficier d’exemptions fiscales extraordinaires. Notre gouvernement (doit) s’atteler sérieusement au partage des sacrifices. »

2. Qui a écrit : « Il me paraît indispensable que l’effort de solidarité passe d’abord par ceux que le sort a préservés. Oui, une contribution des plus riches s’impose. »

3. Quel dirigeant occidental a décidé d’augmenter de 5 % les impôts de ses concitoyens dont les revenus dépassent 90 000 euros, et de 10 % les revenus de plus de 150 000 euros ?

Vous hésitez ? Liliane Bettencourt ou Bernard Arnault, les premières fortunes françaises ? Jean-Luc Mélenchon ou Philippe Poutou, candidats respectifs du Front de gauche et du Nouveau Parti anticapitaliste ? Nicolas Sarkozy, le président français ? Vous faites erreur.

Il s’agit : 1. De Warren Buffett, l’homme le plus riche du monde, dans une tribune au New York Times, le 15 août ; 2. De Maurice Lévy, le patron de Publicis, dans nos colonnes ce jour même ; 3. De Silvio Berlusconi, président du conseil italien et l’homme le plus riche de la Péninsule, dans le cadre du nouveau plan de rigueur annoncé le 12 août.

(…)

Bref, l’idée qu’il faut taxer davantage les riches pour renflouer plus rapidement et équitablement les caisses des Etats n’est pas forcément l’apanage de gauchistes indécrottables. (…)  

l’impôt « doit être également réparti entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés ». On ne cite pas là Warren Buffett, mais l’article 13 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789.