ILS DISENT QUE L’ISLAMISME EST INDISSOCIABLE DE L’ISLAM.  QU’EN PENSEZ-VOUS?

INTRODUCTION :

LA VIOLENCE DANS LE CORAN, LIVRE SACRÉ DE L’ISLAM

EXTRAITS DU CORAN

Nous jetterons bientôt dans le Feu

ceux qui ne croient pas à nos Signes.

Chaque fois que leur peau sera consumée,

nous en leur donnerons une autre

afin qu’ils goûtent le châtiment.

– Dieu est, en vérité, puissant et juste –

(Coran 4, 56) (Traduction : Denise Masson, islamologue)

Telle sera la rétribution de ceux qui font la guerre contre Dieu et contre son prophète [Mahomet], et de ceux qui exercent la violence sur la terre : ils seront tués ou crucifiés, ou bien leur main droite et leur pied gauche seront coupés, ou bien ils seront expulsés du pays. (Coran 5, 33).1

Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier : ceux qui ne déclarent pas illicite ce que Dieu et son prophète [Mahomet] ont déclaré illicite; ceux qui parmi les gens du Livre [juifs et chrétiens ou « Nazaréens »], ne pratiquent pas la vraie Religion [l’islam ]. Combattez-les, jusqu’à ce qu’ils paient directement le tribut après s’être humiliés. (Coran 9, 29)1

Ne faiblissez pas! Ne faites pas appel à la paix quand vous êtes les plus forts. Dieu est avec vous, il ne vous privera pas de la récompense due à vos œuvres. (Coran, 47,35)1

Quant à ceux qui ne croient pas,

je les châtierai d’un terrible châtiment,

en ce monde et dans la vie future.

– Ils ne trouveront pas d’auxiliaires [secoureurs].

(Coran,3, 56) (Traduction : Denise Masson, islamologue)

Ô Prophète, combats les hypocrites et les infidèles; traite-les avec rigueur. La géhenne  [lieu destiné au supplice des damnés] est leur demeure. Quelle détestable séjour!

(Coran 9, 74) (Traduction : Kasimirski)

Quant aux incrédules,

ils jouissent un certain temps des biens de ce monde,

ils mangent comme mangent les bestiaux;

leur lieu de séjour sera le Feu.

(Coran 47,12) (Traduction : Denise Masson, islamologue)

Nous avons préparé pour les incrédules

des chaînes, des carcans et un brasier.

(Coran 76,4) (Traduction : Denise Masson, islamologue)

Les Juifs disent : Ozaïr est fils de Dieu. Les Chrétiens disent : Moïse est le fils de Dieu. Telle sont les paroles de leurs bouches; elles ressemblent à celles des infidèles d’autrefois. Que Dieu leur fasse la guerre! Qu’ils marchent à rebours!

(Coran 9, 30) (Traduction : Kasimirski)

Combattez dans le chemin de Dieu

ceux qui luttent contre vous.

  • Ne soyez pas transgresseurs; Dieu n’aime pas les transgresseurs –
  • Tuez-les partout où vous les rencontrerez; chassez-les des lieux d’où ils vous auront chassés.
  • La sédition est pire que le meurtre –

(Coran 2, 190) (Traduction : Denise Masson, islamologue)

Ils [les hypocrites] aimeraient vous voir incrédules,

comme ils le sont eux-mêmes,

et que vous soyez ainsi semblables à eux.

Ne prenez donc aucun protecteur parmi eux,

jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le chemin de Dieu.

S’ils se détournent, saisissez-les;

tuez-les partout où vous les trouverez.

(Coran 4, 89) (Traduction : Denise Masson, islamologue)

Ô vous qui croyez!

Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens;

ils sont amis les uns des autres.

(Coran 5, 51) (Traduction : Denise Masson, islamologue)

Telle sera la rétribution

de ceux qui font la guerre

contre Dieu et contre son prophète,

et de ceux qui exercent la violence sur la terre :

ils seront tués ou crucifiés,

ou bien,

leur main droite et leur pied gauche seront coupés,

ou bien ils seront expulsés du pays.

Tel sera leur sort :

la honte en ce monde

et le terrible châtiment dans la vie future;

(Coran 5, 33) (Traduction : Denise Masson, islamologue)

1. Cité par Annie Laurent, L’Islam pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore), Paris, Éditions Artège, © 2017

« IL EST ÉVIDENT QUE LES TERRORISTES SE RÉFÈRENT AU CORAN POUR JUSTIFIER LE REJET DE L’AUT ET LE RECOURS À LA VIOLENCE. »

(Annie Laurent, docteur d’État en sciences politiques, spécialiste reconnue du Proche-Orient depuis 1980,

L’Islam pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore), Paris, Éditions Artège, © 2017, p. 75)

ILS DISENT QUE L’ISLAMISME EST INDISSOCIABLE DE L’ISLAM.

ANNE-MARIE DELCAMBRE. Docteure de troisième cycle de l’Université Paris-IV en études islamiques

Anne-Marie Delcambre (1943-2016) était une islamologue française.Docteure de troisième cycle de l’Université Paris-IV en études islamiques, docteure d’État en droit et agrégée d’arabe classique. Elle a été professeur d’arabe au lycée Louis-le-Grand et a participé à la rédaction d’articles dans l’Encyclopædia of Islam. Elle est également l’auteur de nombreux livres et articles sur Mahomet et l’islam. (Source : https://fr.wikiquote.org/wiki/Anne-Marie_Delcambre)

[…] dans la langue française, islam et islamisme étaient synonymes, et cela depuis 1697, quand Barthélémy d’Herbelot de Molainville, professeur au Collège de France, ajouta le suffixe « isme » au mot arabe islam pour en faire un nom désignant une religion.

En effet, de tous les noms désignant des religions, « islam » était le seul qui ne fût pas terminé par « isme ». Or, dans l’édition de 1992 du Dictionnaire Le petit Larousse, on constate que le mot « islamisme » pour désigner la religion est considéré comme « vieilli ». En revanche, la définition de l’islamisme est devenue politique : « Mouvement politico-religieux préconisant l’islamisation complète, radicale, du droit, des institutions, du gouvernement dans les pays islamiques. […] une acception est dite « vieillie » quand elle n’est plus attestée depuis plus d’un siècle. Un sens qui vieillit en moins de dix ans, cela ne s’est vu dans aucun pays au monde. Et c’est ainsi que « islam » et « islamisme » ne sont plus synonymes. On ne s’étonnera pas de lire que, pour le professeur Khaled Dourane de l’université de Philadelphie, « l’islamisme est un genre de totalitarisme qui s’est répandu dans le monde à la fin du XXe siècle. Il est identique aux régimes fascistes ou communistes et aspire à dominer le monde. » En fait, cette distinction est en partie due au juriste égyptien Al-Achmâwi qui avait lancé : « Dieu voulait que l’islam fût une religion, mais les hommes ont voulu en faire une politique ».

Désavoué par ses coreligionnaires, considéré comme hétérodoxe, Achmâwi allait fournir à l’Occident la plus belle porte de sortie qu’on puisse imaginer. Désormais, il serait interdit de faire un amalgame entre l’islam et l’islamisme. D’un commun accord, religieux, politiques, journalistes se mirent à répéter que l’islam, ce n’était pas l’islamisme ; que les deux réalités étaient bien distinctes ; que l’islam ne pouvait être tenu pour responsable des crimes commis par les islamistes, assimilés à des terroristes.

Soufi ou mufti ? Quel avenir pour l’islam, Anne-Marie Delcambre, éd. Desclée de Brouwer, 2007, p. 141

Cité in https://fr.wikiquote.org/wiki/Anne-Marie_Delcambre


ANNE-MARIE DELCAMBRE. Docteure en études islamiques. Docteure d’État en droit. Agrégée d’arabe classique.

Anne-Marie Delcambre (1943-2016). Islamologue française, docteure en études islamiques.

Au risque de choquer, il faut avoir le courage de dire que l’intégrisme n’est pas la maladie de l’Islam. Il est l’intégralité de l’Islam. Il en est la lecture littérale, globale et totale de ses textes fondateurs. L’Islam des intégristes, des islamistes, c’est tout simplement l’Islam juridique qui colle à la norme.

L’Islam des interdits, Anne-Marie Delcambre, éd. Desclée de Brouwer, 2003, p. 11.

Cité in https://fr.wikiquote.org/wiki/Anne-Marie_Delcambre


ANNIE LAURENT. Docteure d’état en sciences politiques.

Annie Laurent est docteur d’État en sciences politiques. Spécialiste reconnue du Proche-Orient depuis 1980, ses recherches et publications portent sur toutes les questions politiques qui secouent cette région, sur l’Islam, les Chrétiens d’Orient et sur le dialogue interreligieux. Le pape Benoît XVI l’a nommée experte au Synode spécial des Évêques pour le Moyen-Orient qui s’est tenu à Rome en octobre 2010. Elle est l’auteur de nombreux articles publiés dans des revues spécialisées et d’ouvrages tels que :

L’Islam peut-il rendre heureux ? (Artège, 2012), Vivre avec l’Islam ? (Saint-Paul, 1996),

L’Europe malade de la Turquie (François-Xavier de Guibert, 2005),

Les chrétiens d’Orient vont-ils disparaître ? (Salvator, 2008), L’Islam, un danger pour l’Europe ? (La Nef, 2009), L’Islam pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore) (Artège, 2017).

Que penser de la recommandation à ne pas faire d’amalgame entre islam et islamisme? S’ll ne faut pas réduire l’islam à ses seules manifestations extrémistes, la lucidité impose de reconnaître qu’elles ne lui sont ni étrangères ni opposées. […] Entre islam et islamisme, il y a […] une différence de degré, mais pas de nature.

[…]

Il n’appartient […] pas aux Occidentaux et aux chrétiens de se prononcer sur ce qu’est le véritable islam. Mais leur regard sur les musulmans doit prendre en considération l’attitude concrète de ces derniers dans la vie quotidienne et dans les événements du monde.

Annie Laurent, L’Islam pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore), Paris, Éditions Artège, © 2017, p. 54-55


YVON QUINIOU. Docteur en philosophie.

Yvon Quiniou, agrégé et docteur en philosophie, est connu pour ses travaux sur le matérialisme, la morale et la politique qui lui ont souvent valu d’intervenir sur France Culture et même à la télévision. Il collabore à diverses revues et, citoyen engagé, il intervient dans divers journaux, comme L’Humanité, Le Monde ou Marianne. (Source : http://denis-collin.viabloga.com/news/pour-une-approche-critique-de-l-islam vu le 05-02-2017 Philosophie et politique Site de Denis Collin)

Je veux démontrer que, contrairement à une idée reçue,on ne peut pas séparer l’islamisme radical de l’islam tout court, qui ne serait pas violent. Or ce n’est pas vrai : le Coran comporte des appels multiples à la haine et au meurtre des infidèles ou des non-croyants. Il s’y ajoute d’autres défauts inadmissibles : l’obscurantisme, le dogmatisme, la Charia qui nie l’autonomie politique de l’homme. Il faut avoir le courage de le dire etinciter l’islam à se réformer profondément. (Manuel Rodriguez, Le philosophe lyonnais Yvon Quiniou sort un essai intitulé Pour une approche critique de l’islam, Pays de la Loire (le Journal du pays Yonnais), 20 juin 2016)

[…] il faut avoir l’audace de voir les choses en face : « Le sommeil de la raison engendre des monstres » disait Goya… même s’il est entendu que l’islamisme trouve sa source aussi, sinon surtout, dans des facteurs socio-politiques qui sont hors-raison. Mais dénier aux idées ou aux croyances irrationnelles et déraisonnables une causalité propre dans la genèse ou l’entretien du malheur du monde, relève d’un angélisme ou d’une intelligence impardonnables à mes yeux, et l’on sait depuis Pascal que « qui fait l’ange fait la bête », en l’occurrence s’aveugle et alimente « la bête immonde ». Je ne veux pas participer à cette défaite inédite aujourd’hui de la pensée critique. (Yvon Quiniou, cité in http://denis-collin.viabloga.com/news/pour-une-approche-critique-de-l-islam consulté le 05-02-2017, Philosophie et politique Site de Denis Collin)

Mais est-ce l’islam qui est en cause [l’auteur vient de parler de l’attentat contre Charlie Hebdo et des massacres de novembre 2015 à Paris], me dira-t-on, de façon à innocenter d’une manière subreptice le premier distingué artificiellement du second? Car telle est l’antienne que j’entends partout, avec l’appui irresponsable des médias […] : l’islam est une religion d’amour et de paix, proclame-t-on, et l’islamisme (radical) n’en est qu’une déformation ou une trahison. Or, soyons clair : étant entendu que ce que je vais dire ne concerne pas les musulmans dans leur pratique quotidienne, mais seulement la religion musulmane en elle-même, ignorée dans ses fondements par la majorité d’entre eux, ce propos est faux, totalement faux. Il faut le dire : j’entends avoir le courage, intellectuel et moral de le dire, comme Spinoza avait le courage, dans son traité théologico-politique de dénoncer les aberrations de toutes les religions, hormis leur message d’amour à l’égard de tout être humain – ce qui n’est pas le cas, précisément, de l’islam quoi qu’on prétende. (Yvon Quiniou, Pour une approche critique de l’islam, H&O éditions, © 2016, p.13-14)


BERNARD LEWIS. Historien.

Bernard Lewis, historien, est né à Londres en 1916, il est décédé en 2018.

« Mr. Lewis, who wrote or edited more than two dozen books and hundreds of articles, was regarded as perhaps the leading expert on interactions between the Christian and Islamic worlds. » (Douglas Martin, Bernard Lewis, Influential Scholar of Islam, Is Dead at 101, New York Times, 21 mai 2018, https://www.nytimes.com/2018/05/21/obituaries/bernard-lewis-islam-scholar-dies.html

On touche ici une question beaucoup plus vaste, celle de la position des religions vis-à-vis du recours à la force, à la violence et plus précisément au terrorisme. De nombreux mouvements ont, à un moment ou à un autre, invoqué leur religion pour justifier le meurtre pratiqué à petite ou grande échelle. Deux noms propres originaires d’Orient sont d’ailleurs entrés, sous forme de noms communs, dans l’anglais comme dans le français : « thug » de l’Inde, et « assassin » du Moyen-Orient, l’un et l’autre désignant à l’origine des sectes religieuses fanatiques qui s’étaient fait une spécialité d’assassiner ceux qu’elles tenaient pour des ennemis de la foi.

La pratique puis la théorie de l’assassinat sont apparues plus tôt dans l’histoire du monde musulman, à l’occasion de conflits autour de la direction politique de la communauté musulmane [des successeurs de Mahomet, appelés califes, ont été assassinés, etc.]. […]

La secte musulmane des « Assassins » […] est apparemment la première à avoir fait de l’acte dont elle tire son nom un système et une idéologie. Contrairement à la croyance populaire, ses attaques ne visaient pas tant les croisés que les dirigeants musulmans qu’elle tenait pour des usurpateurs impies. En ce sens […] les Assassins sont les véritables précurseurs des terroristes « islamistes » actuels, dont certains avancent précisément cet argument. […]

[…] les Assassins furent finalement vaincus par des expéditions militaires […] Il est fort possible que les assassins d’aujourd’hui soient eux aussi vaincus, mais la route sera longue et ardue. Les Assassins médiévaux étaient une secte extrémiste, très éloignée du courant principal de l’islam. Tel n’est pas le cas de leurs épigones [successeurs] actuels.

Bernard Lewis, L’Islam en crise, traduit de l’anglais par Jacqueline Carnaud, Paris, Gallimard, © 2003, passages tirés des pages 156, 157, 158 et 159. Titre original : The crisis of islam. Holy war and unholy terror, 2003)


SOHEIB BENCHEIKH. Docteur en Religions et systèmes de pensée (Sorbonne). Ancien interprète officiel de la loi musulmane, à Marseille.

Soheib Bencheikh, islamologue français, a étudié la théologie islamique à Alger et au Caire et a obtenu un doctorat en Religions et systèmes de pensée à la Sorbonne (Paris). Il a été nommé mufti ( interprète officiel de la loi musulmane) de Marseille par l’Institut musulman de la Grande Mosquée de Paris en 1995, poste qu’il a occupé 10 ans. (D’après le quotidien Le Devoir, http://www.ledevoir.com/politique/canada/483568/islam-la-modernite-ou-la-marginalite)

« Si on prend le texte fondateur de l’islam et on l’applique, on ne doit rien reprocher à Daech ! Alors, soit on combat une lecture littéraliste parce qu’il s’agit d’une convention d’un siècle qui n’est pas le nôtre, et qu’au nom de l’intelligence et de l’humanité, on fait face à cette lecture conquérante et dangereuse, soit on doit reconnaître qu’eux [Daech] sont plus musulmans que les autres ! »

Cité par Hélène Buzzetti, La modernité ou la marginalité. L’islamologue français invite les musulmans à vivre leur religion en phase avec l’époque, Le Devoir (quotidien de Montréal), 1 novembre 2016, http://www.ledevoir.com/politique/canada/483568/islam-la-modernite-ou-la-marginalite


KHADIYATOULAH FALL ET SAMIR AMGHAR

Khadiyatoulah Fall, Samir Amghar, respectivement de l’Université du Québec à Chicoutimi et de l’European Foundation for Democracy, à Bruxelles.

Qu’y a-t-il dans le Coran et dans la Sunna prophétique qui autorise les djihadistes à se réclamer de l’islam, à scander le nom d’Allah chaque fois qu’ils commettent un attentat meurtrier? Voilà une question légitime qui doit être posée et devant laquelle les communautés musulmanes ne peuvent se dérober.

[…] comment ne pas céder ni à l’amalgame qui fait de l’islam un problème en soi, ni à l’angélisme qui déconnecte le terroriste djihadiste de toute base idéologique religieuse ?

Les explications scientifiques du processus d’engagement violent au nom de l’islam ne s’entendent pas sur la place qu’il faut accorder à la religion musulmane dans l’équation de la radicalisation. Tantôt l’islam est présenté comme le vernis religieux, le prétexte facile pour justifier à postériori des positions violentes, tantôt il est analysé comme la matrice fondatrice des actions violentes.

[…]

Si l’on ne peut éviter d’interroger le Coran dans ses fondements, dans son passé et dans ce que l’islam apportait comme instrument d’émancipation ou de domination, il demeure cependant que la demande urgente de la forte majorité des musulmans, et surtout des musulmans de la diaspora, porte sur la capacité aujourd’hui du Coran d’autoriser une réflexion religieuse qui soit audible dans un contexte du vivre-ensemble fondé sur le respect de l’égalité des droits, de la liberté de croyance et sur le rejet sans ambiguïté de toute idéologie de la violence au nom de la foi. Il est demandé aux musulmans d’aujourd’hui de produire une interprétation du Coran qui ferme toute possibilité pour l’islamisme meurtrier de cheminer à côté du Livre saint.

L’islam est-il responsable de la violence islamiste? Le Devoir (quotidien du Québec), 8 juillet 2017, https://www.ledevoir.com/opinion/idees/502977/l-islam-est-il-responsable-de-la-violence-islamiste

——————————————-

ADRIEN CANDIARD. Membre de l’Institut dominicain d’études orientales au Caire.

Frère dominicain né en 1982. Ancien élève de l’École normale supérieure de Paris et de Sciences-Po Paris. Membre de l’Institut dominicain d’études orientales au Caire. Auteur de En finir avec la tolérance? (Presses universitaires de France, 2014) et Veilleur, où en est la nuit? (Cerf, 2016). (Source : Flammarion, quatrième page de couverture du livre Comprendre l’islam ou plutôt : pourquoi on n’y comprend rien, signé par Adrien Candiard, 2016)

« D’autres [des experts] […] nous disent que l’islam est évidemment une religion brutale, dont la violence n’est pas un accident de l’histoire ou l’effet de la folie de quelques-uns de ses adeptes, mais bien la conséquence nécessaire de ses textes sacrés. Pour ce faire, ils nous citent des passages insupportables tirés du même Coran, comme le célèbre « verset du sabre » : « Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier; ceux qui ne déclarent pas illicite ce que Dieu et son prophète [Mahomet] ont déclaré illicite; ceux qui, parmi les gens du Livre [les juifs et les chrétiens], ne pratiquent pas la vraie Religion. Combattez-les jusqu’à ce qu’ils payent directement le tribut, après s’être humiliés » (Coran 9, 29).

On pourrait multiplier longuement les exemples et les citations, dans les deux sens., Vérification faite, tous ces versets aux accents si différend se trouvent bien dans le Coran. Alors qui a raison? Pourquoi ne peut-on pas les départager une bonne fois pour toutes, en ouvrant le livre? Pourquoi peut-on dire sur l’islam tant de choses contradictoires et apparemment fondées?

Adrien Candiard, Comprendre l’islam ou plutôt : pourquoi on n’y comprend rien, Flammarion, 2016, p. 14-15


ABDELWAHAB MEDDEB. Écrivain. Spécialiste du soufisme.

Écrivain (Prix François-Mauriac, 2002), directeur de la revue Dédale, spécialiste du soufisme, animateur de l’émission Cultures d’islam sur France Culture, essayiste en faveur d’un islam libéral. (Source : Wikipedia consulté le 7 juin 2020) (Soufisme : règles et pratiques ascétiques et mystiques d’un ensemble d’écoles, de sectes et de confréries musulmanes. – Source : Encyclopédie Larousse en ligne)

L’islamisme est la maladie de l’islam, mais les germes sont dans dans le texte [le Coran].

(Marc Semo et Christophe Boltanski, Abdelwahab Meddeb : L’islammisme est la maladie de l’islam, mais les germes sont dans dans le texte », journal français Libération, 23 septembre 2006)


ALEXANDRE ADLER. Historien. Journaliste.

Agrégé d’histoire, éditorialiste associé au quotidien français Le Monde, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire Courriel international. (Source : quatrième page de couverture du livre d’Alexandre Adler intitulé J’ai vu finir le monde ancien, Paris, Grasset, © 2002)

« Quel est le discours du fondamentalisme religieux? En quoi est-il fidèle à la tradition du texte sacré? C’est la question que nous nous posons tous.

[…]

« Le problème politique majeur, c’est que ceux qui s’opposent [chez les musulmans] à l’intégrisme n’ont pas tout à fait la théorie adéquate. Tour ce que disent les islamistes est bien dans le texte [le Coran]. Les intégristes ne sont pas des hérétiques – en tout cas en ce qui concerne les sunnites, comme Oussama ben Laden. Ils ne développent pas des conception nouvelles de l’islam. Simplement, au nom de la guerre sainte, ils veulent créer un État pour tous les croyants [musulmans]. »

Alexandre Adle, J’ai vu finir le monde ancien, Paris, Bernard Grasset, © 2002, p. 109-110


EMMANUEL PISANI. Docteur en philosophie, docteur de théologie.

Directeur de l’Institut de Science et de Théologie des Religions (Paris). Frère dominicain, docteur en philosophie, docteur de théologie. Auteur notamment de :  Le dialogue islamo – chrétien à l’épreuve. Père Anawati-Dr Baraka, Une controverse au vingtième siècle, Paris, L’Harmattan, 2014; 100 questions sur l’Église, Perpignan, Artège, 2013; 100 questions sur Dieu, Perpignan, Artège, 2012. Il a reçu le prix Mohammed Arkoun de la thèse d’islamologie. (Source : https://www.icp.fr/a-propos-de-l-icp/decouvrez-l-icp/facultes-et-instituts/emmanuel-pisani–27474.kjsp)

EXTRAITS DE : Emmanuel Pisani, Islam et islamisme. Le défi de la question théologique, Revue Études, février 2018, https://www.revue-etudes.com/rubrique/societe-45 :

On peut distinguer l’islamisme, comme idéologie politique à l’origine des attentats, et l’islam, comme religion. On ne peut pourtant pas séparer complètement les deux. Il convient donc de déconstruire l’idéologie islamiste et de la rapporter aux textes fondateurs. […]

[…]

Il reste une question difficile mais incontournable : l’islam, la charia (« loi »), l’oumma (« communauté ») sont les ciments idéologiques du discours des islamistes et de la mise en œuvre d’une propagande efficace conduisant et justifiant les outrances criminelles en rupture totale avec le modèle occidental des droits de l’Homme. […]Les fous d’Allah n’ont rien d’esprits irrationnels ou dérangés, bien au contraire, leurs discours sont d’une logique implacable et c’est en se situant à la fois au niveau de la raison et de la foi, dans des contextes certes favorables, que l’on peut comprendre la propagation rapide de leurs idées.

[…]

Les causes économiques ou sociétales n’expliquent pas tout du phénomène islamiste. Il y a là une question incontournable. Qu’est-ce qui, dans l’islam, permet, nourrit, justifie l’islamisme ?

[…]

L’islamisme désigne, depuis les années 1970, l’idéologie religieuse qui s’inscrit dans le cadre du réformisme musulman et vise à purifier l’islam de ses « scories occidentales » en vue de contribuer à réislamiser le monde musulman et promouvoir la mission islamique pour rétablir le califat.

[…]

[…] les textes sacrés fondant les piliers de l’islamisme existent et ignorer l’acuité des lectures islamistes ne répond pas au problème. Ces textes gardent une capacité à définir et à préciser l’orthodoxie musulmane dans une perspective violente et antihumaniste. […]

[…] S’il n’y a pas en islam de magistère, il manque aujourd’hui une lecture consensuelle du Coran qui permettrait, par une historicisation, de neutraliser les versets qui appellent à l’usage concret de la violence sur le prochain.

[…] nonobstant les efforts de Tariq Ramadan pour présenter le visage de Muhammad sous les traits d’un homme moderne, les sources musulmanes le décrivent comme un chef de guerre, sans compassion pour l’apostat, combattant les tribus juives et les païens de La Mecque avec ardeur. Aujourd’hui, on hésite parfois à rappeler ces évidences car elles n’apparaissent pas « politiquement correctes » et renvoient à l’esprit de la polémique bien connue aux temps du Moyen Âge. Mais les récits des batailles sont toujours là et ils sont encore aujourd’hui convoqués. Sans l’enseignement explicite de leur historicisation et leur relativisation, ils peuvent à tout moment servir le pire. Sans ce travail historique et scientifique, légitimé par la raison, sur les dits qualifiés d’authentiques (sahih) et dont beaucoup justifient le meurtre ou les châtiments corporels, l’islam pourra toujours faire le lit de l’islamisme. L’enjeu théologique est donc incontournable.

Emmanuel Pisani, Islam et islamisme. Le défi de la question théologique, Revue Études, février 2018, https://www.revue-etudes.com/rubrique/societe-45


IBN WARRAQ.

Historien, « Islamic scholar and a leading figure in Qur’anic criticism » (https://secularhumanism.org/authors/ibn-warraq/). Auteur de l’«  ouvrage passionnant Pourquoi je ne suis pas musulman ? » (https://www.cairn.info/revue-cites-2002-1-page-3.htm). Auteur aussi de : The Origins of the Koran (1998), The Quest for the Historical Muhammad (2000), What the Koran Really Says: Language, Text and Commentary (2002).

 » He addressed the United Nations « Victims of Jihad » conference organized by the International Humanist and Ethical Union, alongside such speakers as Bat Ye’or, Ayaan Hirsi Ali, and Simon Deng. » (https://www.goodreads.com/author/show/3665.Ibn_Warraq)

CITATION 1

« … il n’existe pas de différence entre l’islam et l’intégrisme islamique. »

(Ibn Warraq, Pourquoi je ne suis pas musulman, 1999. Cité in http://fr.danielpipes.org/1825/pourquoi-je-ne-suis-pas-musulman)

CITATION 2

Il est temps, pour nous qui vivons en Occident et qui avons la chance de pouvoir nous exprimer librement, d’examiner calmement et avec le recul nécessaire les sources théoriques de l’islamisme, y compris le Coran dont de nombreux passages légitiment au nom de Dieu le recours à la violence:

[…]

IV.91: Ne prenez pas de patrons parmi eux [les incroyants], jusqu’à ce qu’ils soient revenus dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les et tuez-les, partout où vous les trouverez.

VIII.12: Moi, je répandrai la terreur dans le cœur de ceux qui sont incroyants [en arabe: kafarû], et Je frapperai sur les nuques, et Je frapperai en eux toutes les extrémités des doigts.

[L’auteur cite d’autres passages violents du Coran.]

La vie du Prophète lui-même ne doit pas échapper à cet examen critique, lui qui ne reculait pas devant l’assassinat politique et le massacre des Juifs. «Ah, mais vous confondez l’islam avec le fondamentalisme islamique! Le véritable islam n’a rien à voir avec la violence», rétorquent les avocats inconditionnels de cette confession.

Certes, il existe des musulmans modérés mais l’islam en lui-même n’est pas modéré. Tous les principes qui inspirent les extrémistes viennent du Coran, de la Sunna et des Hadiths [recueil des actes et paroles de Mahomet et de ses compagnons, à propos de commentaires du Coran ou de règles de conduite, lit-on dans un dictionnaire Larousse en ligne]. L’islamisme est une construction totalitaire édifiée par des juristes musulmans sur la base des textes fondamentaux de l’islam. Ils ont fait de l’islam le fondement d’une idéologie radicale et utopique qui vise à se substituer au capitalisme et à la démocratie en tant que système universel. D’où l’apparition d’une profonde haine anti-américaine dans des endroits très éloignés du Moyen-Orient, tels le Nigeria ou l’Afghanistan, démontrant ainsi que le conflit israélo-arabe n’est pas la seule clé d’explication du phénomène nommé islamisme. Si un Palestinien avait été impliqué dans l’attentat du World Trade Center, il aurait été considéré comme un martyr de la cause palestinienne, mais plus encore comme un martyr de l’islam.

(Ibn Warraq, Contre l’islam militant, Revue Politique internationale, n° 95 – Printemps 2002, http://www.politiqueinternationale.com/revue/print_article.php?id=276&id_revue=10&content=texte)

CITATION 3

Tous les musulmans ne sont pas terroristes. Tous les musulmans ne sont pas impliqués dans les événements tragiques qui ont frappé l’Amérique [11 septembre 2001]. Et il serait effrayant que se développent contre eux, contre leurs mosquées et leurs institutions, des actes de vengeance infâmes. Cependant, déclarer que l’islam n’a rien à voir avec les attaques terroristes, c’est ignorer l’évidence. C’est refuser pour toujours de comprendre. Car enfin, qu’est-ce qui conduit des fanatiques à abandonner leur vie sur terre pour gagner un paradis où 72 vierges attendent les martyrs musulmans ? L’islam !

(Ibn Warraq, Une idéologie totalitaire, Marianne (revue française)321e, 4/09/2001, https://www.marianne.net/archive/une-ideologie-totalitaire)

FIN

Un retour du religieux, vraiment? – Montée en visibilité de l’islam, et montée en puissance de l’islamisme.

Heinich Nathalie, Pour en finir avec “le religieux” : vers une analyse fonctionnelle des religiosités actuelles, dans revue ¿ Interrogations ?, N°25. Retour du religieux ?, décembre 2017 [en ligne], https://www.revue-interrogations.org/Pour-en-finir-avec-le-religieux (Consulté le 7 juillet 2019). ISSN 1778-3747

Nathalie Heinich est sociologue, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) (Paris). Outre de nombreux articles, elle a publié une trentaine d’ouvrages, traduits en quinze langues, portant sur le statut d’artis­te et d’auteur […]; les identités en crise (États de femme, L’Épreuve de la grandeur, Mères-filles, Les Ambivalences de l’émancipation féminine) ; l’histoire de la sociologie (La Sociologie de Norbert Elias, Ce que l’art fait à la sociologie, La Sociologie de l’art, Pourquoi Bourdieu, Le Bêtisier du sociologue, Dans la pensée de Norbert Elias, La Sociologie à l’épreuve de l’art) ; et les valeurs (La Fabrique du patrimoine, De la visibilité). Dernier ouvrage paru : Des valeurs. Une approche sociologique (2017). (https://www.revue-interrogations.org/_Heinich-Nathalie)

Introduction

Il serait tentant, à propos de ce « retour du religieux ? » proposé à la réflexion, de discuter de la pertinence du mot « retour » : dans quelle mesure est-il réel ou bien imaginaire ? Ne s’agit-il pas d’une simple montée en visibilité de ce qui n’avait jamais disparu sous l’effet du « désenchantement » (Weber, 1971 ; Gauchet, 1987), mais s’était simplement retiré de la sphère publique ? Ou bien, d’une sorte de retour du refoulé de ce que les élites intellectuelles et politiques ont longtemps préféré ignorer (Birnbaum, 2016) ? Ou bien encore, d’une sensibilité accrue aux manifestations religieuses en raison non de leur montée en légitimité mais, au contraire, de leur délégitimation, qui les rend plus visibles et pousse à les interpréter à tort comme l’effet d’une progression temporelle alors qu’il ne s’agit que d’une transformation axiologique, autrement dit d’un abaissement du seuil de tolérance (Heinich, 2007) ?

[…]

entre christianisme, judaïsme, islam, polythéisme, bouddhisme ou animisme, les différences sont telles que la mise en évidence de ce qui les rassemble peut s’avérer beaucoup plus complexe que ne le suggère la familiarité des termes « religion », « religieux ».

[…]

Dans le second cas – montée en visibilité de l’islam, et montée en puissance de l’islamisme –, nous assistons à une mobilisation d’au moins trois fonctions : la fonction politique, avec la prétention d’une religion à régir l’ensemble de la société ; la fonction communautaire, avec la réaffirmation – ou la revendication, selon – de l’appartenance de tous les musulmans à une même communauté religieuse, soudée autour d’un certain nombre de règles, et notamment de l’interdit de représentation du prophète ; et la fonction sacrificielle, qui pousse certains musulmans fanatisés à sacrifier leur vie dans des attentats terroristes. Nul doute que dans d’autres contextes, ce seraient d’autres fonctions qui pourraient prendre le pas dans l’exercice de la religion musulmane, comme le réclament d’ailleurs certains de ses membres : par exemple la fonction rituelle de la prière, la fonction éthique d’adhésion aux valeurs de tolérance, ou la fonction mystique que constitue l’épreuve individuelle de la relation avec une transcendance. Il faudrait bien sûr pouvoir expliquer l’activation de certaines de ces fonctions, plutôt que d’autres, par le contexte social, politique, économique, international – mais ce n’est pas le lieu ici.

Des musulmans indifférents aux événements qui secouent le monde; des musulmans favorables à la sécularisation de leur société et à la privatisation des pratiques religieuses…

N’oublions pas que des musulmans sont indifférents aux événements qui secouent le monde, que d’autres luttent pour la sécularisation de leur société et pour la privatisation des pratiques religieuses.

Extrait de Géo-histoire de l’Islam, ouvrage de Pascal Buresi, édition de poche, Belin, © Éditions Belin/Humensis 2018 (© Éditions Belin, 2005, pour la première édition), p. 497
[Pascal Buresi, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (France) et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (France). Il dirige l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (Paris). Il a notamment écrit Les mondes de l’Islam. Une foi, des cultures (Larousse, 2006) et Histoire de l’Islam (La Documentation française, 2007); il a dirigé la publication de Histoire des pays d’Islam De la conquête de Constantinople à l’âge des révolutions ((2018)

La lecture religieuse des conflits mise en question

« …l’examen attentif des différentes régimes politiques dans les États où l’islam est la religion dominante et l’existence de troubles ou de problèmes similaires dans des régions ou des États non musulmans prouvent bien, d’une part que la religion musulmane n’est pas responsable de tous les maux politiques, sociaux ou économiques dont souffrent certains États musulmans, d’autre part qu’il faut chercher ailleurs les explications des problèmes que traversent les pays concernés. La violence au nom de Dieu ou de la religion n’est pas l’apanage des « islamistes ». Elle est aussi celle de tous les intégrismes religieux; elle ne doit pas non plus faire oublier que, dans le même temps, de nombreux musulmans vivent leur foi dans l’indifférence à l’égard des événements qui font la une des journaux et que d’autres luttent, contre les islamistes, pour la sécularisation de leur société et la privatisation des pratiques religieuses. Renoncer à la généralisation conduit à invoquer des héritages géographiques, sociaux, politiques ou anthropologiques bien plus nombreux et complexes que la seule religion musulmane qu’ils déterminent aussi en partie. »

Les musulmans et la condamnation de l’utilisation de l’islam pour justifier des actes de violence.

(Les textes suivants vous aideront peut-être à vous forger une opinion, si ce n’est pas déjà fait.)

1 Déclaration du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, le 22 juin 2017

« M. Couillard a appelé les leaders des communautés musulmanes à désavouer sans équivoque toute instrumentalisation de l’islam à des fins violentes. La lutte contre le terrorisme constitue une « responsabilité partagée de la société », a-t-il insisté en marge d’une allocution au Domaine Cataraqui en vue de la fête nationale.

« Il y a une responsabilité, bien sûr, d’inclusion pour la société, de sécurité et de prévention, mais il y a également une responsabilité pour la communauté musulmane — partout, pas seulement chez nous, mais ailleurs également — de dénoncer la perversion de la religion que certains utilisent pour commettre des actes inexcusables, impardonnables, soi-disant au nom d’une religion qu’ils ont déformée d’une façon perverse », a-t-il affirmé à la presse. »

(journaliste Marco Bélair-Cirino. Couillard appelle la communauté musulmane à l’action, Le Devoir, 23 juin 2017, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/501881/lutte-au-terrorisme-les-musulmans-ont-leur-part-de-responsabilite-dit-couillard)

2 Réaction d’un imam à la déclaration de Philippe Couillard, le 22 juin 2017

« M. Guillet [imam Hassan Guillet] est tombé des nues en lisant les comptes rendus de la mêlée de presse de M. Couillard.

« Ce que ces gens [les terroristes] font ne correspond pas aux enseignements de notre prophète. Ni au texte du Coran ni à l’esprit du Coran. Ils font plus de tort à l’islam que n’importe qui à travers l’Histoire. Je ne sais pas comment on peut être plus clair que ça », martèle-t-il à l’autre bout du fil. « Quand on s’adresse aux fidèles dans les mosquées, on le dit. Quand on est en famille, on le dit. […] Est-ce que tout le monde nous écoute ? Ça, c’est une autre chose. »

(journaliste Marco Bélair-Cirino. Couillard appelle la communauté musulmane à l’action, Le Devoir, 23 juin 2017, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/501881/lutte-au-terrorisme-les-musulmans-ont-leur-part-de-responsabilite-dit-couillard)

3 Réaction d’un citoyen de Québec à la déclaration de Philippe Couillard, le 26 juin 2017

« L’approche essentialiste du premier ministre fait des musulmans des terroristes en puissance et en devenir. Il y a de quoi se sentir dépouillé d’une bonne partie de ce qui reste de citoyenneté, déjà fortement érodée par l’ostracisme et le rejet qui accompagnent régulièrement les poussées de fièvre identitaire savamment entretenue par la classe politique soutenue par des médias : ADQ [Action démocratique du Québec, ancien parti politique disparu en 2012] pour l’accommodement raisonnable de nature religieuse; PQ [Parti québécois] avec sa Charte des valeurs québécoises; PLQ [Parti libéral du Québec] et la déclaration de son chef à la veille des célébrations de la Saint-Jean, fête nationale d’où les Québécois musulmans se sentent ainsi exclus.

« Rien de mieux pour pousser ces derniers vers le ghetto… »

[] Les pouvoirs publics ont contribué par leur silence à la banalisation d’une islamophobie rampante qui a fini par se manifester au grand jour, dans le sang et dans les larmes le 29 janvier dernier. »

(Touhami Rachid Raffa, citoyen de Québec, Sommes-nous coupables d’être musulmans? Le Soleil, 26 juin 2017, http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201706/26/01-5110974-sommes-nous-coupables-detre-musulmans.php)

4 Réaction d’un islamologue musulman à la déclaration de Philippe Couillard, le 28 juin 2017

« … les propos du premier ministre n’ont rien de faux. Il a dit tout simplement tout haut ce qu’une majorité de musulmans pensent tout bas. Il a dit ce que disent la plupart des intellectuels réformistes musulmans depuis des décennies, c’est-à-dire depuis que l’islamisme s’est imposé comme acteur sociopolitique dans toutes les vies politiques des pays musulmans, mais aussi en Occident.

« Ces intellectuels sont des musulmans eux-mêmes. Serait-il logique de les accuser de faire la promotion de leur propre stigmatisation ou de leur propre haine ? Monsieur Couillard n’a pas attaqué l’islam, ni en tant que dogme, ni en tant qu’expérience spirituelle, ni en tant que pratique individuelle. Il a tout simplement fait ce que nous faisions depuis des années. Il a appelé les musulmans d’ici et d’ailleurs à assumer leurs responsabilités pour lutter contre le détournement de leur dogme et de leur spiritualité pour justifier des actes de violence contre des innocents. En tant que musulman et en tant qu’islamologue, je souscris parfaitement et sans réserve à cet appel. Suis-je donc islamophobe ? Est-ce que je me déteste moi-même ?

« Dans une intervention très nuancée, Philippe Couillard a fait clairement la différence entre islam et dérives islamistes. Il a toujours mis en garde contre le danger de stigmatisation de l’ensemble des musulmans. Que peut-on reprocher à notre premier ministre quand il appelle les musulmans à prendre leurs responsabilités dans la critique de l’idéologie islamiste ?

« Or, monsieur Couillard a raison. Les actes de violence qu’il dénonçait sont effectivement faits au nom de l’islam. Il y a toute une industrie qui produit l’idéologie islamiste et qui s’exprime dans les mosquées et les autres institutions de transmission de la culture islamique dont les salafistes djihadistes ont pris le contrôle partout dans le monde. Il revient à nous, les musulmans, de contester et de combattre cette idéologie qui se propage dans nos pays d’origine et dans nos diasporas en situation d’immigration, plutôt que de rester dans le déni et de jouer la carte de la victimisation. Il faut se sortir la tête du sable et affronter la réalité de notre monde moderne. 

[] « L’islam a aujourd’hui besoin d’être réformé. »

(Noomane Raboudi, islamologue et politologue, Université d’Ottawa, Couillard dit tout haut ce qu’une majorité de musulmans pensent tout bas, Le Devoir, 28 juin 2017, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/502204/philippe-couillard-a-dit-tout-haut-ce-qu-une-majorite-de-musulmans-pensent-tout-bas)

5 Réaction d’un éditorialiste à la déclaration de Philippe Couillard, le 29 juin 2017

« Mais, à l’instar de bien des Québécois de confession musulmane, l’universitaire s’insurge contre ce concept de communauté musulmane. Les immigrants musulmans viennent du Maghreb, de l’Iran, de l’Indonésie ; ils peuvent être d’obédience chiite ou sunnite ou encore sans obédience du tout, trop heureux de pouvoir vivre leur foi, ou encore leur non-croyance, en toute liberté dans un État démocratique. D’aucuns parmi eux sont outrés de découvrir dans la société d’accueil une « “communauté musulmane” aux relents islamistes, aussi glauques et étouffants que celle qu’ils avaient fuie », comme le soulignait dans Le Devoir Mahmoud Mezhoud.

« De fait, en s’adressant à cette prétendue communauté musulmane, Philippe Couillard fait le jeu des islamistes qui tentent justement de constituer au Québec une communauté qui pourrait soumettre à sa férule les musulmans. []

« Philippe Couillard est imprégné d’une vision communautariste de la société. []

« Or, nombre de musulmans de toutes origines établis au Québec veulent avant tout être considérés, au même titre que tous les Québécois, comme des citoyens à part entière représentés par leurs élus politiques. Non pas par des imams ou encore des porte-parole autoproclamés aux penchants islamistes. Mais c’est peut-être une vision un peu trop laïque au goût de Philippe Couillard.

(éditorialiste Robert Dutrisac, Couillard et la «communauté» musulmane, Le Devoir, 29 juin 2017, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/502315/la-communaute-musulmane)


De belles épervières à Lévis.

(Photo prise par Roger Martel le 26 juin 2017)

A Villeurbanne (France), le temps du ramadan, Radio Salam dénonce  la radicalisation islamiste

La radio lyonnaise invite toutes sortes d’intervenants chaque soir avant la rupture du jeûne pour dénoncer l’interprétation violente de l’islam.

Source : A Villeurbanne, le temps du ramadan, Radio Salam dénonce  la radicalisation islamiste

 

Source : http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/06/28/a-villeurbanne-le-temps-du-ramadan-radio-salam-denonce-la-radicalisation-islamiste_4959587_3224.html vu le 28 juin 2016

A Villeurbanne, le temps du ramadan, Radio Salam dénonce la radicalisation islamiste

LE MONDE | 28.06.2016 à 11h33 |

Par Richard Schittly (Lyon, correspondant)

Dénoncer les dangers de la radicalisation à un auditoire musulman, tous les soirs pendant le ramadan : c’est le pari de Radio Salam, basée à Villeurbanne. Chaque soir, entre 17 heures et 21 h 30, juste avant la rupture du jeûne, la radio associative aborde la religion ou la vie quotidienne, avec pour fil conducteur la volonté de déjouer l’utilisation violente de l’islam. « Méfiez-vous des enfants qui ne parlent pas, là où il n’y a pas de paroles, il y a de la violence », dit par exemple Saïda Douki, psychanalyste, à propos des adolescents qu’on croit sans problème, alors qu’ils sont des « proies idéales pour tous les dealers, de drogue ou de djihad ».

Treize chroniques se succèdent à l’antenne, entrecoupées de musique, de poèmes, de recettes de cuisine et de quelques publicités incitant aux dons. « Nous n’avons pas la prétention d’éradiquer la radicalisation, c’est un phénomène complexe, un jeune ne devient pas terroriste en trois jours. Nous cherchons à donner des outils aux familles pour déceler les signaux précurseurs », explique Wafa Dahman, directrice de la radio. « Nous touchons la sphère familiale, nous dépassons les grandes campagnes des pouvoirs publics, nous ressentons ce qui pose problème, nous sommes dans l’action de terrain. »

« Réfléchir à un contre-discours »

Pour s’adresser aux jeunes qui pourraient céder aux apprentis sorciers de la parole divine, Ghaleb Bencheikh cite à l’antenne le verset 59 de la sourate 4 : « Vous qui avez cru, obéissez à Dieu, au Prophète et au détenteur de l’ordre parmi vous. » Avec ce « et », qui induit une simultanéité du religieux et du politique, l’islamologue s’amuse à voir un signe de laïcité dans le Coran même.

Le choix des invités fait le pont entre cultures arabe et française. Quand elle constate le déclin de la figure paternelle dans la plupart des profils des terroristes impliqués dans les derniers attentats, la psychanalyste Saïda Douki explique à l’antenne les particularités de l’autorité paternelle dans les mentalités arabo-musulmanes et dénonce avec plus de pertinence le piège tendu par les islamistes à travers une autorité de substitution.

Créée voici vingt-cinq ans, Radio Salam veut démontrer que la donne a changé chez les Français musulmans, depuis les attentats de 2015. Elle affiche une volonté de regarder les choses en face. Au lendemain de l’assassinat d’un couple de policiers à Magnanville (Yvelines), Azzedine Gaci traduit ce verset : « L’homme n’est pas sur Terre pour détruire la vie mais pour la donner, la préserver. »

Désolé de voir sa religion mal perçue, à cause des concepts religieux dévoyés par l’idéologie islamiste, le recteur de la mosquée Othmane de Villeurbanne affirme, lundi 27 juin sur les ondes de Radio Salam : « Il est urgent d’étudier les moteurs de la radicalisation, ses lieux de production, il faut réfléchir à un contre discours en provenance des responsables religieux et des imams en particulier. »

Richard Schittly (Lyon, correspondant), Journaliste au Monde