L’ex-argentier Marc Bibeau du Parti libéral du Québec devrait être autorisé par le gouvernement du Québec à porter le titre d’honorable. Jean Charest et Philippe Couillard le portent bien, eux.

 

L’ex-argentier libéral a organisé des réceptions auxquelles étaient invités Jean Charest et Philippe Couillard

Kimonos et champagne pour ministres et gens d’affaires: reportage

L’ex-argentier libéral Marc Bibeau a organisé au moins sept somptueuses réceptions pour mettre en contact les ministres du gouvernement libéral et les gens d’affaires qui contribuaient à la caisse du parti, a appris notre Bureau d’enquête.


 

LE PASSEUR DE LA CÔTE

https://wordpress.com/view/lepasseurdelacote.com

HISTOIRE DE LÉVIS

https://wordpress.com/view/histoiredelevis.wordpress.com

VILLE DE LÉVIS

https://wordpress.com/view/villedelevis.wordpress.com

LÉVIS, MA VILLE

https://wordpress.com/view/levismaville.wordpress.com

MA CÔTE DU SUD

https://wordpress.com/view/macotedusud.wordpress.com

LE QUÉBEC PAR DES CITATIONS

https://wordpress.com/view/lequebecpardescitations.wordpress.com

PAROLES CHERCHENT MÉLODIE

https://wordpress.com/view/parolescherchentmelodie.wordpress.com

Les silencieux défectueux de Lévis. Aujourd’hui, le maire Gilles Lehouillier, l’opposition du gouvernement Charest à la création d’une commission d’enquête sur la construction et le silence du député Gilles Lehouillier.

(Nous sommes le 25 septembre 2017; le maire de Lévis, M. Gilles Lehouillier, n’a pas réagi publiquement au texte publié ci-dessous.)

22 NOVEMBRE 2016

LE PASSEUR DE LA CÔTE

Nathalie Normandeau, Gilles Lehouillier et Jean Charest, à l’époque… Comment qualifier cette époque?

Il arrive à Nathalie Normandeau, ex-vice-première ministre sous Jean Charest, de dire des choses qu’il vaut la peine de répéter. Le 6 septembre 2016, elle a déclaré :

« Philippe Couillard, lorsque je l’écoute parler, on dirait que pour lui, il y a deux Parti libéral du Québec. Mais ce qu’il oublie, c’est qu’il n’y a qu’un seul Parti libéral du Québec, a-t-elle insisté. C’est comme si Philippe Couillard essayait de nier, de mettre sous le tapis tout ce qui s’était passé avant qu’il devienne chef du Parti libéral du Québec. Mais il ne faut pas oublier que Philippe Couillard a fait partie d’un gouvernement où j’étais à l’époque, et il était ministre de la Santé. »*

À l’époque où elle faisait partie du gouvernement, Nathalie Normandeau avait aussi pour compagnons de travail Jean Charest, chef du Parti libéral du Québec, et Gilles Lehouillier, député libéral de la circonscription de Lévis.

M. Charest, M. Lehouillier et la plupart des autres députés libéraux se sont opposés pendant environ deux ans et demi à la création d’une commission d’enquête sur la construction (qui a entendu Gilles Lehouillier s’opposer à Jean Charest?)

« À l’Assemblée nationale, les libéraux ont voté 11 fois contre des motions réclamant qu’une commission d’enquête soit mandatée. »**

En mars 2016, Nathalie Normandeau a été accusée de sept chefs de complot, de corruption, d’abus de confiance et de fraude. (Il est important de rappeler que Mme Normandeau n’a pas été déclarée coupable de quoi que ce soit. Elle devrait se présenter en cour plus tard en 2017.

Roger Martel, citoyen de Lévis

*source : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/479368/nathalie-normandeau-l-upac-m-a-declare-la-guerre?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+fluxdudevoir+(Le+fil+de+presse+du+Devoirvu le 07-09-2016

** (http://ici.radio-canada.ca/sujet/elections-quebec-2014/2014/03/23/011-plq-commission-charbonneau-charest.shtml vu le 07-09-2016).

 

Monsieur Philippe Couillard , chef du Parti libéral du Québec, on dirait que vous perdez la mémoire…

Monsieur Couillard promet de mettre en œuvre « des mesures qui visent d’abord à favoriser un climat propice aux investissements : réduction du fardeau fiscal des entreprises, rehaussement des dépenses d’infrastructures, relance du Plan Nord…

« En somme, le chef du PLQ nous dit que son gouvernement s’inscrirait dans la continuité du gouvernement Charest. Il faut croire qu’une année et demie dans l’opposition, c’est bien court !

  « Mais pourquoi pas s’il est convaincu que c’est la meilleure façon de réduire les écarts de productivité et de croissance qui séparent toujours le Québec de la moyenne canadienne ? À lui cependant d’expliquer pourquoi un tel rattrapage n’a pas eu lieu au cours des neuf années Charest… » (Note du Passeur de la Côte : Monsieur Couillard a été membre de l’équipe Charest pendant cinq de ces neuf années.)

(Jean-Robert Sansfaçon, La valse économique, Le Devoir, 7 mars 2014, http://www.ledevoir.com/politique/quebec/401950/Electionseconomie-la-valse-economique)

 

Page présentée par le Passeur de la Côte (Roger Martel)

Un autre aspect du Plan Mort, pardon : Plan Nord, de Jean Charest et du Part libéral du Québec?

Anglais à la Baie-James: le Mouvement Québec français portera plainte

0

source: Mouvement Québec français, http://quebecfrancais.org/node/4307

Article d’André Dubuc publié dans le journal La Presse le jeudi 2 août 2012

Le Mouvement Québec français portera plainte à l’Office québécois de la langue française (OQLF) au sujet des dispositions régissant la langue de travail du futur gouvernement régional Eeyou Istchee Baie-James. «Nous allons porter plainte dans les prochains jours», a confirmé le président du Mouvement, Mario Beaulieu, dans un entretien. Il avait d’abord annoncé ses intentions hier matin à la radio CHEF FM de Matagami, dans le nord du Québec.

Selon lui, il n’y a rien dans la Charte de la langue française qui permet de donner un statut bilingue anglais-français à un gouvernement régional. «Est-ce que ça veut dire que le Plan Nord va servir à angliciser le nord du Québec?», se demande-t-il.

L’article 109 de l’entente donne le libre choix entre le français et l’anglais comme langue de travail du futur gouvernement. À première vue, cela paraît entrer en contradiction avec la loi 101, qui stipule que le français est la langue normale et habituelle de travail au Québec.

Lire l’article complet dans le journal La Presse

Jean Charest à la rue

Les Québécois, propriétaires de leur État, devraient-ils jeter leur premier ministre, Jean Charest, à la rue?

Jean Charest, premier ministre du Québec, n’aime pas la rue, on le sait. C’est pourquoi il ne marche jamais dans la rue; il se tient sur le trottoir. C’est pourquoi vous ne le voyez jamais traverser la rue. Évidemment, ça limite ses horizons. C’est pourquoi il est le premier ministre qu’il est.

Stéphane Hessel, lui, aime la rue. (Rappelons que M. Hessel, né en 1917, a été un résistant contre les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, puis un diplomate, et qu’il a écrit un petit livre très populaire intitulé Indignez-vous. ) M. Hessel aime aussi qu’on marche dans la rue; lisons-le :

« Mais nous avons besoin aussi d’une génération qui descende dans la rue, partout, et qui dise : « Nous n’en pouvons plus de la façon dont nous sommes gouvernés. Nous voulons un gouvernement réellement démocratique. » Et s’ils sont nombreux dans les rues, alors les gouvernements sentiront qu’ils doivent soit écouter les sages, soit opprimer la jeunesse… » (Déclarons la paix, publication cosignée par le dalaī-Lama, Indigène éditions, avril 2012, p. 34-35)

Le Passeur de la Côte (Roger Martel)

L’amiante, le Parti libéral du Québec, Jean Charest, Gilles Lehouillier et une décision « honteuse »

Conscients que leur décision de rendre possible la réouverture de la mine d’amiante Jeffrey n’allait pas améliorer le bilan de santé des populations indienne, chinoise, etc., MM. Jean Charest, Clément Gignac, Raymond Bachand et Yves Bolduc (médecin à temps partiel ou en congé prolongé), tous décideurs éminents du Parti libéral du Québec, au pouvoir actuellement, se réjouissent de l’existence de Transports [sic] médical de l’Amiante, une entreprise dont les ambulances ont peut-être été fabriquées au Québec (l’exploitation de l’amiante aura certainement toutes sortes de belles retombées économiques). À noter que M. Lehouillier, député libéral de Lévis, a promis de faire moins de vélo et de prendre le volant d’une ambulance de temps en temps. La photo fait voir une ambulance prête à partir vers le premier nouveau malade de l’amiante, qu’importe où il sera (les ambulances sont équipés d’un parfait GPS).

LA DÉCISION DE QUÉBEC D’APPUYER LA RELANCE DE LA MINE JEFFREY, DONT LE MINERAI SERA MAJORITAIREMENT EXPORTÉ, EST HONTEUSE.

PETITE REVUE DE PRESSE

LA MINE JEFFREY, À ASBESTOS, SERA RELANCÉE GRÂCE À UN PRÊT DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC.

La relance de la mine Jeffrey, rendue possible grâce au prêt de 58 millions de dollars accordé par le gouvernement libéral, a suscité tout un tollé, tant dans les organismes de santé publique que dans les associations environnementales et les regroupements de scientifiques. Et cela, bien au-delà des frontières du Québec. […]

Au cours des derniers mois, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Association médicale canadienne, la Société canadienne du cancer et l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) ont tous fait parvenir des avis défavorables à la relance de la mine Jeffrey, arguant que l’amiante était un cancérigène reconnu et qu’il devait, de ce fait, être proscrit.

Car bien que l’on soutienne, du côté de l’industrie et du gouvernement, que des règles strictes d’encadrement permettent une utilisation sécuritaire de l’amiante chrysotile, ces procédures sont, dans la réalité, bien difficilement applicables, surtout à l’extérieur du Québec, comme en Inde ou en Corée, où la majorité du matériau est exporté. « L’amiante, c’est un cadeau empoisonné typiquement canadien au reste de l’humanité », se désole le Dr Fernand Turcotte. (Jessica Nadeau, Relance de la mine Jeffrey: regards d’opposants. Le Devoir, 21 juillet 2012, http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/355061/relance-de-la-mine-jeffrey-regards-d-opposants)

……………..

AMIANTE – VERS «UN DÉSASTRE DE SANTÉ PUBLIQUE»

Un comité international d’épidémiologistes condamne l’utilisation de l’amiante sous toutes ses formes

Toutes les formes d’amiante, dont le chrysotile, sont susceptibles de causer des cancers, le mésothéliome, l’amiantose et d’autres maladies, soulignent des épidémiologistes de partout à travers le monde.

Des épidémiologistes de partout sur la planète unissent leurs voix pour demander le bannissement de l’amiante.

Ce pavé dans la mare vise à faire contrepoids au discours des gouvernements et des industriels qui prétendent que la science ouvre la porte à l’utilisation sécuritaire de l’amiante.

Le document, consulté par Le Devoir, demande que l’extraction, l’utilisation et l’exportation d’amiante sous toutes ses formes soient bannies à l’échelle mondiale. […]

« J’espère que notre prise de position va faire réfléchir le premier ministre Jean Charest et l’industrie qui prétendent que l’amiante peut être utilisé de façon sécuritaire », dit Colin Soskolne. « Pour une raison étrange et inexplicable, certains n’écoutent pas la science et soutiennent une position idéologique, ajoute-t-il. Il est faux de prétendre qu’il y a toujours une controverse scientifique au sujet de l’amiante. » Pour lui, la décision de Québec d’appuyer la relance de la mine Jeffrey, dont le minerai sera majoritairement exporté, est « honteuse ». […]

Les preuves scientifiques sont accablantes : toutes les formes d’amiante, dont le chrysotile, sont susceptibles de causer des cancers, le mésothéliome, l’amiantose et d’autres maladies, souligne le comité mixte. Il ajoute que si on ne freine pas « l’utilisation accrue » de la fibre, nous nous dirigeons tout droit vers « un désastre de santé publique » et des « morts prématurées », et ce, pour des décennies à venir dans les pays en voie de développement où il est exporté, « répétant l’épidémie à laquelle nous assistons aujourd’hui dans les pays développés ». […]

« À la lumière des preuves scientifiques irréfutables du danger de l’exposition à l’amiante sous toutes ses formes pour la santé humaine, nous sommes très inquiets que des gouvernements mettent imprudemment en péril non seulement leurs propres citoyens en laissant l’exploitation et la commercialisation et l’amiante continuer, mais aussi les citoyens des pays où cet amiante sera utilisé », écrivent-ils.

(Amélie Daoust-Boisvert, Le Devoir, 24 juillet 2012, http://www.ledevoir.com/societe/sante/355231/vers-un-desastre-de-sante-publique?utm_source=infolettre-2012-07-24&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne)

Tire, tire, tire la lirette – 27 juin 2012

27 juin 2012 – Les images de Jean Charest touchant, à titre de premier ministre, un salaire secret de 75 000 $ provenant de son parti politique, parlent d’elles-mêmes.

27 juin 2012 – Le dangereux Stephen Harper et son associé (comme on dit chez Wal Mart) Steven Blaney, député de Lévis, ont donné une subvention de 50 000 $ pour qu’un groupe dont la femme du premier ministre est la marraine érige une statue de chien militaire. Madame Harper, vous qui êtes une femme, pouvez-vous nous dire quand vous érigerez une statue à la femme du soldat inconnu ? Vous pourriez la mettre à côté de la statue des orphelins du soldat inconnu, quand vous aurez pensé à en commander une après avoir reçu une subvention du gouvernement fédéral.

27 juin 2012 – La mairesse de Lévis (Québec), Madame Danielle Roy Marinelli, juge nécessaire de changer le logo de sa ville. Ceux qui vont faire de l’argent avec ce changement inutile sont d’accord avec elle.

27 juin 2012 – Les images de la ministre libérale Michelle Courchesne lisant les pages du vérificateur général du Québec la concernant et consternant les Québécoises et les Québécois parlent d’elles-mêmes.

27 juin 2012 – La mairesse de Lévis (Québec) pense qu’il est nécessaire de changer le logo de sa ville. Laissons-la continuer à penser : elle va finir par juger nécessaire de démissionner.

Le Passeur de la Côte (Roger Martel)