La vérité

Le miroir de la vérité

Fable de Jean-Joseph Vadé (1719-1757)

 

Un jour, la Vérité, dans une grande place

Montrait, pour de l’argent, un magique miroir.

« Oh ! Oh ! dit le public, c’est une chose à voir ! »

Le monde y court. La merveilleuse glace

Avait entre autres le pouvoir,

Quand on fixait ses yeux sur la surface,

D’en apprendre bien plus qu’on n’en voulait savoir.

Le faux dévot, la coquette, la prude,

Le traître, l’ingrat, le méchant,

L’orgueilleux, le faquin, le brutal, le pédant,

Venaient des curieux grossir la multitude :

Bref, chacun y voyait ses défauts découverts.

On rougissait, on ne savait que dire :

« Mais ai-je les yeux bien ouverts ? »

On les frotte, on les ouvre, et puis on se remire.

Mêmes objets de nouveau sont offerts.

« Au diable le miroir ! on s’y voit de travers !

Bonsoir , la Vérité, gardez votre vitrage. »

Et puis, sans la payer, on lui dit : »Bon voyage ! »

Pour s’enrichir, la Vérité

Avait sans doute pris le change :

La fortune n’est pas pour la sincérité ;

Nous ne payons que la louange.