L’Esprit saint est un Québécois, apprennent des enfants dans une école légale du Québec.

Monde catholique

On savait que Dieu est représenté barbu, moustachu et chevelu :

 

dieu-par-michel-ange_trinite-creation_face

DIEU

 

On savait que Jésus est représenté barbu, moustachu et chevelu :

 

jesus-christ_by_heinrich_hofmann-trinite

JÉSUS

 

On sait maintenant que le Saint-Esprit est moustachu et chevelu :

 

eugene-richer-dit-lafleche-le-saint-esprit_trinite
LE SAINT ESPRIT

 

On sait aussi que l’Esprit saint est un Québécois, qu’il a été policier à Montréal et qu’il s’appelle Eugène Richer dit Laflèche. Cette « découverte » est due à une petite organisation religieuse qui est autorisée à tenir une école au Québec, autorisée à mettre en œuvre le programme de formation de l’école québécoise du ministère de l’Éducation du Québec, autorisée à enseigner à des enfants de cinq, dix, quinze ans, autorisée par le ministère de l’Éducation du Québec.

L’école de la petite organisation religieuse, déclarée illégale il y a environ quinze ans, a rouvert ses portes en 2016. Elle désire être subventionnée par l’État. Citoyennes, citoyens, ayez l’oeil ouvert !

 

Roger Martel, citoyen de Lévis

 

http://www.ledevoir.com/societe/education/484754/jnadeau-mfortier-ecole-confessionnelle

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/811191/ecole-mission-esprit-saint-lanaudiere

Madame la ministre de l’Éducation du Québec, que pensez-vous de la présence indue du Mouvement Desjardins dans les écoles?

Courriel envoyé à la ministre de l’Éducation du Québec le 2 décembre 2013

Lévis, le 2 décembre 2013

Madame Marie Malavoy,
Ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS)
1035, rue De La Chevrotière, 28e étage
Québec, G1R 5A

Objet : Présence indue du Mouvement Desjardins dans les écoles

Madame la ministre,

Que font le Mouvement Desjardins et ses caisses scolaires dans les écoles fréquentées par des enfants de 4 à 12 ans? Apprendre aux enfants à épargner? Dans un document distribué à des écoliers en 2012, Desjardins dit : « Grâce à ce mode d’épargne [la caisse scolaire], les jeunes de niveau primaire s’habituent à épargner et apprennent des notions d’économie et de coopération »; dans le web, Desjardins admet que l’un des objectifs pédagogiques de ses caisses scolaires est de faire « connaître et comprendre » la « notion de coopération ».  Le MouvementDesjardins est fidèle à son fondateur : en 2013, il lorgne « la relève des futurs épargnants que préparera la caisse scolaire », comme le faisait consciemment Alphonse Desjardins il y a un siècle : « À partir du constat que la caisse scolaire peut s’avérer une œuvre auxiliaire des plus utiles pour la caisse populaire, écrit en 2012 un historien à l’emploi de Desjardins, [Alphonse] Desjardins fait sien cet écrit de l’économiste français Léon Say : « La caisse agit sur les adultes, mais son action devra être lente à raison même de la force de résistance des habitudes prises; tandis que de son côté l’épargne scolaire, elle, s’empare de l’enfance et la façonne dès le berceau à cette vertu sociale de l’économie. […] Par cette nouvelle activité, on préparera de nombreuses recrues qui viendront grossir plus tard les rangs des sociétaires des Caisses populaires. » (Alphonse Desjardins 1854-1920, Septentrion, p. 380) Il est intolérable que l’État du Québec et les commissions scolaires laissent entrer le Mouvement Desjardins dans les écoles pour « grossir plus tard les rangs des sociétaires des Caisses populaires ». Pourriez-vous me dire, Madame la ministre, pourquoi le ministère de l’Éducation accepte la présence indue du Mouvement Desjardins dans les écoles?

Je vous prie, Madame la ministre, d’agréer l’assurance de ma considération distinguée.

Roger Martel

P.-S. Cette lettre sera publiée au lepasseurdelacote.com; votre réponse le serait elle aussi.