Ce que je vous souhaite pour cette année qui recommence.

Alain, PROPOS SUR LE BONHEUR. Paris : Éditions Gallimard, 1928

Jérémiades

4 janvier 1912

   Ce que je vous souhaite pour cette année qui recommence, c’est-à-dire pour le temps qu’il faut au soleil pour remonter à son plus haut et redescendre ensuite au plus bas, ce que je vous souhaite c’est de ne pas dire et aussi de ne pas penser que tout va de mal en pis. « Cette soif de l’or, cette ardeur au plaisir, cet oubli des devoirs, cette insolence de la jeunesse, ces vols et ces crimes inouïs, cette impudence des passions, ces saisons folles enfin, qui nous apportent presque des soirées tièdes au coeur de l’hiver », voilà un refrain vieux comme le monde des hommes ; il signifie seulement ceci : « Je n’ai plus l’estomac ni la joie de mes vingt ans. »

Encore si ce n’était qu’une manière de dire ce que l’on éprouve, on supporterait ce discours, comme on supporte la tristesse de ceux qui sont malades. Mais les discours ont par eux-mêmes une puissance démesurée ; ils enflent la tristesse, ils la grossissent, ils en recouvrent toutes les choses comme d’un manteau, et ainsi l’effet devient cause, comme on voit qu’un enfant peut bien avoir très peur de son petit camarade qu’il a lui-même déguisé en lion ou en ours.

Il est assez clair que si un homme, par naturelle tristesse, orne sa maison comme un catafalque, il n’en sera que plus triste, toutes choses lui rappelant aigrement son chagrin. Même jeu pour nos idées ; si par humeur nous venons à nous peindre les hommes en noir et les affaires publiques en décomposition, ce barbouillage à son tour nous jette dans le désespoir ; et l’homme le plus intelligent est souvent celui qui se dupe le mieux lui-même, parce que ses déclamations ont une suite et un air de raison.

Le pire, c’est que cette maladie se gagne ; c’est comme un choléra des esprits. Je connais des gens en présence de qui l’on ne peut pas dire que les fonctionnaires sont, dans l’ensemble, plus honnêtes et plus diligents qu’autrefois. Ceux qui suivent leurs passions ont une éloquence si naturelle, une sincérité si touchante que la galerie est pour eux ; et celui qui veut être juste joue alors le rôle d’un niais ou d’un mauvais plaisant. Ainsi la jérémiade s’établit comme un dogme et fait partie bientôt de la politesse.

Hier, un ouvrier tapissier, afin de soutenir une conversation préliminaire, disait tout naïvement : « Les saisons sont perdues. Qui croirait que nous sommes en hiver ? Et c’est comme l’été ; on ne sait plus ce que c’est. » Il disait cela après les dures chaleurs de cette année qu’il a pourtant senties comme les autres. Mais le lieu commun est plus fort que les faits. Et méfiez-vous de vous-même, vous qui riez de mon tapissier ; car tous les faits ne sont pas aussi clairs ni aussi présents au souvenir que le bel été de dix neuf cent onze.

Ma conclusion est que la joie est sans autorité, parce qu’elle est jeune et que la tristesse est sur un trône et toujours trop respectée. D’où je tire qu’il faut résister à la tristesse, non pas seulement parce que la joie est bonne, ce qui serait déjà une espèce de raison, mais parce qu’il faut être juste, et que la tristesse, éloquente toujours, impérieuse toujours, ne veut jamais qu’on soit juste.

Alain (Émile Chartier) (1868-1951)
Propos sur le bonheur (1928)

Une édition électronique réalisée à partir du livre d’Alain, PROPOS SUR LE BONHEUR. Paris : Éditions Gallimard, 1928, 218 pp. Collection folio-essais.

Source : La bibliothèque numérique francophone, 
Les Classiques des sciences sociales, 
http://classiques.uqac.ca/classiques/Alain/propos_sur_le_bonheur/alain_propos_bonheur.pdf

Le numéro d’août 2012 de la revue québécoise Relations vient de paraître.

Le dossier du numéro, intitulé La mémoire vivante, est composé de ces textes :

La mémoire vivante , Jean-Claude Ravet

Le danger d’oubli , Serge Cantin

Contrer la marchandisation de la mémoire , Amélie Descheneau-Guay

Notre passé religieux entre complaisance et mépris , Raymond Lemieux

Les Archives des Jésuites : lieu de mémoire et d’inspiration , Jacques Monet

Madeleine Parent, inspiratrice de nos luttes , Normand Breault

Traces d’histoire , Marie-Célie Agnant

La voix des ancêtres , Virginia Pésémapéo Bordeleau

Mémoires urbaines : le cas de Montréal , Jasmin Miville-Allard

Remémoration subversive , Jean-Claude Ravet

 

Le numéro renferme bien d’autres textes, dont ceux-ci :

Le bonheur public , Jean-Claude Ravet

Israel bloque « Bienvenue en Palestine » , Diane Lamoureux

Développement et Paix en crise , Raymond Levac

Le Vatican sévit contre des religieuses , Gregory Baum

Colloque international sur la décroissance , Louis Marion

La mission jésuite en Amazonie , Juan Fernando Lopez Perez, s.j.

Pour connaître le sommaire en entier, allez au http://www.cjf.qc.ca/fr/relations/enkiosque.php?idp=121.

Extrait du texte d’introduction au dossier La Mémoire vivante :

Dans notre société technicienne et capitaliste où tout un chacun est réquisitionné, mobilisé, enrôlé au pas cadencé dans la production déchaînée de marchandises; où le passé – définitivement passé – est synonyme d’obsolescence et l’avenir sans horizon, écrasé sous les amas de « nouveautés » prêtes-à-jeter, valoriser la mémoire, c’est, sans conteste, faire œuvre de résistance. C’est actionner le frein d’urgence du train de l’histoire qui roule à toute vitesse vers la catastrophe, pour reprendre l’image de Walter Benjamin dans ses Thèses sur le concept d’histoire. Mais pas n’importe quelle mémoire, bien sûr. Pas celle qui érige le passé en maître du présent. Ni la mémoire pétrifiée et imposée comme horizon d’avenir, la mémoire-carcan au service de l’ordre établi. Mais une mémoire vivante, plurielle. Celle qui restitue au présent sa capacité d’inaugurer un nouveau commencement. Celle qui vivifie l’amour du monde, en nous rappelant notre appartenance à la Terre, à l’histoire humaine, notre condition fragile et digne, ouverte aux voix millénaires qui tissent notre humanité – toujours redevable des luttes, des débats de société, des histoires entremêlées, des institutions, de la culture et de la langue, du coin de terre qui nous est imparti. Une mémoire-souffle inspirante, interprétante – « c’est pas de la nostalgie, juste un entrebâillage sur des demains qui se pouvaient encore », dirait Fred Pellerin. Une mémoire qui rappelle qu’hier aussi était ouvert au possible. Et que, par conséquent, ce qui est peut être autrement.

Jean-Claude Ravet, La mémoire vivante, Relations, août 2012, http://www.cjf.qc.ca/fr/relations/article.php?ida=2938